Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Fin du "boum de schiste" en Europe

L’un après l’autre, les pays d’Europe interdisent la production d’hydrocarbures de schiste. Les Pays-Bas ont suspendu tout recours à la fracturation hydraulique jusqu’en 2020 et ces dernières années, plusieurs autres pays ont décidé d’interdire l’exploitation d’hydrocarbures extraits des roches de schiste. La revue Deutsche Welle tente de comprendre ce qui s’est produit avec le « boum de schiste » en Europe.

Un autre gouvernement vient d’interdire l’exploitation des ressources gazières situées dans les roches de schiste : la semaine dernière, c’est au tour des Pays-Bas d’avoir interrompu pour une durée de cinq ans toute fracturation hydraulique à des fins commerciales.

La fracturation hydraulique est un procédé qui consiste à envoyer de l’eau dans les roches de schiste avec un mélange de produits chimiques (0,5-1% du mélange). Cette technologie est connue depuis des décennies mais les compagnies veulent aujourd’hui rechercher des hydrocarbures dans des couches souterraines encore inexplorées.

Les États-Unis traversent en ce moment une « révolution de schiste », même si les cours pétroliers bas ne favorisent pas le secteur en ce moment.

Le « boum de schiste » avait également commencé en Europe il y a cinq ans. De nombreux pays, notamment en Europe de l’Est, espéraient que le gaz de schiste serait l’un des facteurs qui permettrait de pallier leur dépendance énergétique envers la Russie. Mais ces espoirs se sont éteints aujourd’hui, indique DW.

Quand la couche de schiste est démolie, de l’eau à haute pression est injectée à une profondeur comprise entre 1 et 5 km. On envoie également du sable, qui comble les fissures pour qu’elles ne se ferment pas et permettent au gaz de s’échapper des schistes.

Étant donné qu’il est difficile de mélanger l’eau et le sable, les compagnies ajoutent certains produits chimiques pour favoriser ce processus. Les Verts appellent cela un « cocktail chimique pollueur d’eau ». Un film militant a été diffusé en 2010 pour montrer que ce cocktail et le gaz polluaient l’eau à tel point qu’elle devenait inflammable.

On craint également que la fracturation hydraulique puisse provoquer des tremblements de terre. Plusieurs séismes survenus ces dernières années aux États-Unis et dans le nord de l’Allemagne sont associés aux gisements d’exploitation de gaz naturel. Les environnementalistes et d’autres activistes européens s’opposent fermement aux efforts des gouvernements et des entreprises pour explorer les couches de schiste.

La France fait partie des États ayant le plus grand potentiel d’exploitation du gaz de schiste. Mais un moratoire a été imposé en 2011 contre la fracturation hydraulique. La Bulgarie, la République tchèque et d’autres pays ont suivi l’exemple de Paris.

Même dans les États où la fracturation hydraulique n’est pas interdite, par exemple au Royaume-Uni et en Espagne, sur les territoires de certaines régions (Écosse, pays de Galles, Catalogne) les autorités régionales ont interdit ce procédé d’extraction des hydrocarbures.

L’Allemagne adoptera très probablement une nouvelle loi cet automne, qui n’interdira pas la fracturation hydraulique mais la restreindra considérablement. Le pays a l’intention d’autoriser uniquement les puits d’essai.

Plusieurs puits ont déjà été creusés en Europe de l’Est, notamment en Pologne, qui était le plus grand supporter du « boum de schiste » en Europe.

Mais cette révolution s’est terminée en Pologne avant même d’avoir commencé. Les puits d’essai ont révélé que la Pologne possédait moins de gaz que prévu, par conséquent les investisseurs ont quitté le pays et les protestations des environnementalistes ont encore compliqué ces projets. La Roumanie a vécu le même scénario.

D’autres États ont décidé qu’il était préférable de ne rien commencer dans le domaine : la Norvège et la Suède ont décidé que l’exploitation des couches de schiste était économiquement non rentable.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1240001
    le 01/08/2015 par Florent
    Fin du "boum de schiste" en Europe

    Enfin une bonne nouvelle !
    Ce sera quoi les mauvaises ?

     

    • #1240118
      le 02/08/2015 par goy pride
      Fin du "boum de schiste" en Europe

      Les mauvaises c’est que l’Europe n’a pas les moyens de son niveau de vie et mode de développement économique faute de ressources naturelles nécessaires. Or au lieu de suivre une voie différente afin de faire de cette faiblesse un atout l’Europe de l’Ouest s’obstine sur ce type d’économie basée sur la consommation massive d’énergie fossile.
      L’Europe de l’Ouest devrait se placer à l’avant-garde de l’économie de demain, celle qui redonnera à l’agriculture son rôle premier...l’Europe devrait massivement miser sur la recherche scientifique basée sur la permaculture...mais au lieu de cela l’Europe persiste sur cette voie du développement infini basée sur la consommation massive des ressources tout en tuant délibérément ce qui faisait de l’Europe le pôle d’excellence mondiale de la recherche scientifique et de l’ingénierie. Au lieu de viser l’autonomie en changeant de paradigme économique, les Européens deviennent toujours plus dépendant de l’extérieur pour leur approvisionnement énergétique et toujours plus abrutis en raison de ces politiques criminelles de destruction méthodique de notre système scolaire...
      L’Europe en persistant dans la logique du développement infini se retrouve confrontée à un choix cornélien : massacrer son environnement pour retirer quelques gouttes gaz...ou continuer à être dépendant de l’étranger pour son approvisionnement énergétique.


  • #1240019
    le 01/08/2015 par Yarrick
    Fin du "boum de schiste" en Europe

    Quelle arnaque ! Interdiction pour 5 ans, interdiction jusqu’en 2020. Ce sont donc des interdictions d’exploiter le gaz de schiste qui tiendront uniquement jusqu’à ce que le TAFTA soit mis en place et que les compagnies pétrolières américaines puissent faire ce qu’elles veulent en europe, c’est tout !

     

    • #1240171
      le 02/08/2015 par lucieastorg
      Fin du "boum de schiste" en Europe

      bien vu !vive les francais qui s instyruisent a Er ...


    • #1240586
      le 03/08/2015 par Antoine
      Fin du "boum de schiste" en Europe

      Plus simplement et indépendamment de toute considération écologique (dont les Américains et les décideurs européens aux pattes graissées par les lobbies de tout poil se contrefoutent éperdument), il s’agit surtout de permettre aux Américains de vendre leur gaz de schiste à un prix encore correct. Vu que les cours sont très bas, si d’autres fournisseurs arrivaient sur le marché, tout le château de cartes/schistes construit aux USA s’effondrerait. Ne vous inquiétez pas, dès qu’ils auront tout détruit aux USA et qu’il n’y aura plus rien à y exploiter (ou pas rentable), ils viendront détruire et creuser chez nous. S’il y avait du pétrole sous le Louvre, ils iraient le chercher là aussi. L’appât du gain et l’amour de l’argent rendent malade.


  • #1240191

    Yarrick + Goy Pride = pas loin du compte