Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Gaza : une fête de l’Aïd sur fond de trêve fragile et de pressions diplomatiques

Une trêve fragile entre Israël et le Hamas a été ternie lundi par des violences sporadiques meurtrières à Gaza, au premier jour de la fête musulmane du Fitr malgré les appels de l’ONU et des Etats-Unis à un cessez-le-feu durable.

Deux Palestiniens, dont un enfant de 4 ans, ont encore été tués à la mi-journée par des tirs de chars israéliens dans le nord de la bande de Gaza, portant le bilan à près de 1 040 morts Palestiniens en trois semaines de conflit, selon les secours locaux.

Après une nuit d’accalmie, des combattants de Gaza ont tiré en début de matinée une roquette sur la ville israélienne d’Ashkelon.

L’armée a riposté en visant deux lance-roquettes et un atelier de fabrication d’armes dans le centre du territoire palestinien, selon un communiqué. Deux Palestiniens ont été blessés.

Des tirs sporadiques ont également été signalés ailleurs dans l’enclave.

"L’occupant (israélien) refuse toujours tout cessez-le-feu humanitaire pour l’Aïd (el-Fitr). Il s’agit d’une rebuffade aux croyances des musulmans et à leur culte. L’occupant sera responsable de cette escalade", a accusé le porte-parole du Hamas à Gaza, Sami Abou Zouhri.

Cette trêve non déclarée, entamée à la fin du ramadan dimanche soir, est intervenue après une journée marquée par des annonces et des violations de cessez-le-feu de part et d’autre.

"Dans cette immense prison"

Face au lourd tribut payé par les civils palestiniens dans ce conflit qui a dévasté la bande de Gaza, où 1,8 million d’habitants souvent très jeunes s’entassent dans la misère, la communauté internationale a accentué la pression pour que cesse le bain de sang.

Le président américain Barack Obama est personnellement monté au créneau pour réclamer un arrêt de la guerre déclenchée par l’offensive militaire israélienne destinée à anéantir les capacités militaires du mouvement islamiste Hamas, au pouvoir à Gaza.

Sans ambiguïté, M. Obama a évoqué dans une conversation téléphonique avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu "l’impératif stratégique de mettre en place un cessez-le-feu humanitaire immédiat et sans conditions qui mette fin dès à présent aux affrontements et conduise à un arrêt permanent des hostilités".

A New York, les 15 pays membres du Conseil de sécurité de l’ONU, réunis en urgence, ont eux aussi exprimé dans une déclaration unanime leur "fort soutien à un cessez-le-feu humanitaire immédiat et sans conditions, permettant de fournir une aide indispensable et urgente".

Le représentant palestinien à l’ONU Ryad Mansour a regretté que le Conseil n’ait pas adopté une résolution plutôt que cette simple déclaration, et qu’il n’ait pas appelé à la levée du blocus imposé depuis 2006 à Gaza.

Le président palestinien Mahmoud Abbas, qui s’est entretenu dimanche à Jeddah avec le roi saoudien Abdallah, devait se rendre "très bientôt" au Caire à la tête d’une délégation de son mouvement le Fatah, du Hamas et du Jihad islamique, pour discuter d’un cessez-le-feu, a annoncé à l’AFP un haut responsable palestinien à Ramallah (Cisjordanie).

En trois semaines, les raids aériens et les tirs d’artillerie israéliens ont fait 1 037 morts - pour les trois-quarts des civils selon l’ONU - et quelque 6 000 blessés dans la bande de Gaza, où les destructions sont considérables et où plus de 170 000 personnes ont dû trouver refuge dans les bâtiments de l’ONU.

"Désarmement de Gaza"

De son côté l’armée israélienne, qui a ajouté le 17 juillet des opérations terrestres à sa campagne aérienne, a perdu 43 soldats, tandis que trois civils ont été tués par des roquettes en Israël.

L’ambassadeur israélien à l’ONU, Ron Prosor, a déploré que la déclaration du Conseil de sécurité "ne mentionne ni le Hamas ni ses roquettes, ni le droit d’Israël de se défendre" et a accusé une nouvelle fois le mouvement islamiste de s’abriter derrière la population de Gaza.

Israël, tout comme les États-Unis et l’Union européenne, considère le Hamas comme une "organisation terroriste", et ce dernier ne reconnaît pas l’existence de l’État d’Israël et prône la lutte armée contre "l’usurpateur sioniste".

Les désaccords restent ainsi très profonds sur les termes d’une trêve durable.

Israël, qui a affirmé avoir tué 320 combattants du Hamas depuis le 8 juillet, entend mener à son terme la neutralisation des "tunnels offensifs", des souterrains creusés par le Hamas à Gaza pour dissimuler des armes et lancer des attaques en territoire israélien.

De son côté, le Hamas réclame un retrait israélien de Gaza et une levée du blocus de l’enclave.

Dans son entretien avec M. Netanyahu, M. Obama a estimé que "toute solution de long terme au conflit israélo-palestinien" passerait par "le désarmement des groupes terroristes et la démilitarisation de Gaza".

La guerre de Gaza continue d’avoir des répercussions en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, où les heurts sont quotidiens.

Lundi sur l’esplanade des Mosquées dans la Vieille ville de Jérusalem, quelque 45 000 musulmans ont prié pour les morts de Gaza.

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le visage de la petite Palestinienne qui pleure résume parfaitement la situation.

     

    • Oui et je rajouterais que je supporte de moins en moins de voir ce genre d’images, c’est un triste constat d’impuissance frustrant accompagné d’une colère légitime face à autant d’injustice. A terme, ce genre de paradoxe devrait nous mener directement à la folie.


  • c est sensé etre les images de gaza de ce matin j en doute fort , ca sent la manipulation d image a plein nez


  • Créer deux États religieux n’a aucun sens.
    Il y a des musulmans et des juifs de partout maintenant.

    Gaza est aux palestiniens ce que le gaz B est aux israéliens...
    Un mensonge plein de vérités...
    Il faudrait peut-être déjà commencer par ça...
    Rétablir la vérité historique détruirait les privilèges liés à la pitié mais paradoxalement ça redonnerait de l’espoir à tout le monde, juifs compris.

    Quand on a subi la déportation à cause de l’administration ou l’exil à cause de l’occupation et quand on a perdu tout espoir dans des camps de travail ou dans des camps de réfugiés, ensuite on dit et on fait souvent un peu n’importe quoi dans une quête effrénée pour retrouver l’équilibre perdu au travers de tous ces traumatismes.

    Seuls les grands saints sont capables de supporter l’injustice et la violence sans la rendre en retour de manière à ce que les virus de la haine, de la peur et du ressentiment stoppent leurs courses folles.
    C’est très rare. Digne des prophètes.

    Malheureusement depuis 60 ans, les juifs en Israël ont démontré qu’ils étaient comme tout le monde et non le peuple élu malgré leur intelligence.
    Nul n’est prophète en son pays et la création de l’État d’Israël a mis un terme à la dimension prophétique du peuple juif.
    Voilà pourquoi ils sont malheureux aujourd’hui.

    Le triste sort des israéliens et des palestiniens est dû à la création de l’État d’Israël.
    Et l’ONU en est le seul et unique responsable !

    Israël est éternelle de par son histoire et la Palestine est maintenant elle aussi devenue éternelle car sa souffrance est désormais inscrite dans tous les coeurs.
    Alors ?
    Quelle est la solution ?

    C’est très simple.

    Le conflit israëlo-palestinien n’est pas un conflit génétique, religieux ou territorial.
    C’est un conflit neuro-linguistique.

    Israël est une science, la Palestine est une émotion.
    Ce sont éventuellement les noms de deux régions d’un même pays mais ce pays ne peut s’appeler ni Israël ni la Palestine.
    Un État c’est de la science et de l’émotion. Les deux.

    Pour que le grand Israël existe sur le territoire sans être inscrite sur la carte des nations et pour que la courageuse Palestine soit libérée dans les coeurs sans être inscrite dans la haine du terrorisme, il faut inventer un nouveau nom pour un nouveau pays qui comprendrait ces deux régions et ces deux peuples dans une grande démocratie d’unité nationale.

    "Les Terres Saintes" ?


  • La bas, y’a pas les grandes enseignes genre carrefour (produits choisis sur le marché international non boycotté, casher ou hallal, c’est pareil, si je me fais bien comprendre) pour fêter l’Aïd (à grands coups de pub et de vente promotionnelle "religieusement orchestrées"). Perso, dans mon pays, où le sketch frise la caricature, çà me fait rire autant que les "bismilah" outranciers pour montrer qu’on est musulman (Sur le Coran, euh, non, la bible, c’est une spécialité turque près de chez moi). Mais revenons au sujet :
    Bordel, cette petite fille et ce gamin en pleurs...
    Fuck Israël !... Antisémite dira-t-on ? Ben, si on veut. D’autant plus qu’on n’entend pas trop de "juifs du quotidien" sur çà et le reste (j’parle pas de Cohen et consorts, qui ne sont pas du quotidien parce qu’engagés). D’un autre côté, c’est comme le don de l’équipe de foot algérienne pour Gaza, tant qu’on a pas vu le "sheik"...
    Mais il faut manifester (avec dérive éventuellement pour bien niquer la France), çà c’est bien. Suite à un échange avec Toto et tenant compte de son point de vue bien construit (Amitiés sincères, s’il passe par là) j’ai été à la manif pro-palestinienne de ma ville. Bof... (De moins en moins de fougue de semaine en semaine, des français, mais pas de drapeaux français, un truc "interne" quoi). Je suis rentré en pensant "Tout le monde israélo-arabo-banlieuso-cequ’onveut" dans le même panier !
    Mais, ne vous méprenez pas, je trouve que c’est très "franchouillard" comme ambiance/attitude, dont acte !


  • Pour rester en vie à Gaza, éloignez-vous des enfants !
    Dr Abbas, directeur médical Hôpital Al Aqsa.


  • PIRES QUE LES NAZIS, les israeliens. Avec les encouragements des occidentaux (ue, otan, usa,...). Comment doit-on interpréter maintenant leur fameux "plus jamais ça" ?


  • les mensonges répétés de Tsahal pour se disculper du moindre crime, me font vomir.
    Je lis JSS NEWS pour savoir jusque dans quels recoins la fourberie sioniste peut se glisser,........parfois je suis tellement ecoeuré par cette propagande ehontée, que je clique pour sortir du site, sans aller jusqu’ou bout de l’article.

    Quand je pense que ce JSS est le protégé d’un député , qui se dit français, un certain meyer habib..........honte à l’UDI


  • La quantité de quenelles que Natanyahu a glissé à Obama durant ces dernières années est énorme !


  • Un cessez-le-feu ou plutôt la réédition de l’héroïque résistance palestinienne sans mettre fin au blocus inhumain dont sont victime les martyrs palestiniens...Les israéchiens ont interdit aux équipes médicales de porter secours à la population gazaoui , ils tuent les ambulanciers.
    Obwana le pygmée sodomiser au sionisme approuve et légitime cette agression barbare en s’abstenant de condamner cette abjecte entité bestiale de crime contre l’humanité en Palestine occupée . Mais l’indignation universelle a eu son mot à dire sale pute !


  • Ok on est tous d accord sur ce qui se joue en Palestine occupée mais que fais on concrètement maintenant sérieusement ? On fait quoi ? On laisse la situation pourrir, les médias nous mentir et le gouvernement nous mépriser ou on agit ?


Afficher les commentaires suivants