Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Général de Villiers : "Il n’y a plus de gras dans nos armées, on attaque le muscle. C’est mon devoir de vous le dire"

À trop tirer sur la corde, elle finit par casser… Et c’est ce que redoute, le général Pierre de Villiers, le chef d’état-major des armées (CEMA), d’après le compte-rendu de son audition [.pdf] devant les députés de la commission de la Défense, diffusé par la Saint-Cyrienne.

Tout d’abord, pour le CEMA, l’actualité internationale de ces derniers mois a validé l’analyse stratégique du dernier Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale (LBDSN) qui a conduit à préserver un modèle d’armée complet. Cependant, les contraintes budgétaires étant ce qu’elles sont, l’effort de défense a été calculé au plus juste dans le cadre de la Loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019.

Pour rappel, le budget de la Défense ne prend pas en compte l’inflation jusqu’en 2016 et restera, pour l’année prochaine, au niveau qui était le sien en 2011. À plusieurs reprises, le président Hollande s’est engagé à ne pas toucher à ces crédits. Et pour cause : en cas de nouvelle coupe budgétaire, tout l’édifice s’écroulerait.

«  Le chef des armées, le Président de la République, m’a confié une mission. Il a garanti les moyens de cette mission : ce sont les 31,4 milliards d’euros pour 2015. Certes, rien que les 31,4 milliards d’euros, mais la totalité des 31,4 milliards d’euros ! C’est sur ce projet que nous sommes engagés », a affirmé le général de Villiers. « Je crains l’infiltration rampante, le grignotage progressif de nos ressources financières. J’ai besoin des ressources 2015 en temps et en heure. Cette lisibilité m’est indispensable pour maîtriser les risques et mettre en œuvre une gestion efficiente », a-t-il ajouté.

Or, l’année 2015 est cruciale pour le respect de la trajectoire financière définie par la LPM. Elle prévoit un recours – sans doute excessif – aux recettes exceptionnelles à hauteur de 2,3 milliards qui ne sont, pour le moment, pas garanties. Pour la fin de cette année, il y a un risque sur le report de charge du ministère de la Défense. Report de charges qui avait atteint 3,45 milliards d’euros fin 2013 (autant dire que pour une entreprise classique, ce serait le dépôt de bilan). « Là encore, on ne peut pas, me semble-t-il, aller plus loin ! », a estimé le CEMA.

Les contraintes financières obligent les armées à trouver de nouveaux modes de fonctionnement plus économiques. Seulement, les années passent et, à force, les marges de manoeuvres se réduisent comme peau de chagrin. Et, dans le même temps, les armées répondent toujours présentes quand elles sont sollicitées (défense du territoire, dissuasion, Mali, Bande sahélo-saharienne, Centrafrique, Irak, Ukraine, etc…).

« Oui, je le dis souvent : le costume est taillé au plus juste. Les marges de manœuvre sont inexistantes. Avec la Révision Générale des Politiques Publiques puis la Modernisation de l’Action Publique, toutes les pistes d’optimisation ont été explorées et mises en œuvre », a expliqué le général de Villiers.

Ainsi, s’agissant de la masse salariale, le CEMA a rappelé qu’ « en 10 ans, entre 2009 et 2019, nos effectifs auront diminué d’un quart ». « C’est considérable ! », a-t-il lancé. « En 2014, le ministère de la défense, à lui seul, assumera près de 60% des suppressions d’emplois d’Etat. En 2015, ce ratio augmentera encore jusqu’à 66% », a-t-il poursuivi. Aussi, « plus on avance, plus il est difficile d’identifier des postes à supprimer » a-t-il dit.

Quant au fonctionnement, là-encore, les forces armées sont « déjà en limite de rupture », a déploré le général de Villiers, avec des difficultés pour satisfaire les besoins les « plus basiques ».

« Comment peut-on envisager d’aller plus loin en matière de fonctionnement quand la hausse de la TVA notamment est prise sous enveloppe et que les coûts de l’énergie et des fluides, également pris sous enveloppe, représentent 40% des dépenses des bases de défense ? », a demandé le CEMA.

Aussi, le constat est clair pour lui. « Que les choses soient dites, il n’y a plus de gras dans nos armées, si toutefois il y en a eu. J’invite ceux qui n’en sont pas convaincus à aller voir les conditions de travail et de vie de nos soldats », a-t-il lancé. Voilà un pierre lancée dans le jardin de Christian Eckert, le secrétaire d’État au Budget, qui, en juin, estimait tout le contraire.

Sur la question des matériels, le général de Villiers se veut extrêmement vigilant. « J’ai besoin que le calendrier de l’arrivée des nouveaux équipements soit respecté ! », a-t-il lancé. « Nos avions ravitailleurs actuels, les KC135, ont plus de 50 ans. Ils datent du début des années 1960, tout comme les avions Caravelle. Qui accepterait aujourd’hui de voler dans une Caravelle ? Nos véhicules blindés actuellement déployés en RCA ont 40 ans. Nos hélicoptères Puma ont eux-aussi presque 40 ans » a-t-il détaillé.

Alors, pour le moment, la France peut compter sur « de belles armées efficaces » et donc sur un « outil militaire très réactif (…) fruit d’une culture, d’un processus décisionnel extrêmement performant, d’une préparation opérationnelle rigoureuse et aussi d’une grande expérience, acquise sur tous les fronts » a fait valoir le CEMA.

Pour cela, ces forces armées s’appuient sur « les qualités de (leurs) jeunes militaires », qui font preuve d’ « endurance et de dévouement » à l’égard de la France. « Nous avons un belle jeunesse. Elle est généreuse et mérite le respect de la Nation, sa considératon et son soutien », a estimé le CEMA. C’est ainsi que ce dernier a donné l’exemple d’une chirurgienne de 32 ans qui, en 25 mois, a participé à 5 opérations extérieures de 2 à 3 mois, « en parallèle de son travail en hôpital militaire »…

Des matériels qui s’usent plus vite parce qu’énormément sollicités en opérations (au Sahel, le taux de diponibilité des hélicoptères est passé en-dessous des 50%, selon le CEMA), des personnels à hue et à dia qui travaillent dans des conditions compliquées et à qui on demande sans cesse de nouveaux efforts… Combien de temps cela peut-il durer, si, en plus, les ressources budgétaires promises aux forces armées ne sont pas au rendez-vous en 2015 ?

« Les hommes et les femmes de nos armées, nos jeunes, risquent leurs vies au nom de la France, en notre nom à tous. En retour, nous avons un contrat moral avec eux. Ils ne comprendraient pas, comme d’ailleurs nos concitoyens, que la LPM puisse être amputée de quelconque manière, dans le contexte actuel en France et dans le monde », a expliqué le général de Villiers.

Aussi, a-t-il prévenu, s’adressant aux députés, « il n’y a pas de gras dans nos armées. On attaque le muscle, alors que la situation sécuritaire se dégrade ! C’est mon devoir de vous le dire ».

Voir aussi, sur E&R :

L’armée française, figure majeure de l’histoire
de notre pays, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

26 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le gras, c’est celui de son cerveau vu le temps qu’il a fallu pour atteindre les premiers neurones.
    Il n’y a -comme d’habitude- que dans les hautes sphères qu’on peut trouver du gras dans l’armée. Le muscle a été entamé depuis un moment.
    L’armée ou n’importe quel corps constitué peut renverser ce gouvernement fantoche et son président ectoplasmique du jour au lendemain. Quelle résistance rencontreraient-ils ? Juillard et Roméro ? Valls et Taubira ? Les juges de la 17eme chambre de l’hôtel ?
    N’y-t-il-pas un De Gaulle, un Napoléon ou une Jeanne d’Arc (soyons é.g.a.l.i.t.a.i.r.e.) pour ouvrir la fenêtre ?
    C’est vrai, on n’a pas les "Avengers", mais quand on a comme Poutine le peuple derrière soi (Zemmour, c’est comme Mamouth : il écrase les gauchistes. 500 000 exemplaires dans ta face de tolérance), les risques sont minimes. Bons nombres de gens du peuple seraient ravis de prêter main forte. Où est l’espoir sinon ?
    Il est grand temps de sortir de cette maladie de la manifestionite pourtousiste aïgue et autre ersatz pseudo-révolutionnaire de défilés de char de tapettes. C’est pour les gauchistes, les Con-Bandits et autres tarlouses républicaines ces conneries.


  • OK et maintenant que ce général a ’dit’ son devoir, il ne lui reste plus qu’a le faire. Courage général on est derrière vous.


  • Un soldat doit se BATTRE, les femmes de l’armée ne se battent pas. Qu’est-ce qu’on fait de soldats qui ne se battent pas mais qui pèsent sur le budget de l’armée ? Elles restent loin du combat a astiquer leurs égos surdilatés et a envoyer les autres au casse-pipe en les regardant mourir de loin ?


  • Allons, pourquoi tant de pudeur dites plutôt qu’il n’y a plus de muscles et qu’on attaque l’os...


  • Prenez vos responsabilités, monsieur le général !
    Le stade de mise en évidence publique des insuffisences du budget militaire est déjà longtemps dépassé.

     

  • L’Armée est la plus haute émanation d’un Peuple. La situation est telle qu’il n’y a plus désormais que cette émanation pour reprendre en main le destin de la France. L’urgence est grandissime. Le Général de Villiers a dit son devoir, il lui reste maintenant a le faire. Il n’y a plus d’autres solutions.


  • Encore un blabla a casquette et étoile, si la situation était vraiment alarmante alors pourquoi cette tripoté de galonneux clinquant n’organise-t-elle pas un coup d’état ? Tout le but de ce baratin est de nous faire mieux admettre que le matériel et la dépendance "ontanesque" doivent expliquer pourquoi "les éponges a balles et la chair a canon" seront la variable d’ajustement des budgétaires. C’est la même situation qui a mené la France dans le mur (1940, lire les décombres de Rebatet ) a l’époque on avait aussi un gouvernement "socialofranmac". Que ce général se regarde dans la glace et assume plutôt que de faire la pleureuse médiatisé, alors que c’est lui qui est en charge d’appliquer les directives du massacre. Lâcheté servile en action, est-ce qu’un général chargé de mission (avec avancement a la clé) serait assez audacieux pour oser critiquer le pouvoir et risquer sa carrière sans l’aval de celui-ci ?

     

  • #1007232

    « Nous avons une belle jeunesse. Elle est généreuse et mérite le respect de la Nation, sa considération et son soutien »...

    Et le respect de la Nation, ça commence par ne pas ériger un gode anal géant à côté de la colonne de la Grande Armée...


  • Moi je propose de supprimer des postes de généraux, 5500 ça fait beaucoup.

     

  • si on avait vraiment des politique patriotes, disposant d’un minimum de courage et d’honneur, ce genre d’événement ne serait même pas envisageable.

     

  • Je ne sais pas pourquoi mais il me fait penser à Attali venant nous faire, larme à l’œil (l’arme à l’œil dans le cas présent), l’éloge funèbre de Coluche...


  • De Villiers a participé largement à l’élaboration de la loi de programmation militaire avant qu’il ne soit nommé général par Hollande lui-même.
    Donc que cherche-t-il exactement à dénoncer aujourd’hui ?
    Si la Grande Muette a enfin retrouvé la parole, qu’elle la prenne et la propage, mais surtout qu’elle la fasse suivre d’actes concrets.


  • Ce général ne semble pas comprendre que les socialistes et leurs alliés détestent son institution par principe. Coup de bol, les statut de l’armée l’empêchent de protester de manière effective lorsque celle-ci est menacée par des politiques mortifère.
    D’autres fonctionnaires, les cheminots par exemples, n’accepteraient pas le quart de ce que à quoi les militaires consentent.
    Les socialistes illustrent l’une des maximes qui les caractérise le plus : "Faibles avec les forts, forts avec les faibles." bien qu’une armée réellement en colère puisse les dégager du pouvoir d’une pichenette.

    Les gesticulations timides et autres communiqués de presse ne changeront absolument rien. Les mondialistes continueront à tailler dans les budgets jusqu’a la destruction totale de l’institution militaire.
    2017 est une illusion qui verra le triomphe de la droite d’argent. Pour l’armée, c’est le coup d’état, ou la mort par attrition.
    Faites votre choix, général.


  • Vazy mario attrape luigi mange un champi et fait le boulot.comme disait jesus il n est jamais trop tard pour bien faire. Allez place a la démocratie participative avec un coup de pouce des corps constitués.Marre de leur connerie


  • Que ces militaires arrêtent de pleurnicher.

    La pleurniche fait d’eux des collabos comme aux temps des heures les plus... b la blabla

    Garde à vous et prenez le pouvoir en destituant ce gouvernement qui nous rase jusqu’au cuir alors même qu’il n’y a pas de libération.

    Faites votre devoir non d’un chien et donnez les clés à ceux ( patriotes ) qui savent ce qu’ils doivent en faire.

    Repos.


  • qu’on supprime les Généraux plutot que les bidasses !


  • Les militaires se sauveront ils, ainsi que la France, en éliminant les ennemis de l’intérieur planqués au Gouvernement, à l’Assemblée et au Sénat ?
    Il y a eu un précédent avec De Gaulle. Mais il est vrai que c’était un bon politique et un vrai patriote, même si son exercice du pouvoir ne fût pas toujours immaculé. En attendant, il fit de la France une vraie mini-superpuissance que les autres auront mis 40ans à détruire...
    Il est sans doute temps de faire le ménage à nouveau !


  • Si la France était une Démocratie au lieu d’être une République, l’armée française ne serait pas présente à l’étranger.


  • virer tous les vieux ronds de cuir (5500) et mettre jean marie en CEMA voila une idée qu’elle est bonne !!!


  • Une fois de plus c’est Delassus dans son livre prophétique la Conjuration Antichrétienne qui avait tout prédit et découvert, page 359 je cite :’’Aujourd’hui, la secte emploie tout son savoir et toute sa puissance à la féminiser(la France), en lui enlevant sa foie et en désorganisant son armée.’’

    - Un livre a lire absolument sérieux, Soral devrait insister la dessus dans ces conseils de lecture !


  • Mon général,

    Ceux qui vous ont nommé et décoré sont ceux qui vous ont et nous ont trahis.

    Un pays a quatre souverainetés, sans lesquelles de libre et souverain il devient esclave :

    - la souveraineté monétaire : il bat sa propre monnaie
    - la souveraineté législative : il fait ses lois
    - la souveraineté militaire : il est maitre de son armée
    - la souveraineté judiciaire : il décide qui comment et pourquoi il punit.

    Qu’il lui en manque une, il n’est déjà plus souverain.

    Or la France a perdu ses quatre souverainetés :

    - Elle a perdu le Franc pour se mettre sous l’autorité de l’euro envers lequel ellen’a aucun droit sauf celui d’obéir
    - Elle a perdu l’initiative de ses lois, 80% de son corpus législatif étant dicté par Bruxelles (en vous adressant à des députés vous vous adressiez à des manchots !)
    - Elle a perdu sa justice écartelée entre les lobbies et les juridictions supranationales qui lui dictent ses décisions

    Sa souveraineté militaire ne fait pas exception à cette débâcle : en réintégrant l’OTAN notre ancien président a renoncé à diriger nos armées et a des gages de discipline à l’US en renoncant aux vélléités d’indépendance exprimées en son temps par Villepin au Conseil de sécurité.

    Mais ça ne suffit pas : il faut casser deux fois l’armée, la réduire à l’état gazeux.

    Deux fois :

    - en lui rognant les moyens, on aphyxie a proportion et définitivement le complexe militaro industriel de la France (jadis grand exportateur) laissant au complexe militaro industriel US les mains libres dans le monde et en Europe ( C’est pas Dassault qui a eu le marché de l’aviation polonaise, Pologne pourtant fraichement intégrée à l’UE)

    - en gommant l’armée on retire à la nation plus qu’une de ses souverainetés cardinales : on lui retire un élément majeur de son identité , on casse sa cohésion, on la confétise en minorités hostiles et concurrentes. (Pas d’école, pas d’armée, pas de cohérence ethnique, ni culturelle, ni religieuse : la division partout en tout , le gommage de tout Y COMPRIS dans l’armée)

    Vos problèmes de budget et les trahisons que vous dénoncez à ceux qui vous ont et nous ont trahis ne vont pas s’améliorer mais empirer PUISQUE C’EST DE NOTRE GENOCIDE PROGRAMME DONT IL S’AGIT

    Réveillez-vous : la république peut mourir, on ne la pleurera pas.

    Mais si la république peut et doit mourir la France elle est éternelle : soyez Français rentrez en résistance , adherez à E&R et faites une quenelle aux manchots !


  • #1014987

    Tenir le rang militaire de la France au XXI siècle !
    Est-ce que les lances et les boucliers en peau de hérisson seront livrés à temps ?
    C’est la question !


Afficher les commentaires suivants