Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Grèce : le facteur OTAN

Autant que par affinités culturelles et historiques, la Grèce espère l’aide de la Russie pour résoudre son problème économique. Cependant, le putsch organisé par l’Otan, en 1967, rappelle les limites politiques de la souveraineté des États européens en général et de la Grèce en particulier.

 

JPEG - 28.5 ko
Le souvenir du coup d’État militaire, organisé par l’OTAN en 1967, hante la vie politique grecque. Aujourd’hui, la Grèce peut-elle se rapprocher de la Russie ?

 

Aléxis Tsipras rencontre Vladimir Poutine à Moscou le 8 avril, au moment même où l’UE, la BCE et le FMI tiennent un nouveau sommet sur la Grèce, qui le jour suivant doit rembourser une échéance de 450 millions d’euros du prêt concédé par le Fonds monétaire international.

Les thèmes officiels, dans la rencontre de Moscou, sont ceux du commerce et de l’énergie, dont la possibilité que la Grèce devienne le hub européen du nouveau gazoduc, remplaçant le South Stream bloqué par la Bulgarie sous pression étasunienne, qui, à travers la Turquie, apportera le gaz russe au seuil de l’UE. On parlera aussi d’un possible relâchement des contre-sanctions russes, en permettant l’importation de produits agricoles grecs.

Selon ses déclarations à l’Agence Tass (31 mars), le Premier ministre Aléxis Tsípras a communiqué au président du Conseil européen, Donald Tusk, et à la représentante pour la politique étrangère UE, Federica Mogherini, que « nous ne sommes pas d’accord avec les sanctions contre la Russie [1] ». Et, au premier sommet UE auquel il a participé les 19-20 mars, il a officiellement soutenu que « la nouvelle architecture de la sécurité européenne doit inclure la Russie ».

En confirmation de cette position, Tsípras sera de nouveau à Moscou le 9 mai pour le 70ème anniversaire de la victoire sur l’Allemagne nazie, célébration boycottée par la majorité des leaders occidentaux (en commençant par Obama, Merkel et Cameron). Il y aura par contre le président chinois Xi, avec des représentants des forces armées chinoises, qui défileront sur la Place Rouge avec les forces russes pour symboliser l’alliance de plus en plus étroite entre les deux pays. Le président Poutine, à son tour, sera en septembre à Pékin pour célébrer le 70ème anniversaire de la victoire sur le Japon militariste.

En se rapprochant de la Russie, la Grèce de Tsipras se rapproche ainsi de fait aussi de la Chine et de la nouvelle aire économique euro-asiatique, qui est en train de naître sur la base de la Banque d’investissements pour les infrastructures asiatiques créée par Pékin, à laquelle a adhéré la Russie avec environ 40 autres pays. Des organismes financiers de cette aire et aussi de ceux des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) — qui visent à supplanter la Banque Mondiale et le FMI dominés par les USA et les plus grandes puissances occidentales —, la Grèce pourrait recevoir les moyens de se soustraire à l’étreinte étouffante de l’UE, de la BCE et du FMI. Parce que, aussi, la Chine veut faire du Pirée un hub de première importance de son réseau commercial. Selon The Independent, « le gouvernement grec est prêt à nationaliser les banques du pays et à créer une nouvelle monnaie », c’est-à-dire est prêt à sortir de l’euro et, s’il le faut, même de l’UE [2].

Mais entre en jeu ici un autre facteur : l’appartenance de la Grèce non seulement à l’UE mais à l’OTAN. « Une Grèce amie de Moscou pourrait paralyser la capacité de l’OTAN à réagir à l’agression russe », prévient Zbigniew Brzeziński [3]. Des paroles menaçantes à ne pas sous-évaluer, car Brzeziński a longtemps été conseiller stratégique de la Maison Blanche, avec laquelle il est encore en contact étroit. Même si le ministre de la Défense Pános Kamménos assure que « le nouveau gouvernement grec garde ses engagements dans l’OTAN malgré ses relations politiques avec la Russie », à Washington et Bruxelles on est sûrement en train de préparer un plan pour empêcher que la Grèce ne devienne un « maillon faible » dans le nouvel affrontement avec la Russie et, de fait, avec la Chine. Le putsch de 1967, qui amena au pouvoir les colonels, fut opéré sur la base du plan « Prométhée » de l’OTAN [4].

Les temps ont changé, mais pas les intérêts politiques et stratégiques sur quoi se fonde l’Otan. Entre-temps devenue plus experte dans les méthodes de déstabilisation interne.

Voir aussi, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1158550
    le 07/04/2015 par msmc
    Grèce : le facteur OTAN

    Tsipras ne fera rien , il a rien entre les jambes .


  • #1158566
    le 07/04/2015 par La Voix du Nord
    Grèce : le facteur OTAN

    Si le vent tourne , ils ne resterons pas les bras croisés ... Il faut au moins en être conscient !
    Quant aux incidences pour les autres pays de l’UE : un rappel à l’ordre ! Si d’aventure l’un d’eux ,s’imaginait vouloir son indépendance ( parti national ) par rapport à l’empire : c’est de cette manière qu’il sera recadré !

     

    • #1158716
      le 07/04/2015 par Drago
      Grèce : le facteur OTAN

      Donc l’UE serait la nouvelle URSS. Piégé, plus personne ne peut en sortir.


  • #1158836
    le 08/04/2015 par Jessica
    Grèce : le facteur OTAN

    Il m’étonnerait fort que les Russes, si durs à la détente, prêtent le moindre rouble aux Grecs, si... roublards , la fraternité orthodoxe a des limites...

     

    • #1158875
      le 08/04/2015 par Drago
      Grèce : le facteur OTAN

      Non, la fraternité orthodoxe n’a aucune limite.
      Ces Russes "si durs à la détente" ont amnistiés par décret 90% des 35,2 milliards de dettes à Cuba et 90% des 10 milliards à la Corée du Nord. Joli cadeau de 40 milliards en quelques jours... et pourtant Cuba et la Corée du Nord ne sont pas orthodoxes.


  • #1158930
    le 08/04/2015 par Themistocles
    Grèce : le facteur OTAN

    Comme l’union européenne n’admet pas en son sein les dictatures, il me semble difficile de revenir au régime des généraux de 1967.
    Même si l’expérience oligarchique des révolutions est multi-séculaire, une révolution du type Maïdan aurait certainement du mal à passer.

    Il faudra trouver autre chose, et de plus, "un peuple averti en vaut deux".


  • #1159205
    le 08/04/2015 par Rollerman
    Grèce : le facteur OTAN

    Il faut croiser cet excellent article d’un homme du sérail avec celui de J. Sapir :

    Tsipras, acteur du grand basculement ?

    Le présent article est hard-core, axé sur la géopolitique, celui de Sapir démontre techniquement les impasses économiques en cours, et présente les outils médiatiques pour aveugler le bétail que nous sommes et que nos dirigeants font mine d’être.