Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Grèce : violents affrontements à Athènes

Le projet de budget d’austérité a été adopté mercredi par le parlement grec. La situation est très tendue à Athènes après de violents affrontements pendant le journée entre groupes de jeunes et forces de l’ordre qui ont fait au moins 72 blessés, dont 32 policiers.

Des affrontements entre des groupes de jeunes et les forces de l’ordre ont repris mercredi juste après l’adoption par le parlement du nouveau plan d’austérité, sur la place centrale d’Athènes noyée sous les gaz lacrymogènes, ont montré les télévisions.

En milieu d’après-midi, ces affrontements avaient provoqué l’hospitalisation de 34 personnes, dont 19 policiers, tandis que la police a procédé à trois arrestations, selon la police et les services d’urgence. Les services d’urgence ont aussi annoncé qu’un des hôtels de luxe de la place avait été évacué "à titre préventif".

Vers 16H00, en contrebas du parlement et du campement monté sur la place par les "indignés" grecs, des groupes encagoulés et munis de masque à gaz harcelaient les forces anti-émeute qui ripostaient en noyant les lieux sous un nuage suffoquant. Des manifestants cherchaient refuge en toussant et pleurant dans la bouche de métro.

Après avoir été évacuée la place a de nouveau été reprise par les manifestants et la tension restait très vive en début de soirée. Le correspondant de la RTBF sur place craignait que les heurts ne se poursuivent encore dans la soirée et la nuit.

Incendie à proximité du ministère des Finances

Un incendie s’est déclaré à proximité du ministère grec des Finances mercredi en fin d’après-midi, au milieu d’affrontements entre groupes de jeunes et forces de l’ordre sur la place Syntagma à Athènes, près du parlement.

Selon les pompiers, le feu s’est déclaré "dans ou près de la Poste" qui occupe la moitié du rez-de chaussée du ministère, situé tout en bas de la place Syntagma, en face du parlement où a été voté dans l’après-midi un plan d’austérité de quatre ans, vivement contesté par la rue. "Les pompiers font ce qu’ils peuvent, mais il leur est difficile d’approcher en raison des incidents", a indiqué une porte-parole des pompiers.

Une épaisse fumée noire s’élevait du passage public où se trouve l’entrée de la Poste.

Un plan d’austérité crucial

Le vote sur ce projet d’austérité pluri-annuel était estimé crucial pour la poursuite de l’aide financière internationale au pays mais aussi pour la zone euro, menacée en cas de faillite de la Grèce d’après les responsables européens.

Une députée de l’opposition grecque avait annoncé dès avant le vote qu’elle soutiendrait le plan d’austérité lors du scrutin qui a eu lieu en début d’après-midi au Parlement à Athènes. Un député frondeur du Pasok (parti socialiste grec) au pouvoir avait fait savoir mardi qu’il voterait finalement en faveur du plan. Le Pasok disposant d’une majorité de 155 élus sur 300, il ne pouvait se permettre de trop nombreuses défections.

Le plan a finalement été adopté par une majorité de 154 députés. Le député frondeur socialiste a immédiatement été exclu de son parti par le Premier ministre. Le Premier ministre socialiste Georges Papandréou avait affirmé avant le vote devant les représentants de la Chambre que la Grèce ferait "tout faire pour éviter le défaut de paiement".

Les marchés européens réagissent positivement au vote

Selon le site de l’Echo, les bourses européennes ont salué le vote du parlement grec avec des hausses très nettes. Les acteurs financiers ne peuvent évidemment qu’être rassurés par ces mesures d’austérité qui étaient indispensables pour obtenir la prochaine tranche d’aide financière internationale, et éviter de se retrouver en défaut sur la dette, ce qui aurait mis tous les créanciers du pays en difficulté.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #28070
    le 29/06/2011 par LearningFish
    Grèce : violents affrontements à Athènes

    Comme toujours, quand les peuples crèvent, les marchés montent... (CAC 40 en hausse de près de de 2% today)


  • #28072

    Les pourris de financiers et banquiers vont le payer,la rupture entre les peuples et leurs élus a atteint un point de non retour,que tous les européistes mondialistes dans les parlements nationaux dégagent,sinon on va etre forcer de les virer par la force,il est insupportable de voir cette merde encore perdurer,ça va mal finir.


  • #28096

    Ce que je ne parviens pas à saisir, c’est que ce gouvernement tente de mettre en place une politique d’austérité qui entrainera immanquablement la déflation puis la guerre civile... L’histoire l’indique pourtant très clairement, mais certains idiots semblent s’acharner à ne rien vouloir comprendre.

    J’imagine qu’ils ne comprendront comme d’habitude qu’après s’être fait trancher la gorge par la foule en colère...

    L’histoire est un éternel recommencement.

     

    • #28125
      le 30/06/2011 par Chercheur de Vérité
      Grèce : violents affrontements à Athènes

      Mais c’est là qu’est tout le piège, il nous poussent à bout pour justifier la mise en place d’un gouvernement autoritaire mondiale sans l’avale démocratique du peuple. C’est la stratégie du choc...
      (Même si pour la Grèce la guerre civile est gagnée d’avance puisque les bourreaux fuient en Suisse mais personne n’en parle...) Les "experts" depuis 3 jours (alors qu’un jour avant soit-disant ça n’aurait aucun effet majeur) nous prédisent le pire si l’austérité n’est pas votée , mais pourtant ça ne les a pas dérangé de faire les JO en Grèce, un puits à pognon sans fond, de prêter aux grecs sans compter, de trafiquer les comptes... quand la faillite de la Grèce arrivera (et la crise des liquidités qui naît en ce moment en Europe n’est pas s’en rappeler l’avant faillite Argentine), puisque de toute façon austérité ou pas quand vous devez rembourser avec intérêts alors que votre capacité de croissance est caduque tout est foutu, ils feront les étonnés... mais ils savent très bien ce qu’ils font, tout est calculer de A à Z.
      George Bush père avait annoncé en septembre 1991 l’avènement du nouvel ordre mondial, pas celui qui libéra les peuples mais celui qui les dominera... Les mystiques y verront l’accomplissement de la prophétie apocalyptique, éh bien je crois qu’ils ont raison.


  • #28102
    le 29/06/2011 par Oghma-Infinium
    Grèce : violents affrontements à Athènes

    Combien vaut le kilo de viande humaine de chômeur "appellation d’origine européenne garantie" à la clôture de l’indice "bouche-charcuterie" de Wallstreet, ce doux soir d’été ?

     

    • #28245
      le 30/06/2011 par lacomédiehumaine
      Grèce : violents affrontements à Athènes

      si peu cher, que le vendeur (chômeur) se voit contraint, maintenant, de payer l’acheteur (wall street).

      on appelle ça une rétro-commission ?


  • #28104
    le 29/06/2011 par Jean Leroy
    Grèce : violents affrontements à Athènes

    Pendant ce temps, les otages...

    Je veux bien que la libération des deux journalistes soit une très bonne nouvelle mais tout de même : ABSOLUMENT RIEN DANS LES JT DE TF1 ET FRANCE 2 sur l’adoption du plan de rigueur grec et la vente officielle du pays à l’oligarchie bancaire.

    Ca sent la couverture, ça sent le pretexte pour remplir les JT et blackouter absolument tout ce qui se passe ailleurs. Comme l’affaire Bétancourt (Ingrid, pas Vivianne) dont on nous avait rabattu les oreilles pendant plusieurs semaines alors qu’il se passait des tas d’autre chose.


  • #28108

    Malgré l’immense sympathie que nous inspire le mouvement de protestation du peuple grec et le sentiment de solidarité qui nous habite, force est de constater que celui-ci s’avère incapable, à ce jour, d’imposer un rapport de forces suffisant pour mettre en échec le gouvernement et le plan fomenté par les oligarches européens. Les manifestations désordonnées et autres jets de pierre, la grêve générale, etc... tout cela produit des images spectaculaires dont se nourissent à satiété certains médias (en Allemagne où je vis, les images tournent en boucle) mais reste parfaitement inopérant.
    Parmi les réflexions que devrait nous inspirer la situation grecque, celle de l’efficacité dans les rapports de force devrait nous préoccuper en premier chef dans la perspective de ce qui nous attend demain en France. Certes, la révolution (ici il devra s’agir d’une rupture dans le mouvement historique de domination de l’oligarchie financière sur les peuples) ne se décrète pas mais, au moment opportun, elle reposera quand même sur la capacité d’action d’individus et de groupes d’individus déterminés, mûs par un projet clair en prise avec le moment historique. Serons-nous ceux-là ? Aurons-nous cette capacité ? C’est aujourd’hui que demain se prépare.


  • #28128

    y a un truc qu’on n’entend ni ne lit jamais nulle part à propos de la Grèce, c’est que ce pays ne produit rien du tout. tout le monde est dans le tertiaire, la paysannerie on ne sait même plus ce que ça veut dire. je vois pas très bien comment ils vont pouvoir s’en sortir, si ce n’est émigrer ailleurs (ce qui est déjà le cas pour les grecs les moins cons et l’a souvent été dans le passé) . conclusion : pas de pétrole = pas de révolution.

     

    • #28155

      Faux. Ils produisent une des choses parmi les plus précieuses : ce qui nourrit le corps de l’homme et ce n’est pas rien. Le seul problème c’est que sur l’huile d’olive par exemple on ne peut pas obtenir la même plus value qu’avec des merdes comme des Ipod et autres Ipad fabriqués par des esclaves et revendus à des prix indécents aux gogos à travers le monde...quelle époque dégénéré où une société agraire est considéré comme inutile, ne produisant rien...si on vous retire vos ipod et autres merde vous allez chialer, mais le jour où l’assiette sera vide se sera des larmes de sang qui couleront de vos yeux ! A ce moment là les gens comprendront la vraie valeur des choses !
      Soit dit en passant notre survie passera par un retour massif à l’organisation économique traditionnelle, c’est à dire basée sur un gros socle agricole et sur une production industrielle servant à satisfaire les besoins réels des gens en produisant des objets de qualité durable et réparable. Nous ne pourrons pas continuer longtemps à baser notre fonctionnement économique sur la fabrication en série de saloperies à durée de vie volontairement limitée et dont le coup des réparations (quand possible) dépasse parfois le prix de l’objet neuf...il n’y a pas si longtemps, jusqu’en dans les années 60 voir 70 on fabriquait encore des réfrigérateurs et des voitures pouvant fonctionner une vie entière. J’ai connu un vieux qui a conduit la même voiture pendant plus de 40 ans...


  • #28192

    la police est restée maitresse du terrain, les combattants ont été très isolés du coté manifestants.

    la révolution c’est vaincre les forces de l’ordre ou les forcer à se rallier au peuple, sinon comme dit A.S faut faire de l’import export.


  • #28219
    le 30/06/2011 par Réveillez-vous
    Grèce : violents affrontements à Athènes

    L’enfiotté en chef a fait dans son caleçon

    http://tempsreel.nouvelobs.com/actu...