Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Hitler et la musique des "sous-hommes"

La fille d’un officier de renseignement soviétique vient de révéler au magazine allemand Der Spiegel un secret de famille : la collection de disque d’Adolf Hitler, dérobée par son père en 1945. Surprise : du fond de son bunker, le "Führer" écoutait Tchaïkovsky.

Officiellement, les nazis ne juraient que par la musique allemande
DR


L’histoire ressemble à celle d’Ali Baba et les quarante voleurs. Un jour de mai de 1945, dans un Berlin en ruines, le capitaine Lev Besymenski [c’est un vrai nom, ça ?], officier du renseignement, est chargé d’inspecter la Chancellerie, détruite deux jours plus tôt, et le bunker dans lequel la vie d’Adolf Hitler a pris fin. Il examine soigneusement les lieux pendant plusieurs heures puis l’officier responsable lui demande ce qu’il veut emporter comme souvenir. Besymenski se remplit une caisse et la rapporte par la suite à Moscou. 46 années passent.

Par une belle journée d’été de 1991, la famille reçoit quelques amis dans sa datcha des environs de Moscou. Alexandra, la fille du capitaine, monte au grenier chercher des raquettes de badminton. Il fait sombre, elle se cogne le tibia contre quelque chose de dur. C’est une pile de disques qui portent une vignette carré sur lequel elle lit avec stupéfaction "quartier général du Führer." Elle redescend avec sa trouvaille et demande des explications à son père. Celui-ci élude la question. Probablement parce que Besymenski, qui est devenu historien et professeur à l’Ecole Militaire de Moscou, craint d’être accusé de pillage.

Aucun des ouvrages qu’il a écrit sur Hitler n’évoque ce qu’il a rapporté de Berlin en 1945 : une centaine de disques noirs, une partie de la collection de disques du quartier général du Führer. Il était certes courant à l’époque que les vainqueurs rapportent quelques souvenirs à la maison mais certains avaient exagéré ce qui avait provoqué quelques scandales. Besymenski s’était contenté lui de prendre à la Chancellerie de quoi satisfaire sa passion. L’homme était mélomane et fréquentait souvent le Conservatoire de Moscou avant la guerre. Il est mort en juin de cette année à l’âge de 86 ans. Ce n’est que la semaine dernière que sa fille Alexandra a montré les fameux disques au Spiegel. Certains sont rayés, d’autres cassés, mais la plupart sont en bon état. Le premier coffret ne contient rien de surprenant : les sonates pour piano opus 78 et 90 de Beethoven, par exemple, ou l’ouverture du Vaisseau fantôme de Wagner.

Hitler, outre l’architecture, s’intéressait à la musique. Quand il était à Vienne, il se rendait pratiquement chaque jour à l’Opéra pour entendre du Beethoven, du Wagner, du Liszt ou du Brahms. Mais pour lui, seule comptait la musique allemande. La collection récupérée par Besymenski contient pourtant des ¦uvres de compositeurs issus de peuples que les nazis considéraient comme des "sous-hommes" - par exemple les Russes Tchaïkovski, Borodine et Rachmaninov.

La référence "quartier général du Führer 840", par exemple est un enregistrement Electrola pour "Basse en russe avec orchestre et choeur" de la mort de Boris Godounov, de Moussorgski, chanté par Fédor Chaliapine. Une autre coffret ne contient que des oeuvres de Tchaïkovsky, avec le célèbre violoniste Bronislav Huberman, un juif polonais, en soliste.

"Quelle affreuse ironie, commente avec chaleur Alexandra Besymenskaia. Des millions de Slaves et de juifs sont morts à cause de l’idéologie raciale des nazis."

Hitler, à la période où il s’isolait de plus en plus et n’apparaissait pratiquement plus en public, se détendait manifestement en écoutant des disques. Et là, le fanatique n’était plus très regardant sur les compositeurs comme sur les interprètes. Besymenski, qui est lui-même juif, s’étonnait du nombre de Russes célèbres qu’il découvrait sur les disques du bunker.

"C’étaient des enregistrements de musique classique, interprétés par les meilleurs orchestres d’Europe et d’Allemagne et les meilleurs solistes de l’époqueSCa m’a surpris de voir qu’il y avait aussi de la musique russe", écrivit l’historien il y a trois ans quand il se décida, sous la pression de sa fille, à confier à la postérité comment il était entré en possession de cette collection.

Les Américains avaient eux aussi découvert une quantité de disques en 1945, dans une grotte du Berghof. L’historien Phillip Gassert, de l’université de Heidelberg, en a eu quelques uns entre les mains quand il faisait des recherches aux Etats-Unis. Ils portaient aussi de petites vignettes perforées semblables à celles qui figurent sur les disques rapportés par Besymenski. Lev Besymenski écoutait les disques nazis avec ses meilleurs amis et les prêtait parfois à des musiciens, le chef d’orchestre Kyrill Kondrachine par exemple, ou les célèbres pianistes Emil Guilels et Jacov Zak.

Alexandra Besymenskaia compte réfléchir tranquillement à ce qu’elle va faire de la collection de son père, peut-être "autour d’un verre de vin." C’est le titre d’une chanson de soldat mise en musique par Franz Abt, qui fut directeur musical du théâtre de Brunswick au XIXe siècle. Le disque porte la référence "quartier général du Führer 779."


Source : http://www.egaliteetreconciliation.fr