Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Irak : Contrebande de petites filles à Bassora

La police irakienne a appréhendé les membres d’un gang spécialisé dans la contrebande de filles qui opéraient dans la province de Bassora. La plupart des filles vendues à l’étranger appartiennent à des familles pauvres de la ville.

Un commerce florissant qui s’est répandu depuis 2003

La contrebande de filles est un business florissant en Irak. Depuis l’invasion américaine de 2003, ce commerce est aussi répandu que le trafic illicite de stupéfiants, d’antiquités et d’armes.

« Le trafic de jeunes filles est un phénomène étrange et inacceptable dans une société traditionnelle comme l’Irak », nous a déclaré un agent de sécurité qui préfère garder l’anonymat .

Il a ajouté que ce n’était pas la première fois que la police arrêtait ce genre de trafiquants : « Les gangs s’en prennent aux petites filles. Ils fournissent de faux passeports et facilitent leur voyage à l’étranger ». Mais il a refusé de donner des détails sur le nombre de filles passées en contrebande.

Pour Tareq Hareb, expert juridique, il y a en Irak de nombreuses bandes organisées, spécialisées dans la vente de filles. Il attribue ce trafic à « la pauvreté abjecte qui règne dans le pays ». Hareb dit que la loi irakienne est extrêmement sévère avec les contrebandiers qui, s’ils sont reconnus coupables, sont condamnés à la réclusion à perpétuité. « Mais les familles irakiennes hésitent à les dénoncer. Elles craignent la honte que génèrent de telles révélations. C’est la raison pour laquelle ces gangs poussent comme des champignons ».

La Professeur Fawziya al-Attiya a une opinion différente. Pour elle, la cause principale de la contrebande de filles est le manque de sécurité.

Les crimes dont les femmes sont victimes ont fait un bond en avant depuis l’invasion américaine. Le nombre de veuves et de familles irakiennes dirigées par des femmes a grimpé en flèche.