Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Alimentation et médecine : entretien avec Irène Grosjean

 

 

 

Irène Grosjean, 84 ans, est docteur en naturopathie depuis 1958.

 

Voir aussi, sur E&R :

Pour une nouvelle approche de l’alimentation,
rendez-vous chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

89 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1017254

    Mieux vaut tard que jamais !


  • #1017364

    Mme Grosjean est l’incarnation de la beauté, de la bonté et de l’intelligence. Un être pur qui parle vrai et qui a tout compris : le sens de la vie, ce lien qui nous rattache à la nature dont les lois ne peuvent être bafouées sans en payer un jour le prix.

    Merci à ER de relayer son message et de vous intéresser en plus des sujets politiques et d’actualités à ce sujet primordial qui nous concerne tous au plus haut point : notre santé physique, mentale, émotionnelle et même spirituelle.

    Je suis en train d’amorcer un virage professionnel et personnel à 180 degrés grâce à vous, à M. Alain Soral, si cher à mon cœur et à la prise de conscience que vous avez déclenchée en moi ce jour de Décembre 2012 je crois lorsque j’ai visionné l’interview du professeur Gernez. Ce jour-la, ma vie a basculé. J’ai soudain ouvert mes yeux et mes oreilles et ma vie, depuis ce jour, n’est qu’une succession de decouvertes les plus fascinantes les unes que les autres.

    Et comme Mme Grojean le dit si bien dans cette video, la vie etant un mouvement perpetuel, il ne sert à rien d’apprendre si l’on ne transmet pas. Cet apprentissage et cette transmission est donc notre devoir à tous. C’est le mien dorénavant et c’est le seul moyen véritable de combattre toutes les horreurs dont ce site se fait l’écho chaque jour.

    Il nous appartient à tous d’aller au delà du dégoût, de la tristesse, frustration, colère, désir de revanche légitime devant tant d’ignominie et d’injustice et de dépasser tout cela en le transformant en une énergie positive d’amour, de solidarité, d’entraide et de reconstruction.

    Merci à tous.

     

  • très intéressant. Un bémol tout de même : comme tout le monde, je suis né avec des canines légèrement pointues, et ces dents ne sont pas faites pour déchiqueter les carottes.

     

    • Des canines qui n’en sont pas vraiment si on les compare à de véritables canines de carnivore.
      Physiologiquement les "canines" humaines sont plutôt des prémolaires à une cuspide.


    • lol ... encore un sophisme dégainé pour tenter de justifier la consommation de viande.

      Nous n’avons pas des canines de lion, nous avons tout simplement des canines de frugivores. On s’en sert pour sélectionner tous les aliments durs. Donc oui, elles sont bien faites pour déchiqueter carottes crues, pommes, pain trop cuit, etc ... Ca évite de broyer directement les aliments avec les molaires et pré-molaires (vu où elles sont positionnées c’est pas très pratique avec une pomme...), et de se niquer les deux dents de devant. Mais dans une tranche de jambon, j’aimerai bien savoir à quel moment les canines interviennent...

       

    • #1017897
      le 01/11/2014 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Alimentation et médecine : entretien avec Irène Grosjean

      @ vegan

      "Donc oui, elles sont bien faites pour déchiqueter carottes crues, pommes, pain trop cuit, etc"

      Que vous militiez pour une alimentation non carnée est votre droit, mais ne vous rendez pas ridicule au risque de décrédibiliser un combat qui n’est pas forcément mauvais ! Depuis quand en effet, ce "pain trop cuit" qui conditionne selon vous l’apparence de nos dents pousse-t-il sur des arbres ? Depuis la préhistoire, ou avant peut-être ?


    • @ Heureux qui comme Ulysse ...
      A toujours vouloir crétiniser les vegans avec des réflexions aussi stupides que la votre, les thuriféraires de la viande sont à eux seuls une synthèse de ce qui se fait de mieux dans le ridicule de l’argumentation.


    • Des canines ? Les petits chicots pointus qui dépassent à peine des autres dents ?
      Je vous conseille de regarder une mâchoire de lion, ou de chat, vous verrez ce que sont des canines faites pour la viande.

      Quant à l’argument qui nous dit qu’au milieu de l’hiver les hommes mourraient de faim, il faut savoir que le berceau de l’homme se situe dans un climat tropical, avec profusion de fruits toute l’année, et ce, pendant des millions d’années, avant qu’on commence à choper la bougeotte.


    • #1018414
      le 01/11/2014 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Alimentation et médecine : entretien avec Irène Grosjean

      @ vegan

      C’est donc si difficile à assumer que votre naufrage intellectuel produit par l’idéologie vous fait écrire n’importe quoi ? Navré, mais c’est bien vos mots que je reprends ! Les gens comme vous, sous leurs allures de gentils pourfendeurs de la souffrance animale sont les plus extrémistes parmi les extrémistes, vous êtes même capables de vous mettre à dos celui qui justement vous écrit ne pas trouver votre combat futile ! Vous me faites penser à un cégétiste qui se met en grève quand son employeur lui donne une prime extra-légale au prétexte que cela serait suspicieux !
      Et ce seraient les autres qui ne sauraient argumenter dit le cador, je pense que lorsque vous placez la carotte et le pain dans la catégorie des aliments qui ont conditionné l’apparence d’une dent, on peut légitimement se poser la question de votre salubrité intellectuelle ! Et demain, quand les lions en captivité boufferont des salades, leurs canines vont se raccourcir peut-être ?


    • @ heureux qui comme ...



      votre naufrage intellectuel produit par l’idéologie



      De quelle naufrage parlez vous ? Du votre conditionné par les lobbys de la viande et de ses dérivés qui martèlent chaque seconde à chaque coin de rue, spot tv, pub papier, livres partisants, qu’il faut manger de la viande et boire du lait ?? Ayez au moins l’humilité de ne pas vous mesurer à tous les illustres personnages qui ont étudié le sujet parmi bien d’autres tout aussi sérieux et qui sont des références de l’Antiquité à aujourd’hui.



      Les gens comme vous ... sont les plus extrémistes parmi les extrémistes




      De quel extrémisme parlez vous ? De celui qui protège, sauve et épargne des vies quand vous, vous les enlevez en torturant et massacrant pour de sinistres et abominables plaisirs inutiles et indécents ?



      lorsque vous placez la carotte et le pain dans la catégorie des aliments qui ont conditionné l’apparence d’une dent




      Votre interprétation de mon exemple du pain cuit est à l’image de votre interprétation sur le reste : ridicule. Il fallait juste comprendre dans l’exemple du pain, combien nos canines nous sont utiles pour tout ce qui ne relève pas du déchiquetage de la viande. C’est tout. Mais encore une fois, les pourfendeurs de chair animale se jettent sur n’importe quoi qui pourrait leur permettre de rebondir et de croire contre argumenter, alors qu’ils ne font toujours que tomber à coté.

      Je ne refuse pas la critique ni le dialogue. Mais quand il est asséné avec ironie, moquerie et mépris, permettez moi d’y répondre sur le même ton.


    • #1018733
      le 02/11/2014 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Alimentation et médecine : entretien avec Irène Grosjean

      @ vegan

      N’insistez pas, je n’éprouve aucun plaisir à ridiculiser celui qui se drape dans une "démonstration" qui n’a rien de scientifique pour justifier de ses choix ! Votre religion est celle-ci, très bien, mais ne venez pas me dire qu’elle s’appuie sur de véritables arguments ! Assumez-vous ! D’autant que vous prétendez beaucoup pour quelqu’un qui ne sait pas ! Au fait, que savez-vous de mon régime alimentaire ? Rien, évidemment !... on appelle bien cela de l’idéologie, non ?
      Et pour les nourrissons, vous préconisez quoi pour qu’ils ne participent pas à la souffrance animale de leur mère ? Des biberons de salade verte ? Ah non, j’oubliais, l’industrie pousse à consommer des produits de substitution au lait maternel, c’est scientifiquement prouvé, avec un recul d’un siècle même, que c’est pour le bien de l’Humanité !
      Il vous sera toujours loisible de grandir et d’apprendre un jour (peut-être) la véritable histoire de l’espèce, mais là, vos certitudes sur son régime alimentaire risquent de voler en éclats, le mieux est encore de vous y préparer !
      "De l’origine des espèces" qu’il disait Darwin... sauf que nos "élites" n’auront retenu que son "évolution" ! Dommage !


    • @ heureux qui ...
      Qu’est ce que vous pouvez être pédant et condescendant ! C’en est risible. Allez donc dire à Cuvier, De Vinci, Edison, Campbell, Schweitzer, Levi Strauss, Newton, Tesla, Ford, Monod, que leur conclusions sur l’anatomie comparée n’est pas scientifique. Ne prenez surtout pas le temps de faire une brève recherche sur google, sinon vous risquez de trouver des éléments qui ne vont pas dans votre sens et ce serait très contrariant.

      Par exemple, à propos du nourrisson, je n’ai pas bien compris où vous vouliez en venir, car la logique carniste concernant les besoins fondamentaux nutritionnels est toujours tres confuse, mais la position de l’Association Américaine de Diététique et des Diététiciens du Canada est la suivante :
      "Les régimes végétariens menés de façon appropriée sont bons pour la santé, adéquats sur le plan nutritionnel et sont bénéfiques pour la prévention et le traitement de certaines maladies. Une alimentation végétalienne bien planifiée et les autres types d’alimentations végétariennes sont appropriés à toutes les périodes de la vie, y compris la grossesse, l’allaitement, la petite enfance, l’enfance, et l’adolescence."
      Donc une fois le bébé sevré, comme n’importe quel autre animal, il n’a plus besoin de lait pour la suite de sa vie.

      C’est plutôt vous qui devriez ne pas insister. Mais merci quand même de vous sacrifier car c’est grâce à des gens comme vous qu’on peut mettre à mal nombres de préjugés. Votre réthorique est si banale qu’elle en devient lassante mais je ne vous en veux pas. C’est bien connu, la meilleure défense, c’est l’attaque. Faire passer votre interlocuteur pour un parfait crétin, lui poser lui beaucoup de questions, geindre, dire n’importe quoi, faire un examen aigu de sa conscience, lui faire dire ce qu’il n’a pas dit, bref dire des trucs.

      Et pour finir, puisque vous citez Darwin, connaissez vous ceci de lui ?
      « La classification des formes, des fonctions organiques et des régimes a montré d’une façon évidente que la nourriture normale de l’humain est végétale comme celle des anthropoïdes et des singes, que nos canines sont moins développées que les leurs, et que nous ne sommes pas destinés à entrer en compétition avec les bêtes sauvages ou les animaux carnivores. »


    • #1018981
      le 02/11/2014 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Alimentation et médecine : entretien avec Irène Grosjean

      @ vegan

      Je sais que votre religion impose de parler en dernier pour avoir "raison", mais ce n’est que la logique du Temple (sophistique) qui vous dicte cette mascarade ! Désolé !
      Confrontées au facteur temps, vos théories évolutionnistes exclusives se fracasseront toujours à la réalité, c’est ainsi ! Sans "l’accident génétique" venu contrarier l’approche probabiliste, toute la durée de vie présumée de l’univers ne suffirait pas à faire d’un singe d’hier l’être humain qu’il est aujourd’hui !
      Maintenant, je vous laisse volontiers croire, c’est votre choix et il est respectable, mais ne venez pas donner des leçons de modélisation du vivant, vous vous ridiculisez, effectivement.
      Qu’est ce qu’ils sont cons ces reptiles qui n’ont pas évolué depuis des millions d’années, ils auraient pu devenir les rois de la planète, merde, quand même ! Quand, dans le même temps, un loup est devenu dauphin, il y a de quoi considérer les sauriens comme des fascistes réactionnaires, être à ce point hostile au changement, c’est suspect !


    • @ heureux qui ...

      Si vous pouviez vulgariser votre propos, vous seriez bien aimable et je vous comprendrais mieux et je suis sure que je ne suis pas la seule. Remarquez que quand je passe mon temps à argumenter, vous passez le votre à critiquer sans aucune démonstration. L’essentiel de votre réthorique consiste en moquerie et extrapolation, sans aucune preuve qui étaye votre raisonnement.

      A quel moment ai-je parlé de la théorie de l’évolution ? Je n’ai cité Darwin que pour vous donner un exemple de plus d’études sur l’anatomie comparée. Et votre critique au sujet de l’Evolution est assez drôle à la lecture de votre phrase : "toute la durée de vie présumée de l’univers ne suffirait pas à faire d’un singe d’hier l’être humain qu’il est aujourd’hui".

      Toutes vos circonvolutions déployées finalement pour ne pas reconnaître à tout être sentient son droit à ne pas être exploité est vain, car quand une idée est juste et honnête comme le veganisme, elle fait son chemin et s’impose d’elle même et vous n’y pourrez rien.

      Croyez bien aussi que je ne vous réponds pas pour avoir le dernier mot, et que même si je peux avoir la Foi, je ne suis soumise pour autant à aucun gourou, secte ni religion.


    • #1019250
      le 02/11/2014 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Alimentation et médecine : entretien avec Irène Grosjean

      @ vegan

      Voyez que vous pouvez être raisonnable quand vous commencez à écouter. A aucun moment je n’ai prétendu que votre combat est irrecevable... d’autant que je le partage dans sa visée philosophique !
      En revanche, je maintiens que la nature humaine n’est pas celle que vous prétendez dans son volet physiologique, être intellectuellement honnête est la seule pensée véritablement radicale, raison pour laquelle elle n’est que très rarement admise. Ce n’est pas parce que la nature a fait de nous des êtres sexués qu’il faut génocider les invertis, mais quand ceux-là tiennent à justifier leur anormalité par de la pseudo-science, il n’y a aucune raison de les ménager !
      J’ai le droit de discriminer les blondes sans théoriser mes goûts, non ? Cela n’a rien de scientifique ni de rationnel, c’est humain donc ! Elles seraient inférieures tout court parce qu’elles le sont dans mon estime ? Aucunement !
      Comme je vous l’ai dit, revendiquez-vous de la minorité végétalienne si vous y trouvez votre compte mais ne dites pas à la majorité que la science lui impose d’être à votre image ! C’est cela l’extrémisme...


    • @ Heureux qui, comme Ulysse

      Raisonnable et rationnel, vous ne l’êtes pas puisque, bien que vous partagiez la valeur morale et philosophique du veganisme, vous n’êtes pas prêt à changer votre façon de consommer et trouver prétextes pour vous justifier. Prétextes irrecevables puisqu’eux même faussés. Si le vegetalisme reposait sur une pseudo science, comment expliquez vous ces centaines de millions de vegetaliens bien portant depuis la nuit des temps ? Pourquoi les hôpitaux sont ils proportionnellement moins remplis de vg que de carnistes ? Nous sommes des preuves vivantes que ce modèle est viable à bien des niveaux mais vous refusez d’ôter vos oeillères pour les même raisons que les dominants refusent de se séparer de leurs privilèges sur les dominés. Votre loi est celle du plus fort quand celle du vegan est de protéger les plus faibles. Il me semble donc bien malvenu de me parler d’extrémisme car sinon, n’importe quel combat juste qui vise à changer les mentalités et à donner des droits fondamentaux à tous les opprimés, l’est.


  • quelqu’un peut me dire si ce qu’elle dit est vrais sur les graines germées faisant du sport j’ai besoin de protéines je sais qu’il y en a pas beaucoup dans les fruits, elle parle des graines germées mais lesquelles ? et encore ou je peu m’en acheter ???

     

    • OUI les graines germées sont une mine d’or, va voir sur internet il y a tout et le site aussi de thierry casasnivas vivrecru.com.
      C’est peu cher et efficace.


    • De mémoire si tu manges pas de viande, des proteines, t’en as dans les haricots rouges, les lentilles, les cacahuète et les amandes


    • Et dans tous les fruits et encore plus dans les légumes/feuilles et noix...
      les graines germées ne sont pas une mine d’or vu qu’elles sont consommées en petite quantité sinon indigeste et/ou toxique donc peu d’apport nutritif comparé a des repas d’au mois kg de fruits et/ou légumes 


  • Superbe femme, regardez là ! Elle pète la santé, ça c’est de la crédibilité. A écouter pour ceux qui veulent être en bonne santé, nous nous pratiquons depuis quatre ans ... nous ne sommes plus malades. C’est mieux, c’est moins cher ...


  • Essentiel. Cela m’a fait beaucoup de bien ce que j’ai entendu. Merci :)

     

    • Oui, cette société de la consommation est un leurre. Elle nous induit en erreur en nous saturant l’esprit de fausses croyances (faut boire du lait pour grandir, manger de la viande pour être fort, etc.).
      Le tout, c’est de comprendre qu’il faut absolument, ici ou dans un autre domaine, se débarrasser de ses fausses croyances (induites par les moeurs, l’éducation, l’instruction, les mauvaises expériences...), sinon ce sont elles qui se développent par un phénomène de rétro-action perverse "je crois que çà ne marchera pas", et comme on n’y croit pas effectivement çà ne fonctionne pas, ce qui ne fait au final que confirmer et renforcer cette mauvaise croyance, et ainsi de suite, tout en s’empirant à chaque fois - ce qui peut effectivement mener à une fin tragique, la vie tenant à peu de chose.

      C’est un mécanisme psychologique simple à comprendre, mais qui est à l’origine de beaucoup de dérives. Le tout c’est de se rendre compte qu’on a pris l’habitude de croire à de faux préceptes, ce qui engendre les mêmes conséquences, mais dans une évolution négative !

      Par exemple, dans ce cas précis de l’alimentaire, si vous êtes en transition (ou régénération), vous voulez prendre de bonnes habitudes, mais c’est votre entourage et tout l’affect que vous lui portez qui peut vous faire de nouveau douter sur vos bons principes.

      Comme quoi, rien de plus essentiel que de se débarrasser d’une fausse croyance - qui s’est transformée avec le temps en certitude (encore faut-il s’en rendre compte) -, pour vous-même mais aussi pour votre entourage proche ! Vous passez souvent pour un(e) marginal(e) alors que vous êtes au minimum dans votre bon droit, puisque c’est de votre vie qu’il s’agit !
      Votre entourage, également de son côté, porté par l’affection qu’il vous porte, essaie de vous faire changer d’avis !...

      Mais si vous réussissez pour vous alors c’est gagné, d’autant que vous allez montrer l’exemple !

      Bref c’est un travail quotidien à faire sur soi, plutôt une sorte de vigilance critique vis-à-vis de soi-même, et à mon avis la seule chose utile à considérer pour avancer pour sortir de l’idéologie dominante et de l’éducation qu’on a reçu, donc pour se libérer.
      Ce qui permet aussi de laisser de côté tout le charabia psycho/psycha qu’on trouve en pagaille en librairie dans les bouquins de psy (ou soi-disant psy) etc., méthodes pour aller mieux, etc., qui, malheureusement se vendent bien mais qui ne servent à rien, ou alors comme effet placebo temporaire peut-être, et encore.


  • Je suis allé voir une conférence de casasnovas a perpignan vendredi dernier, c etait extraordinaire d une part. Un gars a posé une question sur qu il pensait de soral et thierry a bien parle de soral et ne lui a pas craché a lagueule au contraire et a dit du bien des gens qui le connaissait et qui allait sur er


  • Que de vérité, c’est tellement évident. Moi j’ai commencé les jus et supprimé la viande et les produits laitiers ( pour mon arthrose). Magnifique dame.

     

    • Juste un peu d’encouragement. J’avais de l’arthrose lombaire depuis 8 ans en suivant les videos de thierry et en écoutant irene je me suis mis au cru et j’ai retiré de mon alimentation le lait - sucre - gluten au bout de quelques semaines plus rien je ne suis plus verrouillé le matin.


  • Merci d’avoir partagé cette magnifique vidéo. :)

    Cette dame respire le bonheur et ce qu’elle dit est profond. La Nature nous donne tout, il suffit de s’en rendre compte. :)

    Par rapport à ce qu’elle dit, je suis tout à fait d’accord avec le fait que notre corps est composé de cellules qui ont leurs tâches différentes et qui travaillent ensemble et que nous sommes aussi des cellules connectées. Nous travaillons dans un corps (la Terre), on peut aussi voir la Terre comme une cellule connectée aux autres planètes, etc... Tout est lié.


  • Merci Madame pour l’espoir qu’apporte votre travail et la pureté de votre démarche, et merci aussi infiniment pour avoir validé le discours des vegans tant raillé et malmené par une majorité qui croit tout savoir sans jamais rien avoir étudié à part les mensonges d’une société qui assène ses soit disant vérités pour servir ses intérêts. Je me demande ce que les irréductibles carnistes si souvent pétris de mauvaise fois, de manque d’information, de lâcheté et de cupidité, vont bien pouvoir trouver comme "arguments" pour défendre encore leur point de vue mille fois démontés par les nôtres.


  • magnifique, merci E R vous avancez plus vite que moi, j’étais bloqué sur Thierry Casasnovas, mais là c’est un peu comme la cerise sur le mac do :)


  • Génial ! Merci de partager cette vidéo !


  • #1017591

    Un grand merci a vous


  • Je voudrais "juste" rajouter ceci à propos de ce que dit madame Irène Grosjean concernant le fait que nos sociétés payent chères leurs choix de consommation. Dire que ce n’est rien comparé à ce que payent les animaux non humains pour satisfaire les mauvais choix des animaux humains qui ne veulent rien savoir ni comprendre. Quand bien même la viande et ses dérivées ne seraient pas nocives bien que nous en ayons pas besoin pour être en parfaite santé, ce ne serait pas une raison suffisante pour continuer à les exploiter.

     

    • #1018000

      Oui mais si nous avions besoin de viande pour vivre, ce serait une raison suffisante pour continuer de les exploiter.


    • tres bon, grand sapajou par contre je ne comprend rien a ce que tu veux dire...


    • @ grand sapajou
      Si vous parlez de besoin fondamentaux, physiologiques, comme les vrais carnivores, il vous faudrait alors manger vos congénères si vous vous trouvez dans des contrées sans animaux non humains à vous mettre sous la dent. Du carnisme au cannibalisme, il n’y a qu’un pas. D’ailleurs, combien de fois ai je entendu ou lu des carnistes clamer à qui voulait l’entendre qu’ils boufferaient des etres humains si on venait à leur interdire les etres non humains. Et je peux vous assurer que ce n’était pas du second degré.


    • #1019271

      @ Francky
      @ Vegan



      tres bon, grand sapajou par contre je ne comprend rien a ce que tu veux dire...




      Ce que je veux dire c’est que cela n’a pas de sens de défendre la cause végétarienne avec pour première motivation la cause animale.
      Avant, il faut parler des réels besoin physiologiques de l’Homme.
      Car si nous avions un besoin vital de viande, le végétarisme serait notre sacrifice. Le sacrifice de l’animal humain pour la vie de l’animal bovin.
      Le sujet de la souffrance (et la mort) animale doit venir en second lieu.


    • #1019433

      @ Vegan



      D’ailleurs, combien de fois ai je entendu ou lu des carnistes clamer à qui voulait l’entendre qu’ils boufferaient des etres humains si on venait à leur interdire les etres non humains. Et je peux vous assurer que ce n’était pas du second degré.




      Respecter un interdit pour en violer un plus grand, et qui en plus, n’apportera qu’un résultat compensatoire, cela n’est pas très logique.
      Apparemment, la viande ne les réussit pas trop...


    • @ Grand Sapajou

      Mais puisqu’il est officiellement admis que l’homme n’a pas besoin de viande pour être en parfaite santé, tout comme il n’a pas besoin de cuir ni de fourrure pour s’habiller, nous pouvons donc parler de veganisme en mettant en avant l’aspect moral qui veut que l’on ne tue pas un animal pour le plaisir de quelques bouchées, d’une paire de pompes ou d’un joli canapé. Le sujet de la souffrance animale et de sa mort devient de ce fait un sujet primordial au même titre que bien d’autres valeurs morales. C’est ce que j’essaie de faire comprendre à "Heureux qui, comme Ulysse" mais qu’il a vraiment du mal à intégrer en me taxant d’extrémiste. La morale et la science étant toute deux en accord pour affirmer que l’exploitation animale est injustifiée, je ne vois pas au nom de quoi ce combat devrait être plus tu que d’autres qui oeuvrent pour faire changer les mentalités et dénoncer les abus et crimes perpétrés.


    • #1019842

      @ Vegan



      Mais puisqu’il est officiellement admis que l’homme n’a pas besoin de viande pour être en parfaite santé, tout comme il n’a pas besoin de cuir ni de fourrure pour s’habiller, nous pouvons donc parler de veganisme en mettant en avant l’aspect moral qui veut que l’on ne tue pas un animal pour le plaisir de quelques bouchées, d’une paire de pompes ou d’un joli canapé.




      Justement non.
      Officiellement l’Homme a besoin de viande pour être en parfaite santé.
      Principalement pour ses protéines qu’on ne retrouverait nulle part ailleurs.
      c’est d’ailleurs, entre autres, ce qui fait l’originalité du discours de Mme Irène Grosjean ainsi que d’autres personnes. ( comme par exemple des culturistes végétariens )


  • La dame cherche un éditeur.......................................................

     

  • #1017704

    Un apport important en minéraux, en vitamines, en énergie, en eau pure et "vivante", en produits non acides et alcalinisants, nos cellules de notre corps réclament tout ça.

    Merci à Irène Grosjean, à Thierry Casasnovas, à Jacques Collin qui ont changé ma vie ..merci à eux et à leur excellent travail sur la régénération de l’organisme humain.

    Trouver les fruits et les légumes, les minéraux, les vitamines, l’eau, l’énergie, et les comprendre, c’est comprendre son corps et la perfection.


  • De telles vidéos rendent vraiment ER incriticable , quoi de plus important que de diffuser de telles choses ??
    Magnifique entretien, cette femme est un être magnifique et ce qu’elle nous dis est tellement évident, en tant qu’humain on le sait tous (ça tombe sous la logique implacable) mais heureusement que des gens comme elle (et comme les gens d’ER) sont la pour réveiller ces choses en nous.
    Merci
    Heureux de lire les commentaires aussi ça fait du bien de voir ces beaux messages.


  • Mme grosjean, certains nous souhaitent sans dents, à vous je vous souhaite plus de cent ans. Je suis en transition alimentaire, je vois déjà les bienfaits, inshaallah bientôt, je l’espère, je donnerais à mon corp son droit.
    Que la paix soit sur les mondes, le salut sur les véridiques et la foi dans nos coeurs. Amine.


  • Le plus grand poison de l’alimentation moderne est le sucre industriel. Par quoi le remplacer ? Par rien. Hier, quand les enfants sonnaient à la porte qu’est ce qu’on leur a donné ? Le démon pour exister a besoin d’une façade honnête et innocente, c’est la leçon que je retiens de Clouscard.
    Mais bon, l’homme possède cette étrange faculté de se duper lui-même. Il se fait croire qu’il choisit alors qu’il obéit à ses pulsions d’ intoxiqué fabriquées par l’industrie du sucre.

     

    • Tu aurait du leurs donner des fruits secs sans additifs, ils n’auraient probablement même pas vu que ca n’était pas des bonbons, la plupart ne connaissent pas... par contre ils se seraient régalés !


  • Excellente video et qui a l avantage de montrer que ER est vraiement devenu un vrai site de ré information ou TOUS les sujets sont taités.
    Cependant et même si je trouve cette dame absolument charmante et tres intéressante j aurais aimé lui poser deux questions :
    Comment se fait il que l’homme mange de la viande depuis la préhistoire ?
    Comme se fait il qu aujourd’hui hui lorsque vous allez dans des contrées lointaines et dans des tribus dite primitives, ils chassent et pêchent en faisant cuire leur aliment ?
    Dans ces deux cas, la pub, la com et la société de consommation n’existant pas, ne peuvent être mis en cause....
    Ne serait il pas plutôt parce que nous sommes en fait omnivore ?????
    Même si aujourd’hui hui on a basculé dans l excès bien sur....
    Si quelqu’un a une réponse objective je suis preneur.... Merci.

     

    • #1018048

      Si vous voyez la vidéo en entier, elle dit bien que son mode d’alimentation simple en apparence est très complexe. Elle a un jardin adapté à ses besoins. Un tel jardin, ce n’est pas évident à faire pour tout le monde !

      A l’époque ben tout simplement ils n’avaient pas les moyens de vivre tranquillement en faisant des jardins. De nos jours on a une longue histoire de sélection génétique de fruits comestible. Vous parlez des indiens en amazonie ? Mais ils font la même chose qu’elle ! sauf que leur jardin est plus grand :) et plus terrible.


    • Ca n’est pas ce qu’on décide de manger qui fait notre anatomie...Avec cette logique si je me met a manger des cailloux, je deviens caillouivore...

      Plus sérieusement ils ont consommé et consomme tout cela par variété et/ou pour la survie a certains périodes, rien a voir avec la pub pour la consommation, on fait avec ce qu’il y a dépendant de l’endroit ou on se trouve... après les habitudes se sont transmises de générations en générations...

      Reste que le créateur ne nous a pas créé avec une casserole et un briquet dans la main pour pouvoir manger correctement...tous les aliments sont déjà la a l’état cru sans dangers suivant les caractéristiques anatomiques et sensorielles de chaque espèce et il en est de même pour toutes les autres espèces de la création.


    • @ frank
      Les hommes préhistoriques mangeaient de la viande, c’est un fait (vu les nombreuses périodes différentes les unes des autres qui ont précédé l’invention de l’écriture, c’est forcément vrai qu’à un moment ou un autre de la préhistoire, quelqu’un a mangé de la viande). Pour faire bref, l’homme, au cours de la préhistoire, a commencé à manger de la viande après la découverte du feu et la confection d’outils.
      La consommation de la viande est certainement parmi nos pratiques les plus anciennes, mais aussi le sont l’esclavage, le meurtre et la guerre. L’ancienneté d’une pratique n’est ni une garantie de sa moralité ni une justification.

      Certes, vous avez le choix de manger de la viande ou non. Mais d’autres gens, dans d’autres pays dont vous avez vaguement entendu parler, dépendent sûrement de la consommation de viande ou d’autres produits animaux pour leur survie. Ce n’est pas le cas des 9/10ème de la population mondiale.


    • J’ai vécu en Inde et j’ai eu l’occasion de voir 3 médecins ayurvédiques. Ils préconisent une alimentation majoritairement végétarienne crû ou cuite selon la constitution de base du corps (doshas). Ils ne rejettent absolument pas le fait de manger de la viande, selon l’activité ou si on vit dans un climat plus froid, mais pas plus de 1 à 2 fois par semaine. Le fait de manger trop souvent de la viande est ce qui créé une "pollution" continuelle dans le corps selon eux.

      Quelques années plus tard, j’ai vécu dans une communauté aborigène. Ils cueillent ce qu’ils trouvent sur leurs chemins (feuilles de certains arbres, fleurs, fruits d’arbustres, etc) et les mangent souvent immédiatement. Ils cuisent légumes et riz pour les repas. Ils mangent poissons et viandes : Ils vont pêcher ou chasser environ 1 à 2 fois par semaine. Si un animal se présente, c’est que son âme a entendu les esprits et qu’il accepte de se sacrifier pour nourrir ses semblables (selon leur croyance, une âme est une âme peu importe l’enveloppe charnelle). Remerciements et prières pour l’animal qui a donné sa vie avant de le cuisiner.

      Au final, cela ressemble étrangement à nos anciens qui se nourrissaient de poisson le vendredi et de viande le dimanche. Les animaux étaient respectueusement traités et s’achetaient chez le poissonnier ou le boucher du village (membre de la tribu ?)

      Le problème ne se situe peut-être pas au niveau de viande ou pas, mais plutôt sur la quantité et surtout aux mauvais traitements réservés aux animaux qui finissent dans nos assiettes...mais ça ce n’est que mon humble avis.


  • Un malus pour les gens en mauvaise santé ? Elle est ou la fraternité ?
    Quand on sait pertinemment, que les gens les plus pauvres ont des conditions de vies (stress, manque de temps, problèmes économiques) difficiles, je trouve ça injuste de leur faire porter toute la responsabilité de leur mauvaise santé. On peut concilier, une meilleur éducation à l’alimentation et donc la santé et aider les gens dans le besoin. Je trouve ça dangereux de faire de la compétition/exclusion de ceux qui réussissent moins bien.
    Il faut se poser la question de la médecine occidentale, qui par expérience, est gangrénée par les industries pharmaceutiques, les protocoles, la responsabilité du soignant...
    On a tous des efforts à faire, je ne compte évidement pas sur les politiques pour changer quoi que se soit.
    Je pense qu’on partage tous l’idée de remettre l’humain au centre de la médecine, de se préoccuper des causes et origines de ses maux.

     

    • Tout à fait François.
      Autant, je suis persuadée que le frugivorisme (que j’applique suite à des problèmes de santé), fait partie de la solution, autant ça n’est pas magique non plus. D’autres facteurs rentrent en jeu qui ne sont pas maitrisables : le stress, les conditions familiales, la salubrité des logements, la constitution du métabolisme, etc... Il est à noter que ces personnes habitent toutes dans des lieux superbes, des belles villas confortables avec jardin au calme. Je ne suis pas sûre qu’on arrive au même résultat chez quelqu’un qui habite dans un endroit bruyant, humide et mal chauffé.
      Puis, elle le dit elle même, nous ne sommes pas tous des "rolls royce". Certains, même avec un bon régime de vie, ne s’en sortent pas, leur métabolisme étant plus ingrat que d’autres.
      Et, quand bien même. Même si quelqu’un ne s’occupait pas bien de sa personne, et ne faisait pas le nécessaire pour guérir, serait ce une raison suffisante pour ne pas l’aider. C’est la porte ouverte à une sélection dangereuse.


  • Nos n’arrivons plus à avoir de bons fruits. Ils pourrissent avant de murir Les déversements chimiques (chemtrails) doivent avoir une responsabilité Là dedans.

    On est entrain de nous tuer mais les gens dorment et ne se défendent pas.

     

    • Il ne faut pas exagérer... je trouve plein de bon fruits dans la campagne et dans mes vergers et je vis dans le nord et même en magasin dans le conventionnel mais la il faut souvent les laisser murir un peu avant qu’ils soient bon 


  • #1018441

    Je m’associe à ceux qui aiment ce genre de discours sur les manières de vivre naturellement : merci à cette dame et à ceux qui ont relayé la vidéo.


  • Un discours séduisant, mais un peu de sens critique s’impose :

    1) le cerveau de l’homme aurait connu une évolution (saut qualitatif) qd la cuisson de la viande est apparue (documenté par plusieurs chercheurs)
    2) il existe des régimes de centenaires qui ont fait leur preuve. Le "cuit" y a toute sa place. La viande, en petites quantité également
    3) l’économie ! I. Grojean parle d’abricots, de bananes : ça ne pousse pas partout et en toutes saisons. Vivre en consommant des fruits frais à gogo toute l’année ça implique des bateaux sur les mers, des soutes d’avions remplies, et c’est pas durable comme solution.
    4) si nos anciens mangeaient des bouillies c’est que c’était un truc économique, ils avaient pas le choix. Mais c’était complété en hiver par des soupes de légumes locaux.

    Bref, je trouve Grojean & Casasnovas super intéressants, mais il manque du pragmatisme là-dedans. C’est pas tenable comme alimentation dans un monde où le pétrole se raréfie, sans parler du coût économique d’un tel régime. Et déclarer d’un revers de main que le "cuit" est toxique pour l’homme, alors que ça fait partie de tous les régimes de centenaires du monde, ça ne tient pas la route. On va pas aller dire à ces gens-là qu’ils ont une alimentation toxique, alors qu’ils pètent la forme à 110 ans pour certains et continuent à faire de l’exercice.
    Il y a des témoignages sur le Net également de gens qui n’ont mangé que "cru" pendant un temps et ont dû arrêter car ça causait des dégâts sur leur santé. Bref, attention à l’effet "gourou".

    (PS : pour info je ne mange pas de viande et je mange beaucoup de cru, mais pas à 100%)

     

    • @Jean



      le cerveau de l’homme aurait connu une évolution (saut qualitatif) qd la cuisson de la viande est apparue (documenté par plusieurs chercheurs)




      Chercheurs carnistes payés par qui ? De plus, manger de la viande sans la cuire est quasi impossible, surtout à une époque durant laquelle n’existaient pas les hachoirs. Quand au gout de la viande cru non hachée ni assaisonnée, je vous laisse imaginer.



      Vivre en consommant des fruits frais à gogo toute l’année ça implique des bateaux sur les mers, des soutes d’avions remplies




      Les longues distances parcourues par les convois d’animaux morts ou vifs pour satisfaire les désirs de l’espèce humaine (et des animaux domestiques) sont bien plus nuisibles. L’utilisation du pétrole dans l’industrie de la viande est un gouffre sans fond à tous les stade de la production. Manger des fruits et des légumes ne ferait qu’alléger le gaspillage d’énergies fossiles. Et pour les plus volontaires, consommons davantage de produits locaux.

      Je ne donne pas mon avis sur le cru ou le cuit, car je trouve que ce n’est pas une problématique essentielle sur laquelle il faille s’attarder, même si je mange cru 80% de mes aliments (ceci n’est que mon avis).


    • Jean, votre raisonnement est apparemment celui de quelqu’un qui fait des déductions intellectuelles mais qui n’a jamais fait l’expérience de ce genre d’alimentation. Essayez et vous aurez sans aucun doute une autre pensée...
      Par ailleurs, il n’y a pas "pragmatisme" dans ce domaine, ce terme est une mode qui nous vient de la pensée moderne anglo-saxonne et qui a surgit dans notre société exactement au moment où la Tatcher vendait son "pragmatisme économique" comme on impose une purge à un diarrhéique !
      En alimentation il convient de revenir avant tout à du bon sens, état d’esprit que notre pays, rendu totalement malade à tous les étages par une pensée malsaine et exclusivement chiffrée et économiste, ne sait plus faire. Le "pragmatisme" est la nouvelle religion des cerveaux segmentés, des esprits coupés de leurs sens...
      Expérimentez avant de faire des déductions infondées...


    • d’accord avec Jean sur le paradoxe entre le "biolocalisme" et la nécessité d’importer des fruits de très loin hors saison pour tenir ce genre de régime, avec la trace carbone conséquente ! C’est l’aspect le plus compliqué du frugivorisme dans nos contrées froides en hiver.

      les climats équatoriaux au sens large ont de gros avantages de ce point de vue ou l’on pourra trouver des peuples végétariens/frugivores alors que dans les régions hyper froides et sans végétation les peuples locaux se nourrisent massivement de viande/poisson, leur physiologie s’est adapté aux conditions extremes.

      Oui notre physiologie est faite pour les végétaux, mais a pu être complété par du petit gibier lors des saisons froides. c’est un phénomène adaptatif normal.

      @vegan, un super tanker qui pollue reste un super tanker qui pollue. La question de ce qu’il transporte n’est pas le sujet et aucune "préférence ethique" ne viendra contredire ce fait meme si je comprend votre pensée. . Le bon questionnement est comment réussir à assurer des productions locales quantitatives/qualitatives par l’innovation et en hiver (ex : eliot coleman)
      afin d’assurer une diversité capable de soutenir ces régimes alimentaires.


    • @ Filou

      Moi aussi je comprends ce que vous voulez dire quand vous parlez des supers tankers et peu importe ce qu’ils transportent. Il n’empêche que l’industrie de la viande nécessite de nombreux acheminements pour la transformation des aliments effectuée dans de multiples contrées, et on sait par exemple qu’une crevette après avoir été capturée, aura presque fait le tour du monde et de nombreux allés retour avant d’arriver à l’endroit qu’on lui destinait. Avec les fruits et légumes, ce problème ne se pose pas si on les consomme directement après cueillette et sans transformation.

      Quand à assurer les productions, locales ou pas, puisque 70% des récoltes mondiales servent à nourrir le bétail, on a qu’à utiliser ces espaces pour faire pousser des vegetaux qui nourriront des êtres humains. Comme il faut 7 fois plus de vegetaux pour nourrir un carniste qu’un vegetalien, l’emprunte carbone sera forcément diminuée et la production assurée si la majorité décide de changer sa manière de consommer.


    • Vegan : le problème ne se pose pas non plus si on achète de la viande à son producteur local, comme par exemple du mouton ou de l’agneau qui ne mangent pas de céréales mais de l’herbe et des feuilles.


    • @ paca13

      Non mais un autre se pose. Et ce sera toujours celui de l’horreur du massacre animalier. Regardez les images et écoutez les cris d’un bébé qu’on arrache à sa mère, les hurlements de la mère pendant des semaines appelant son petit. Soutenez visuellement leur acheminement vers l’abattoir et leur fin épouvantable. Revenez me voir après pour en parler si vous voulez.
      Encore une fois, pourquoi tout ça ? Pour d’indécents prétextes égoĩstes qui ne sont rien d’autres que cette histoire de goût, maquillés sous les mensonges de soit disant besoins nutritionnels, traditionnels, mon cul sur la commode, et orchestrés par des lobbys pour vous prendre votre pognon.


    • Tout a fait d’accord avec paca13, il faut essayer au maximum de consommer local, ou ce qui a voyagé le moins possible, pour les fruits/légumes et la viande !


  • #1018609

    Magnifique documentaire que j’ai fait tourner ! Merci E&R. Allez Kontre Kulture !


  • Suite au décès de mon père, il y a 20 ans, je suis tombée en déprime. Rien de plus normal, un deuil est nécessaire. Cependant, j’étais angoissée et je vis surgir pas mal de symptômes qui s’installaient, ce qui bien entendu accentuait mes inquiétudes !
    Je suis allée voir une naturopathe formée à la médecine chinoise de surcroît. Hors mis, les soins spécifiques proposés par cette approche (massages, huiles essentielles et certains compléments alimentaires choisis), la dame, après m’avoir interrogée sur comment je mangeais, me préconisa un changement radical alimantaire. Inutile de vous dire que le fait, entre autres, de stopper net le café le matin au profit d’infusion (de thym + romarin en l’occurrence, pour aider le foi et le soulager) me paru infaisable. J’étais réellement accro au café et je ne pouvais m’imaginer démarrer le matin sans mon kawa...
    Mais, têtue et curieuse, j’ai quand même tenté l’expérience et j’ai attaqué le matin à l’infusion en question... et ô stupéfaction ! les améliorations furent notoires en quelques jours. Non seulement j’ai pu me passer de café avec moins de difficulté que je ne l’imaginais mais surtout, en quelques mois de changement d’alimentation - car je modifia aussi tous mes repas - j’ai constaté un retour à une énergie nouvelle et une disparition de la plupart de mes tracas qui, malgré mes 40 piges de l’époque, se manifestaient déjà chroniquement.
    Mais comme l’esprit humain est retors, j’ai repris par négligence certaines mauvaises habitudes qui suffirent à déclencher à nouveau certains inconforts... l’écoute de cette vidéo d’une femme de grande sagesse et de bon sens m’a redonner la motivation pour réajuster mon hygiène alimentaire.
    Un grand MERCI madame et à E&R qui ne rechigne jamais à élever les consciences à tous les niveaux :o)

     

  • muais, c’est sur qu’il faut manger bcp de fruit et légume. mais un bon steack bien cuit ou du pain avec un bon fromage c’est tres bon pour la santé aussi !
    les gens qui sont sectaire alimentaire sont souvent des gens qui ont eu de gros traumatisme dans leur vie.

     

    • Des centaines d’analyses, de rapports médicaux prouvant l’étendue des désastres dus à la viande et au lait, des études récentes faisant apparaître la sentience animale et toute l’immoralité de les manger, tout ça pour arriver à "La viande c’est trop bon, et puis c’est tout". Consternant.
      Et bien sûr, pour couronner le tout, le coup des vegetaliens traumatisés. Et dire que la viande est censée être le facteur de l’évolution intellectuelle ... Broustil, avez vous seulement conscience des traumatismes à nulle autre pareil que vous faites subir aux animaux pour cette si savoureuse assiette remplie de souffrance ? Prenez votre courage à deux mains, montrez donc un peu de virilité, regardez donc bien en face la réalité des élevages et des abattoirs si vous avez la force de tenir ne serait ce qu’une minute l’insoutenable spectacle de la torture et du massacre à son paroxysme. Vous aussi serez traumatisé pour peu que vous ayez un cerveau normalement constitué. Et vous aussi changerez votre façon de consommer pour peu que vous ayez un zeste d’empathie, d’intelligence et de moralité.


    • Le pragmatisme, c’est voir ce qui marche comme régimes, depuis des millénaires. On connaît les régimes de "centenaires", qui intègrent tous beaucoup de légumes cuits et des protéines (poisson, peu de viande certes, mais un peu qd même, et on n’en meurt pas !).

      Dire que le "cuit" serait forcément toxique me paraît donc être une ânerie sans nom.

      Ensuite sur le coût économique du tout "cru", je suis désolé, mais sauf à avoir une serre chauffée chez soi - et encore - et d’essayer d’y faire pousser des bananes et autres fruits qui ne poussent pas sous nos latitudes, normalement, c’est une aberration.

      L’homme s’est tjrs adapté au climat où il vivait. L’homme est l’enfant du climat. Aller dire à un Esquimau que c’est un barbare n’a aucun sens.

      Ici, en Europe, pour passer l’hiver, les paysans consommaient des légumes, mais cuits, impossibles de faire autrement. Mais consommer des bananes, des tomates en hiver, à la base c’est une aberration économique.


    • je suis d’accord avec le fait que l’industrie de la viande et la souffrance et autres attrocités sur les animaux qu’elle produit est degueulasse. ceci est un probleme tres recent venu avec le capitalisme a outrance et la surconsomation. mais un bon elevage bio avec des bêtes respectées et qui vivent bien produisent que du bon.


    • @ Broustil
      Exemple de bio & gentille momort concernant les oeufs :
      Elevages de poules "en batterie" & abattoirs industriels de volaille atteignent des sommets dans l’ignominie : oiseaux entassés sur grillage, bec coupé, attendant la chaîne qui les ébouillantera & leur coupera la tête. Tout ça pour des œufs ! Certes il existe des œufs de "poules élevées en plein air". Attention, il suffirait pour avoir ce label que les poules soient sorties quelques jours avant l’abattage ou disposent de 2,5 m2 de terrain. Seuls les œufs de poules "élevées en libre parcours", parfois aussi appelées auparavant "poules qui courent", garantiraient moins de barbarie dans leur traitement : l’obtention de ce label nécessite 10m2 de terrain herbeux par pondeuse. Les œufs de l’agriculture biologique sont censés correspondre à ces exigences, mais si le cahier des charges Agriculture biologique exige l’accès à un parcours herbeux, il n’est pas certain qu’il doive être de 10m2. Mais quoi qu’il en soit, là encore, que fait-on des poussins mâles qui ne pondront jamais ? Les broyer, les gazer, les jeter vivants dans des sacs plastiques ou des bennes à ordures où ils étoufferont lentement, les écraser, les enterrer vivants... Bref, s’en débarrasser de la façon la plus économique possible. Pour être clair, s’il faut avoir à cœur de ne pas faire tuer pour notre alimentation, de ne pas être responsable de l’exploitation & de la souffrance d’animaux, seul le végétalisme convient.
      Source : http://www.interdits.net/2001nov/ve...


    • @ Broustil
      Autre exemple de la fumisterie du bio concernant l’exploitation animale :
      "L’exemple local de l’association « viande bio d’ici » nous montre que le bio ne tient pas la promesse d’être un mode de production alternatif. En réalité, les « 1000 vaches » et « viandes bio d’ici » sont aux deux extrémités de l’industrie agroalimentaire. Mais ils ne sont pas différents dans l’essentiel, car ils sont de plain pied dans l’exploitation animale.Certaines personnes pensent que le bio est une alternative aux inconvénients de agro-industrie. Il y a même des « écolo » pour penser cela. Le label « bio » serait un choix éthique, acceptable du point de vue de la planète. Certains producteurs agricoles, genre « néo-paysans » en mode décroissant, tentent de faire vivre une telle alternative, parfois même de bonne foi.
      Il y aussi des amis des animaux qui vantent le bio comme étant plus respectueux de la planète & des animaux. Mais comment cela pourrait-il être le cas alors qu’il existe des viandes bio ?

      ...

      L’association « viandes bio d’ici » est un regroupement corporatiste destiné à organiser une partie de la filière « viande » au niveau de la Région Nord-Pas de Calais et, dans une perspective faussement écologiste, à la moderniser. Vraiment rien d’alternatif dans ce projet…

      Pour produire une marchandise en dehors de agro-industrie qui détruit la planète et ses habitants, il faut beaucoup d’abnégation. On ne peut pas faire dans la demi-mesure. Car le « bio » n’est qu’une facette de l’agro-business, avec d’autres formes de fermes-usines et d’abattoirs. Non seulement le bio laisse en place l’agriculture conventionnelle et écocidaire, mais il lui permet de trouver de nouveaux débouchés. Produire dans le Nord-Pas de Calais des aliments avec une bonne qualité nutritive, dans le respect de la planète et de l’ensemble du vivant, ce n’est pas faire du « Bio ». Pour cela, il faudra imposer une agriculture organique et vegan de masse à la place des autres formes de cultures et d’élevages qui devront nécessairement disparaître. Pour que les animaux trouvent la sérénité, pour que cesse l’écocide, il ne suffira pas de changer quelques détails : c’est toute la société qui doit se transformer !"

      vean.fr/association-viandes-bio-dici-pour-quoi-faire/


  • Magnifique vidéo mais petit bémol cependant, je rejoins certains commentaires qui évoquent que de nombreux peuples mangent de la viande de manière séculaire. D’autre part, moi même atteint d’une leucémie et ayant eu une hygiène de vie normale, je déplore sa critique sur les personnes qui sont malades devraient avoir un malus et celles qui ne le sont pas un bonus, du fait de leur alimentation. Désolé, mais comme elle le dit si bien d’ailleurs, certains naissent avec un système immunitaire de rolls et d’autres de 2CV. Dans ce type de vidéo au demeurant réellement passionnante, il faut prendre le bon et laisser le mauvais. Une bonne entrecôte, un bon gâteau avec parcimonie bien sûr n’ont jamais fait de mal à personne et il est parfois même tendancieux de prétendre que tout le monde mange de la m...Enfin et surtout d’ailleurs, il ne faut pas mettre de côté les causes environnementales qui jouent presque autant que les causes alimentaires et là dessus on s’y connaît encore moins : Ondes électromagnétiques, pesticide, pollution....Merci quand même à E et R d’êtres les seuls à diffuser ce type d’information et longue vie au site et à ses contributeurs.


  • Je suis praticien de medecine chinoise aux usa.
    Je suis contre l’utilisation du blender et l’utilisation de multiples fruits en "smoothies".
    Là où on l’on ne mangerait qu’un fruit ou deux on se retrouve à en manger 4 ou 5 parce que liquéfiés et du coup la pulpe ne peut plus participer au sentiment de satiété. La nécessité de mâcher est aussi une loi naturelle. La salive contient des enzymes pre-digestives. Ne pas l’utiliser affaiblit le système.
    Resultat aussi : un surcroit de sucrose dans le sang, une hausse du taux d’insuline, (des études sont en cours sur cette épidémie aux USA où les gens ne se nourrissent plus que de smoothies) ; on y voit donc une possibilité de cause du diabète à long terme.
    Je suis contre aussi l’usage du cru systématique. On médecine chinoise on fait des différence entre les types constitutionnels. Certains morpho-types très sanguins seront attirés par le cru parce que naturellement cela les refroidira, et au contraire les constitution "froides" pourront bénéficier d’un apport de chaleur externe (cuisson), particulièrement en saison froide (car il faut aussi considérer l’alimentation en fonction des saisons). Autant de différents rythmes qu’il faut prendre en compte.
    Je pense que tout système, pour être crédible, doit éviter le dogmatisme et se doit de considérer tous les cas de figure et prévoir des aménagements quand cela est nécessaire. I
    L’humilité est une condition importante á cultiver lorsque l’on veut bien faire ce métier. Il ne s’agit pas d’un désir moraliste, mais de la recherche d’une efficace liée à la flexibilité et la curiosité nécessaire qu’elle nous octroie, qui nous permet d’évoluer constamment.
    Aussi en marge il faut souligner que bien que la nutrition soit aussi le premier moyen de traitement en médecine chinoise on ne la considère que comme l’un des 4 piliers de la santé ; les 3 autres sont : les exercices respiratoires (qi gong, taijiquan..etc), la relaxation/sommeil et enfin l’attitude mentale (qui englobe l’aspect spirituel de la vie/méditation, contemplation).
    Je précise cela car je ne crois pas que l’alimentation seule puisse tout guérir par elle même, surtout aujourd’hui ou les pathologies sont de plus en plus dues au stress et à la confusion mentale.
    Merci pour avoir pris le temps de lire ce commentaire.

     

    • #1019529

      Je vous signale que le fructose des fruits est de suite bio disponible dans l’organisme et n’a pas besoin de passer par la case insuline. Le sucre des fruits est bien moins "dangereux" que celui des pâtes, du pain ou du riz (chinois en autres) qui font eux augmenter le taux de glycémie et qui ne font qu’alourdir la digestion (sucre lent). Après il suffi d’insaliver les smoothies (et les jus crus) pour faciliter la digestion


  • Même naturels, il faut limiter les sucres simples, trop "rapides" , c-a-d avec un index glycémique trop élevé (ex : banane) , et cela que l’on soit diabétique ou non.

    alors les fruits oui, mais selon moi :

    préférer les fruits entiers que le jus
    les manger avec la peau si bio
    sinon les nettoyer avec un peu de savon ou alors les épplucher
    n’en manger pas trop non plus, préférer les légumes.

    Je ne comprends pas trop votre allusion au riz "chinois" ?? Etait-ce une plaisanterie ?
    Cela n’a rien à voir avec la médecine chinoise. Il y a beaucoup de théorie daoiste sur les GU/蠱 causé par les céréales et grains en tout genre. La théorie n’est donc pas nouvelle, encore faut-il savoir la manipuler en fonction de la situation car en il faut se garder de démoniser quoi que ce soit. Tout est une question de dosage (on peut parfois soigner avec du poison), et quiconque part en croisade contre quelque chose perd sa capacité à agir et réfléchir de maniére non réactive. Tout en modération même la modération ; c’est une promesse de santé universelle...


  • Réflexions inspirées de la rapide lecture des interventions du pseudo « vegan » :

    Le prosélytisme qui anime les Vegans et autres sectes diététiques repose rarement sur un amour désintéressé de l’humanité.

    Curieusement, on observe souvent chez eux une agressivité qu’ils dénoncent parmi les carnivores comme étant leur principale marque distinctive.

    L’ascétisme auquel ils se contraignent (ainsi que le régime de privation quotidien) les poussent, semble-t-il, à une rancune plus on moins consciente envers ceux qui continuent d’éprouver du plaisir à ingérer des aliments qui leur sont « interdits ».

    Ils ressentent cela comme de l’obscénité. Un festin dont ils se sont exclus eux-mêmes et auquel nul ne pense à les convier se devrait au moins d’être publiquement condamné par les autorités judiciaires. Peut-être même un peu de prison ferme ? Donnez-leur un peu de pouvoir et vous verrez si j’exagère...

    Il ne faut pas se tromper : il y a un esprit totalitaire et dangereux derrière tous les extrémistes de la santé et de la nourriture, même (et surtout !) quand ils cherchent à nous convaincre de leur félicité, de leur symbiose avec le monde, de leur amour des animaux, de la spiritualité, de leur soi-disant simplicité, de leur « retour aux sources », de l’écologie, des enfants indigos (lumières du monde futur !), etc.

    (Ps. Celui qui a écrit ces lignes n’a pas mangé 1 gramme de viande pendant 10 ans et cela jusqu’au mois d’août 2013.)

     

    • @ petitjean
      Pour ce qui est du prosélytisme des carnistes avec leur dieu bidoche (et leur soit disant intérêt pour l’humanité), il est depuis longtemps avéré, et ses dégats sur les animaux, les hommes et la planète ne sont plus à démontrer. Alors que les dégats des vegans, on attend toujours que vous les énonciez. Vous etes si peu renseigné sur la realité de ce monde et du notre en particulier, que votre vision des choses est fantasmée jusqu’à vous représenter nos vies faites de privation et d’austérité. Vous non plus n’avez pas pris la peine d’aller manger dans un resto vg ou ne serait ce que d’avoir googlé "vegan food" pour voir combien nous sommes privés. Vous êtes bien peu au fait pour quelqu’un qui n’a pas mangé de viande depuis 10 ans !

      Oui les festins carnés sont dégueulasses et obscènes. D’autant plus obcenes que nous sommes votre pendant socialement viable et que donc les festins meurtriers pas fondamentalement indispensables. Ceci est irréfutable. Faites un tour approfondi sur le net si vous en avez le courage, et matez des videos d’élevages et d’abattages, que ce soit pour la viande, le cuir, la fourrure et le reste, pour comprendre toute l’obscenité de votre schema de pensée.

      Prêtez nous encore et toujours les qualificatifs qui sont la marque de fabrique qui caracterise les carnistes, c’est le principe du systeme accusatoire inversé. Quand à notre agressivité, elle n’est que notre exaspération face à l’obstination du monde à ne pas vouloir comprendre ni changer, et au desespoir de voir l’inutile et abominable souffrance animale au service de carnistes égoistes, lâches, cupides ou décérébrés. Notre agressivité à votre égard sera toujours moins violente que la votre à l’égard des animaux humains ou non humains. Si vous trouvez que les termes que j’emploie sont disproportionné&as même apres avoir regardé ce que je vous ai demandé, c’est que vous etes franchement lobotomisé.


    • @ vegan

      Je pardonne à votre jeunesse vos excès de passion. Sans doute l’oisiveté y trouve un exutoire propice à votre équilibre mental, et je le comprends.

      Mais au nom du Ciel, ne prétendez pas connaitre les informations que j’ai collectées en 10 ans (sans compter celles qui en 2003 m’avaient conduit à ne plus manger de viande). Ne présumez pas être plus courageux (je devrais certainement dire « courageuse ») que les autres ou plus savants : acceptez seulement que nous ayons tous tiré des conclusions différentes. Ne tombez pas non plus dans la caricature : tous vos contradicteurs ne sont pas nécessairement des abrutis.

      Dans lequel de mes propos pouvez-vous conclure que je suis « si peu renseigné sur la réalité de ce monde » ou bien que je n’ai jamais « pris la peine d’aller manger dans un resto vg ou ne serait-ce que d’avoir googlé "vegan food" » ? Car je n’ai fait aucune apologie du régime carné : relisez-bien et calmement...

      En effet, ce n’est pas votre choix que j’ai critiqué mais votre psychologie et l’arrogance qui en découle : ce sentiment de détenir une vérité universelle à laquelle vous voulez assujettir le reste du monde m’est insupportable ! Il y a quelque chose de pourri au royaume des vegans !

      J’ai suggéré qu’il y a très souvent chez les vegans, crudivoristes, etc occidentaux une aigreur particulièrement hostile due sans doute à des frustrations de diverses natures. Ce sont des êtres en général extraordinairement narcissiques. Je les ai observés, je les connais bien…


    • @Vegan

      Il n’empêche que la manière de vous vous exprimez nuit, je pense, aux idées que vous voulez défendre. Nous sommes beaucoup, rien que sur ce fil de discussion, à le ressentir. D’autant qu’il semblerait que vous vous ne vous adressiez pas aux pires "carnistes", comme vous les appelez !

      Il existe des tas de gens qui, sans éprouver de plaisir à torturer des bébés chiens au fer rouge, ne sont pas particulièrement sensible à la cause animale. La souffrance d’un moustique ou d’un poulet m’est assez indifférente, et je ne me sens pas particulièrement barbare sous prétexte que je mange de la viande/poisson 2-3 fois par semaines et des oeufs régulietement. Par contre je préfère manger de l’agneau qui vient du père trucmuche de la ferme à côté plutot que des poulets nestlé (au pif) nourris aux graines de poissons concassés a la cxx.

      Et je suis d’accord pour dire que la plupart des gens consomment trop de viande (surtout rouge), et qu’on brule des quantité inutiles d’énergie en faisant acheminer de la nourriture depuis trop loin (fruits et légumes aussi).


    • @ petitjean

      J’ai bientôt 45 ans, je me lève tous les matins à 6h et me couche à 23h grand max, éreintée par une dure journée de labeur, entre mon travail pour subsister aux besoins de ma maisonnée, et le travail que je dois accomplir seule dans ma maison et mon terrain qui se trouve etre aussi un petit refuge animalier d’une soixantaine de betes (en attendant de faire les choses en grand). Les weekends, les vacances, connais pas.

      Pourquoi donc vos informations sont elles contraires à la majorité de ceux qui les ont expérimenté ? Si vous êtes allé manger dans des resto vg, que vous connaissez toute l’étendue de la nourriture vegetale, comment pouvez vous parler de privation et d’austerité ? Un vieil adage dit qu’il ne faut jamais faire confiance à un ex vegan.

      Moi ce que je ne comprends pas dans votre schéma de pensée, c’est de tolérer ou d’accepter que le monde torture et massacre parce que la loi l’y autorise. Ce qui est insupportable et aberrant c’est de dire que les gens ont le droit de choisir leur manière de s’alimenter quand on parle du sacrifice d’êtres sentients à cet effet. Vous êtes sur que c’est bien au royaume des vegans qu’il y a quelque chose de pourri ? Pour etre narcissique, il faudrait qu’on se regarde le nombril. Hors, contrairement aux luttes droits de l’hommiste, la notre est tournée vers des etres qui ne nous ressemblent pas. On a vu mieux comme manière de servir nos intérets vous ne trouvez pas ?


    • @ Adrien.M
      Je sais bien que dès qu’un vegan ose hausser le ton, en découdre et défendre énergiquement voir insolemment la cause animale, on le taxe de tous les travers psychologiques voir psychiatriques. Cette même façon de parler rencontrée sur ce site à propos d’autres sujets ne dérange pourtant personne.

      On ne demande pas aux gens d’etres sensibles ni d’aimer, mais de respecter le droit fondamental de n’importe quel etre sentient à ne pas etre sous le joug des animaux humains et avoir le droit de vivre en toute dignité et oserais je dire liberté.

      Que votre barbarie vous échappe, même celle de manger un bébé animal qui hurle sa terreur et sa mère son désespoir, c’est bien normal, tout le systeme est fait pour vous déculpabiliser. Mais lisez donc les témoignages des ouvriers d’abattoirs pour comprendre que c’est non seulement l’horreur pour les animaux que vous cautionnez avec votre argent, mais aussi l’horreur pour celui qui exécute ces monstrueuses taches alors qu’il pourrait trouver d’autres débouchés et ne plus etre traumatisé si le monde consommait suffisamment vg pour que des industries de substitues carnés voient le jour.
      Si vous ne savez pas ce qu’est un substitue carné, googlez un monde vegan. Quand au prix, si vous connaissez le principe de l’offre et de la demande, pas la peine de vous expliquez pourquoi ces produits sont plus chers que vos caddies remplies de souffrances.


    • @Vegan

      A aucun moment je n’ai fait de parallèle avec la psychiatrie, vous vous braquez vite !

      Et quant à mon caddie, je peux vous assurer que quand je le compare aux autres (j’habite à Paris), il fait partie de ceux qui contiennent le moins de saloperies, et j’y mets largement moins de viande que la majorité des gens !


    • @Adrien.M et petitjean,
      Oui ne m’en veuillez pas, j’ai tendance à démarrer un peu vite à force de passer pour une parfaite crétine. J’ai le sang chaud d’un sicilien et d’une angevine, et suis dôté d’un caractere assez téméraire, ce qui ne facilite pas la tempérance ou la diplomatie dans mes propos. J’ai tellement l’habitude d’essuyer des insultes qui prouvent que mes interlocuteurs ont forcément raison, de me faire traiter d’hystérique ou d’être gratifiée des petits noms genre cocotte, bobo, fasciste, dictateur, etc qui montrent à tout le monde la supériorité intrinsèque des mâles qui ont de grosses testicules remplies à ras bord de logique pure.

      Ne prenez pas personnellement mes remarques à propos du caddie et du reste. Je parle du schéma de pensée, de la consommation et des reflexions des carnistes en general.


    • PetitJean n’a personne d’autre sur qui exercer une critique morale péjorative que sur quelqu’un qui dans le fond a le malheur de se soucier, le plus sincèrement et humainement j’en suis sûr, des êtres à la fois fois les plus victimes et les plus innocentes du système. C’est ça le plus difficilement compréhensible.


  • Afficher les commentaires suivants