Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Israël et Meyer Habib furieux contre la France suite aux propos de l’ex-ambassadeur de France aux États-Unis

Le ministère israélien des Affaires étrangères a annoncé avoir convoqué l’ambassadrice de France pour « protester » contre des propos tenus par l’ex-ambassadeur français à Washington comparant l’occupation israélienne en Cisjordanie à un « apartheid ».

 

Le tout fraîchement retraité Gérard Araud, qui était jusqu’au 19 avril ambassadeur de France aux États-Unis, a provoqué la colère de l’exécutif israélien en parlant d’« apartheid » à propos de l’occupation israélienne de Cisjordanie.

Dans une interview au magazine américain The Atlantic publiée le 19 avril à la faveur de son départ, Gérard Araud a évoqué la prochaine initiative diplomatique américaine pour tenter de résoudre le conflit israélo-palestinien sur laquelle il ne se fait semble-t-il guère d’illusions.

Selon le diplomate, l’État hébreu veut éviter la création d’un État palestinien tout en refusant d’accorder la nationalité israélienne aux Palestiniens.

« Donc, ils devront rendre cela officiel, ce qui est, nous connaissons la situation, [...] un apartheid », a jugé Gérard Araud qui a été ambassadeur en Israël de 2003 à 2006.

« Il y aura officiellement un État d’apartheid ». Israël l’est « déjà en réalité », a-t-il insisté.

Le ministère israélien des Affaires étrangères a convoqué le 29 avril l’ambassadrice de France en Israël, Hélène Le Gal, eu égard à cette interview du diplomate qui a « qualifié Israël d’État d’apartheid », a indiqué 30 avril le porte-parole du ministère dans un communiqué.

« Nous avons fermement protesté contre ces propos », a-t-il ajouté.

« Je parlais de la Cisjordanie. », s’est défendu Gérard Araud sur Twitter.

 

 

« Israël dans ses limites de 67 n’est ni un État colonial ni un régime d’apartheid », a notamment justifié le diplomate dans un autre tweet. Il a précisé qu’il ne revenait pas sur ses propos accordés à The Atlantic.

 

 

Un « peuple dominant l’autre »

L’occupation depuis 1967 de la Cisjordanie et l’extension des colonies israéliennes sur ce territoire palestinien, illégales aux yeux de la communauté internationale, ont imposé deux lois différentes selon Gérard Araud : une pour les Israéliens, l’autre pour les Palestiniens « sur le même territoire avec un peuple dominant l’autre ».

 

 

Les négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens sont au point mort depuis 2014. L’administration américaine a promis une initiative diplomatique qui devrait être dévoilée après le ramadan, le mois de jeûne musulman qui s’achève début juin.

Les Palestiniens rejettent le statut de médiateur aux Américains, coupables à leurs yeux d’avoir multiplié les initiatives pro-israéliennes depuis l’arrivée au pouvoir du président Donald Trump, comme la reconnaissance de Jérusalem comme la capitale d’Israël.

Début avril, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou avait promis d’annexer des colonies israéliennes en Cisjordanie occupée. Si appliquée, cette décision pourrait sonner le glas de la solution dite « à deux États », c’est-à-dire la création d’un État palestinien coexistant aux côtés d’Israël.

 

Meyer Habib réagit en accusant directement la France :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

50 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Commentaires suivants