Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Jean Lassalle lance une bombe (atomique) sur Sud Radio : Macron obéit à Rothschild !

Avant de s’intéresser à la bombe atomique du député suicidaire Lassalle (il va se volatiliser avec elle), un petit tour rapide sur l’émission gag de TF1, destinée à surélever un président à la ramasse dans les sondages, réels, faut-il le préciser.

 

 
 
 
 

Un petit coup de Macron renucléarisé avant d’évaluer l’ampleur des dégâts causés par la bombe A du député de la 4e circonscription des Pyrénées-Atlantiques, qui sera probablement rasée après ça :

 

 

La déclaration préalable de Jean Lassalle

 

 

Frustré de ne pas avoir été invité à la grande soirée électorale spéciale guerre – de l’OTAN contre la Russie – avec les 8 candidats « principaux » de la prochaine présidentielle truquée, le truculent Lassalle, le (vrai) marcheur, l’homme du sud de l’Ouest qui n’a pas son accent dans la poche, a vitrifié le plateau de la matinale de Sud Radio – appelée pompeusement Grand Matin – du 15 mars 2022. L’émission durant 34 minutes, il fallait attendre 29 minutes et 25 secondes pour entendre ça :

La bombe atomique de Jean Lassalle

Jean Lassalle : Mais aujourd’hui tout est sur la table ! À partir du moment où je vois la famille Bouygues, la grande famille Bouygues se comporter comme elle s’est comportée hier soir, moi je crois plus à rien ! Je ne crois plus en rien. Quelqu’un m’a dit, je l’aime bien parce qu’il me rappelle mon grand-père, eh bien mon grand-père quand il ne croyait pas, il ne faisait pas semblant de croire.

Patrick Roger : Allez, question d’Élisabeth Lévy qui est à distance en fait avec nous, qui n’est pas dans ce studio.

Élisabeth Lévy : Jean Lassalle, j’ai été intriguée par quelque chose que vous avez dit tout à l’heure à Patrick Roger, vous avez dit « Emmanuel Macron ne décide pas ». C’est-à-dire, quand Patrick vous a demandé s’il était intervenu auprès de TF1, vous avez dit « oh non non, lui il est même pas capable de décider ». Mais qu’est-ce que vous voulez dire par là ?

Jean Lassalle : Eh ben c’est Rothschild qui a décidé, c’est Rothschild qui a décidé de son élection, avec monsieur Arnault, avec monsieur Niel son gendre qui était en prison il y a 14 ans, pour des faits très graves, et qui ont choisi effectivement de le pousser, le porter au pouvoir.

JPEG - 116.3 ko
L’effet de souffle...

 

Aussitôt, Patrick Roger, tétanisé (pour son poste), évoque des « accusations graves », que Jean Lassalle dit « assumer ».

 

 

Le clan Rothschild aurait porté Macron au pouvoir ? Pff, alors que tout le monde sait que la puissance de cette famille (une familia grande) est un fantasme venu du fin fond XIXe siècle, comme nous le rapporte la presse mainstream qui, elle, sait.

Non, rien.

 






Alerter

74 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Ce n’est pas une bombe mais une bombinette, tout le monde sait qu’il vient de la maison, d’autres avant Macron sont passé chez Rotenschild (à l’origine Zum roten Schild, "à l’enseigne rouge"), et pas des moindres, le président Pompidou, Henri Emmanuelli, François Pérol, Grégoire Chertok, Jean-Charles Naouri, Nicolas Bazire, Jacques Attali, Robert Badinter, on pourrait en nommer bien d’autres très proches du pouvoir comme Alain Minc, Antoine Bernheim, Thierry Breton, Matthieu Pigasse, Martin Bouygues. On notera que Nicolas Sarkozy est l’ami d’Edouard de Rothschild avec ex-son épouse Cécilia depuis longtemps.
    Mais le plus emblématique reste quand même le président George Pompidou de Montboudif qui entre à la banque Rothschild en 1953 ou il s’intéresse au secteur financier et moins au domaine proprement bancaire, séduit par les spéculations intellectuelles qu’exige la finance. Il sait donner à sa société un nouveau capital de confiance.
    En 1958 De Gaulle lui fait quitter la banque pour six mois. Mais, refusant le portefeuille de ministre des Finances, Pompidou choisit de retrouver la Banque Rothschild. Il y restera jusqu’à sa nomination comme Premier Ministre en 1962-1968. Perçu comme l’homme de la continuité, il est élu président de la République le 20 juin 1969.

     

    Répondre à ce message

  • J’ai l’impression qu’il y a encore un peu de déni sur la nature du régime y compris parmi les gens dit "éveillés". C’est à dire qu’ils sont encore dans un raisonnement où il suffira de voter Mélenchon ou Zemmour pour que tout change comme par magie. Le problème, c’est qu’on ne tient pas compte du fait que la nature du régime a changé depuis deux ans au moins et qu’on a quitté les rivages de la démocratie libérale, et de toute façon, même The Economist le reconnaît.
    Et de toute façon, ce qu’on a pas encore réalisé, c’est que la réélection de Macron est inéluctable car on sait très bien qu’il va y avoir une fraude massive comme aux Etats-Unis. Quand on voit la manière dont la campagne se déroule avec des candidats évincés de l’exposition médiatique, le fait que Macron joue de l’ambiguïté entre le statut de président et celui de candidat, le fait qu’il ait le conseil constitutionnel dans la poche, les sondages matraqués... Je ne vois pas comment une fraude massive en faveur de Macron pourrait ne pas advenir.
    Et le fait que Lassalle veuille renoncer à sa candidature vu les circonstances devrait nous alerter. Je pense que Macron doit se dire "ils sont mignons ces français qui veulent encore voter en croyant être encore en démocratie, mais la vérité, c’est que ce qui est important, ce n’est pas les votes mais la manière de les compter. Et vu que j’organise moi-même les élections je suis certain de les gagner."

     

    Répondre à ce message

    • Je ne suis pas d’accord : la stratégie la plus pernicieuse de la clique à Macron, c’est de décourager le vote, ce qui est précisément ce que vous faites (si les urnes sont bourrées, pourquoi bouger de son canapé le jour du vote, n’est-ce pas ?) car de cette manière, il passera par défaut. Les sondages qui le donnent gagnant ne sont pas d’arrogantes affirmations d’un pouvoir qui se sait déjà gagnant par la fraude, mais des armes de suggestion massive : "N’allez pas voter, pas la peine, vous voyez bien", et ça fait des ravages chez les militants, sympathisants et électeurs du seul parti qui peut espérer l’emporter au second tour, à savoir LR. C’est extrêmement démobilisateur. Ces sondages sont vrais, c’est évidemment "l’échantillon représentatif de la population française" interrogée qui n’est pas représentatif, c’est tout. La fraude au niveau du ministère de l’intérieur n’est pas possible car les résultats sont décomptés par bureau, puis par commune, puis par circonscription, etc, et sont publics. Il suffit de prendre sa calculette et d’additionner. Et quoi qu’il en soit, ce système pourri ne fonctionne pas comme vous le pensez, on n’est pas dans un film dystopique. Le système repose sur un pacte faustien, il faut qu’il y ait un choix, il faut que la tromperie soit là, que le mensonge soit là, et que les gens se déterminent, qu’ils adhèrent à leur propre perte. La pseudo démocratie made in USA doit conserver les apparences.

       
  • Nom d’un cheval !
    Ca déménage !
    J’avais entendu Soral dire dans une émission que Jean Lassalle était d’une grande finesse, mais ça va des années-lumière plus loin. Il est le seul à ma connaissance qui incarne vraiment la France. Il a la droiture, la force, l’intelligence, le bon sens et la bonté, des qualités orphelines lorsque l’une seule manque. C’est notre Saint-Louis du 21éme siècle. Au dessus, largement au dessus de la mélée. Le seul qui a l’envergure, au sens des qualités précitées, d’un Trump ou d’un Poutine.

     

    Répondre à ce message

  • Oh ! Lasalle, tu sais que chez ER, cela fait pas quinze jours que l’on s’en est rendu compte...

     

    Répondre à ce message

  • Et il dit ca avec le sourire ! C’est bien bien m’sieur Lassale, continuez.

     

    Répondre à ce message

  • #2926177

    Lassalle en a déjà balancé une bonne à propos de Macron l’autre jour sur LCI face au journaliste Darius Rochebin (qui avait l’air de bien sourire d’ailleurs) : "c’est facile d’avancer quand tu as Rotschild au cul" (sic !).

    Faut pas oublier que Lassalle derrière son air grand-guignol et parfois affreusement vendu, est quand-même allé deux fois chez Bachar El Assad en pleine guerre de Syrie.

    Et qu’il a fait la grève de la faim pour garder une usine dans sa vallée (et il a gagné). Et il sait que Chirac avait donné l’ordre de le laisser mourir au début. Il a des dossier, il l’a dit. Il n’a aucune illusion sur les requins carnassiers qui nous dirigent.

    Accessoirement, il fut le seul député à porter le Gilet-Jaune dans l’hémicycle de l’Assemblée Nationale.

    Un personnage énigmatique. A prendre tel quel, avec ses hauts et ses bas.

     

    Répondre à ce message

  • #2926190

    La vérité c’est que les élections ont DEJA été gagnées par les patriotes "avant et après l’élection d’avril" :

    - Avant l’élection, on les a déjà "gagnées" politiquement en 2005, date à laquelle le pays reel a divorcé (définitivement) du pays légal. (Pays légal = ploutocratie mondialisée).

    - Après l’élection, car quel que soit le candidat élu par les urnes ou par la fraude, l’ "élection de théatre" ne fera qu’aggraver le divorce de 2005. Ainsi ; quand le pays reel s’apercevra comme il s’y attend qu’il a encore été trahi, l’intensité du divorce franchira encore un cran.

    NB :

    En politique, on ne sait pas pourquoi, mais le divorce entre pays reel et pays légal ne dure jamais plus de 72 ans : le pays légal ne peut pas trahir et rouler le pays reel plus de 72 ans.

    On ne sait pas pourquoi.

    Par exemple, l’Union soviétique a roulé la Russie pendant 72 ans jour pour jour du jour de sa proclamation en octobre 1917 (9 novembre 1917) , au jour de la chute du mur de Berlin en 1989 (9 novembre 1989).

    Donc, notre question c’est de savoir QUAND la ploutocratie mondialisée (satanique) a pris le pouvoir en France.

    Culturellement, en 68.
    Politiquement, en 69 après la démission de De Gaulle.

    1968/1969+ 72 = 2040/2041.

    On ne peut pas souffrir au delà de cette date.

    Mais jusqu’à cette date....c’est non seulement possible mais inévitable.

    Pourtant on a vraiment gagné cette guerre en 2005, un peu à la manière des soviétiques qui ont gagné la WWII à Stalingrad (la victoire de 1945 est la conséquence de Syalingrad).

    On peut faire le calcul à l’envers pour vérifier que l’élection présidentielle de 2022 n’aura aucune importance sinon pour l’ego des candidats.

    Car 2022- 72 = 1950 qui est pour la France une "non date".

     

    Répondre à ce message

    • Le choix de ces dates est bien arbitraire.

      Je suis d’accord avec vous pour dire que le régime soviétique était plutôt en divorce par rapport au pays russe réel ... encore que on ne puisse pas dire que Yeltsine et son régime d’oligarques ait beaucoup fait pour rapprocher le régime du pays réel : tous ceux qui en Russie ont vécu cette époque vous diront qu’on se sentait plutôt sous une occupation étrangère surtout juive comme jamais plus tôt dans l’histoire. Le régime tsariste tel qu’il existait depuis Pierre le Grand, de manière très explicite, considérait le peuple russe comme une entité négative à déprogrammer et à domestiquer par l’adoption de modèles de comportement et de culture intellectuelle aussi purement ouest-européens que possible, comme si tout à coup à partir de vers 1700 toute l’histoire antérieure de la Russie était devenue un poids lourd à oublier, et jamais depuis l’aristocratie et l’intelligentsia n’ont démordu de cette attitude devenue instinctive.

      Pendant tout le 19ème siècle le mouvement slavophile resta dans l’opposition, dans la dissidence bannie des principaux médias, et sans grand espoir de faire entendre sa voix qu’une révolution. Par ailleurs même si la fondation de l’URSS était un mouvement éminemment dirigé par une majorité bien peu russe à ses débuts, c’était parmi toute la palette de partis politiques disponibles à l’époque le plus nationaliste sur le plan économique : lui seul, envers et contre tous les autres (SR, KD, SD..., sans compter les royalistes qui comptaient sur l’aide anglaise) qui tous parlaient d’ouverture aux investissements étrangers, parlait d’autarcie, en ne cessant de rappeler par sa pire propagande elle-même cette vérité que les empires économiques occidentaux ne voulaient ni le développement ni la prospérité de cet immense pays mais sa réduction au rang de colonie de matières premières la plus arriérée possible. Le régime soviétique dans ce qu’il eut de plus violent s’appuyait non sans une très grande efficacité sur le réflexe identitaire grégaire du pays réel même si c’était au profit d’un projet allant contre ses intérêts, tout comme Napoléon avait su le faire en moussant le nationalisme français hexagonal comme jamais aucun chef d’état n’avait su le faire avant lui.

      Je suis d’accord avec vous pour dire que mai 1968 porta surtout de très mauvais fruits mais le régime qu’il critiquait était critiqué par la plupart des contestataires pour son projet déjà à fond de train d’américaniser la France.

       
  • Il a certainement d’autres révélations plus intéressantes et devrait les faire rapidement...

     

    Répondre à ce message

  • Même si ça nous fait plaisir d’entendre cette vérité, ça sera étouffé dans l’œuf en faisant passer Lassalle pour un personnage truculent, un peu simplet, dont l’exposition à la télé, la radio n’a qu’un seul but : rassurer le gars rural de sa visibilité médiatique." Vous voyez vous aussi vous avez le droit de parler dans le poste, qu’est-ce que vous nous faites rire avec votre accent de plouc. Et en plus vous dites n’importe quoi ! C’est bien la preuve que nous sommes supérieurs à vous." Triste !

     

    Répondre à ce message

  • ma sympathie pour Lassale a baissé de plusieurs crans depuis que je le vois dans une organisation sioniste avec Meyer Habib sous la présidence d’Aurore Bergé.
    https://www2.assemblee-nationale.fr...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents