Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Jean-René Dufort, journaliste canadien, blâmé pour son reportage sur Gaza

Le débat commence à être usé : Jean-René Dufort est-il un journaliste ou non ? La question refait pourtant surface à la lecture d’une décision de l’ombudsman de Radio-Canada, qui blâme Infoman pour un reportage sur la bande de Gaza, diffusé le 11 septembre.

Dans ce reportage tourné avant la guerre de l’été dernier, Jean-René Dufort et son caméraman traversaient toutes les étapes pour entrer à Gaza, par le passage israélien d’Erez, une entreprise laborieuse. Avec son style habituel, il voulait ainsi démontrer que les Palestiniens ne pouvaient pratiquement plus sortir du pays.

En réponse à une plainte du directeur associé des affaires publiques du Centre consultatif des relations juives et israéliennes, David Ouellette, l’ombudsman Pierre Tourangeau n’y est pas allé dans la retenue. « Que diable allait-il faire dans cette galère ? » se permet de demander ce journaliste reconnu, ancien cadre de l’information à Radio-Canada. En gros, la décision dit que Jean-René Dufort ne peut pas se cacher sous le couvert de l’humour pour aborder un sujet aussi sérieux que le conflit israélo-palestinien sans respecter les normes et les pratiques journalistiques de Radio-Canada.

« Je ne sais pas ce qu’ils mettent dans l’eau en ce moment à Radio-Canada », a blagué Jean-René Dufort mardi, quelques minutes après avoir pris connaissance de la décision. « On tombe des nues. Personne aux variétés n’était au courant de ces règles qui semblent tomber du ciel. Nous allons bien sûr demander des précisions. »

L’animateur avoue prendre cette décision à la légère et dit avoir l’impression de retourner à l’époque de La fin du monde est à 7 heures, quand on l’accusait de mêler divertissement et journalisme, un débat révolu, selon lui.

En 15 ans d’émission, Jean-René Dufort évalue à trois ou quatre le nombre de plaintes le concernant adressées à l’ombudsman. Mais chaque fois, celui-ci a refusé de les traiter, prétextant que l’émission relève des variétés et non de l’information. Pourquoi en est-il autrement cette fois ? Pierre Tourangeau considère que ce reportage relève davantage des affaires publiques que du sketch, « ce qui le fait tomber sous la juridiction de l’ombudsman ».

Jean-René Dufort ne partage pas du tout cet avis. « Il est un peu en retard et devrait revoir nos reportages en Haïti, quand nous avons interviewé le Hezbollah au Liban, Ingrid Betancourt, et traité de l’attentat contre Pauline Marois. À Infoman, il n’y a pas de sujet tabou, et ça va continuer », affirme l’animateur, qui répétera plusieurs fois durant la conversation que cette décision ne changera rien aux méthodes de son équipe. « C’est une émission de satire, d’opinion, d’éditorial qu’on fait. »

L’animateur ne comprend pas pourquoi personne ne l’a mis au courant de cette plainte pour qu’il puisse se défendre. « Il ne m’a jamais appelé pour discuter de ça. Ce serait la moindre des choses. C’est un ancien journaliste, il devrait savoir ça », dit-il à propos de Pierre Tourangeau.

Jugements de valeur

Irrité que le reportage ne présente que l’avis de Rachad Antonius, professeur à l’UQAM et spécialiste du Proche-Orient, l’ombudsman considère que même dans un contexte humoristique, Jean-René Dufort aurait dû montrer les deux côtés de la médaille, ou à tout le moins offrir un point de vue divergeant dans un reportage subséquent.

À plusieurs endroits dans sa décision, les propos de M. Tourangeau frôlent les jugements de valeur, notamment sur le choix des sujets. « Je ne doute pas qu’il soit possible pour quelqu’un qui possède le talent de M. Jean-René Dufort de faire de l’humour à partir de n’importe quel sujet. Par contre, il me semble que certains d’entre eux s’y prêtent plus difficilement et qu’à s’y frotter on risque de provoquer autant de grincements de dents que de sourires », écrit-il.

« On est très fier de ce reportage. Nous n’avons reçu qu’une seule plainte, c’est un miracle pour un sujet aussi délicat », affirme Jean-René Dufort, qui précise que les topos de l’émission sont prévisionnés par des patrons de Radio-Canada, par les producteurs et des avocats.

Le reportage de septembre n’était qu’un avant-goût de deux émissions spéciales d’Infoman, tournées entièrement à Gaza l’été dernier, et prévues pour décembre. Plairont-elles à l’ombudsman ?

 

Le reportage :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

32 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • «  En gros, la décision dit que Jean-René Dufort ne peut pas se cacher sous le couvert de l’humour pour aborder un sujet aussi sérieux que le conflit israélo-palestinien sans respecter les normes et les pratiques journalistiques de Radio-Canada. »

    Entendez par-là :

    "sans respecter les normes et les pratiques journalistiques SIONISTES de Radio-Canada"

    Je suis stupéfait par le corridor qui mène à Gaza , ainsi que par l`embargo !
    Encore que , cela ne m`étonne pas ... Gaza est de ce fait un camp de concentration !

    "Dis papa , le père Noël n`existe Pas ..."
    "Non mon fils , pas pour les enfants Palestiniens ... "

    Merci à Jean-René Dufort , ainsi qu`à E&R pour avoir relayé ce reportage .

    Berrichon .


  • Quelle idée aussi de vouloir faire un reportage sur Gaza ?

    Il eut été bien plus pertinent de faire un documentaire sur la Shoah. Cela ne lui aurait alors pas rapporté de blâme, mais sans doute une récompense honorifique.

    Il est nécessaire de montrer les deux cotés de la médaille lorsqu’il s’agit du conflit israélo-palestinien, mais lorsqu’il s’agit de 40-45, là par contre il ne faut surtout pas voir autre chose que l’Histoire officielle. Non, il faut se contenter du point de vue d’un seul parti. Au fait, a-t-on retrouvé les chambres à gaz ? (clin d’œil)

    Aucune personne honnête, même en étant consciente des arguments des deux partis (à la fois ceux d’Israël et des palestiniens), ne peut décemment se positionner en faveur de Israël. Et particulièrement pas un français de la République, qui sait que la France de la République aime à se positionner du coté du plus faible, de l’opprimé, et non pas du plus puissant, a fortiori lorsque ce dernier est oppresseur. La France laissera-t-elle encore longtemps un Etat répressif exterminer une population en toute impunité ? Kadhafi aurait bien aimé recevoir une telle indulgence ; mais lui l’aurait sans doute méritée bien plus que l’Etat d’Israël. Evidemment, nous ne pourrons pas compter sur un BHL pour s’insurger et se lever contre les actes de Israël, non... On se demande bien pourquoi, d’ailleurs ? On me dit dans l’oreillette qu’il n’est pas tout à fait neutre dans cette histoire puisqu’il se revendique d’une des deux parties... Lui qui aime tant défendre les peuples opprimés...

    Pourtant, intervenir n’est pas la position officielle de la France... Alors une question se pose : nos dirigeants sont-ils vraiment de la République ? Ou bien plutôt font-ils partie d’une dictature plus ou moins discrète dont je me garderai de préciser les chefs ?

    Comment peut-on, en toute honnêteté et sincérité, ne pas se révolter contre Israël après les massacres de cet été et les 2500 morts dont plus de 500 enfants. Comment laisser passer cela ? Que font les Nations Unies ? Et la loi internationale ? La France et l’Occident sont-ils devenus si faibles qu’ils doivent se soumettre à un petit pays guerrier qui ne sait s’attaquer qu’aux plus faibles ? A moins... que les dirigeants de l’Occident ne soient pas soumis à Israël, mais plutôt complices. Et la question se pose : mais alors, qui sont vraiment nos vrais dirigeants ?

    D’un coup le mystère s’éclaircit...

     

  • Terrifiant et drôle à la foi.


  • Une quenelle maxi à chaque pas.
    Ce passage pour l’enfer est unique au monde, difficile de faire mieux dans le style circuit pour bestiaux.
    Ces tourniquets inox, le comble de l’horreur...
    Le terme de prison à ciel ouvert pour définir ce qu’est Gaza ne peut être mieux caractérisé. Ces quelques plans filmés sont glaçants et en disent plus long qu’un discours, ils font prendre conscience, au mieux, de la réalité de cette saloperie d’apartheid.

    Comment cette sinistre dégueulasserie peut-elle encore durer ?
    Cela n’a pas l’air d’empêcher de dormir Ban ki moon, ni les responsables du TPI.
    Faut croire qu’ils ont le sommeil solide, voila qu’ils n’ont toujours pas bougé après le cauchemar, unique pourtant en son genre par sa brutalité, tout à fait intolérable, qui a suivi, programmé me semble-t-il, essentiellement, pour la manip très cynique de faire élire Erdogan.


  • Il va être difficile pour la communauté organisée de faire culpabiliser le Quebec, comme ils le font avec la France. La Shoaaaaah.

    Resistez, parce que je remarque à Montreal qu’ il y a de plus en plus d’associations au taquet des lors, qu’on évoque la Palestine ou invite Dieudonnée à se produire. ( ça n’existait pas il y a encore 3 ou 4 ans)

    Sans compter la LDJ qui vient d’ouvrir une succursale dans le quartier d’Outremont à Montréal...

    Bon courage aux Québécois, et en particulier à ce Journaliste.


  • interdire le chocolat aux palestiniens , c’est vraiment des fous ces israéliens . démoniaque et fou

     

    • Démoniaque , car calculé : il s’agit de leur rendre la vie la plus pénible possible , pour les pousser à prendre le chemin de l’exil.
      Un nettoyage ethnique soft, sans passer la ligne rouge, qui entrainerait des condamnations internationales de l’état d’Israel .


    • #1024660

      @ Laurent

      Bah non, ils ne sont pas fous, ils sont cohérents et donc conformes à leur religion (propagande droitdelhommiste), habitués qu’ils sont à mutiler les Palestiniens, c’est donc "pas de bras, pas de chocolat" !


    • C’est tellement sadique que des médecins israéliens ont étudié le nombre de calories minimum par jour que les palestiniens à Gaza étaient autorisés à ingurgiter de façon à ce qu’ils ne meurent pas mais aussi à ce que ce "smic alimentaire"" les maintienne en mauvaise santé , enfants compris ,voilà la réalité de ce blocus dont l’Europe est complice et devra rendre des comptes !!!


  • Très bon reportage, jamais ennuyeux et meme amusant . Mais les sionistes sont de plus en plus susceptibles, et le seul rire qui soit désormais permis c’est le pénible "rire juif", tous les autres sont interdits, Dieudo en sait quelque chose .


  • Sérieux,,,, Israël interdit l’entrée du chocolat à Gaza ????

     

  • Pour ma part, je ne vois pas ce qui peut choquer dans ce reportage...

    Sur la forme, c’est un peu humoristique. On a une voix off et des séquences enchainées rapidement pour ne pas laisser de temps mort et captiver le télé-sepctateur. Pas mal de sujets ont cette forme là.

    Sur la manière, il va simplement voir des gens qui ont des problèmes et parle avec eux. Cette démarche est aussi utilisé dans pas mal de sujets. On voit ça dans tous les reportages se prétendant "proche des gens".

    Après, je parle des émissions d’il y a 3 ans, depuis j’ai donné ma télé, peut-être que les standards ont changé entre temps. En tout cas, certains extraits que je vois de temps en temps sur le net sont encore réalisés comme ça.

    Sur le fond, c’est peut-être là qu’il y a un problème. Ceux qui critiquent ce reportage disent qu’il faut donner les 2 points de vues car c’est un sujet sensible. Le simple fait d’exiger de montrer les 2 côtés indique que ce n’est pas la vérité qui les intéresse, mais le fait qu’il ne faut pas "choquer" ou "déséquilibrer" le "débat" (comme si les débats existaient encore...). Il faut montrer la vérité d’abord, et la vérité se fout des compromis ou des délicatesses à prendre avec tels ou tels.

     

    • C’était avant le massacre.
      Jean-René Dufort n’aurait sans doute plus aucune chance d’avoir l’autorisation de repasser par ces tourniquets et de ramener films et photos.

      Les Palestiniens de Gaza avaient pourtant l’air bien inoffensifs et drôles malgré leurs conditions de vie.
      Cela fait parti du côté subversif de ce reportage. Présenté le 11 septembre 2014 en plus, ça en dit long.


  • Très bon reportage. Unique en son genre après tout ceux que j’ai pu voir jusqu’à présent !


  • Pas assez "objectif" comme dirait Meyer Habib...


  • La téloche ça devrait être que ça.


  • De toute façon Infoman ce n’est pas du journalisme et n’a jamais prétendu l’être, c’est de l’info-tainment assumé. Un peu comme les Guignols de l’info mais sans marionnette.

     

    • Peut-être mais en général il est tout de même assez honnete, pas trop le genre à en rajouter sur un sujet serieux comme Gaza.


    • @Druide
      Boff... Je crois que vous chercher à tout prix la petite bête. Cela ne réduit en rien la véracité et la qualité de son contenu malgré qu’il est vrai qu’on y retrouve parfois cette tendance gauchiste..

      Par ailleurs, même si la forme utilisée n’est pas aussi formelle et standard que celle que l’on retrouve dans les bulletins de nouvelles en fin de journée, ce qui est abordé à Infoman la plupart du temps (pas toujours !) permet l’éveil des consciences et ce, avec humour.


  • Autant les peuples à l’époque du nazisme ignoraient l’existence des camps de concentration, autant plus personne ne peut ignorer le nazisme de l’état hébreu en Palestine occupée. Personne ne pourra dire qu’il n’était pas informé. Espérons qu’un jour des armées de vainqueurs obligeront les juifs habitant prés du camp de Gaza à venir voir les horreurs qui s’y déroulaient sous leurs yeux et à 2 pas de chez eux, par leurs gouvernements. Devoir de mémoire et du "plus jamais ça".
    "La bête immonde au ventre toujours fécond" habite à tel-haviv.


  • La LDJ vient d’ouvrir une succursale à Montréal ? Hmm... Attention Jean-René, prépare-toi à subir un sort semblable à celui de Dieudonné en France. Lui, avant le fameux sketch, c’était un chouchou des Français, comme toi au Québec. Mais il a osé mettre les pieds sur la plate-bande sacrée de Sion.
    De même que cela fut pour lui, tant que tu ne t’es occupé que des "autres" injustices dans le monde, on t’a laissé tranquille. Mais voilà qu’en osant l’innommable, tu goûtes à ton tour au deux poids, deux mesures.
    Mais à vrai dire, s’il y tient tant, ce M. Tourangeau, à avoir des reportages bien balancés, qu’il commence donc par surveiller les articles publiés par la Société d’état qu’il représente avant de s’occuper des émissions de divertissement. Concernant le conflit en Syrie, ou pire, en Ukraine, quand donc font-on appel à un expert qui explique le point de vue syrien ou russe, ou pro-russe ??? JAMAIS
    Radio-Canada n’est donc qu’une autre courroie de transmission de la propagande militaro-sioniste actuelle, rien de moins.
    Jean-René s’est mis les pieds dans les plats, tant mieux. Il est un symbole. Le jour où le monde du show-business commencera à le lyncher, comme cela est arrivé en France pour DIeudonné, ce sera le début du réveil pour le Québec. Bienvenue dans le siècle orwellien.


  • D’un côté il est interdit d’interdire (la gay pride et autres crétineries) et de l’autre interdit d’autoriser (épices et chocolat)...
    Si les tunnels de Gaza étaient évoqués dans des films à gros budget comme dans "la grande évasion" , ils auraient meilleure presse. Mais cela n’ est qu’ utopie alors que même un documentaire à portée réduite vaut un blâme à son concepteur.


  • En mars 2011 Arte diffusait un reportage sur les camps de concentration construit par Israhell dans le desert du Negev, depuis, silence radio général. Ces systèmes pénitentiaires servant au blocus de Gazza sont indignes.
    Enfin, concernant cette pornographie, nul doute qu’elle serve au dessein d’Israhell et soit par eux encouragée. L’importateur doit bien s’appeler Roth, Rosen, ou Jacobellis ! Le but, on le devine aisément, dégrader la femme palestinienne.


  • je trouve cette histoire de tunnels assez bizarre. il est dit que les matériaux de construction sont interdits mais pour construire des tunnels sous terre faut un max de béton, de ferraillage et de la technique. un peu difficile de passez inaperçu aux yeux d’Israël quand tu construits des centaines de tunnels clandestins nan ? et puis la marchandise et les armes qui passent par ces tunnels...je trouve que ça fait scénario de film franchement. Le marché de gaza me semble assez bien fournis, et c’est pas par ces tunnels que passent toutes les marchandises ?


  • Deux questions : 1. de qui émane la plainte ? 2. l’embarras de l’ombudsman canadien ne serait-il pas l’indication qu’il a subi des pressions ?

    Il ne serait pas surprenant d’apprendre que le Canada se trouve lui aussi aux prises avec une communauté organisée qui utilise les mêmes techniques que celles qui ont conduit en France à contrôler tous les médias et à faire interdire Dieudonné...

    Selon Israel c’est le monde entier qu’il faut mettre sous contrôle, comme la bande de Gaza. D’où ce sentiment d’oppression de plus en plus grande très perceptible en France, à travers les médias, la politique, la justice….Quand va-t-on sortir de ce tunnel ?

     

  • Le ghetto de Gaza mis en place par ceux qui ont été dans le ghetto de Varsovie !!Quelle belle revanche sur les musulmans qui ont protégés les juifs persécutés par l’Europe et l’Espagne d’Isabel la catholique !! L’apartheid a été déplacé à Gaza par les mêmes qui l’ont mis en place en Afrique du Sud avec un mur de séparation et des check points partout !!


  • Bravo à Jean-René Dufort qui a eu le courage de constater la réalité tout haut. Quant à ceux qui se plaignent de son style journalistique en plaidant pour un reportage « équilibré » (c’est-à-dire ne jamais offusquer les sentiments délicats du lobby israélien au Canada en démontrant trop la réalité de l’Occupation), on se rappelle de ces mots de l’excellent journaliste Edward R. Murrow qui, à l’époque de Joseph McCarthy et la chasse-sorcière aux États-Unis, défiait ses collègues en leur lançant : « La peur s’est déjà installée dans la salle ».

    Bruce Katz
    Palestiniens et Juifs unis


Afficher les commentaires suivants