Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’Europe prolonge son mandat en Centrafrique

L’Union européenne a formellement prolongé vendredi de trois mois, jusqu’au 15 mars 2015, le mandat de sa force en Centrafrique (Eufor RCA), a annoncé le Conseil européen.

Cette décision fait suite à une demande des autorités centrafricaines et à l’adoption par le Conseil de sécurité des Nations unies d’un mandat renouvelé. La prorogation doit permettre d’assurer une transition efficace à l’opération de maintien de la paix menée par les Nations unies, la Minusca, a souligné le Conseil dans un communiqué. Cette mission, forte de quelque 750 soldats et gendarmes, assure le maintien de l’ordre à l’aéroport de Bangui et dans le camp de réfugiés de M’Poko, contigu à l’aérodrome, ainsi que dans les 3ème et 5ème arrondissements de la capitale centrafricaine.

Opération de transition

L’EUFOR RCA s’inscrit dans le cadre de l’approche globale de l’UE à l’égard des nombreux défis auxquels est confrontée la République centrafricaine. En tant qu’opération de transition, facilitant la montée en puissance progressive de la Minusca, elle contribue à améliorer la sécurité en RCA, selon l’UE. « L’opération continuera d’exercer la plupart de ces activités dans les deux arrondissements précités pendant la durée de prolongation de son mandat, tandis que la responsabilité de la sécurité de l’aéroport de M’Poko sera transférée à la Minusca à la fin de cette année », ajoute le texte.

Commandement

Depuis sa création en février dernier, l’opération est placée sous le commandement du général de division français Philippe Pontiès. Son état-major est situé à Larissa (Grèce). Les coûts communs de l’opération sont estimés à 5,7 millions d’euros pour la période allant du 16 décembre 2014 au 15 mars 2015. Il s’agit de la première opération militaire sans la moindre participation belge, en raison des restrictions budgétaires qui frappent la Défense.

Action

L’approche globale de l’UE à l’égard de la République centrafricaine prévoit une action axée sur la sécurité, l’aide humanitaire, la stabilisation et la coopération au développement. Depuis 2013, l’UE a engagé de nouveaux financements pour plus de 360 millions d’euros en vue de faire face à la crise en RCA.

Chaos

La Centrafrique avait sombré dans le chaos avec le renversement en mars 2013 du régime de François Bozizé par les Séléka, plongeant le pays dans une spirale de violences intercommunautaires ayant entraîné l’envoi de forces française, européenne et onusienne dans le pays. Les tueries de masse ont cessé depuis quelques mois, même si la capitale centrafricaine reste régulièrement secouée par des affrontements armés et une forte criminalité.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1024199

    Les sionistes ont probablement incité les Séléka à attaquer les chrétiens afin que l’envoi de leurs supplétifs Français soit justifié en RCA . Néanmoins que les soldats français se méfient des agents israéliens : ils sont capables de provoquer des émeutes anti-françaises, comme ils l’ont fait en Cote d’Ivoire en 2004, pour faire en sorte que les Français soient chassés du pays - pour les remplacer par des israéliens .


  • #1024347

    son mandat ? on s’auto mandate maintenant ? son ingerence criminelle habituelle aurait ete plus approprié...


  • #1024560

    Les Etats-Unis d’Europe, dirigés depuis les Etats-Unis d’Amérique, prolongent le mandat d’Israël en Centre-à-fric.