Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Jean Robin, publié dans Actualité juive

Grâce à Jean Robin (intervenant à notre Université d’Eté E&R), “Actualité juive” s’ouvre enfin aux critiques constructives d’Alain Soral sur les dégâts produits par le fameux “lobby qui n’existe pas” !

"J’avais envoyé cet article (1) à Actualité Juive, mais il était trop long pour eux, je l’ai donc raccourci et ils ont eu la gentillesse de le passer dans le numéro de cette semaine que je vous invite à vous procurer."

Jean Robin

Scan de l’article visible ici.

Source : http://judeomanie.blogspot.com

(1) Pour un lobby juif et pro-israélien raisonnable

Oui je sais, je vais encore me faire des ennemis.
Comme Elisabeth Schemla s’en est fait, y compris parmi les juifs pro-israéliens, quand elle a osé écrire le 25 février 2004 sur son média Proche-Orient.info un article titré ainsi : "En France, naissance d’un lobby juif, au sens plein et respectable du terme".
Comme Raymond Barre s’en est fait quand il a parlé du "lobby juif de gauche qui avait mené des campagnes indignes contre lui depuis 1980" au micro de France Culture.
Comme François Mitterrand quand il a parlé de "lobby juif" à Georges-Marc Benhamou, ce que ce dernier s’est empressé d’écrire dans son livre pour le faire vendre, pardon par amour de la vérité historique.

Quelle mouche m’a donc piqué ?
En fait, cet article et son titre a priori provocateur ne surprendra que ceux qui apprennent pour la première fois l’existence de ce blog et du livre qu’il prolonge, car les autres n’y verront qu’une suite logique de ma réflexion entamée il y a bientôt trois ans.

Oui, si je vais au bout de ma logique anti-judéomane, je me dois de formuler les choses ainsi : je suis pour un lobby juif et pro-israélien raisonnable.

Je préconise dans mon livre que cesse la chape de plomb qui pèse sur certaines expressions dès lors qu’elle pourrait faire croire qu’il existe des juifs et que ceux-ci pourraient être des êtres humains comme les autres. Ainsi vote juif et lobby juif, par exemple. Il y a un lobby des motards, un lobby des débitants de tabac, un lobby féministe, il y a même un lobby des lobbyistes (qui fait parler de lui en ce moment en faisant entrer la pratique du lobbying à l’Assemblée Nationale, copiant ainsi Bruxelles). Et il n’y aurait pas de lobby juif ? Quelle hypocrisie justifie qu’on se cache ainsi derrière son petit doigt ? Quelle idéologie mérite qu’on reste aveugle à ce qui peut se dire et même s’écrire à longueur de temps dans les sphères antisémites, révisionnistes et anti-sionistes : "le-lobby-qui-n’existe-pas" ?
Voici une expression très claire et pour le moins ironique qui a remplacé dans ces sphères celle de lobby juif. Je pose la question à ceux pour qui le vivre ensemble compte : a-t-on gagné ou perdu en imposant cette chape de plomb ?

Lobby pro-israélien, oui aussi. De la même manière, il existe dans notre beau pays des lobbies pro-séoudien, pro-américain, pro-turque, pro-kurde, pro-serbe, pro-croate, pro-n’importe-quel-pays-de-la-mappemonde... mais pas de lobby israélien ? Cette hypocrisie est du même acabit que celle sur le lobby juif, je m’excuse de dire pardon comme disait Coluche.

Et si en plus on parle de lobby juif pro-israélien, alors là on tombe immédiatement dans la double allégeance, dans la trahison à la patrie, dans le crime des crimes. Comme s’il était interdit d’éprouver plus d’une tendresse dans un seul coeur, pour citer Marc Bloch. Comme si les Français d’origine étrangère n’avaient strictement aucun lien avec le pays dont ils sont originaires. Comme si l’accusation de double allégeance datait de la naissance d’Israël.

Alors j’en viens au mot "raisonnable", car il est aussi important que les autres, et il donne tout son sens à cet article et à son titre. Raisonnable c’est ce qui est basé sur la raison. Truisme. Si cela va sans dire, cela ira encore mieux en le disant, dixit Talleyrand.
Or qu’est-ce qu’un lobby juif et pro-israélien raisonnable ? C’est un lobby juif et pro-israélien qui oeuvre dans l’intérêt des juifs et d’Israël. Nouvelle tautologie. Oui mais...

Inviter Sarkozy au dîner annuel du CRIF en février prochain, est-ce bien raisonnable ? Si l’on considère que l’antisémitisme nuit aux juifs et qu’il n’est pas un "mouvement utile du point de vue de la formation du caractère des Juifs"*, non, cela n’est pas raisonnable. Cela contribue à afficher les juifs, à travers ses représentants, comme privilégiés du pouvoir politique, voire comme un pouvoir auquel les élus de la Nation se soumettent. Il est certes terriblement judéomane de la part de ces élus du peuple de s’y rendre, alors que la Constitution qu’ils prétendent servir le leur interdit. Mais je prétends qu’il n’est pas raisonnable, pour un lobby juif et pro-israélien, d’inviter ces politiques, et notamment le 1er d’entre eux, qui est aussi le 1er garant de la Constitution. (j’espère qu’il se reconnaîtra s’il lit cet article)

C’est un exemple parmi tant d’autres, je renvoie ceux qui découvrent le concept de judéomanie avec cet article au reste de ce blog, et évidemment au livre La judéomanie, paru en août 2006 (déjà) aux éditions Tatamis.

Dans ce livre comme sur ce blog, mon message n’a jamais varié : les responsables de la judéomanie et de l’antisémitisme qui en procède ne sont pas les juifs, quand bien même un lobby juif et pro-israélien prétendrait représenter leurs intérêts et agirait avec beaucoup d’efficacité en ce sens. Les responsables sont ceux qui décident d’accorder de l’importance, voire trop d’importance à des demandes qui relèvent sous certains aspects et pour certaines demandes du communautarisme et de la judéomanie. Ainsi de l’indemnisation des orphelins de déportés juifs. Ainsi de la reconnaissance par l’Etat français de sa responsabilité dans la Shoah. Ainsi de l’hypermnésie sur la Shoah.
Mais si la pression exercée par le lobby juif et pro-israélien l’était à meilleur escient ou moins selon les cas, les résultats en faveur de sa cause seraient immanquablement plus probants et réels.

Car à court terme, les juifs peuvent sans doute bénéficier d’une mesure qui les favorise plus que les autres citoyens français, mais à moyen et long terme cela ne peut que les desservir. A moins de n’être pas raisonnable, et de ne pas vouloir l’être, consciemment et volontairement, comme Théodore Herzl, déjà cité. Or nous savons maintenant qu’Hitler a donné tort à Herzl sur ce point, même s’il lui a donné raison sur Israël, sans le moindre doute.

J’en appelle pour ma part à la raison de tous et de chacun, quelle que soit sa responsabilité.

*"Cependant, je crois que l’antisémitisme, qui représente parmi les masses un courant puissant et inconscient, ne portera pas tort aux Juifs. Je le tiens même pour un mouvement utile du point de vue de la formation du caractère des Juifs. Il constitue l’éducation d’un groupe par les masses et conduira peut-être à son absorption. C’est à force de se durcir qu’on est éduqué." Theodor Herzl, Journal 1895 - 1904, le fondateur du sionisme parle, morceaux choisis et présentés par Roger Errera, Calmann-Lévy, 1990

Jean Robin