Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Julius Evola – Méditations du haut des cimes

Peu de gens savent que le penseur traditionaliste italien Julius Evola fut également un alpiniste hors pair. Cet extrait du recueil d’articles Méditations du haut des cimes ouvre la voie à une perspective transcendantale de l’expérience physique.

 

 

Procurez-vous le fondamental Révolte contre le monde moderne
chez Kontre Kulture [1] :

Notes

[1] Pour tout achat de "Révolte contre le monde moderne", l’épisode SAPTR Hors Série – Les 1001 vies d’Alain Soral, partie 1 vous est offert !

À ne pas manquer, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

29 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2237307

    Un pays a gagné un match de foot ce soir. Et écouter les écrits d’Evola tout en subissant la rage et la sauvagerie d’une minorité majoritaire à grands coups de klaxons, de crissements de pneus, d’aboiements stridents de marchands de tapis, de tapages et de toutes les pires nuisances durant des heures et des heures en guise de provocations dignes des nains éternels qu’ils sont, a quelque chose de crépusculaire... Une ambiance qui vous fait réaliser le bon sens de vieux principes que l’on a malheureusement abandonnés.

     

  • #2237311

    le "haut des cimes" : tout un symbole et une profonde erreur !


  • #2237323

    C’est enivrant et fantastique. Merci pour cette découverte, les liens avec Nitzsche sont étonnants, comme dans Zarathoustra, lorsqu’il part dans la montagne et revient vers les hommes.

    C’est dingue de constater que le progrès, la modernité, en arrachant sa substance à la terre de façon si frénétique et destrutrice, n’arrive jamais jusqu’aux hauteurs spirituelles, qui lui sont encore des royaumes cachés. Cela retombe comme un soufflet, une mauvaise farce.


  • #2237324

    Cela fait quelques années que je pratique une discipline orientale, et je ne me suis jamais adapté au sport et sa philosophie industrielle à la Darwin.
    La beauté de cette description d’Évola me laisse sans mot.


  • #2237370

    Magnifique... Cela me laisse sans voix.


  • #2237382

    Juius Evola apparait manifestement comme un modèle pour Alain Soral, qu’il devienne un Maître pour lui et la consécration arrivera lorsque l’élève aura égalé le Maître, ce qui est en passe d’arriver car l’étoffe est là et les ingrédients ne manquent pas. Merci pour cette belle découverte.

     

    • #2237444

      Pour acheter les versions originales, que je conseille à tout le monde, ne les achetez pas ailleurs que chez CasaPound, aux librairies "La Testa di Ferro"


  • #2237412

    Voilà les raisons qui nous font aimer E&R : nous faire découvrir des textes de grandes valeurs susceptibles de nous élever et susciter le questionnement. Est-ce que le ’’traditionnalisme’’ peut être dissocié de la Montagne ?


  • #2237413
    le 12/07/2019 par remarque de ma chaise
    Julius Evola – Méditations du haut des cimes

    Encore un livre introuvable !

     

  • #2237416

    Ne fallait-il pas que les Hommes de ce Ve Monde explorent aux confins de la Matière, l’atome où point de le désintégrer ainsi qu’eux-mêmes afin que leurre physique, croient-ils scientifique épouse enfin la métaphysique de l’Esprit ?

    Elle EST en germe, en eux, en potentiel de Puissance depuis la Nuits des Temps.

    Le Spirituel est Respiration. Il s’incarne « personnalisé » dans des corps infinis mais demeure pur universel, impersonnel dans sa pureté car « chaque matin, nous renaissons à nouveau. Ce que nous faisons au-jour-d’hui est ce qui importe le plus. »

    Les âmes prisonnières en des corps y aspirent avec tant d’ardeur pour certains, avec tant de peurs pour d’autres, échafaudant des systèmes, des idéologies, autant de béquilles pour ces claudicants, « Oedipe » que nous sommes tous !

    Dès lors « considère celui qui te fait voir tes défauts comme s’il te montrait un trésor. »

    Sur notre route, Tabarly, Tazieff, Lionel Terray, Jean-Christophe Ludot, Valérie Boffy, (Everest 2012) ....autant de pionniers dont l’âme « appelée » a répondu à l’appel des grandes cimes de l’Esprit de montagne pour maintenir Vivante la flamme de l’Esprit.

    Celle de l’Esprit, le Souffle Universel. Il en garde MÉMOIRE, assurément, afin qu’elle serve d’autres générations à venir, celles des âmes du VIe monde à venir que ces héros de nos siècles ont semé par leurs ascensions. Leurs souffles d’effort de cordée, fut bien Le Souffle Universel.

    6e Monde et générations dont les trois corps, « physique-mental-éthérique » ne feront plus qu’UN, car l’ÀME et les âmes ne seront qu’UNE seule Àme portée par un même Souffle divin par des milliers de souffles devenus conscient.

    L’expérience de la transcendance d’hommes et de femmes exceptionnelles héros est déjà le lot de milliers d’autres. Celle des cimes, est exemplaire car métaphore de l’expérience de la Transcendance.

    Elle n’est cependant pas réservée à ceux qui fuient le monde : l’homme moderne (de Guénon) peut la faire en pratiquant « le quotidien comme exercice spirituel », ainsi que l’enseignent des maîtres zen japonais dans la cérémonie du thé (ikebana).

    Pour notre monde occidental trop dominé par la raison analytique et le développement technique, Karlfried Graf Dürckheim évoque cette question dans « L’Expérience de la transcendance » en laissant s’exprimer le divin dans l’accomplissement quotidien : il y a des ascensions, des dépassements invisibles, victoires intérieures qui franchissent des montagnes !

     

    • #2237488

      addenda à mon commentaire ci-dessus :

      « autant de béquilles pour ces claudicants, « Oedipe » que nous sommes tous ! » cherchant aveugles - comprendre : non-encore-conscients - mais en recherche de consciences et de lumières, tel Oedipe, marqueur, personnage d’Homère, grand Initié des Temps Anciens, encore enceint de vérités immortelles : elles n’attendent que des cœurs pour les porter !

      Oedipe que nous sommes, en route vers notre Thèbes, renonçant au trône de la facilité bourgeoise, comme l’anarchiste Louis-Ferdinand Céline ne vivant plus avec son épouse dès 1924. Il divorce en juin 1926 et quitte Rennes. Il abandonne une perspective de vie bourgeoise et de médecin de province, préférant celle, non conventionnelle d’un médecin des pauvres et se consacrer à son germe Enfant divin, son œuvre littéraire pour atteindre sa cime !

      « Se crever les yeux », c’est accepter de voir le monde lucidement réellement « Grâce » au véritable LuciFer=Porteur lumineux= âme : écouter sa voix, cherche inlassable, une voie à se frayer en chacun.

      À ce niveau, y compris dans les caniveaux où ce monde de dégénérés sans « états d’âme » veut nous entraîner, nous conservons intacte ce trésor, Pensée Vivante !

      Ainsi, Matthieu nous dira : « Ne vous amassez pas des trésors sur la Terre, où la teigne et la rouille détruisent, et où les voleurs percent et dérobent ; mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où la teigne et la rouille ne détruisent point, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur. auquel réponds Bouddha : « Un trésor de belles maximes est préférable à un amas de richesses !  »

      La chute n’est pas échec.
      L’échec est de rester là où on est tombé.
      Ne croire que ce que l’on juge soi-même comme vrai ou faux qu’après l’avoir éprouvé à la flamme de son expérience, celle du haut de sa cime ou du fond de son abîme
      Ainsi, sois toi-même ton propre flambeau !
      Au sommet de la cime, celui Olympique, que t’offriront les Hommes, tien reflet que tu sais, mérité, et dont toi seul co-Naît la valeur en tes efforts et dépassements accomplis.

      En cela les Vertus (=viriles) prendront place en ton existence comme perçues par les hommes comme qualités mais par les Dieux comme des Vertus, oeuvres mâles de fécondations intérieures qu’ils auront répandus de la Source en souvenir de la Parole de la Tradition.
      Dans tes œuvres visibles ou invisibles,
      Fidèle dans les petites choses, on peut l’être dès lors, dans les grandes ...


  • #2237481

    Pour faire un pont avec Walter Benjamin de la même époque, qui n’était pas métaphysicien mais critique d’art, pour lui la première des richesses c’est le travail - le travail au sens général, celui du corps, de l’esprit...

    Et si l’on doit définir une hiérarchie, un axe - et on le doit sinon c’est l’anarchie -, ce travail commence d’abord parce ce qui nous passionne, c’est le centre de notre action, de notre destinée !

    Evola ne s’est pas lancé dans l’alpinisme pour incarner des valeurs, mais parce qu’il aimait ça !

    C’est le grand non-dit de toutes ces idéologies sociétales qui sont là pour balayer les revendications sociales : c’est le travail qui fait l’homme, tout comme la France s’est bâtie à force de travail de ses hommes, et c’est bien la question implicite qui est soulevée par le mouvement GJ : quel sens donner à ma vie, quelle utilité dans une société dont le seul modèle régressif est celui du salariat, de plus en plus sous-payé ?

    C’est aussi le grand non-dit des relations de couple : si la femme ontologiquement ne respecte que la force (du désir de l’homme, de son travail etc), comment respecter un homme soumis à la dominance oligarchique et usurière ?
    Il ne faut pas s’étonner que les couples d’aujourd’hui sont très souvent dysfonctionnels : on préfère éviter le dialogue, le mal-être est profond mais diffus, madame part en voyage seul avec une amie ou sa soeur pour changer d’air...

    L’instauration de ces non-dits dans le couple c’est précisément la question de l’épanouissement dans le travail - non-dits sources de tensions, voire pire.

    Une fois qu’on a trouvé sa voie et le centre de départ de celle-ci, autour de laquelle s’articule tout le reste (c’est aussi du "travail" - le sérieux), on peut s’appliquer les valeurs qu’on croit bonnes, quitte à les aiguiser par la praxis : c’est la discipline.

    Et ce travail qui mobilise l’intellect, doit aussi se faire avec le coeur car l’homme doit évoluer dans sa vie entre ces deux sources, l’origine à l’Origine : la source humaine féminine (sa mère puis sa femme) à la source céleste - Marie, Reine du Ciel (ou Sophia - la sagesse...).
    Ainsi la boucle est bouclée, c’est l’oeuvre de sa vie.

    D’un point de vue psychanalytique et sociologique, c’est le manque de père ou de figure héroïque qui annihile cet axe vertical, cette volonté de s’élever.
    À défaut de Surmoi censeur (le père), c’est le Moi conditionné, égoïste, qui s’étend à l’horizontal. Ça donne l’adulescent, et dont les femmes ont horreur !


  • #2237575
    le 12/07/2019 par pleinouest35
    Julius Evola – Méditations du haut des cimes

    Je préfère et de loin la crise du monde moderne de René Guénon où le système tripartite de Georges Dumézil est conservé : guerriers en position intermédiaire et non pas tout en haut de l’échelle sociale. Evola place tout en haut la virilité, Guénon la spiritualité.

     

    • #2237661

      Les deux sont importants Guenon et Evola sont deux grands qui se complètent. Souvent les guenoniens ont en horreur Evola pour ses liens au fascisme et son côté guerrier. Et ceux qui suivent Evola méprisent un peu trop Guenon pour son côté contemplatif. c’est vraiment dommage les deux se complètent et il faut les lire ensemble.


    • #2238107

      Bien vu : le guerrier ne peut être au-dessus des représentants du Principe, la caste sacerdotale. Cette "certitude" D’Evola tient à sa nature même, celle de la caste des kchatryas, les guerriers. D’où les rectifications de Guénon à son endroit. Mais quand bien même, il reste bien au-dessus du lot, et ces lignes lues ont une force évocatrice et poétique qui exprime une vérité que l’on ne peut que partager instinctivement et immédiatement. Dans le même ordre d’analogie, on pourra lire également ce roman inachevé d’alpinisme et de spiritualité qu’est "le mont analogue" De René Daumal. Merci à ER pour ce moment hors du temps.


  • #2237652

    Excellent ! finalement ER promeut Evola ! à lire absolument : chevaucher le tigre, introduction à la Magie et metaphysique du sexe, parlant italien et français, en langue originale c’est magnifique mais même traduit en fr le style reste envoûtant.


  • #2237834

    pivert (voir son commentaire un peu plus haut) dixit : "je ne me suis jamais adapté au sport et sa philosophie industrielle à la Darwin"

    Encore un qui a urgemment besoin de lire Darwin...

    Quant à moi je n’ai jamais lu Evola, mais cette vidéo m’a vraiment donné envie. Quelques dires d’Evola m’ont rappelé ma seule et unique rencontre avec un recteur de petit séminaire… catholique et nietzschéen. Moi, ancien nietzschéen ne comprenant pas comment peut-on concilier Nietzsche avec la foi catholique j’étais fasciné par ce prêtre que je n’ai plus jamais revu. Il est parti depuis longtemps aux États-Unis et, sans les moyens de le joindre à nouveau, je suis toujours resté sur ma faim au sujet de nos échanges philosophiques et théologiques. J’aurais aimé l’entendre développer davantage sur cette conciliation apparemment inconciliable (la conciliation Nietzsche-foi chrétienne, il suffit de lire "La Généalogie de la morale" ou "L’Antéchrist"). Peut-être ce prêtre était-il un lecteur d’Evola… alors je lirai Evola.

     

    • #2239383

      Pelagia@
      Vous me recommandez de lire Darwin ?
      Concernant l’apparition de l’Homme sur terre, ne fut il pas l’auteur de cette théorie de l’évolution des espèces ? Oui tout le monde le sait, l’école à bien fait son travail.
      J’ai malheureusement tendance à ne pas même envisager l’hypothèse de l’Homme-singe.
      De votre côté, excusez ma persistance sans véritable objet.


    • #2239728

      Pivert, tu dis avoir tendance à ne pas même envisager l’hypothèse de quoi ? tu peux répéter s’il te plaît ? je ne suis pas sûr d’avoir bien entendu...


  • #2238014
    le 12/07/2019 par Fils de St Louis
    Julius Evola – Méditations du haut des cimes

    Pour tous ceux qui veulent plus de franc-maçonnerie et l’enfer sur terre, Julius EVOLA est un bon moyen... Cf. les analyses de la revue Le Sel de la Terre

     

  • #2238303

    Pourriez vous mettre les références exactes svp (numéros de page,édition…) merci


  • #2239510
    le 15/07/2019 par Bardamu C. L. N.
    Julius Evola – Méditations du haut des cimes

    Que de mots pour dire qu’il faut ÊTRE par le sixième sens spirituel l’intelligence du coeur et non paraître avec son ego . L’humain naturel n’a pas de mots et donc ne raisonne pas... il ressent avec ses sens son environnement présent (comme tout animal) et son sixième sens spirituel l’intelligence du coeur produit des émotions et des sentiments qui sont ses guident naturels !...


  • #2239792

    Merci E&R pour ce passage Ô émouvant et d’une simplicité sublime.


Commentaires suivants