Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’Afrique pétrolière francophone résiste à la chute des cours

Au grand dam du FMI

Les pays francophones pétroliers se distinguent par leur résistance à l’effondrement des cours du pétrole. Diversification et meilleure gouvernance expliquent en bonne partie cette singularité francophone. Mais un éventuel accord de libre-échange UE-CEMAC pourrait menacer ce dynamisme.

 

Selon le dernier rapport trimestriel du FMI, publié en octobre dernier, les pays francophones gros producteurs de matières premières seront pratiquement les seuls de leur catégorie, sur le continent africain, à connaître une croissance significative en 2016.

Le taux de croissance devrait ainsi se situer à 4,8 % pour le Cameroun, 3,6 % pour l’Algérie (meilleure performance du Maghreb), 3,2 % pour le Gabon, 1,7 % pour le Congo, et à 3,9 % pour la RDC, grand producteur de minerais et de métaux, et premier pays francophone du monde (74 millions d’habitants). À l’inverse, il devrait d’établir à 0,0 % pour l’Angola, être largement négatif au Nigéria (-1,7 %), et se situer à 0,1 % pour l’Afrique du Sud (pays aux grandes industries minières).

Ceci confirme donc la tendance observée en 2015, lorsque la croissance avait atteint 5,8 % au Cameroun, 4,0 % au Gabon, 3,9 % en Algérie, 2,3 % au Congo, et 6,9 % en RDC. Alors qu’elle s’était située à 3,0 % en Angola, 2,7 % au Nigéria, 1,3 % en Afrique du Sud, et avait été négative au Botswana (-0,3 %, avec un rebond à 3,0 % cette année).

L’Afrique subsaharienne francophone affichera donc les meilleures performances du contient pour la quatrième fois en cinq ans, étant également tirée par les très bons chiffres des pays d’Afrique de l’Ouest (8,0 % de prévus pour la Côte d’Ivoire, 6,9 % au Sénégal…). Cet ensemble de 22 pays avait déjà observé une croissance annuelle globale de 5,1 % sur la période 2012-2015 (5,6 % hors cas très particulier de la Guinée équatoriale). L’Afrique subsaharienne anglophone avait connu une moyenne de 3,7 % (Éthiopie et Rwanda inclus).

 

Diversification et bonne gouvernance

La résilience des pays francophones s’explique en bonne partie par les progrès en matière de diversification. D’ambitieux programmes ont été lancés, tels que le Plan stratégique Gabon émergent (PSGE) et le Plan Cameroun émergence 2035, avec pour objectif de développer le secteur agricole et les industries agroalimentaires, tout en créant des pôles métallurgiques et des industries pétrochimiques afin de mieux tirer profit des ressources naturelles déjà exploitées. Ces politiques ont permis au Gabon, au Cameroun et au Congo d’afficher un taux de croissance hors hydrocarbures compris entre 4 % et 5 % en 2015.

Dynamique également valable pour l’Algérie, première économie francophone du contient, qui a affiché une croissance hors hydrocarbures de 5,5 % en 2015 (principalement tirée par l’agriculture et les industries légères, secteurs longtemps sacrifiés). Même si le pétrole et le gaz pèsent encore pour plus de 95 % de ses exportations (comme pour l’Angola), leur part a toutefois été ramenée à 27 % du PIB (45 % en Angola).

Lire la suite de l’article sur lesechos.fr

Du même auteur, sur E&R :

Sur l’Afrique, lire chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • D’où les Echos sortent-ils ces statistiques mirobolantes ? Dire que la croissance au Gabon a été de 4% en 2015 c’est évidemment faux, Total Gabon a perdu les 3/4 de sa capitalisation boursière entre 2013 et 2016 avec l’effondrement du cours du Brut, et toute l’économie gabonaise en a subi le contre coup (l’action Total Gabon cotait 440 euros en 2013, 135 aujourd’hui...)

     

  • Les guerres en Afrique apportent de l’immigration, mais ...
    - les USA s’en foutent, ils sont séparé de l’Afrique par l’atlantique,

    - les Anglais s’en foutent, ils sont séparé de l’Afrique par la manche (Mer détestable en hivers, vagues de 2 mètres par beau temps, vent chargé d’embruns à renverser les arbres, température de l’air à entre 4 et 5 degré, et aucune fabrication possible de radeau, au vu et su de tout le monde, sur la côte française).

    - restent les Français qui ont été en première ligne depuis 40 ans, et dont la colère est en passe de se concrétiser par un parti réellement alternatif.

    Donc s’il y a une guerre en Afrique francophone, l’oligarchie française saute.
    Maintenant vous savez pourquoi tout va bien en Afrique francophone : grâce au vote FN.


  • Article de grande qualité, c’est très rare, surtout de la part d’un journaliste.
    écouter l’émission radio aussi : https://radionotredame.net/player/77228/

    Merci Mr Ilyes Zouari.


  • il faut arreter leurs conneries.. pourquoi ces pays ne s’écroulent pas ? tout simplement car ils n’ont jamais décolé

     

    • Quelle analyse , je suis impréssionné par tous ces chiffres que tu mets en avant pour étayer ton argumentaire .


    • #1623060

      Il fait partie des quelques personnes ( allo700 ) ayant fait preuve de joie, le jour où les sionistes ce sont attaqués à la Russie et ces alliés ( Algérie,Venezuela ... ) par l’intermédiaire de l’OPEP, Arabie Saoudite en tête. Et la raison est que l’Algérie aurait dût ne pas s’en sortir car d’après ce monsieur, ils sont incapable de gérer un pays et ne savent que profité de la vente de leurs gaz et pétrole !
      " 3,6 % pour l’Algérie (meilleure performance du Maghreb ", la plupart des pays européens serais aux anges, d’avoir un tel taux de croissance !
      Donc, pour ce monsieur qui ce croit au dessus des autres, je lui conseillerais de regarder à ses pieds et la merde dans laquelle il ce trouve.