Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

L’Agence du médicament (financée par le ministère de la Santé) lance des "investigations" contre l’IHU de Marseille

Les investigations portent notamment sur des essais sur deux mineurs, ce qui n’était pas prévu dans le protocole autorisé.

 

L’Agence du médicament (ANSM) a indiqué mardi 20 juillet à l’AFP mener des « investigations » concernant d’éventuels « manquements à la règlementation des essais cliniques » lors d’études sur le Covid-19 conduites à l’IHU de Marseille, dirigé par Didier Raoult, confirmant une information de l’Express.

« L’ANSM a récemment été alertée, dans le cadre de son dispositif pour les lanceurs d’alerte, sur de possibles manquements de l’IHU de Marseille à la règlementation des essais cliniques sur certaines études que l’Institut a conduit », a expliqué à l’AFP le gendarme des médicaments.

L’autorité sanitaire « mène actuellement les investigations et vérifications nécessaires » et « si les investigations mettent en évidence des manquements à la réglementation des essais cliniques » elle « prendra des mesures sanitaires pour garantir la sécurité des participants et, le cas échéant, saisira de nouveau la justice », a-t-elle assuré.

En France, toutes les études répondant à la définition des recherches impliquant des êtres humains, en particulier les essais cliniques de médicaments, doivent obtenir en amont l’autorisation de comité de protection des personnes, voire de l’ANSM elle-même.

 

Des mineurs inclus dans l’étude sans autorisation préalable

Au début de la pandémie de Covid, plusieurs scientifiques familiers des articles médicaux s’étaient alarmés des conditions de réalisation de deux études signées par le Pr Raoult, directeur de l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée Infection, portant sur l’efficacité de l’hydroxychloroquine pour traiter le Covid-19.

La première, publiée le 20 mars 2020, avait bien été autorisée par l’ANSM, mais elle incluait deux mineurs et testait aussi un autre médicament, l’azithromycine, ce qui n’était pas prévu dans le protocole autorisé.

Lire la suite de l’article sur huffingtonpost.fr

 

Rappel sur l’Agence du médicament

 

Financée par le ministère de la Santé, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (l’ANSM) a été dirigée de 1993 à 1997 par Didier Tabuteau et Philippe Lamoureux, et de 2014 à 2020 par Dominique Martin, trois « Kouchner Boys » pur jus... L’actuelle directrice générale est Christelle Ratignier-Carbonneil, vice-présidente sous Dominique Martin, ce dernier ayant démissionné face à l’accumulation de scandales sanitaires touchant à l’ANSM : Dépakine, Biotrial, Uvestérol D, Levothyrox, Rivotril...

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

44 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Un amendement qui stipule que le "passe santaire" sera supprimé quand l epidemie aura cessé vient d être rejeté par les godillots lrem . Ces salauds vont-ils nous le coller à vie ?

     

    Répondre à ce message

  • Pour l’instant on ne voit pas trop d’enquêtes sur Bill Gates Moderna et l’OMS.
    Le délit d’initié c’est quoi, juste un truc pour condamner un concurrent qui n’a pas le bras assez long ?

     

    Répondre à ce message

  • Déjà de défendre l’hydrochloroquine qui a fait ses preuves pendant 70 ans (que j’ai pris perso pendant 5ans, sans effet secondaires) ce n’est pas bien mais en plus de dire ouvertement que le REMDESIVIR ce n’est pas bon contre le covid, c’est très grave ! Mais qui, fabrique ce "médicament" qui !?

     

    Répondre à ce message

  • C’est la chasse aux sorcières qui continue, là ils viennent de tomber à bras raccourcis sur le DR Perronne, ça craint pour lui.

     

    Répondre à ce message

  • Et vacciner des mineurs 12/18 ans contre la covid avec des vaccins qui n’ont pas encore finis leurs tests cliniques ça ne dérange personne. C’est vraiment bizarre.

     

    Répondre à ce message

  • "Des mineurs inclus dans l’étude sans autorisation préalable" titre de votre paragraphe.
    Ce qui est révoltant avec tous ces pourris et crapules c’est que eux se permettent d’imposer aux Peuple : un vaccin poison et un pass de la honte avec comme méthode le chantage , la menace quand ce n’est pas la contrainte et ce en parfaite illégalité puisqu’ils ne tiennent pas compte des resolutions votées par le Conseil de l’Europe le 27 janvier 2021.De plus les poisons Pfyzer et autres sont toujours en cours d’expérimentation et la clique Macron , Salomon Fischer ,Castex et les véreux n’en tiennent absolument pas compte.Pire ils permettent à des hôpitaix de refuser leur accès aux personnes non vaccinées et sans pass de la honte.
    Ma parole Nüremberg doit s’appliquer à tous ces psychopates de la seringue

     

    Répondre à ce message

  • Pour une fois que l’ANSM fait son travail correctement,
    il serait malvenu de le lui reprocher !

    On se demande juste pourquoi il ne l’on pas fait dans tant d’autres dossiers.
    Tant de scandales sanitaires en cours et en latence, Bon !
    Saluons leur prise de conscience, et de responsabilité.
    un test doit être rigoureux de bout en bout !

    La désignation du médicament doit être claire, l’utilité pharmacologique évidente,
    et il ne s’agit pas de vendre de la drogue ou d’induire des dépendances physiques ou psychologique non nécessaires !
    Ou encore des produits plus chers que nécessaires, à des fins purement mercantiles.

    C’est positif, l’ANSM coupera désormais court à toute les charlataneries et autres opérations discutables.
    On ne peut qu’apprécier que le Dr ; Raoult soit la première marche pour déployer cette philosophie de la tolérance Zéro.
    Malgré et en dépit de son statut de personnalité publique.

    Il est vrai qu’en matière de santé publique, même les plus léger écarts techniques ou déontologiques doivent être sanctionnés lourdement !

    Enfin l’ASNM se réveille et va au devant de ses responsabilités.

     

    Répondre à ce message

    • Vous délirez ! "Charlatanerie" ??? > Vous associez Le pr Raoult et l’ihu de Marseille ?
      Vraiment n’importe quoi vous racontez .. Pour avoir suivi personnellement les études de l’ihu sur le covid , visionné leurs conférences pendant des heures > je peux vous assurer qu’il n’y a rien de plus scientifique sur le sujet .Encore une fois vous êtes surement comme tant d’autres personnes dans la critique et le doute car vous ne connaissez pas le travail que fournit cet institut et les nombreux pr que comptabilise celui ci .. oui cela demande beaucoup de temps peut être pour vous Mais je vous conseille de visionner les nombreux travaux déjà effectués ! avec de l’humilité de l’intelligence et de la patience on peut comprendre.. Quand à l’ASNM , il a déjà été démontré qu’au sein même de l’organisation il y a de la corruption etc... Donc pour moi c’est une attaque même une contre attaque car le Pr Raoult y avait même soulevé un problème de compétence il y a plus d’un an an.. Soutient total à l’IHU !

       
  • #2770600

    Tout d’un coup, le principe de précaution sur la santé des mineurs reprend un coup de jeune quand il s’agit du protocole Raoult.

    C’est pas non plus comme si il leur avait injecté une thérapie génique en phase III d’essai clinique aux effets secondaires massivement élevés et destinés à couler dans les veines de tous les 11-18 ans (pour l’instant : Castex a dit "pas de pass sanitaire à l’école).

     

    Répondre à ce message

  • Ni pardon ni oubli d’où l’inutilite de faire des concessions
    Ce sera la porte sans panache
    Dommage

     

    Répondre à ce message

  • d’éventuels
    « manquements à la règlementation des essais cliniques » l

    Au conditionnel, c’est encore du flan
    journalistique sur injonction du pouvoir.
    Ils n’ont rien mais balance de la merde.
    Va falloir vraiment faire un grand ménage
    de tout cette presse nauséabonde et
    surtout de l’AFP qui est la Pravda sur
    laquelle s’appuie tous les journaux.
    On n’est plus dans le journalisme mais
    dans la propagande perpétuelle.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents