Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’Algérie dans le rouge : le pétrole sous la barre des 40 dollars

Un coup de l’Arabie saoudite ?

Pour la première fois depuis près de sept ans, le prix du baril de Brent de la mer du Nord, la référence du brut européenne et pour le pétrole algérien, a chuté hier sous la barre des 40 dollars, atteignant 39,81 dollars vers 14h GMT, son plus bas depuis le 20 février 2009.

 

Le cours du brent échangé à Londres, qui avait franchi à la baisse, la veille de ce « record », son précédent plus bas atteint fin août, a ainsi creusé ses pertes en réaction à la décision prise par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) de maintenir sa production inchangée malgré la surabondance d’offre pesant sur le marché. Il en est de même pour la référence new-yorkaise, le light sweet crude (WTI) dont le cours pour livraison en janvier est tombé, hier vers la même heure, à 36,64 dollars, son niveau le plus faible depuis le 19 février 2009. « Le marché du pétrole est en train de rendre un verdict clairement défavorable sur l’issue de la réunion de vendredi de l’OPEP », résument les analystes.

Certains d’entre eux estiment même que la chute risque d’être encore plus sévère lorsque l’Iran arrivera sur le marché. Le Times a averti, dans son édition de lundi dernier, sur le risque de « panique totale » qui pourrait enclencher une « chute libre » des cours à des niveaux avoisinant les 20 dollars. Le directeur général du groupe français Total, Patrick Pouyanné, a estimé qu’en 2016, « la croissance de la capacité sera plus forte que la croissance de la demande ».

Selon lui, il y a ainsi très peu de chances pour que les prix augmentent durant la prochaine année, surtout que le marché pétrolier est désormais « livré à lui-même ». Le quota de production de l’OPEP était de toute façon théorique, puisque la production réelle de ses pays membres « se situe actuellement aux alentours de 32 millions de barils par jour (mbj), soit nettement plus que l’objectif de 30 mbj maintenu lors de ses précédentes réunions ».

Lire la suite de l’article sur elwatan.com

Un pétrole à double tranchant, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

18 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • L’Algérie ne commerce plus en dollar américain avec la Chine. Sanction ?

     

  • C’est pas à cause du fait que Daesh brade son pétrole ?


  • le consensus s’est toujours trompé sur le petrole , il le voyait a 200 usd et il n a pas depassé que legerement les 100 . Pour l’or pareil , il le voyait a 3000-4000 usd et il n a été qu a 1750 usd/once pour chuter maintenant prés des 1000usd .

    Il faut toujours prendre un max de blaireau a contre sens , pour rappel le brent chute a cause de ventes des reserves strategiques US poru faire couler l economie russe ( prix moyen du baril des reserves strategique envirrons 27.5 usd/barril)


  • Alger n’avait qu’à développer son économie au lieu de vivre de la rente.

     

  • Si le baril est à 40 dollars c’est grâce au surabondant pétrole de schiste américain (ils l’ont démontré sur BFM business hier soir) . C’est une telle manne que les US sionistes ont dû probablement interdire aux autorités européennes de s’y intéresser .

     

  • Pour compenser la baisse de leurs revenus on va leur donner des visas .

     

    • L’émigration ce n’est qu’une difficulté périphérique. Votre problème, c’est la soumission quasi-totale de vos « élites » politiques à l’oligarchie anglo-saxonne et/ou laïco-sataniste.

      J’ai bien peur de ce qui attend la France à partir de 2016 est de très loin pire que l’hypothétique sort de l’Algérie. Le chaos sera de mise. Car vois-tu "l’oligarchie" honore les astres et les dates... Le moment venu souviens-toi de mon commentaire.

      Le pire DK


  • Article un tantinet nombriliste. Certes l’effondrement des cours du pétrole a pour fonction de mettre dans l’embarras l’Algérie mais pas seulement ! Sont également visés tous les autres pays producteurs de pétrole qui font partis de l’"axe du mal". L’Iran, la Russie, le Vénézuela...On peut également suspecter une mesure cherchant à dynamiser un peu l’économie mondiale en lui offrant de l’énergie bon marché dans l’espoir que cela stimule un peu la production et la consommation. L’oligarchie cherche à temporiser de quelques mois l’inévitable chute des économies occidentales. Quant à la théorie selon laquelle l’Arabie saoudite chercherait à tuer ses rivaux et notamment le gaz de schiste américain elle est d’une bêtise insondable ! Ceux qui avancent cela ne prennent pas en considération deux éléments fondamentaux ; le premier est que la Saoudie souffre énormément d’un prix aussi bas du pétrole, le second est que les Saoud n’ont absolument pas les moyens d’une politique souveraine qui viserait à s’opposer aux intérêts des USA. Ce pays est sous occupation militaire US, plusieurs dizaines de milliers de soldats sont installés dans des camps militaires répartis dans les monarchies du Golfe. Le régime saoudien ne tiendrait pas une journée si les USA décidait de le renverser.


  • On comprend pourquoi les algériens en veulent à mort aux ricains et au Dollars : c’est eux qui foutent ce bordel pour nuire aux Russes, mais au passage, il font comme la chimio : ils détruisent tout sur leur passage !
    rien qu’à voir la démocratatie qu’ils ont apporté aux Irakiens, on voit à quel point ils sont généreux !


  • Les pays du Golfe veulent plutôt torpiller les économies de la Russie et l’Iran par leurs politique de surproduction, l’Algérie n’est qu’un dégât collatéral de cette politique,Bouteflika a été longtemps conseiller de différent Émirs Arabes durant son exil,c’est carrément un « ami » personnel de l’émir du Qatar...


  • D’un coté , ça peut être une bénédiction pour le peuple Algérien , moins de rente , moins de raison pour le pouvoir de ce maintenir .

    C’est uniquement de la faute du pouvoir ( depuis 62 ) , que l’Algérie ne soit pas en mesure d’asseoir une économie hors hydrocarbures .

     

  • Quand le prix du baril grimpe tout le monde se plaint et on sort les mouchoirs, quand le baril baisse... c’est pareil ! Jamais contents ! A croire que du moment qu’ils se plaignent ils sont contents ! " J’ai horreur des hommes qui se plaignent " (Céline) .


  • J ai l impression que tout cela est fait exprès pour créer des conflits internes dans ces gouvernements où le pétrole est roi


Commentaires suivants