Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’Union européenne et l’OTAN préviennent qu’une Catalogne indépendante serait exclue

À dix jours des régionales, les instances bruxelloises ont prévenues qu’en cas de vote sécessionniste, la Catalogne se verrait exclue de l’Union européenne. L’OTAN se montre également concerné.

La pression monte. Le scrutin du 27 septembre pourrait placer en tête une liste indépendantiste en Catalogne. C’est donc à dix jours des élections régionales que l’Union européenne a décidé de placer un nouvel avertissement. La déclaration est venue de la Commission européenne, par l’intermédiaire de sa porte-parole en chef, Margaritis Schinas :

« Si une partie d’un État membre cesse de faire partie de cet Etat, parce que ce territoire devient un État indépendant, les traités européens cessent de s’appliquer à ce territoire. »

En d’autres termes, une Catalogne indépendante serait de fait exclue de l’Union.

« Une nouvelle région indépendante, du fait même de son indépendance, deviendrait un pays tiers par rapport à l’UE et pourrait alors poser sa candidature pour devenir un membre de l’Union », a expliqué M. Schinas.

Un think-tank proche du Parti socialiste espagnol, organe pro-européen, y est allé également de son analyse. Dans une étude publiée jeudi, la Fundacion Alternativas a jugé qu’une sécession contre la volonté de l’Espagne serait « contraire au droit européen », qui reconnaît l’intégrité territoriale des pays membres.

« Une déclaration unilatérale d’indépendance, faite en contravention à la Constitution espagnole et aux traités européens, rend pratiquement impossible qu’une Catalogne hypothétiquement séparée de l’Espagne puisse être admise dans l’Union européenne ni même entamer un processus de négociation avec la Commission européenne pour y être admise », écrit la fondation qui rappelle qu’il faut l’unanimité des États membres pour entrer dans l’UE, dont l’accord de l’Espagne.

Madame Schinas a rappelé que cette position avait été exprimée pour la première fois par le président de la Commission Romano Prodi en 2004, au moment où l’Union accueillait plusieurs nouveaux pays d’Europe de l’Est.

Déjà, en 2014, l’actuel chef de la Commission, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, l’avait réaffirmé à plusieurs reprises. Notamment lors du référendum sur l’indépendance de l’Écosse qui avait vu, le 18 septembre 2014, le pays de William Wallace refuser la scission du royaume.

 

Rajoy inquiet, l’OTAN aussi

Vendredi dernier, une marée humaine de plusieurs centaines de milliers de personnes a défilé à Barcelone en soutien aux listes prônant la sécession. Cette journée nationale de la Catalogne avait impressionné. De là à pousser l’exécutif madrilène à la crainte, il n’y a qu’un pas.

Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy a toujours refusé un référendum sur l’indépendance catalane, estimant que tous les Espagnols doivent se prononcer sur l’unité du pays.

Moins évident, ce sont les soucis que poseraient une éventuelle sécession catalane à l’OTAN. L’Espagne est en effet un membre stratégique de l’Alliance.

« Un territoire se séparant d’un État membre de l’OTAN ne saurait rester automatiquement membre de l’Alliance », a déclaré un responsable. « Il lui faudrait suivre les procédures en place s’il voulait rejoindre l’OTAN », a-t-il confirmé.

Les membres peuvent aussi inviter d’autres pays à les rejoindre mais cela doit se faire par « accord unanime ».

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

45 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Entre nous, la position de l’UE et de l’OTAN envers la Catalogne entre en contradiction avec le Régionalisme qui serait promut par Bruxelles selon Pierre Hillard.

     

    • Cette indépendance n’a rien à voir avec les lander européens. Dans le premier cas, la Catalogne est virée de l’UE, elle frappe alorssa propre monnaie, désigne ses propres dirigeants, commerce avec tout le pourtour méditerranéen, devient très riche, impose le respect et devient enviée partout en Europe.
      Dans le deuxième cas, Junker impose un commissaire politique sioniste à la tète de la région, pille les richesses des catalans pour que les roms puissent terminer leurs châteaux en Roumanie, rase les églises et la Sagrada Familia par la même occasion.
      Le destin de cette région n’est pas tout à fait le même suivant le cas car on le voit bien, l’UE et l’OTAN c’est la même chose.


    • Pare que c’est Bruxelles qui décidera du régionalisme, ou et quand, pas le peuple.


    • Moi je pense que le Régionalisme que Pierre Hillard parlait n’est pas tout à fait juste. L’UE est calquée sur le modèle allemand des Länder (16 états fédérés) que l’Em-pire veut appliquer pour réunir les états européens en une unité (UE), donc il ne peut accepter en ce moment des états indépendants qui peut-être chercheraient à être souverains, idée totalement contraire à celle de l’Em-pire, car il a besoin des "états" soumis à l’UE(USRAEL).


    • @cellule ’’selon’’ Pierre Hillard... ok premièrement, Hillard s’appuie sur des documents officiels de l’UE et non sur son opinion, donc c’est d’abord et avant tout ’’selon’’ les documents de l’UE.

      Vous ne poussez jamais assez loin vos réflexions pour comprendre, si l’UE affiche officiellement et ouvertement son plan de démantèlement des États en régions, alors qu’elle État national serait assez stupide pour rester dans l’UE !?
      l’UE a fais cette déclaration uniquement pour rassurer les États-nations membre de l’Union, tout le monde sait que une fois la Catalogne et/ou l’Écosse séparés, ils seront réintégrés plus tard dans l’Union d’une manière ou d’une autre.

      Parfois j’ai l’impression que vous prenez ces élites pour des idiots... ils ne sont pas bête, ils savent ce qu’ils font.


    • C’est évidemment un piège bête comme la Lune, et ce ne sera pas la 1ère fois que les loups euro-mondialistes se présentent déguisés en agneaux. Rappelez-vous "l’UE avec un euro fort face au dollar." Les multinationales ont besoin de régions dites indépendantes (futures tutelles de Brushington) pour préparer le TAFTA. Il s’agit de restructurer l’Europe en une multitudes de régions candidates à l’implantation de multinationales, et nous serons alors dans le pire de l’économie de marché avec le dumping de la loi de l’offre et de la demande. Le nivellement vers le bas et les marges consécutives seront d’autant plus prononcés qu’il existera d’offreurs (soit les régions devenues indépendantes). Répercussion sur le choix d’implantation d’entreprises, le poids de charges sociales dans la balance de la compétition, etc. Le détricotage du social apparaitra au niveau régional tout comme il a eu lieu à l’échelon national avec le dumping d’entreprises du Sud Est asiatique fabriquant sans éthique de production ou sans protection sociale.
      Quel intérêt par ailleurs de pousser une région à l’indépendance pour sortir de l’UE et de l’OTAN puisque le FN propose les mêmes alternatives, tout en se réarmant d’un Etat Nation redevenu souverain ? Il faut être sévèrement aveuglé pour croire à une réelle indépendance de régions quand celle-ci est préparée par des textes officiels de Brushington, avec un Bill Clinton recevant en 2000 le prix Charlemagne pour avoir prôné la régionalisation de l’Europe, et quand les velléités indépendantistes se réactivent artificiellement au même moment en Bretagne, Ecosse, Catalogne. Dans ma région Breatagne, nous avons pour la présidentielle 2017 la candidature indépendantiste du parti du Benêt Rouge C. Troadec, qui recueille actuellement ses 500 signatures. Serais-je censurée si j’affirme que ce type est profondément stupide et dangereux, précurseur de moins-disant social et environnemental ?


    • En supposant que la thèse du Régionalisme de Pierre Hillard soit juste, il est possible d’imaginer que l’UE traversant actuellement une mauvaise passe avec les diverses crises et l’OTAN ayant besoin de toutes les forces militaires possibles pour contrer l’ennemi Russe, ces deux entités, très proches l’une de l’autre on est d’accord, reportent le démantèlement des nations sine die.

      Maintenant, il n’est pas impossible de penser que le Régionalisme n’est pas une fin en soi, mais simplement un moyen, et que les têtes pensantes de l’UE et de l’OTAN aient trouvé d’autres moyens pour asservir les nations. Car finalement, avec ou sans régionalisation, une fois qu’on aura le TAFTA, une fois que le grand remplacement sera effectif, et une fois que l’once d’intelligence et d’esprit critique aura disparu des populations, à quoi servira le régionalisme ? A pas grand chose à mon sens.


    • @Andreas pourtant les séparatistes catalan ne veulent pas quitter l’Union européenne


  • C’est une petite victoire pour les nationalistes espagnols .
    ça me surprend pas que les différents factions europeistes ne sont pas d’accord sur la méthode .
    D’après le livre de Pierre Hilard sur le régionalisme : [ils sont d’accord sur le projet mais pas sur la méthode ; Il y a les associations et mouvements régionalistes qui veulent l’Europe des régions ethniques dés maintenant et les régionalistes prudents ] .
    Le réalisme semble prendre le pas pour le moment à l’OTAN et à la commission .
    Je reste sceptique sur l’issue de ce referendum :
    Certaines stars ( ex : Piqué ... ) du club du football du FC Barcelone ont affirmé en public que la Catalogne doit se séparer de l’Espagne . Le Barça c’est le club le plus suivi de catalogne ; je vous laisse imaginer le poids de leur déclaration .

     

  • ...si j’étais Catalan, je considérerais cet avertissement comme un encouragement !


  • S’il faut un vote sécessionniste pour être exclu de l’union européenne alors je dis :
    Vive l’Arvernie libre et indépendante !
    Toutatis (l’Arverne).


  • vite ; vite ; envoyons béhachel foutre la merde à Barcelone, en chemise blanche ouverte sur le poitrail , déambulant sur les Ramblas... Ah !!! l’image magnifique du conquérant sioniste en haut de la Sagrada Familia scrutant la grande bleue, la larme à l’œil en portant haut les couleurs de la démocratie...
    Les hordes de punks à chien hurlant "no pasaran" sur les quais du port... on entrevoie déjà le prochain film du génialissime philosophe : los serment de Barcelona !!!


  • Ainsi donc au moins les choses sont claires, : l’Union Européenne est la continuation de la Sainte-Alliance ultra-conservatrice, issue du fameux "Congrès de Vienne" (le "Congrès s’amuse"..) qui s’empiffrait et bouffait pendant et après Waterloo. Ces imbéciles qui ont voulu humilier pour l’éternité le plus grand homme de toute l’histoire du monde (Napoléon) et le plus grande état du monde, la France, étaient plus ou moins adorateurs du Pape ! Ils se sont en définitive fait foutre en l’air par Clémenceau en 1918 et se sont fait subvertir ensuite par les "puissances maritimes" (Angleterre, Hollande-Belgique et Etats-Unis d’Amérique, pour finir en beauté !). On voit aujourd’hui ce qui reste de l’Autriche ! Même pas capable de faire face à une bande de bédouins décidée. Quelle chute ! Je ne les plains même pas. Alliée à la France (comme celle-ci le lui proposait d’ailleurs noblement), elle et nous serions les maitres du monde et les anglo-yankees seraient inexistants. Elle n’a pas voulu. Tant pis pour elle.

    Faire que, s’il se peut, le vent ne fasse pas bouger les feuilles des arbres. Telle est la devise de l’Union Eurpopéenne. C’est donc un Congrès de Vienne perpétuel, fabriqué pour enc.. la France perpétuellement jusqu’à la fin des temps.

    Wellington, Metternich et en définitive, Bismarck, le Kronprinz et la reine Victoria et jusqu’à aujourd’hui la bécasse de race allemande appelée Elisabeth II (en fait, une "Saxe-Cobourg-Gotha-Hesse-Cassel-Wurtemberg" (.."et tout ça cela fait d’excellents anglais".. ) sont de grands hommes ineffables et ont droit à des torrents ininterrompus de louanges dans les médias français. Tout ce qui touche à la famille d’Angleterre, composée (à part le prince Charles, homme fin et distingué, francophile et cultivé, humilié par une nymphomane médiatique et indigne, et qui donc ne régnera pas) les pires crétins que la terre ait porté, est sacré.

    Il faut que la France qui se trouve empoissée dans ce système nauséeux, finisse enfin par dire le mot qui sauve : "merde" !


  • L’enjeu de vie ou de mort de l’empire satanique,qui est derrière ce chantage, est de voir la Catalogne,une fois débarrassée du système mafieux à l’échelon européenne,donnerait la preuve par neuf, qu’une vie économique digne est à portée de main, indépendamment de
    cette entité du diable,dite UE. Cette preuve, donnerait le coup de grâce à l’empire, qui ne
    _ tient que par des fils plus fragiles que ceux d’une toile d’araignée .
    C’est alors que la tête de l’empire,les usa,volerait en éclat dans un tel fracas, 
    qui ferait apparaître la guerre de sécession comme une simple promenade.
    Un proverbe maghrébin dit : Celui qui lui reste un seul jour à vivre , est à
    considérer comme déjà mort .

     

  • La riche Catalogne veut garder son fric pour elle toute seule, elle ne veut plus douiller pour les claque-dents Andalous ou Galiciens... Un peu comme l’industrieuse Lombardie qui a en marre de payer pour les feignasses du Mezzogiorno .


  • L’UE deviendrait-elle une prison des peuples comme la défunte URSS ?


  • plus membre de l’ue, plus membre de l’otan, deux bonne raison de voter pour l’indépendance.

     

    • La régionalisation est un pas de plus vers la gouvernance mondiale. Bill Clinton a été récompensé du Prix Charlemagne pour avoir grandement préparé les esprits à la régionalisation de l’Europe. Ce prix des fédéralistes et eurolâtres fut précédemment décerné à VGE, Coudenhove Kalergi, Monnet, Schuman, Delors, Marshall, Kissinger. Je vous fais un dessin ? Si vous ne voyez pas la continuité on ne peut plus rien pour vous.

      Au passage, cocasse paradoxe de voir la gauche et la droite traditionnelle allergiques à l’identité nationale, noyant la France sous l’immigration, agiter opportunément le drapeau de l’identité régionale et la Charte des langues minoritaires et régionales, en oubliant d’évoquer « les barbelés, les miradors, la ligne Maginot, l’absence d’ouverture au monde » et toute la logorrhée LRPS. Preuve d’absence de sincérité dans la manoeuvre.

      Même si la Catalogne devenue indépendante s’en sort dans un 1er temps économiquement et si les euro-mpndialistes feignent de la laisser en paix, il ne s’agira que d’une accroche car on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre. Le dumping de la régionalisation entraînera des marges mirifiques pour les multinationales, en position de force pour causer d’implantation de filiales ou de chantage aux charges sociales salariales auprès des gouvernements de régions devenues concurrentes. Et ils peuvent bien se payer la Catalogne comme sacrifice marketing avec les euro-régions à la suite, porte d’entrée vite verrouillée d’un système où « tu marches ou tu crèves ». La régionalisation de l’Europe suit la logique du profit comme seul moteur de développement, allant de pair avec l’anéantissement du social, c’est la Bête Humaine qui avance malgré ce qu’en disait Séguéla face à Clouscard.


    • Grotesque lapsus de ma part. La Bête Sauvage, bien sûr !


  • "se verrait exclue de l’Union européenne..."
    Ca laisse reveur... ^^


  • Je croyais pourtant qu’ ils appelaient de leurs vœux l’Europe des régions. Ce serait l’occasion rêvée d’initier le concept.


  • Il ne faut pas prôner la régionalisation ou le séparatisme. Affaiblir les nations ne peut qu’être voulu par l’UE indirectement.


  • Le texte fondateur de l’ONU c’est la Charte des nations unies (juin 1945) . Dans son article 1 elle réaffirme le "Droit des peuples à disposer d’eux-mêmes" . Or l’UE et l’OTAN semble dénier ce droit fondamental au peuple Catalan . Si on ne parle plus de ce droit , c’est, entre autre, parce que l’Etat d’Israël le viole depuis 1948 en opprimant le peuple palestinien . Vous remarquerez aussi que l’on ne parle plus non plus du droit des peuples à l’AUTODETERMINATION, qui revient au même . Catalans et Palestiniens même combat ? En principe oui, mais la Catalogne ne connaît pas la situation tragique de la Palestine .

     

    • Aucun rapport entre la Catalogne et la Palestine. J’aimerai voir ta tete si demain il y a un référendum pour l’indépendance de la Bretagne, la Corse, et j’en passe.
      La nation catalane n’a jamais existé. L’Espagne que l’on connait aujourd’hui est l’union de La Castille et du Royaume d’Aragon (qui comprenait entre autre la catalogne). Et c’est le royaume d’Aragon qui a fait pression sur la Castille pour empêcher son mariage avec le Portugal, qui se serait trouvé alors isolé.


    • Je ne peux pas m’empêcher de répondre à ce ré-historien qui vient de balancer sa diatribe mensongère... Bien sûr que la catalogne est une nation depuis le 13° Siècle puisque les Comtes Catalans du Canigou et de Cerdagne (donc depuis la catalogne française actuelle) ont conquis à l’époque leur légitimité seigneuriale en ré-conquérant sur les maures toute la façade méditerrannéene de la péninsule ibérique jusqu’à Elche et aux baléares. C’est la papauté (française) de l’époque et les seigneurs français qui ont délégué les seigneurs locaux, sur le même système que les croisades, à savoir si vous chassez les maures vous serez maîtres chez vous. A tel point que les Comtes catalans finirent par unifier un territoire sous la couronne de Jacques 1° pendant 3 siècles, conquérant par la suite, la sardaigne, la Sicile, Naples, la provence, Montpellier... pour devenir le Royaume d’Aragon. Mais l’aragon est un désert, il ne s’est jamais rien passé à Saragosse !! Parler de Couronne d’Aragon est un euphémisme historique pour parler de la Catalogne. C’est comme si on appelait la France, le Royaume de Picardie, ça n’a pas de sens, c’est bien pour cela que la doxa historique espagnoliste insiste beaucoup sur ce point, en ne parlant que d’Aragon, on passe sous silence le FAIT culturel, politique, historique Catalan, qui est le coeur réel de ce "Royaume". De toute façon ça fait des siècles que les français et les castillans veulent nier l’existence de cette nation, je n’attends aucun complaisance de "nationalistes" de ces deux camps. Pour les premiers je voudrais juste ajouter que l’hymne du roussillon et de perpignan (qui fut capitale du royaume de Majorque et auquel vous n’avez apporté rien de bon, soit dit en passant...), est "Nous sommes et nous resterons de Catalans que vous le vouliez ou que vous ne le vouliez pas... Ensuite pour mes ennemis espagnols, juste une petite remarque, puisque les catalans ne sont que des espagnols "renégats" comment expliquez-vous qu’il y en ait aussi en France (presque plus, il est vrai, exterminés comme les indiens d’amérique !!) et pourquoi les appelez vous "polacos" ce qui veut dire polonais !!!!


  • Quelle magnifique opération de manipulation ! C’est tellement beau que l’on en a presque les larmes aux yeux d’émotion ! Ils donnent des gages aux gogos nationalistes européens en leur envoyant le message rassurant d’une UE et d’une OTAN soucieuse de l’intégrité territoriale des états européens...maintenant durant les repas de familles bien arrosés on entendra des "Mais si l’UE protègent les nations ! Mais si l’Otan nous protègent ! Arrête avec tes théories complotistes et range-moi tes bouquins d’Hillard !"


  • Que dit P Hillard, au sujet de l’attitude de l’UE face au possible affaiblissement de l’Espagne ? Si on suit cet adepte du Jacobinisme tout ce qui divise ou rend un Etat plus faible fait parti des plans mondialiste. Hors dans la réalité ce n’est pas le cas, le mondialisme c’est prononcé contre l’Ecosse, contre la Catalogne, et je dirais aussi contre le Québec.
    Ceci pour la bonne raison qu’un pays (peu importe alors sa taille) avec un fort sentiment nationaliste est mieux à même de s’opposer au Mondialisme qu’un grand pays multiculturel affaibli. Quels sont les pays qui s’opposent le mieux au mondialisme, La France, l’Allemagne ? ou bien de petit pays comme : L’Islande, La Suisse, Singapour, la Serbie, La Bolivie, etc...
    Hillard avec ces cartes et ces grands ensembles ne rentre pas assez dans les détails et ne prend pas en compte la force et la volonté de certains peuples qui aspirent a être indépendant. Cette configuration bien évidement, n’a rien a voir et ne rentre pas dans le cadre de la régionalisation artificielle et administrative préconiser par l’UE en vue d’affaiblir les Etats.
    Des valeurs communes et la volonté des peuples à vivre ensemble que l’ont peu appeler nationalisme sont la meilleure arme contre le mondialisme et cela n’a rien à voir avec la taille et la superficie d’un Etat.

     

    • Il ne peut rien dire, tous les faits le contredisent. Il n’expliquera pas pourquoi Barroso, Van Rompuy, Hollande, Valls, Sarkozy jusqu’à Obama sont farouchement opposés à l’indépendance de l’Ecosse, de la Catalogne et compagnie. Ce n’est pas du tout l’intérêt des USA - tiens l’OTAN donne son avis - de voir se fragmenter ces "états-nations", si chers aux souverainistes, déjà soumis et dont la capitale centralise tous les pouvoirs sur les régions européennes, surtout pas pour voir émerger des nouveaux pays avec une forte identité ethnique et culturelle. Ces "états souverains" d’Espagne, de France et compagnie,sont déjà morts et vides à l’intérieur car leurs dirigeants sont des vendus et parce que leurs peuples, si on peut encore les considérer comme tel, tout aussi responsables ont oublié qui ils sont.


    • J’aurai tendance à partage vos analyses. Pour l’oligarchie mondiale, il est sans doute plus facile de gérer quelques grands ensembles dépourvus d’identité propre que des myriades d’Etats, qu’ils soient grands ou petits, souverains, homogènes ethniquement parlant, et revendiquant leur identité et leur culture propre.

      Pour l’OTAN et consorts, morceler les nations européennes en régions, ce serait se compliquer la tâche pour pas grand chose. Elles sont déjà si serviles. A quoi bon ?


    • @NSX : Ha ha ha, la belle affaire pour Obama ou Hollande qui se savent cramés d’avance aux prochaines élections, que de se positionner en défaveur de l’indépendance des régions ! Vous êtes naïf ou bien ?
      Obama et Hollande ne sont que des pantins qui font là où on leur dit de faire. Prôner le contraire de ce qu’on veut obtenir en excitant l’esprit de contradiction du petit peuple, est un procédé vieux comme le monde.
      La régionalisation est bel est bien une étape nécessaire vers la gouvernance mondiale et ce n’est ni moi ni Hillard qui le dit mais une volonté écrite dans des textes officiels européens.


    • Quel intérêt de parcelliser l’Europe dîtes-vous ? Multiplier les candidats aux appels d’offre de multinationales pour bénéficier du moins-disant ! Quelle région est la plus avantageuse ? Quelle région accepte de baisser les charges sociales au maximum pour bénéficier de l’implantation de l’entreprise X et Y ?
      Imposer des suppressions d’acquis sociaux est difficile à faire accepter de la part d’un Etat. Mettre des régions en compétition est plus judicieux, car la compétition dans le nivellement vers le bas peut être poussée bien plus loin.
      Voyez il est plus facile de contraindre les français à la paupérisation en leur donnant l’illusion de choix que de les contraindre par la force.


    • Si la Catalogne parle d’indépendance,dans les faits il s’agira tout au plus d’autonomie...le systéme laisse entendre qu’il est contre ces velléités " d’indépendance " mais c’est pour mieux mobiliser les partisans des autonomistes Catalans, écossais ou Flamands...et dans une économie ultra mondialisée et ouverte aux quatre vents, une petite nation telle que la Catalogne se ferait détruire monétairement par la Chine ou les États- unis en un rien de temps - au cause de la monnaie forte que représente l’Euro. Donc, la régionalisation des nations européennes est plus que jamais à l’ordre du jour..


  • L’art de l’UE de ne pas parler du vrai problème :
    En effet une Catalogne indépendante, pourquoi pas en UE ? Ce n’est pas l’idéologie de l’UE de démanteler les Etats nations ?
    Donc ces messieurs sont débiles, pourquoi rater une occasion pareille ? Pourquoi tout ces efforts pour faire reconnaitre les spécificités locales, lois venant de l’UE ?
    Donc il menacent la Catalogne, de ne plus faire partie de l’UE, donc de l’Euro et meme de l’OTAN ? Sont-ils devenus fous ? Se tirer une balle dans le pieds ? La Russie se ferait un plaisir d’ y implanter une base navale !
    Mais enfin ? Que les catalans soient heureux ! Sortir de l’UE, de l’Euro, de l’OTAN ; n’est ce pas en fait notre reve ?
    Le vrai problème est celui-ci : Si la Catalogne est indépendante, elle ne paiera plus ses impots à l’Espagne. Espagne trés endettée, en faillite technique. Ce sera le coup mortel, l’effondrement de l’euro par refus de l’Allemagne de payer. De fait l’Espagne sera obligée de sortir de l’Euro, ou de réduire à la misère son peuple, ses retraités, comme en Grèce aprés les gesticulations du menteur Tsipras. Podemos, meme tonneau. Nous aurions en plus des "migrants" d’orient, les migrants espagnols du temps jadis. Le retour à la case départ.
    Donc la Commissions dirigée par les USA, ne sait plus quoi faire, pour garder "l’intégrité" supposée de l’UE, de l’Euro.
    Débacle idéologique, débacle financière, débacle de l’euro, voila ce que disent ces réactions délirantes de la Commission. On voit derrière cette irresponsabilité totale de l’UE face à l’Europe, la main de Washington.


  • Cette affaire révèle la nature profonde de l’Europe : c’est une "Sainte-Alliance" ni sainte, ni alliance, un système ultra conservateur à la sauce anglaise et figée par un inextricable assemblage de traités internationaux et multilatéraux (Schengen, Dublin etc..).

    Le pire, pour elle, c’est que le vent fasse bouger les feuilles dans les arbres. Sa rigidité démentielle la perdra. Elle s’effondrera d’un bloc.

    Si la Hongrie (ou la Grèce) en a marre, ne reçoit plus de fric et se tire de l’Europe, tous les traités sont caducs puisqu’ils impliquaient la présence éternelle de certains pays dans l’Union. On va pas refaire des référendum à chaque changement de frontière ; on a voulu jouer aux américains qui eux sont figés depuis 250 ans dans leur graisse constitutionnelle, et on s’en repentira.


  • C’est bien la première fois que l’UE et l’OTAN refuseraient un pays..... AhAhAh !!


  • Le problème auquel se heurte les bureaucrates bruxellois tient au fait que la transition entre Etats-Nations et Etat fédéral européen ne se déroule pas, comme cela avait été prévu et imaginé par les grands utopistes des années 50 et 60, sur fond de croissance économique et d’échanges harmonieux entre les peuples. La brutalité néolibérale et l’idéologie du marché ont fait éclaté cette vision sociale-démocrate de l’Europe, entre croissance économique et intégration politique.

    Le retour au réel - chômage de masse, endettement, crise migratoire - remet aujourd’hui en cause jusqu’à la légitimité de l’UE, qui ne peut plus pousser la régionalisation et l’autonomisation sans craindre un effondrement brutal des nations qui emporterait avec elles une UE détestée par la quasi-totalité des peuples européens.

    En outre, il y a un gros non-dit sur ce qu’est devenu l’Europe, l’Allemagne ayant en réalité été la seule à tirer les conséquences du rejet de la constitution européenne par les Français et les Néerlandais en 2005. Les Allemands ne défendent plus une Europe communautaire et fédérale mais une Europe dont le but essentiel sera de fournir de la main d’œuvre européenne et immigrée à la machine économique allemande. Ils occupent aujourd’hui les 2/3 des sièges importants aussi bien au parlement qu’à la commission européenne qui est directement pilotée par Wolfgang Schäuble, le vrai patron de l’Europe.

     

    • N’empêche que la régionalisation c’est une idée Allemande, qui a été poussé dès le départ par le premier commissaire, Walter Hallsten en reprenant les travaux qu’il avait réalisé auprès d’Adolf Hitler.
      Le fait que le gouvernement Français reparle de ratifier la charte des langues régionale, qui est un prérequis indispensable à l’implosion de notre nation en Euro-région, alors que ses prédécesseurs avait bloqué le processus depuis 15 ans, même Sarkozy, cela montre bien que le projet n’est pas abandonné.

      Les fédéralistes Européens ont perdu la bataille du discours, c’est finit, ils ne reviendront pas en grâce peu importe la violence de la propagande qu’ils pourront déployer. Les populations d’Europe voit bien qu’en 40 ans d’avancée dans la construction babélienne, leur niveau de vie, leur culture, leur sécurité, tout ne fait que s’effondrer. Même si la plupart d’entre eux n’ont probablement toujours pas compris la méthode des "petits pas", désormais ils rejettent globalement le projet. Une solution pour continuer peut-être une brusque augmentation du chaos, ou l’accélération de la balkanisation des grandes nations pour rendre tout ça irréversible.

      Pour ce qui est des Allemands, c’est clair que parfois ils montrent des hésitations à poursuivre. Mais d’autre fois non ! A mon avis ils ont vu que certains en France avait tout pigé : l’UE c’est le 4eme Reich resucée du projet Hitlérien avec les Etats-Unis comme grand architecte, capo di capi, en charge de la politique extérieure et l’Allemagne en capo régional en charge de l’organisation intérieure et seuls ces 2 peuples tireront les marrons du feu sur la durée, même les Anglais s’en mordront les doigts si ils s’éternisent.


  • Pipeau intégral ! Si la Catalogne sort de l’Ue, elle se fera démonter par la Chine ou les USa - monétairement, s’étend...évidemment que la Catalogne restera au sein de l’Union européenne, elle n’aura pas le choix. Cette polémique au deux balles a pour effet de mobiliser l’électorat pro- indépendance. Et ici, indépendance signifie autonomie, rien de plus...


  • Technique pour que les Catalans, par psychologie inversée, votent en faveur des indépendantistes, pour en plus ne pas avoir sur le dos (officiellement) la responsabilité d’une indépendance ???

    De toute façon, après être sortir, on peut toujours revenir, après... : )

    Ou alors c’est encore trop tôt, ils (enfin, plutôt nous, de manière général hein) ne sont pas encore prêts ou ce serait trop en force, trop visible ???


  • Si ça, ça les motive pas à faire sécession... :-)


  • Ou alors ils les excitent bien ... Pour les faire voterl en faveur de la separation...une autre therorie chere a pierre H.


  • Ils nous ressortent sous couvert d’avertissement (bidon) leurs lois rigides à deux balles pour enfumer les "charlies",pas pour freiner les indépendantistes !!!
    La Catalogne sortirait de l’UE,soit...
    Et alors ?
    Puis elle n’en serait ensuite que plus vite réintégrée quelques mois après sur sa propre demande,donc retour vers le futur...
    Le projet indépendantiste étant dans un premier temps très intéressant pour la Catalogne qui étant de loin la région d’Espagne la plus riche serait débarrassée demain du "boulet Espagnol" niveau impôts et taxes (la Catalogne est le premier pourvoyeur de l’état espagnol par l’impôt),puis continuera probablement à toucher les aides européennes et pourra même redéfinir de manière avantageuse sa position face à l’UE
    (moins de dettes donc moins de politique d’austérité imposée par Berlin et Bxl).
    Pour l’UE cela est tout bénef car non seulement ils affaibliraient encore plus les espagnols en leur imposant encore plus d’austérité et de réformes,bref en les mettant au "régime grec" mais en plus les nouveaux dirigeants "nationalistes" d’une petite Catalogne isolée politiquement et demandeuse de subventions et autres aides au développement leur seront entièrement dévoués au niveau économique comme sociétal pour faire les réformes allant dans le sens de l’Empire.
    De toutes façons une fois "indépendants" ils n’auront pas d’autres choix que de jouer à fond la carte de l’Union Européenne vu la taille du pays.
    Après,à la longue,la Catalogne deviendrait prisonnière ad vitam de son inféodation à l’Union,mais c’est évidemment le but recherché par Bruxelles et apparemment ça ne poserait pas trop de problèmes aux élites cosmopolites et mondialisées catalanes qui,sensibilité régionaliste mise à part, sont les mêmes qu’ici...
    Le seul problème est : jusqu’à quel point peut-on impunément diviser et affaiblir la nation espagnole sans que le peuple ne se rebelle ou que le chaos économique devienne total dans ce pays.
    L’Espagne,contrairement à la France,au Royaume-Uni ou l’Italie n’est pas "too big to fail" mais une sortie du pays de l’UE serait autrement plus handicapant pour les technocrates de Bruxelles qu’un "grexit" qui semble déjà plus ou moins à court terme programmé...


Afficher les commentaires suivants