Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’affaire Lafarge : une preuve de la collusion entre jihadistes et forces atlantistes ?

L’ONG Sherpa, qui représente d’anciens salariés du cimentier Lafarge-Holcim en Syrie, a porté plainte contre la multinationale après la publication d’un article du Monde sur les relations de la société avec les jihadistes [1].

 

Six cadres et responsables du cimentier ont été mis en examen en décembre pour « mise en danger de la vie d’autrui » et « financement d’une entreprise terroriste », dont l’ex-PDG de Lafarge, Bruno Lafont, et l’ex-directeur général de LafargeHolcim, Eric Olsen

Lafarge-Holcim avait de son côté annoncé avoir commandité au cabinet Baker McKenzie une enquête sur les « erreurs de jugement » de ses cadres [2]. Selon son rapport, révélé par la collaboratrice du Monde, elle exonère la multinationale et charge ses cadres.

Selon l’avocat de l’ancien directeur général, Me Pierre Cornut-Gentille, cette enquête n’a pas été conduite « dans le respect des principes qui régissent habituellement en France ce genre de procédure ». Au contraire, Baker McKenzie a défendu les intérêts de son employeur en lui fournissant des prétextes pour se débarrasser de certains de ses cadres. Le cabinet aurait été mandaté pour préparer la clôture de l’affaire par une convention judiciaire d’intérêt public (CJIP), équivalent français de la transaction de droit états-unien.

Il n’est pas neutre que la mission de Baker McKenzie ait été dirigée par un ancien fonctionnaire du département US de la Justice.

Lors d’une conférence de presse, l’avocate de Sherpa, Me Marie Dosé, a dénoncé l’absence de coopération de Lafarge-Holcim avec la Justice, le nettoyage des ordinateurs à l’eau de Javel avant la perquisition, détruisant de nombreuses pièces, la non-fourniture de la majorité des pièces demandées (9 000 sur 15 000), et les pressions exercées sur ses clients.

Il semble que les magistrats instructeurs aient parfaitement saisi le fond du dossier : certes, Lafarge a rémunéré l’État islamique pour le transport de son personnel (et non plus pour acheter du pétrole comme la société l’avait admis précédemment), mais l’arbre cache la foret. La multinationale ne conteste pas avoir produit environ 6 millions de tonnes de ciment durant la guerre en Syrie, puis avoir autorisé les Forces spéciales de l’OTAN à utiliser son usine comme quartier général. Elle ne pouvait écouler son ciment que dans les zones occupées par les jihadistes où aucune construction privée importante n’a été entreprise. C’est dans cette période que les jihadistes ont construit une imposante ligne de fortification souterraine qui a coupé la Syrie en deux jusqu’à sa destruction par l’armée de l’Air russe. D’où cette question : Lafarge a-t-il fourni ces 6 millions de tonnes de ciment aux jihadistes pour le compte des États-Unis ou de l’OTAN ?

Les magistrats instructeurs se dirigent donc vers une mise en examen de la multinationale.

Notes

[1] « Révélations : le jihad de Lafarge-Holcim », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 24 mars 2017.

[2] « Communiqué de Lafarge-Holcim sur ses activités en Syrie », Réseau Voltaire, 2 mars 2017.

La vérité sur la Syrie, chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

4 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Quand on connait un peu les grosses boites, il n’est pas possible de payer 6 millions de tonne de ciments en billets. Il faut forcément suivre une procédure de commande très documentée, avec nom du Client, numéro compte SEPA ou SWIFT, envoi d’un bon de commande etc etc
    Donc depuis quelle compte en banque Lafarge a-t-elle reçu les payements pour le ciment livré, qui a signé les contrats, quand, ou ? en remontant tout ça on retrouvera forcément les commanditaires...Mais bien sur personne n’ira dans cette direction, aucun juge en tout cas.
    PS : Je trouve ubuesque que l’entreprise rejette sur des hauts cadres la responsabilité de cette affaire. Le PDG était forcément au courant vu les tonnes de ciment livrées, forcément toutes les semaines, ou tous les mois il y avait un suivi interne de la situation financière de ce contrat, ne serait-ce que pour s’assurer que les factures sont bien payées.
    ,

     

    • Ils savaient très bien pour qui la commande était destinée, faut arrêter de prendre les gens pour des cons .Mais quand il y a du pognon en jeu, il n’y a plus d’éthique, là on s’en contrefout, l’argent n’a pas d’odeur, tout est bon à prendre .Je serais curieux de voir la facture, elle doit avoir une drôle de gueules, et certainement qu’au passage il y a dû avoir quelque rétrocommission .Et après on vient faire la morale , contrôler et sanctionner une entreprise, un parti politique, un humoriste, des dissidents, ou un mot, un geste soi-disant antisémite, un comportement antirépublicain ou antidémocratique . Mais quelle rigolade


  • Comme cette collusion est énorme et est un secret de polichinelle, pour faire bonne figure il font porter l’intégralité du blâme sur Lafarge comme si il n’y avait que ce groupe dans le monde entier qui avait entretenu des liens douteux avec Daech. Ainsi on maintient l’illusion qu’il existe une justice et que ce type de collusion n’est pas le résultat délibéré d’une politique active de soutien à des groupes terroristes mais le fait de la cupidité des dirigeants d’une entreprise délinquante. En plus, cerise sur le gâteau, comme il s’agit d’un groupe français cela permet de saboter un peu plus encore le tissu industriel de notre pays. Cette affaire servira probablement de prétexte pour le prochain démantèlement et la vente à l’encan à des intérêts étrangers de ce groupe. Une fois de plus c’est la France qui est le dindon de la farce et ceci avec la pleine et entière complicité des autorités politiques de notre beau pays...

     

    • Goy Pride excellenet commentaire, rien à ajouter et je dois dire que j’attend avec impatience l’analyse qui sera fait de ce dossier par Christian Harbulot "patron" de l’Ecole de Guerre Economique, dont ER relaye avec intelligence certaine de ses intervention....

      En cherchant un peu on s’apercoit que CIMEX (numero un mondiale d’origine mexicaine et americain) lui n est pas inquiété alors qu’il etait present sur site egalement....