Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

L’arme de l’inflation

Par la rédaction d’E&R

Après avoir concédé l’indépendance des États-Unis, la dynastie Rothschild s’est assurée d’obtenir le cours légal forcé d’une monnaie papier sans valeur intrinsèque, qu’elle sera la seule à pouvoir imprimer sur l’ensemble du territoire américain. C’est la naissance ici du capitalisme, qui est engendré par une croissance qui sera inflationniste.

En effet, la banque centrale et ses partenaires, les banques commerciales, peuvent diffuser dans l’économie des liquidités qui ne correspondent pas forcément à un stock de métaux précieux précis. Ainsi ce que l’on appelle les fonds propres deviennent alors variables en fonction des lois bancaires. Si la loi autorise 10 % de fonds propres, la banque privée peut créer 90 % de monnaie papier grâce à la banque centrale ou de manière électronique comme aujourd’hui.

Les citoyens ne peuvent plus contrôler la valeur de leur monnaie car ils ne savent pas combien de billets sont imprimés. Mais le plus grave, c’est que la monnaie n’est pas neutre. On entend par là le fait qu’à chaque création monétaire, la première personne bénéficiant de ce crédit en achetant des biens sur le marché accroît alors la valeur des biens restants, car ils deviennent plus rares.

L’individu s’accapare des biens grâce à une monnaie inexistante, elle n’est pas issue du travail, c’est donc un vol. Mais étant le premier à bénéficier de cette nouvelle monnaie fraichement crée, il ne subit pas l’inflation. Une entreprise qui est leader sur un marché confortera sa place grâce à cet effet que l’on nomme « effet Cantillon ». Elle bénéficie d’un avantage en s’octroyant les plus gros crédits et provoque de l’inflation pour ses concurrents déjà présents ou pour de futurs entrepreneurs désirant s’installer sur le marché. Les coûts d’acquisition du capital, c’est-à-dire les machines, les outils, les infrastructures, sont de plus en plus chers. De moins en moins de personnes peuvent mobiliser des fonds pour créer de la concurrence. Des situations d’oligopoles et de monopoles privés apparaissent. Les grandes entreprises rachètent les petites. On observe ici l’accumulation de capital au sens de Marx par une seule et même entité. Mais c’est bien grâce à cet effet mis en valeur par Richard Cantillon au 18ème siècle qui conditionne ce système. L’usurier s’assurant de la complicité de l’industriel par ce mécanisme. Ceci n’étant possible que grâce à l’invention de l’imprimerie qui permet une monnaie papier fabricable très facilement et en quantité phénoménale.

Le financement d’une économie par création monétaire artificielle et non pas par une épargne réelle issue du travail engendre donc une montée des prix qui peut s’exercer plus particulièrement dans un secteur donné, comme l’immobilier par exemple lorsqu’il s’agit de crédit à la consommation. Mais c’est l’économie en général qui subit une inflation. L’augmentation des prix n’est pas due à l’accroissement de la population mondiale ou à la diminution des ressources naturelles.

Le niveau des prix est fondamental dans une société car il conditionne le chômage. En effet, les individus décident de travailler en fonction des prix. Si le prix du logement augmente, les individus chercheront à travailler davantage. Le niveau des prix détermine la volonté ou pas de travailler. L’inflation oblige au travail dans une durée que seule la banque centrale et les autorités financières décident. Vous travaillerez toujours plus pour courir après l’inflation.

Si la monnaie était restée métallique, comme de l’or ou de l’argent, alors point de création monétaire artificielle possible car ces matériaux ont un poids et des caractéristiques faciles à contrôler pour le citoyen. Un individu qui veut créer de la monnaie doit trouver des mines d’or et est alors assujetti aux contraintes d’investissement naturelles. Si la quantité des biens présents dans l’économie augmente et que la quantité de monnaie reste la même, c’est-à-dire le même stock d’or, alors le prix des biens matériels diminuent par une simple division. Les contraintes de liquidités ne sont pas un problème. Un particulier peut faire fondre sa monnaie et diviser la pièce en 2 pour avoir une monnaie plus liquide. Nous entrons alors dans ce qu’aurait été la croissance jusqu’à aujourd’hui, c’est-à-dire une croissance déflationniste. Une augmentation des richesses matérielles issues du travail c’est-à-dire du mérite, de la créativité, de l’ingéniosité, de l’effort, du progrès technique en somme pour des valeurs monétaires qui diminuent.

L’inflation détruit votre épargne, vos projets et vous maintient dans l’esclavage des temps modernes, le salariat. Elle profite au banquier grâce au paiement du taux d’intérêt et aux premiers détenteurs de cette nouvelle monnaie. Mais c’est une course en avant qui s’annonce, une course à l’endettement contre l’inflation. Les prix étant en augmentation, beaucoup d’individus n’ont pas les moyens d’entreprendre ce qui les condamne au chômage. Marx nous parle peu du rôle de la banque dans son analyse du capitalisme. C’est pourtant un château de cartes fragile reposant sur une monnaie frauduleuse. Au lieu de cela, seul un communisme lui a paru la solution logique à ces maux. Or, l’accumulation de capital est la même, au lieu d’une seule et grande entreprise internationale, on confie cela à un État tout-puissant. La liberté des fruits du travail de chacun n’étant pas assurée.

Le dollar de la Réserve fédérale permet donc à ses créateurs de mettre en esclavage un territoire immense ainsi qu’une population importante, qui fournira le travail nécessaire à l’extraction et à la gestion de ressources nombreuses. Ce simple cours légal forcé d’une monnaie sans valeur est le tour de force de cette élite qui s’est donné les armes d’une domination mondiale. Seule une insurrection pacifique, qui consisterait à utiliser une autre monnaie métallique pour ses échanges, peut générer une économie saine et purificatrice parallèlement à celle en vigueur, qui utilise l’euro. Chaque individu peut dans la limite de ses moyens entamer ce changement.

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

36 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #415956
    le 25/05/2013 par Anonyme
    L’arme de l’inflation

    Merci pour ce nouveau sujet !


  • #415975
    le 25/05/2013 par Nordine
    L’arme de l’inflation

    Merci à l’auteur du texte,j’ai vraiment apprécié,décidément avec E&R,on se remue les méninges.


  • #416112
    le 25/05/2013 par L
    L’arme de l’inflation

    Un petit pécule d’or que l’on fond en pièces ( y’a du marché pour les fabricants de matos à faire des pièces ), payer son commerçant avec qui paye l’agriculteur avec, celui la même qui a payé ses bêtes avec ces pièces.
    Un réseau.

    des artistes pourraient frapper des pièces avec des thèmes définis, cela pourrait créer de la valeur et de l’intérêt pour les autres citoyens ?

    Déjà, pensons à avoir de la réserve d’or, qui déclarée à l’Etat pourra être ponctionnée un jour ...

     

    • #416418
      le 26/05/2013 par Chasseur noir
      L’arme de l’inflation

      L’or n’est pas la solution à moins que ces abrutis de traîtres ne nous renvoient au moyen-âges.
      La solution passe par du savoir-faire et du travail puis une forme de troc, afin d’éviter tant que faire ce peut le circuit économique libéral.
      "Faire du capital un salarié du travail" delaisi, la révolution européenne.


    • #416744
      le 26/05/2013 par julio
      L’arme de l’inflation

      oui, le troc ! pas revenir au moyen age, mais sortir du systeme liberal.

      c’est dur dans un monde ou tout nous renvoie au "promotions" "soldes" "vouchers" et autres, de bonnes maniere de nous conserver dans ce systeme esclavagiste en croyant faire des affaires.

      la monnaie c’est comme l’énergie, avant de mettre des energie alternatives (ou monaie alternatives) il faut reduire sa consommation (reduire ses transactions).

      Comment faire ça ? Simple, besoin d’un baby sitter, demande a un neveu, la semaine suivante tu lui pretes ta voiture. Besoin d’une aide en bricolage ? Appelle ton voisin portugais, rends lui un service plus tard. Evidemment la base du troc c’est deja qu’on sache faire qqchose et s’aider. Tu coupes ton gazon ? Passe aussi sur celui de la voisine. Elle t’inviteras à manger un jour.

      Quand j’etais enfant dans une famille travailleuse et solidaire, on rigolait des familles ou la fille allait acheter le pain et payait separement pour sa baguette et pour celle de sa mere. Aujourd’hui on vit ce systeme complexifié à mort, fait pour que la monnaie soit indispensable.


  • #416179
    le 26/05/2013 par Glen_74
    L’arme de l’inflation

    Marx est le premier à faire la différence entre l’or et l’argent comme monnaie d’échange classique et la monnaie papier utilisé surtout comme crédit pour accélérer l’accumulation du capital et donc creuser les inégalités et asservir les peuples. Donc pas besoin de parler des banques, à son époque, si on veut aller directement au vrai problème : la monnaie.
    D’ailleurs si Marx parlait peu de la banque c’est surtout parce que l’économie réelle, comme l’industrie, représentait une bonne part de l’ensemble de l’économie, car la finance avait besoin des monopoles industrielles pour s’enrichir, contrairement à aujourd’hui où 90% de l’argent provient des produits de la tricherie financière.
    C’était donc une autre époque car Marx vivait au milieu du XIXème siècle, soit 100 ans avant Eustace Mullins, Ezra Pound ou Sutton : on n’en voudra donc pas à Marx car la capitalisme a bien changé entre temps.
    Mais Marx a posé des bases bien solide pour comprendre ce système capitaliste, mais pas de manière dogmatique comme le souligne bien son ami Engels :"la conception de Marx n’est pas une doctrine mais une méthode. Elle ne fournit pas de dogmes tous faits mais les points de départ de l’étude ultérieure et la méthode pour cette recherche. Il y a donc ici encore un certain travail à accomplir que Marx, dans ce premier jet, n’a pas conduit à son terme." Engels, lettre à Werner Sombart (qui s’est basé sur les travaux de Marx et Engels pour son livre Les juif et la vie économique)


  • #416261
    le 26/05/2013 par goy pride
    L’arme de l’inflation

    Un petit cours d’économie comme on en voit pas dans les écoles !


  • #416287
    le 26/05/2013 par Redge
    L’arme de l’inflation

    L’article (non signé) nous sert les dangers de l’inflation. Mais je suis assez surpris de la distance avec la réalité actuelle : asservissement par la dette et le service de la dette des économies au mondialisme qui ne profite qu’aux banques et aux sociétés transnationales qui échappent aux lois nationales et donc à toute justice fiscale (au détriment évidemment des petits patrons qui eux n’y échappent pas...).

    J’affirme que les états doivent reprendre le contrôle du capitalisme financier, que le poids de la dette doit être allégé et ceci afin de permettre à ces derniers de payer cette même dette. L’inflation décriée ici peut être un outil ponctuel mais à utiliser avec d’autres outils. J’accuse la lutte contre l’inflation de ces 40 dernières années d’avoir contribué à l’augmentation du ratio dette/pib qui empêche l’UMPS et le FN de proposer des politiques de relance ambitieuses.

    La position d’ER serait-elle de soutenir ceux qui vivent de leur tas d’or au détriment des précaires ? Des clarifications s’imposent car ce sujet me parait essentiel. N’oublions pas que la France sait faire beaucoup de choses, possède les cerveaux, les consciences et la culture pour permettre à tous ses citoyens d’avoir un travail et de vivre heureux, le but d’un politique doit être l’intérêt commun et non la préservation des tas d’or de quelques uns.

    Il faudrait peut-être dépasser la désignation du méchant (le sioniste) et attaquer le système : le capitalisme financier mondialisé. Temps pour Alain Soral de changer de disque ?

     

    • #416621
      le 26/05/2013 par Isamovic
      L’arme de l’inflation

      Oui, la lutte contre l’inflation est ce qui a obligé les etats participant au mécanisme du SME à avoir recours à l’endettement pour financer leur énorme bureaucratie tout simplement parce que des pays comme la France ou l’Italie étaient incapables d’avoir une politique monétaire saine à l’allemande.
      De plus, Les politiques de relance, ca n’a jamais fonctionné.
      L’inflation n’est en aucun cas un outil, c’est un poison. Ceux qui ont un tas d’or comme vous dites, vous croyez réellement qu’ils n’ont pas trouvé un moyen de se protéger ? Vous etes bien naîf ;)

      Ensuite, là où vous faites fausse route, c’est sur la notion de capitalisme financier.
      Tout simplement parce que notre système financier n’est pas capitaliste. S’il l’était, y’aurait eu aucun bail-out en 2008, il n’y aurait pas de banque centrale et le système de réserve fractionnaire serait donc impossible . Par conséquent, la puissance des banques actuellement serait impossible.

      Les mots ont une signification, ce n’est pas sur ce site que j’ai besoin de le rappeler. Appeler capitaliste ou libéral quelque chose qu’il ne l’est pas empêche de viser les vraies causes et responsables.
      Chouard a parfaitement identifié le fond du problème, le politique.

      PS : Excellent article


    • #416751
      le 26/05/2013 par julio
      L’arme de l’inflation

      « Il faudrait peut-être dépasser la désignation du méchant (le sioniste) et attaquer le système : le capitalisme financier mondialisé. Temps pour Alain Soral de changer de disque ? »

      As tu lu Soral ? Ce qu’il désigne comme la Banque dans comprendre l’empire, c’est quoi à ton avis ?

      Et Soral a-t-il écrit comprendre le sionisme ou comprendre l’empire ? C’est toi qui fait une fixation ici il me semble.

      Le fait que l’ideologie de la dette est inscrite dans les valeurs judaiques.. donc c’est en fait quand on remonte aux racines ideologiques de la Banque qu’on y retrouve les valeurs judaiques de l’usure, condamnées par le catholicisme historiquement et l’islam.


  • #416399
    le 26/05/2013 par Heureux qui, comme Ulysse...
    L’arme de l’inflation

    Très bon résumé de l’imposture de l’économie moderne. Il faut cependant aller plus loin, l’argent n’est pas le sommet de la pyramide que nos "bâtisseurs" affectionnent tant. Prenez de l’altitude !


  • #416413
    le 26/05/2013 par Chasseur noir
    L’arme de l’inflation

    Tout ceci est tellement clair qu’il apparaît en toile de fond que nos élites, financières et économiques, qui ne sont pas bêtes, sont bien des traîtres.


  • #416570
    le 26/05/2013 par Mathurin
    L’arme de l’inflation

    Mais je croyais que l’on n’avait pas le droit d’utiliser d’autres monnaies que la monnaie officielle pour les échanges sous peine de poursuites...


  • #416588
    le 26/05/2013 par bobforrester
    L’arme de l’inflation

    Bonjour

    Le COmmentaire sur le soi disant peu d intéret de Marx pour la banque est indigent. Cf l analyse du capital financier ds le Capital et les luttes de classes en France. Le chômage n est pas lié au niveau des prix mais à la raréfaction de la demande liée elle même à la surproduction d où la guerre pour les débouchés et l impérialisme.Et la surproduction est engendrée par l anarchie capitaliste qui est une économie "sauvage"=non planifiée : ce ne sont pas les besoins sociaux qui déterminent en quelle quantité 1 marchandise doit être fabriquée mais le profit quel promet.

     

    • #416775
      le 26/05/2013 par Isamovic
      L’arme de l’inflation

      Absolument pas.

      Il ne peut y avoir de surproduction générale puisque cet état de fait serait en réalité une situation de prospérité. Evidemment, sans connaissance de la Loi de Say, difficile d’être rigoureux dans son analyse.
      Quand à la surproduction relative, elle est due à la création de la bulle de crédit qui siphonne le capital vers des industries qui ne se seraient jamais développés
      Et le chômage en période de depression est dû à 2 choses :
      - L’existence d’un salaire minimum qui laisse les gens dont la productivité marginale du travail est inférieure au salaire. Le chef d’entreprise n’ayant aucun intéret à recruter a perte. Ca explique généralement le fort taux de chomage parmis les jeunes.
      - La baisse des profits des entreprises qui ont profité de la bulle. La rigidité à la baisse de salaires qui ont profité de la bulle entraine par conséquent du chômage .

      L’analyse marxiste de l’économie est un tissu d’ineptie qui a parfaitement été détruit par L’école autrichienne d’économie, j’en veux pour preuve votre derniere phrase puisque c’est le consommateur qui détermine ce qui doit être produit ou non, et non un quelconque grand méchant loup tapis dans l’ombre.


    • #423112
      le 01/06/2013 par oscar
      L’arme de l’inflation

      il y’a un livre intéressant qui explique bien les réseaux maçonniques internationaux associés aux contrôle de la banque aux média et de toute l’industrie en générale est le livre jaune n5 et le livre jaune n1.mais faut lire le n5 car c’est celui qui a été édité en premier.ça commence par le n 5, n6,n7 puis n1.


  • #416678
    le 26/05/2013 par JeanJacques
    L’arme de l’inflation

    "L’inflation détruit votre épargne, vos projets et vous maintient dans l’esclavage des temps modernes, le salariat."

    Je n’ai pas de connaissances en économie mais j’ai instinctivement tendance a penser le contraire : l’inflation est l’alliée du travailleur et la hantise du rentier...

     

    • #416922
      le 26/05/2013 par Eric
      L’arme de l’inflation

      Attention, ce que vous dites est vrai uniquement lorsque les salaires sont indexés sur l’inflation.
      Or ce n’est plus le cas en France depuis le second septennat de Mitterrand.

      Si vous regardez la situation française actuelle, la très forte inflation (nettement supérieure aux augmentations de salaires) qui a existé sur l’immobilier pendant une quinzaine d’années (et qui a réduit depuis 2 ou 3 ans) a beaucoup servi les gros propriétaires fonciers et pas tellement les nouveaux acquéreurs qui devaient emprunter sur des durées de plus en plus longues...

      Mais cette affirmation ne serait pas valable si les salaires augmentaient avec l’inflation, donc ne simplifions pas trop les raisonnements !


    • #417505
      le 27/05/2013 par East
      L’arme de l’inflation

      Ah, merci Eric de parler de l’indexation !
      Franchement c’est un comble de ne voir qu’une seule fois le mot "indexation" sur une page dont le sujet principal est l’inflation, et dans un commentaire en plus, alors que c’est justement ce "détail" qui peux faire de l’inflation, soit un outils qui permet de dynamiser l’économie et la recherche en défavorisant le capitalisme des grands rentiers accumulateurs court-termistes (dans un contexte économique relativement fermé et contrôlé par l’état comme l’était celui de la France des années 60), soit un outils à broyer les peuples ...
      Sacré détail hein ?


  • #416703
    le 26/05/2013 par Beny
    L’arme de l’inflation

    L’inflation fait surtout chier les riches, c’est pourquoi la BCE a pour seule mission de la contenir.

     

    • #416786
      le 26/05/2013 par Isamovic
      L’arme de l’inflation

      Totalement faux.
      La lutte contre l’inflation était un leurre des politiques des pays latins pour forcer l’allemagne à adopter l’euro. Mitterand était éffrayé du pouvoir économique allemand et de la force de leur monnaie, c’était inconcevable de laisser l’allemagne dominer l’europe. Ils ont donc tout fait pour que l’allemagne, grâce à la carotte de la réunification entre autres, accepte. Ni la bundesbank et ni le peuple allemand ne voulaient de l’euro.

      D’ailleurs, c’est pas une politique monétaire restrictive qui a nourri la bulle espagnol et a créé un sentiment de prospérité en grèce. Jetez un coup d’oeil à l’agrégat M3 de la BCE depuis sa création, la BCE a totalement failli à sa mission puisqu’elle devait être à l’image de la bundesbank.

      Intéréssez vous un peu à l’histoire monétaire européenne, vous verrez que nos politiques sont totalement friands de l’inflation., c’est d’ailleurs là leur levier de pouvoir.


    • #417214
      le 26/05/2013 par vsmirnov
      L’arme de l’inflation

      Je suis assez d’accord, même si l’inflation embête tout le monde en réalité, elle embête plus le détenteur de capital que le salarié :
      Le capitaliste gagne 5% de dividende, le salarié 2000€. Inflation à 5% : le capitaliste gagne 5.25% de dividende -> son capital n’augmente que de 0.25% alors que la masse d’argent a augmenté de 5%, le salarié lui peu espérer une augmentation de salaire de 5%.
      Isamovic ta réponse "Complètement faux" suivi d’un enfumage sur l’Allemagne (hors sujet) paraît agressive et bien orgueilleuse. Comme dit Alain Soral, il faut sortir du "moi je", c’est pas parce-que l’on connaît un truc qui nous laisse croire qu’on est intelligent qu’il faut se sentir obligé d’écraser l’autre pour se faire mousser.


    • #417218
      le 26/05/2013 par vsmirnov
      L’arme de l’inflation

      L’argument le plus valable que j’ai omis est le suivant :
      Le détenteur de capital est un créancier, il n’a pas de dettes, il endette le salarié via une banque. Or le montant de votre dette sera toujours plus facile à rembourser avec l’inflation : elle entraine l’augmentation des salaires mais jamais du montant de votre mensualité de crédit !!!(à moins d’avoir mordu au prêt à taux variable, mais la faut être Américain :-) )


    • #417557
      le 27/05/2013 par Isamovic
      L’arme de l’inflation

      Se demander pourquoi la BCE à pour objectif de lutter contre l’inflation sans prendre en compte la dimension historique de sa création (voir mon analyse précédante que vous écartez sans argumenter, c’est bien commode hein), c’est la porte ouverte à un tas d’idée fallacieuse du genre que l’inflation est mauvaise pour les riches donc que ceux sont eux qui ne veulent pas d’inflation.
      Demandez vous pourquoi aux USA, la fed s’en fout totalement de lutter contre l’inflation. Si vous essayez avec votre théorie, votre argumentation deviendra insoutenable.

      Ensuite, vous nous expliquer que c’est le capitaliste qui est perdant puisque cela érode le capital qu’il a prété alors que le salarié est gagnant sans jamais nous expliquer que le salarié est aussi un rentier puisqu’il épargne son salaire (regardez la quantité d’épargne possédée par les ménages français, Bouh les vilains capitalistes !)

      Quant au "moi je", c’est tellement simple pour écarter d’un revers de la main des faits historiques incontestables.
      Intéréssez vous au SME, elle est la l’origine de "la lutte contre l’inflation" en France et vous comprendrez réellement les enjeux.


    • #417777
      le 27/05/2013 par vsmirnov
      L’arme de l’inflation

      A ! A ! Isamovic vous êtes à pisser de rire avec votre ton si hautin, si condescendant, si sur de lui même ! Rien que votre justification pour faire croire que l’inflation est bonne pour les riches, je vous cite :
      "A votre avis pourquoi les Etats-unis se fichent de l’inflation". Je ris ! Comme si les USA était un modèle. Et bien si les américains font tourner la planche à billet c’est tout simplement parce-qu’ils n’ont pas le choix, c’est çà ou la faillite de leurs banques, vous avez déjà oublié la faillite de Lehman en 2008 ? De plus cette inflation est au bénéfice des grandes banques qui rachètent tout en europe grâce à cette fausse monnaie, nous européens n’ayant pas la planche à billet et le cour d’échange €/$ étant contrôlé depuis Londres, on se fait voler nos entreprises et notre patrimoine par les americano-sionistes. Vous êtes vraiment un crétin ou alors tout simplement un Troll payé par L’union européenne pour faire de la contre-info. Allez voir votre maître, chien de garde !


  • #416830
    le 26/05/2013 par Capitaine
    L’arme de l’inflation

    Article très intéressant, il fait réfléchir, brasser les idées...
    L’économie est un sujet artificiellement complexe, et ces artifices sont le fait de ceux qui se servent des besoins matériels humains pour s’enrichir plus que de raison. Il convient avant tout de démystifier ce sujet, prendre de la hauteur, la lecture de "L’essence de l’économique" de Julien Freund peut y aider (paru en 1993 aux Presses Universitaires de Strasbourg).
    Polémiquer est contre productif.
    Il n’y a pas une explication miracle, unique, mais des éléments liés, un peu comme en politique.
    Les solutions de contrôle et de mise au pas des Banques mises en oeuvre après 1945 devaient être assez efficaces vu que les mondialistes n’ont eu de cesse de les abolir pour aboutir à la situation explosive actuelle : ce sont des idéologues brillants, mais irresponsables.
    L’étalon or, ou tout autre solution métallique, produira les effets décrits par Francis Delaisi.
    Le système actuel a prouvé sa nocivité lorsque l’intérêt privé est le seul à le diriger. J’ai tendance à penser que la seule et unique solution raisonnable se situe dans un contrôle législatif et réglementaire, aussi étroit que tatillon, servi par des hommes aussi peu corruptibles que possible (le maillon faible de toute construction est quasiment toujours le facteur humain... d’où l’indispensable contrôle démocratique par le référundum d’initiative populaire de type Suisse).
    Les Libéraux n’aimeront pas ce propos, mais ils sont idéologues au même titre que les Communistes et autres produits dérivés.
    L’Etat doit être raisonnable, la solution passe par lui : à condition que le Politique redevienne ce qu’il doit être, c’est à dire s’affranchisse de la finance et cesse de sacrifier au Veau d’or de la corruption. Vaste mais passionnant sujet ! Nous comprenons bien que la solution ne peut être que politique : à quel point le peuple devra t-il encore souffrir pour comprendre ?
    Pour ma part, je me fiche des programmes politiques et des promesses évidemment démagogiques : je soutiendrai le candidat ou parti qui s’engagera formellement et fortement à instituer et mettre en oeuvre le référundum d’initiative populaire. On ne peut pas avoir confiance dans une élite corrompue : il faut donc avoir confiance dans le Peuple, et donc tenter de l’émanciper de la propagande en dépit de son indifférence apparente ou de ses insuffisances probables, vaste programme comme aurait dit l’autre... mais il n’y a pas d’alternative humaniste.


  • #417193
    le 26/05/2013 par vsmirnov
    L’arme de l’inflation

    Je trouve cet article intéressant mais rempli d’approximations et d’erreurs. Je trouve bien imprécis d’attribuer l’inflation à l’effet "cantillon". C’est vrai lorsque l’entrepreneur dispose d’un énorme prêt pour acheter des biens rares, le prix de ces biens montent. Mais la majorité des prêts ne génèrent pas d’effet Cantillon. Vous oubliez les fondamentaux économique : L’inflation est le rapport entre la quantité de monnaie et la quantité de bien et de service, par conséquent chaque création monétaire n’est que "potentiellement" inflationniste car si le prêt sert à un investissement productif (une maison neuve par exemple), le stock d’argent augmentera proportionnellement avec le stock de bien, donc pas d’inflation ! C’est pourquoi il faut expliquer le fait que chaque prêt doit être remboursé avec intérêt, et il faut dire que l’argent du capital emprunté est DETRUITE lors de son remboursement et c’est ce qui fait que le remboursement des intérêts est mathématiquement impossible sans une création monétaire nouvelle dans cette économie. Et ainsi de suite pour rembourser le prêt suivant, ce qui explique que la monnaie à créer est exponentielle, comme la somme des intérêts dus. C’est le système d’argent-DETTE. C’est çà le capitalisme, tout argent est fils d’une autre masse d’argent, c’est une chaine sans fin.
    Enfin vous simplifiez outrageusement : "L’individu s’accapare des biens grâce à une monnaie inexistante, elle n’est pas issue du travail, c’est donc un vol." C’est faux puisque l’individu devant rembourser le prêt, c’est en échange d’un travail futur qu’il reçoit cette argent, et consent son asservissement. Il est bon de citer Rothschild "La contrôle du monde se fait par l’émission de dettes inextinguibles"
    Donc ce n’est pas l’inflation qui maintient dans l’esclavage mais la dette !!!

    Enfin lorsque vous vantez mes mérite de l’étalon-OR j’ai cru que nous allions être d’accord, mais faire croire qu’une économie déflationniste est réalisable en pratique c’est une erreur car c’est politiquement impossible ! Imaginez bien que si les prix baissent, les revenus des entreprises vont forcément baisser et donc les salaires le devrait aussi, en résultant des mouvement sociaux, sinon des faillites d’entreprise en cascade !

    Quand je lis votre article je suis un peu dessus car j’ai posté deux articles dans l’atelier dont un sur ce sujet qui est à mon avis plus précis et je n’ai reçu aucun retour de votre part. Je l’espère toujours, bien à vous :-)

     

    • #417597
      le 27/05/2013 par L’indien
      L’arme de l’inflation

      Complètement d’accord avec vous vsmirnov. On ne peut pas comprendre l’économie actuelle sans maîtriser les notions de l’argent dette. C’est comme essayer de faire tourner une centrale thermique sans connaitre les principes fondamentaux de la thermodynamique. Alors biensûr c’est un moyen "simpliste"de comprendre la pseudo "science" économique (d’après les détracteurs), mais dans tous les domaines scientifiques on a besoin de simplifier le système pour en comprendre l’essence. C’est ainsi qu’on peut en dégager une théorie ou une loi qui nous permet de prédire les choses. Alors oui l’inflation est bonne pour le peuple quand les salaires sont indexés sur l’inflation (comme souvent). Oui la dette est un moyen d’asservissement du peuple. Oui les dettes ne seront jamais remboursées .... et tant d’autres choses tout aussi révoltantes


    • #419583
      le 28/05/2013 par PatriceT
      L’arme de l’inflation

      Egalement d’accord avec vsmirnov ; il me semble que l’on peut également ajouter que prendre comme référence un retour à l’étalon-or ne serait pas une solution, le gros inconvénient de ce système (qui a d’ailleurs mené à son abandon) étant qu’il n’y a aucune raison pour que la quantité d’étalon corresponde aux besoins monétaires des échanges de l’économie productive. Il y a donc de gros risques soit d’un blocage de l’économie par manque de liquidités, soit d’excès de celles-ci avec les mêmes inconvénients que dans le système actuel.


  • #417254
    le 27/05/2013 par Menguy
    L’arme de l’inflation

    Pour comprendre le problème de l’inflation, il faut commencer par comprendre ce qu’est la monnaie. Or une grande part du problème de la monnaie réside dans sa définition.
    Pour rappel, l’inflation ne concerne que l’augmentation de la masse monétaire, qui est un volume. Seule une masse peut enfler... Les prix sont des indicateurs et non des volumes. Donc l’augmentation des prix est à distinguer de l’inflation, mais elle en est la conséquence.

    Marc Dugois, auteur de l’ouvrage ’L’inéluctable révolution", propose la définition suivante de la monnaie. Le texte est tiré de son livre.

    Alors le
    pouvoir invente la monnaie à partir d’une matière recherchée, pérenne, rare, divisible
    et transportable comme l’or, l’argent, le cuivre, le bronze ou de petits coquillages peu
    communs. La monnaie sera la mémoire et la preuve du travail passé des membres
    du groupe, l’énergie du groupe, l’énergie sociale. La racine du mot monnaie tout
    comme le mot monument vient du grec mnêmosunê, « dont on se souvient ». Martin
    Litchfield West, professeur émérite au All Souls College d’Oxford, nous en explique
    même la forme causative :
    « Moneta désigne la déesse qui monet, c’est à dire qui fait se souvenir, moneo
    étant une forme causative de la racine *men-.1 »
    Moneo étant une forme causative, la cause du monument comme de la monnaie est
    de se souvenir.
    Cette énergie sociale n’existe que par la reconnaissance par le groupe que la
    monnaie est accumulation des énergies individuelles, cumul du travail des membres
    du groupe. Chacun sait que l’énergie est toujours très difficilement stockable mais
    l’homme a réussi à stocker son énergie personnelle dans la monnaie. La monnaie
    est le substitut de l’homme. Mais comme ce substitut n’est au départ reconnu que
    par les membres du groupe, la monnaie est aussi le symbole du lien social dont le
    pouvoir est garant, ce qui donne à ce dernier le droit de battre monnaie. En Inde au
    XIIème siècle la mémoire du travail individuel n’était pas confiée à la monnaie mais
    était encore tenue par un régisseur de village qui redistribuait au moment des
    récoltes la richesse collectivement créée.

    http://www.amazon.fr/Lin%C3%A9lucta...


  • #417295
    le 27/05/2013 par pseudonyme
    L’arme de l’inflation

    Article extrêmement faible, digne d’un propagandiste de la BCE, on est bien sur E&R là ? Surtout que sur le coup c’est assez difficilement pardonnable, il n’y a pas besoin d’être un génie pour savoir que ce sont les riches qui possèdent l’argent et que les pauvres sont ceux qui n’en n’ont pas et sont même endettés.

    L’inflation réduit les dettes de ces pauvres justement (et de l’Etat, propriété de la majorité donc des pauvres, qui le dirige et qui en profite, c’est une autre histoire...), et "euthanasie les rentiers" comme le disait Keynes. Ce n’est pas un mécanisme particulièrement compliqué, essayez donc de comprendre pourquoi la BCE est en parfait accord avec vous au lieu de gober béatement les analyses d’économistes qui vous paraissent marginaux mais sont en fait parfaitement orthodoxes (ils sont uniquement marginaux par leur extrémisme ou le fait qu’ils avancent des choses qui, scientifiquement, ne tiennent pas).

     

    • #417573
      le 27/05/2013 par Isamovic
      L’arme de l’inflation

      "L’inflation réduit les dettes de ces pauvres justement (et de l’Etat, propriété de la majorité donc des pauvres, qui le dirige et qui en profite, c’est une autre histoire...)"

      Admettons que j’admette votre premier point (même si j’ai cassé cet argument dans un post précédant), le fait que ce soit l’Etat qui en profite, CE n’est pas une autre histoire.
      C’est justement l’histoire de l’inflation, on peut remonter très loin en arrière pour se le prouver.
      L’inflation est ce qui permet aux riches de s’enrichir au dépend des pauvres et non l’inverse (à moins que je me trompe, ce n’est pas le petit peuple qui recoit le pognon en 1er, c’est les banquiers). On peut mettre cette analyse en parallèle avec la baisse du pouvoir d’achat aux USA, due en grande majorité à l’inflation.

      "essayez donc de comprendre pourquoi la BCE est en parfait accord avec vous au lieu de gober béatement les analyses d’économistes qui vous paraissent marginaux mais sont en fait parfaitement orthodoxes (ils sont uniquement marginaux par leur extrémisme ou le fait qu’ils avancent des choses qui, scientifiquement, ne tiennent pas)."

      J’ai démontré dans un post précédant pourquoi la BCE lutte contre l’inflation, il n’y a pas plus aveugle que celui qui refuse de voir.
      L’écolé autrichienne a démontré les méfaits de l’inflation dans le détail. Evidemment, leur analyse est tellement profonde et pertinente qu’ils sont écartes volontairement par l’économie mainstream à contrario d’un Milton Friedmann qui était bien evidemment un fervent défenseur de l’inflation.
      Votre derniere phrase m’a fait sourire. Soral est aussi marginal, l’est t’il "par son extrémisme ou le fait qu’il avance des choses qui, scientifiquement, ne tiennent pas" ?
      Personnellement, je ne crois pas sinon je ne serais pas là par contre, vous utilisez exactement le même argument que ceux qui le diabilise, gaffe gaffe :)


  • #417387
    le 27/05/2013 par y911
    L’arme de l’inflation

    merci à l’equipe d’e&r pour cette article.
    un article dans le même sujet très interresant :

    http://www.24hgold.com/francais/act...

    bien à vous, yohann


  • #418299
    le 28/05/2013 par jimmy33000
    L’arme de l’inflation

    Henry Ford aurait déclaré : « La question d’argent, bien résolu, c’est la fin de la question juive et toute autre question n’est que de nature terre à terre. »
    conclusion ? a nous de voir...


  • #420619
    le 29/05/2013 par jean
    L’arme de l’inflation

    Voila je profite de cette article sur l’économie pour poser une question. D’où vient l’inflation en ce moment en france. En effet il n’y a aucune planche a billet, aucune croissance et pourtant on se prend 17% d’inflation sur les produit de base. Je serai très heureux d’avoir une réponse , il doit y avoir des chose qui m’echappe

     

    • #424457
      le 02/06/2013 par vsmirnov
      L’arme de l’inflation

      On associe souvent (à tort) le terme planche à billet, au fait que l’état emprunte directement à sa banque centrale et créé lui même ainsi sa monnaie. Or la planche à billet c’est la création monétaire réalisée par la banque centrale, la planche à billet inventée par les créateurs de la FED en 1913 existe dans toute économie capitaliste, même dans la zone euro il y a la planche à billet, sauf que celle-ci est réservée aux banques privés (BNP, deutsch bank etc...) et non aux états. C’est pourquoi il y a de l’inflation dans la zone euro, la BCE a créé énormément de monnaie mais cet argent est dans les mains des banques privés, pas dans le secteur publique ou l’économie réél. Il en résulte une baisse de la valeur de l’€ provoquant une augmentation du prix des produits.


  • Afficher les commentaires suivants