Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’euro peut-il tenir encore cinq ans ? – Conférence de Michel Drac à Amiens

E&R Picardie recevait Michel Drac le 3 juin 2017 à Amiens pour une conférence intitulée « L’euro peut-il tenir encore cinq ans ? ».

 

 

Retrouvez Michel Drac lors de l’étape parisienne du Tour anniversaire E&R !

Retrouvez Michel Drac chez Kontre Kulture :

Prolonger la conférence avec Kontre Kulture :

Michel Drac, sur E&R :

Pour soutenir les sections régionales d’Égalité & Réconciliation :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

18 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le but de l’euro/l’ue n’est pas de marcher, mais de permettre une éternelle remise en question qui n’aboutira jamais à rien ; comme le symbolise l’architecture de leur parlement. L’Europe n’est pas un but en soi, mais juste un moyen d’arriver à des fins (mais lesquelles ? réponse : détruire les état-nations souveraines ; c’est déjà réussi en grosse partie). Les politiciens de tous bords, journalistes et commentateurs médiatiques le savent bien, et ils s’en foutent éperdument de l’UE. Ils ne pensent que à leur salaire, à leur propre compte en banque, et savent que c’est en défendant cette escroquerie (ils s’en foutent aussi : leur vie entière est une escroquerie, et ils le savent tous) qu’ils s’assureront un avenir radieux, quoi qu’il arrive. Cela peut paraître "humain" (oui, tout le monde pense à soi en premier, c’est normal), mais pas au prix de mensonges et manipulations en tous genres dont ils sont chacun les auteurs quotidiennement ; là on peux dire toute que toute cette clique médiatico-politique est totalement composée des pires psychopathes sociaux et relationnels que l’on pourrait trouver dans la nature.


  • L’euro est un outil de domination : ils en ont donc trop besoin pour le laisser s’effondrer...

    Donc moi je pense qu’il tiendra, même s’il n’est plus tenable...car d’une manière ou d’une autre ils le feront tenir. C’est ça le miracle de l’argent virtuel : on peut en faire ce qu’on veut...

     

    • Rien ne dure jamais éternellement, votre remarque est infantile. Tout se construit et s’effondre tout le temps...L’argent a été l’instrument de la bourgeoisie, à compter de la moitié du XVIIéme pour assurer son enrichissement par le développement économique à marche forcée et la généralisation du salariat. Maintenant que tout est développé dans l’ensemble du monde occidental, l’argent n’a désormais plus d’horizons économiques dépassables pour se perpétuer alors même qu’il est devenu indispensable partout ! Période de croissance = production de vraie monnaie, période sans croissance = production de fausse monnaie (nous y sommes en plein...). L’argent, à l’origine, polyphage devient, sur sa fin, autophage


    • En quoi ma remarque est-elle infantile ?? Elle est tout ce qu’il y a de plus réaliste : il y a nombre de choses qui auraient déjà dû s’effondrer il y a longtemps et qui tiennent encore debout parce que le pouvoir en place les maintient ainsi ! Et c’est d’autant plus facile de maintenir quelque chose debout que c’est virtuel.

      Ta remarque à toi est...purement stupide.


    • réponses à Henri
      Si le virtuel tient debout, alors l’espace tient debout, l’eau tient debout, les idées tiennent debout, l’air que tu respires tient debout ? Le virtuel remplace le réel dans les esprits malades !


  • Merci à Michel et à E&R pour cette conférence des plus intéressante.


  • Merci à Michel Drac pour cette conférence en particulier, et aux équipes E&R pour la diffusion de ces conférences qui permettent de mieux s’y retrouver, loin de la propagande que l’on nous sert et de l’ignorance crasse que l’on veut nous faire cultiver.


  • Il est clair que l’Allemagne par son poids économique et financier a les clés. Sa surpondération dans la zone Euro risque de détruire cette zone.

    Les Allemands à court terme détruisent les économies espagnole, italienne, grecque et en partie française, et à moyen terme se suicident par leur natalité et leur refus de déficit. Je crains qu’ils refusent que leurs efforts et leur discipline acceptent par fédéralisme financier l’eternel déficit grecque.

     

    • C’est un sujet que je n’arrive pas à comprendre : comment les gens peuvent ils accepter de laisser les clefs de l’europe au pays qui (si l’on se réfère à l’histoire officielle) nous a plongé dans la « haine » et la guerre 2 fois de suite au siècle dernier... ? Les gens ne sont ils ,à ce point, plus capable de cohérence que cela ne les choque même pas ? Je n’ai rien contre nos cousins, mais quand même ! Lorsqu’on prend une leçon, on est sensé être plus méfiant, non ?


  • Bravo , très clair . Le but de l’UE est de maintenir un système faible. Il n’y a que deux choix soit une Europe des nations coopérantes , soit une Europe fédérale . Le reste , c’est du centre moi deguelasse qui nous maintien sous le pied des US


  • Quid de la Banque et de son mode de fonctionnement, cette escroquerie qu’est la création monétaire par la dette ? Michel parle de croissance comme carburant, mais c’est justement là l’arnaque je trouve. Pourquoi faudrait-il de la croissance ? La croissance n’est bonne que pour la banque, elle implique de la consommation et la consommation ne peut se faire qu’avec crédit, ou avec la masse monétaire qui existe UNIQUEMENT par la dette !
    Pas de dette, pas de masse monétaire !
    Je ne sais pas si l’€ tiendra 5 ans, ce que je sais c’est qu’il va se casser la gueule assez vite, il suffit pour s’en convaincre de regarder TARGET2 et de voir l’afflux énorme de créances pourries qui arrive chez la bundesbank, bientôt 1000 milliards €. Les Allemands étant les premiers a vouloir la fin de cette monnaie non pas unique, ni commune d’ailleurs, juste homonyme à échange de 1 pour 1. Olivier Berruyer a d’ailleurs une bonne comparaison. Il compare l’€ à une paire de chaussure à taille unique, moulée sur le pied Allemand, disons un 42 (1€=1DM) que tous les pays membres de l’€ devraient chausser, malgré que certains chaussent du 38 et d’autres du 46. Ce n’est pas viable, tellement pas viable que la BCE a du faire de la planche à billets, chose pourtant interdite par son propre règlement. Règlement qui précise en première mesure d’ailleurs, la lutte contre l’inflation, donc la lutte POUR le chômage, c’est mécanique.
    Mais de toutes façons, en dehors de tous arguments techniques que je ne maitrise pas, les faillites des banques, rachetées par des banques en faillite entraineront l’€ dans leur chute inexorable. Même pas besoin d’article 50, de FREXIT, il va y avoir un EUROXIT généralisé.
    Je n’en démords pas, il faut combattre l’ institutionnalisation de l’asservissement des peuples par le 1% de la Banque/finance. sortir de cette loi du 3 janvier en priorité, aujourd’hui article 123 du TFUE.


  • Camarades de E&R
    L’Economie politique est une idéologie.
    Cette idéologie à ses dogmes et des outils pour subsister.
    L’euro en est un. Ce n’est pas un dogme. Le jour ou il ne servira plus, il sera remplacé et certains idiots de crier victoire.
    Le plus important est ailleurs et se situe eu niveau du management de la dette.
    L’Euro est une sorte d’épouvantail , donc un leurre.
    A terme l’objectif et bien la création d’une monnaie virtuelle mondiale , gérée par les mêmes.
    Le débat sur l’euro est déjà un débat d’arrière garde. L’oligarchie appuyée par cette idéologie économique a déjà anticipé depuis longtemps la suite à l’Euro.
    Et nous d’essayer d’attraper la queue de la comète.
    Inutile et vain. C’est le but. Nous amener sur des combats inutiles et vains.Dont l’issu sera un autre combat inutile et vain.
    La racine est ailleurs.
    Ce qui n’enlève rien à la qualité du travail de Mr Drac.
    Ne varietur
    Lavrov/

     

    • Ton problème est que tu réduis ton raisonnement (qui n’est pas le tien du reste) à l’économie politique, c’est une vue de court terme...Chaque période historique génère sa morale, ses pratiques, ses codes, etc...Par exemple, le protestantisme a vu le jour pour justifier l’accaparement de la richesse par quelques mains en réponse au Christ qui nous enseigne que nous ne pouvons avoir deux maîtres Dieu et l’argent...A cela les protestants répondent que c’est Dieu qui choisit ceux qui réussissent et les récompense par l’argent...Tu surestimes de beaucoup nos dominants qui auraient des dizaines de coups d’avance, en réalité ils savent qu’ils sont cuits et que ce n’est qu’une question de temps, ils savent qu’une économie non financable va voir le jour parce que la vie est plus forte que tout et que nous avons faim tous les jours, une économie locale avec des circuits courts, fini les gros profits intercontinentaux, en fait tout le négatif de ce qui est aujourd’hui se met en place par petites touches, l’économie vois tu c’est d’abord psychologique. Plus personne aujourd’hui en Occident ne croit au progrès et sans ce terreau mental indispensable à nos dominants pour, toujours plus, nous élargir la rondelle, la messe est dite !!


    • @ ipk74270
      Camarade je vais uniquement vous répondre sur le fond , car la forme étant teintée de complexe de supériorité ainsi que d’une condescendance qui quand on vous lit , n’a pas besoin d’être démontée, cela se fait tout seul.
      Sur le fond donc.
      Vous confondez 2 choses
      La morale qui sous tend cette idéologie et la morale dans laquelle gravite cette idéologie.
      Vous confondez le dedans et le dehors.
      Et je passe votre" l’économie vois tu c’est d’abord psychologique" ? J’ai bien ri.
      Les Quant qui bossent en haut des grattes ciels, doivent bien se marrer aussi.
      Vous êtes remplis de certitudes comme un ballon rempli d’air.
      Vous confondez plusieurs notions que vous ne maîtrisez pas.
      Vous devriez commencer par le début , au lieu de venir faire le kakou, ici.
      North etc....
      Ne varietur
      Lavrov.


  • L’effondrement ou le non-effondrement de l’Euro est sans importance, on ne peut pas éviter les conséquences d’un problème, tant que l’on ne maîtrise pas sa cause, peu importe la monnaie, l’important c’est de maîtriser la photocopieuse.

    A- Soit on créer notre propre monnaie parallèle (voir le 3ème commentaire - celui de BFK - sur le sujet des TPE-PME)
    B- Soit on fait un coup d’état en France puis on nationalise la création monétaire
    C- Soit on continue de laisser à l’oligarchie la mainmise sur la question et là, peu importe que ce soit des Euros, du pétroDollars, du Bitcoin ou je ne sais quoi d’autre.

    Cela ne sert à rien d’avoir peur, l’important c’est d’agir (confer solution A ou B ci -dessus) et je n’ai même pas abordé la notion d’usure monétaire.


  • L’euro n’explosera pas. En tous les cas pas dans les cinq ans. C’est purement illusoire de croire des choses pareilles.

    D’ailleurs le problème n’est pas l’euro mais le fait qu’il s’agisse en réalité d’un outil monétaire au seul service des intérêts de l’Allemagne. Il est le médiateur du problème qu’est l’Allemagne elle-même au sein de l’Union. Un problème alimenté par la veulerie des politiciens français qui sont en pâmoison devant l’Allemagne depuis un siècle et demi.

    Par ailleurs les problèmes liés au dollar sont sans doute plus inquiétants en ce sens qu’ils peuvent conduire à des catastrophes bien plus considérables. Sans parler des problèmes démographiques, des problèmes énergétiques et migratoires qui nous menacent.

    Bref, en ce qui me concerne, l’avenir de l’euro n’est qu’une problématique résiduelle. L’avenir de l’Union Européenne en revanche c’est un problème. Je note que l’intervenant confond les deux choses comme si elles étaient inéluctablement liées et c’est une confusion terrible.

     

    • L’euro dans les 5 ans : vous n’en savez rien, ni Drac non plus d’ailleurs, puisqu’il est question de lui.
      Il y a des législatives en Italie l’an prochain, le M5S peut gagner. Ou perdre. Ou se dégonfler. Ou pas. Personne n’en sait rien. On ne sait pas non plus si ça va clasher ou pas avec le Brexit. si oui, les Anglais vont f... la m... Et il y a WS, en effet, et le Canada, et l’Australie, et l’immobilier chinois... ça peut péter de partout, peut-être, peut-être pas, mais si ça pète, tension sur les dettes souveraines, et alors...
      L’Allemagne a toujours été surcompétitive, mais avant, c’était solutionnable. On dévaluait. Donc c’est l’euro qui rend le pb insoluble.
      Il y a des pbs plus graves que l’euro, c’est vrai. Mais la conf de Drac, pour en revenir à lui, était justement sur ça. Et je ne crois pas qu’il confonde avec l’UE. Disons qu’il est maladroit dans son expression à la fin de la conf. OK.
      La question à se poser, c’est : pourquoi l’euro vous paraît là pour longtemps à coup sûr ? (alors que vous n’avez pas de boule de cristal).
      Une explication possible : l’euro fait partie de vos fondements de référence. S’il saute, votre architecture cognitive saute. Impensable. Donc vous paraît impossible.
      Vous ne croyez pas ?


  • J’ai un reproche à faire à son analyse : il explique que les pays européens, comme l’Allemagne par exemple, pourraient devenir indépendants des Américains et voir pour ses intérêts nationaux or cela est peu réel ... on voit bien ce qu’une nation développée et souveraine comme la Russie peut représenter comme opponent sérieux pour le système bancaire privé mondial. D’autre part il évoque jamais le fait que l’endettement des nations puisse être voulu, là où nous voyons des crises il y aurait un plan qui se déroule parfaitement


Commentaires suivants