Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Macédoine change de nom et devrait adhérer à l’UE et à l’OTAN

Les ministres grec et macédonien des Affaires étrangères, Nikos Kotzias et Nikola Dimitrov, ont signé un accord prévoyant le changement de nom de l’actuelle Ex-république yougoslave de Macédoine (ARYM) qui deviendra la Macédoine du Nord.

 

Un accord, prévu pour entrer en vigueur sous six mois, a été signé ce 17 juin par les ministres grec et macédonien des Affaires étrangères, Nikos Kotzias et Nikola Dimitrovdoit. Il prévoit que l’Ex-république yougoslave de Macédoine s’appelle à l’avenir Macédoine du Nord.

Le nom du pays faisait l’objet d’un litige depuis la chute de l’URSS entre Athènes et Skopje. Depuis l’indépendance de son voisin en 1991, la Grèce s’opposait en effet à ce que son voisin garde le nom de Macédoine, parce qu’une région grecque porte déjà ce nom chargé d’histoire et source de fierté pour les Grecs.

Parmi les parrains présents à la cérémonie, sur les rives du lac frontalier de Prespes, figuraient les Premiers ministres, Alexis Tsipras et Zoran Zaev, le négociateur onusien Matthew Nimetz et la représentante de la diplomatie de l’UE, Federica Mohgherini. « Nous faisons ce jour notre devoir patriotique, un pas historique pour refermer les plaies du passé, ouvrir la voie à la coopération pour nos pays, les Balkans et toute l’Europe », a déclaré Alexis Tsipras.

Soldant 27 ans de querelle, ce compromis a été débloqué par l’arrivée au pouvoir en 2017, en succession de la droite nationaliste, du social-démocrate macédonien Zoran Zaev. L’inquiétude européenne face à l’influence russe dans la région a aussi été déterminante selon les analystes.

L’accord lève également le verrou grec à l’entrée de Skopje dans l’UE et l’OTAN. Côté macédonien, il doit encore être ratifié par le Parlement, approuvé par référendum et acté par une révision constitutionnelle. Il sera ensuite soumis à la ratification du parlement grec. Skopje espère obtenir une date pour ouvrir ses pourparlers d’adhésion à l’UE lors d’un sommet européen fin juin et une invitation à rejoindre l’OTAN à la mi-juillet.

Voir aussi, sur E&R :

Mettre l’actualité en perspective avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Une belle équipe de traîtres au service des banquiers américains. Les enveloppes perçues ont dû être d’importance.


  • Quelle chance pour les macédoniens, en choisissant le package UE - OTAN ils auront d’un coup les bases US, l’obligation de participer aux frais de l’OTAN, l’austérité et les migrants.

     

  • La Macédoine, tout comme l’Albanie, le Kosovo et le Monténégro, n’a qu’un seul intérêt aux yeux des Atlantistes : leur permettre d’encercler la Serbie de "pays" soumis aux Atlantistes et la contraindre à faire de même en s’éloignant de sa patrie soeur : La Russie, orthodoxe comme elle.
    Les dirigeants Serbes sont assez lucides pour le comprendre et leur population assez mature politiquement pour savoir le "bien" que leur veulent ces mêmes Atlantistes.

     

    • La Serbie à nommé un premier ministre lesbienne l’an passé avec en prime une demande d’adhésion à l’UE dès 2009...
      Si l’Union Européenne le voudrait elle pourrait faire de le Serbie un membre dès demain.


    • #1987623

      Effectivement c’est à craindre pour la Serbie : ses dirigeants auront-ils la force de résister aux pressions Atlantistes et au chantage économique encore longtemps ? Il faut que la Serbie tienne, car si elle tombe c’est tous les Balkans qui tomberont aux mains de l’Empire... Après, reste encore le peuple, qui a résisté aux nazis puis aux Bosno-Croates, mais se dresser contre l’OTAN c’est une autre histoire...


    • Le probleme de la Serbie est que ses dirigeants actuels etaient profondemment nationalistes. Depuis qu ils sont au pouvoir , ils essayent de jongler entre les russes et les atlantistes. Ils veulent etre "ami" avec tout le monde. Mais la realpolitque ne leur permettra pas. La premiere ministre lesbienne est sortie de nulle part et a ete placée pour faire plaisir aux atlantistes et leur "demontrer " le progressisme du gouvernement. La Serbie va meme participer a des manoeuvres avec son ennemi otanesque. Ce meme gouvernement de l autre coté travail avec les russes (armement, bases militaires, aucunes sanctions vis a vis de la Russie, aucune barriere douaniere avec Moscou...) . Moscou offre beaucoup plus que les atlantistes (comme d hab) , car ces derniers souhaitent uniquement une soumission et non un partenariat comme le desirent les russes. Mais reste une realité implacable : 90% de la population serbe est pro russe , une majorité importante anti-atlantiste, anti-europeenne.


    • @Karadjordjevic, sous Tito la place forte de la Yougoslavie de l’époque était déjà la Serbie et, si les Atlantistes avaient armé les Bosniaques en flattant leurs vélléités d’autonomie, c’était déjà pour affaiblir ce qu’il resterait de pro-Russe dans les Balkans, la fraternité entre Russes et Serbes. L’arrivée d’une ministre lesbienne comme la "candidature" à l’UE participent effectivement d’un calcul politique et d’une recherche d’équilibre entre la réalité d’un encerclement de puissances ennemies soumises à l’Atlantisme et la necessité absolue de rester proche de la Russie qui a besoin d’une Serbie forte.
      Quand les choses deviennent sérieuses, la dernière fois en 2017, les dirigeants Serbes savent taper du poing et dire non, exemple, ils ont pu refuser d’adhérer à l’Otan et, la population garde encore le souvenir des bombardements de l’Otan dans les années 90, c’est cette rancoeur vis à vis de l’Otan qui renforce le sentiment national. La population Bosniaque, elle, peut effectivement être sensible aux discours Bhlisant comme celle de la Macédoine et, plus que les autres celle du Kosovo et de l’Albanie


  • Encore un pays dont la population sera martyrisée.

     

  • Ces ex-macédoniens, adhérant à l’OTAN et l’UE, vont quand même et au final, se faire ... voir chez les Grecs disons...


  • Comme quoi, Asselineau avait encore une fois raison, l’OTAN et l’UE sont les deux faces d’une même pièce, car avant d’entrer dans l’UE, un pays entre toujours dans l’OTAN.
    L’UE est bel et bien une construction américaine dont les buts sont d’asservir l’Europe et d’encercler la Russie avec un territoire identique pour l’UE et l’OTAN


  • la mayonnaise ne va pas prendre avec la macédoine !!! OTAN on emporte le vent !!! ce Nouvel-Ordre-Immondialiste est véritablement-machiavéliquement-Diabolique !!!


  • En fait

    La Macédoine est grecque et restera grecque quoi qu’en dise le bolchévique sans cravate Tsipras qui n’a pas de coui... et qui ne sait pas résister aux pressions des américains,allemands et technocrates européens.

    Il faut savoir que 90 % des grecs sont contre cet accord.
    Il y a eu trois manifestations monstres ces derniers mois une à Thessalonique avec plus de 500 000 personnes une à Athènes avec près de 1000 000 de personnes et une dans 24 villes de Macédoine ( la vraie en Grèce).

    Le traitre Tsipras a bien évidemment évité d’écouter le peuple car il n’arrive pas à désobéir à ses maîtres oligarchiques.

    Pendant 6 mois le gros stalinien Kotzias qui a étudié en Allemagne de l’Est a fait de la diplomatie secrète avec son homologue de Skopje.

    Le duo était monitoré de près par le juif américain Matthew Nimitz qui est membre de la CENTER FOR DEMOCRACY AND RECONCILIATION IN SOUTHEAST EUROPE à Thessalonique et qui a dans ses donnateurs la NED (proche de la CIA) ainsi que l’Open Society de Soros.

    Il y a une deuxième connection avec l’univers de SOROS puisque jusqu’en 2017 il faisait partie du conseil d’administration de la Central European University basé à Budapest et qui est un joujou de Soros. Sur le site de l’université dans la section board of Trustees on y voit une jolie photo avec Soros et ses sbires.

    En deux mots Tsipras et Zaev étaient monitoré par Nimitz lui même proche de Soros et indirectement aussi de la NED.

    Donc une fois que l’accord secret a été conclut Tsipras a voulu le faire passer en douce sans que le peuple grec en soit informer.
    Ainsi ni le parlement grec ni personne d’autres à l’exception des copains de Soros ne savaient ce qui il y avait dans l’accord.

    Le gouvernement grec dont le partenaire de droite était contre l’accord n’avait pas pu donner procuration pour signer l’accord final.

    Il a fallu que le parti d’opposition de centre droit fasse une mention de censure au parlement pour qu’enfin les grecs sachent ce qu’avaient comploter contre eux les pantins de Soros et des américains.

    La ligne nationale avait été de ne pas reconnaitre le nom de Macédoine au voisin du Nord qui veut s’approprier 3000 d’histoire . Ils peuvent s’appeler comme ils veulent mais pas Macédoine puisqu’ils sont ethniquement Bulgares à près de 70 % avec une forte minorité albanaise.

    Comme ils n’ont pas vraiment d’histoire, ils volent celle de Grèce et aujourd’hui Tsipras le leur a permis ...

     

  • Prochaine etape- euro region macedoine du nord- macedoine du sud (grec) ??
    Tsipras... quel enf****


  • Je suis triste pour les macédoniens.


  • euro-régionalisme.

    comment sera rebaptisée la France ?

     

  • Un gros tiers de la "Macédoine du nord" faisait partie de la Macédoine de l’antiquité . La preuve par les fouilles archéologiques .


  • Suite.

    Par ailleurs nous assistons ici à une tentative manifeste ( même si elle est masquée) de l’Europe technocratique de vouloir annihiler les Etats Nations,viia le dépeçage des pays avec l’unification des régions frontalières ou comme ici une région hybride inventée de toute pièce durant le règne du Bolchévique Tito.

    Federica Mogherini la haute représentante des affaires étrangères est venu comme un éclair dans ce bled perdu au fin fond de la Grèce Balkanique pour participer à cette mise à mort "symbolique" de la Macédoine grecque.

    Federica qui comme Tsipras et Kotzias sont communistes depuis leur jeunesse ... Federica a quité ensuite le parti pour aller chez les socialos.

    C’est marrant comme ces communistes contre le grand capital (et mon cul sur la commode ) comme dirait Dieudo se rassemblent pour servir in fine l’internationalisme des oligarques ?.... et le sans frontièrisme afin de livrer les peuples aux oligarques. Comme Soros ?

    Est-ce un hasard si cet accord torchon a été signé le jour de l’anniversaire de Nimitz copain de l’oligarque Soros ?

    Pierre Hillard a malheureusement raison quand il parle du dépeçage en régions de l’Europe.J’ai acheté son livre et ce qui y est dit est très proche de ce qui se passe actuellement.

    Pour finir il est intéressant de voir le langage corporelle(body language) de Federica et le stalinien Kotzias (ministre affaires étrangères grec ) qui a préparré cet accord. On dirait qu’elle lui dit avec son doigt fait attention car je vais ressortir certains dossiers ....

    https://cyprus-mail.com/wp-content/...

    Alors que Federica devant le président d’un plus petit pays qu’est l’Albanie semble être plus soumise ...

    C’est à se demander si Rama ne possède pas des infos sur elle.

    https://tvnewsroom.consilium.europa...


  • La Macedoine est dans une situation extremement delicate. Il en va de son existence. La minorit‘e albanaise dans lkes 20 ou 30 ans a venir sera majoritaire demographiquement. Par peur du secessionisme ou du phagocytage albanais , le pouvoir macedonien actuel souhaite acceder le plus rapidement possible au sein des instances atlantistes pour s octroyer une forme de protection sachant que les atlantistes encouragent le nationalisme et l‘ expansionisme albanais. De toutes facons, la Macedoine est perdante a long terme. Les Balkans demeurent une poudriere qui peu exploser a tout moment : La Bosnie est constituée de 3 entités qui ne se supportent pas. La Republique Serbe de Bosnie annonce depuis longtemps un referundum pour son independance puis son rattachement a la Serbie mere. Quelle sera la reaction des musulmans bosniaques , surement pas pacifique. Il y le probleme du Kosovo non reconnu par la Serbie car arrachée militairement par l OTAN. Et le probleme macedonien avec les tensions macedo-albanaises.

     

  • Hollande avait proposé la Macédonie


Commentaires suivants