Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

La Suède, pionnière des droits des transgenres, fait un pas en arrière

Enfin !

En Suède, depuis 1972, des milliers d’adultes, puis d’adolescents, ont changé de sexe. La dysphorie de genre – une maladie psychiatrique – survient parfois chez l’enfant et, de manière quasi-systématique, disparaît en fin d’adolescence. Mais c’était sans compter sur la propagande LGBT et les associations (sans compter les prédateurs) qui entretiennent une pathologie psychologique transitoire jusqu’à pousser ces enfants ou jeunes adultes au changement de sexe, c’est à dire à une mutilation définitive et irréversible.

 

Pris dans la tourmente délirante LGBT qui s’abat sur le monde depuis quelques décennies et va en s’accélérant, la très libérale Suède a vu, de 2009 à 2018, le nombre de jeunes entre 13 et 17 ans souhaitant changer de sexe augmenter de 1500 % ! En 2001, c’est 12 personnes de moins de 25 ans qui changèrent de sexe ; en 2018, c’est désormais 1 859 ! Dont un nombre de plus en plus élevé de filles de 13 à 17 ans voulant devenir des garçons.

De phénomène rarissime, touchant quelques individus dès la petite enfance, la dysphorie de genre est devenue une pathologie de masse, apparaissant avec l’adolescence. Prétexter la simple libération de la parole est encore une explication militante, car l’on sait le rôle majeur joué par l’Internet dans la création et l’alimentation de telles lubies dans la psychologie fragile d’un préadolescent. De même que sur leur sexualité et certaines pratiques, comme la quasi systématique épilation pubienne chez les jeunes filles et, désormais, les femmes.

Pour raconter ce qui est arrivé à sa fille, Asa préfère montrer l’album où elle l’a prise en photo, chaque mois, à partir de ses 14 ans. « Voilà l’époque où Johanna s’est mise à couper ses cheveux très court, à mettre un bandage de poitrine pour l’aplatir », commence-t-elle. Les clichés se succèdent, le sourire disparaît, le visage s’émacie : « Elle est tombée malade, l’anorexie. À l’hôpital, j’ai remarqué qu’elle suivait des comptes transgenres sur les réseaux sociaux. Elle m’a annoncé qu’elle souffrait de dysphorie de genre, qu’elle ne supportait plus son corps… Elle a décidé de devenir Kasper, un garçon. »

Son visage alors apparaît plus affirmé, cheveux teints, air viril. Et puis, à 19 ans, Johanna réapparaît en fille, lueur énigmatique dans le regard : « C’est un voyage qui a duré deux longues années, s’émeut Asa. Ma fille a changé de genre, d’identité, mais elle a ensuite eu l’immense courage d’avouer son erreur. Je suis très fière d’elle. » (Le Figaro)

Mais les excès se faisant en général rattraper par le réel, les zélés suédois se sont faits doubler par leurs propres outrances. Depuis mars 2021, le plus prestigieux hôpital de Suède et l’un des plus grands, l’hôpital Karolinska de Stockholm, a décidé de revoir son protocole et de ne plus donner d’hormones aux mineurs. Enfin !, a-t-on envie de dire, après des décennies d’un activisme ayant perdu la raison.

Selon plusieurs études, les preuves de l’efficacité de ces traitements ne seraient pas suffisantes. Pire, les traitements hormonaux sont également très gravement suspectés de favoriser un certain nombre de pathologies comme des maladies cardiovasculaires ou des cancers. Brusquer un corps, le contraindre à devenir l’exact inverse du sexe assigné par le code génétique, ne peut être que néfaste et contraire à la bonne physiologie du corps humain. Si la tête ne suit pas le corps, c’est à la tête de se soigner.

Bien sûr, la communauté transgenre s’élève contre cette mesure, et espère peser de tout son nuisible poids. RFSL Ungdomar, association suédoise LGBTQ qui s’adresse aux jeunes, a qualifié cette décision de « retour en arrière ». Ann-Christine Ruuth, présidente de Transammans, s’inquiète devant le désespoir de nombreuses familles qui « voient leurs enfants souffrir et [qui] savent qu’elles n’auront pas de traitement » avant la majorité de leur enfant.

On comprend ici toute la clairvoyance de Vladimir Poutine qui avait soutenu la loi proposée par le député Elena Borissovna Mizoulina. L’interdiction législative de la propagande homosexuelle en Russie auprès des mineurs (ou loi fédérale no 135-ФЗ), est un texte de loi ratifié par le président Vladimir Poutine le 30 juin 2013. Elle modifie l’article 5 de la loi fédérale relative à la « protection des enfants contre les informations nuisibles à leur santé et à leur développement » et certains actes législatifs de Russie. Cette loi vise ainsi à « protéger les enfants contre les informations qui favorisent le déni des valeurs traditionnelles de la famille ». Ура ! Ура ! Ура !

 

 


 

Une fois encore, nous ne saurions trop vous recommander le visionnage de ce documentaire de la BBC de 2017 qui pointe – avec une objectivité assez rare et étonnante – les dérives de l’idéologie transgenre face aux enfants dysphoriques (simple psychopathologie transitoire qui disparaît à l’adolescence dans la quasi-totalité des cas) :

Les délires transgenres, sur E&R :

 






Alerter

42 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2746334

    Moi, la question que je me pose, c’est la dépendance aux médicaments et aux médecins que l’on créé avec ce genre de procédures. Un opéré est-il condamné à gober des hormones à vie ? Son sexe charcuté ne demande-t-il pas une attention particulière ? Dans un contexte de fin de civilisation où tout s’effondrera peut-être prochainement, n’est-il pas curieux de baser se rendre dépendant. Je ne parle même pas de la possibilité (plus optimiste ?) que les soins deviennent un jour hors de prix, du doliprane au traitement anti-cancer, à l’américaine.

     

    Répondre à ce message

  • c’est super bizarre qu’en suede ce soit des filles qui veulent devenir des garcons. A priori les transgenres c’est plus des mecs qui veulent devenir des femmes. Cette derniere transformation est plus "acceptable" pour une societe puisqu’elle ne perd pas de " ventres" pour procreer les generations suivantes. C’est peut etre ce probleme qui est a l’origine du retour en arriere de la societe suedoise : une societe veillissante en declin demographique ne peut pas se permettre de voir des jeunes femmes fertiles se transformer en homme sterile ...
    C’est ce probleme de renouvellement des generations qui va egalement terminer le mouvement feministes dans les societes occidentales : les gains de droit obtenus par les femmes ne se transformant plus en augmentation du taux de fecondite,les hommes ne vont plus accepter de ceder et de se sacrifier .

     

    Répondre à ce message

    • #2746499

      C est pas ce que dit l article. Au contraire même, il y a plus d hommes qui veulent devenir une femme et justement on s étonne de voir maintenant de plus en plus de filles voulant devenir un garçon.

       
    • "c’est super bizarre qu’en suede ce soit des filles qui veulent devenir des garcons"

      Pas si étrange. Le féminisme et l’idéologie égalitariste ne produisent pas une égalité de l’homme et de la femme mais une égalisation de la femme à l’homme.

      Il y a deux sphères distinctes. Les femmes ne supportant pas l’inégalité entre elles (Alice Coffin en est un bel exemple), agonisant de jalousie pour les plus belles, les plus séduisantes, torturées par la beauté des femmes désirables et désirées. Les femmes dans leur rapport aux hommes, et là, aucune imagination, la "libération" de la femme a consisté pour elles à s’égaliser aux hommes, à devenir des hommes, purement et simplement.

      Il est plus facile de s’habiller en homme que de devenir une très belle femme...

      Mais une fois devenue un homme, la femme transgenre découvre que la rivalité fait aussi rage entre les hommes et qu’en plus les hommes doivent subir la pression féministe en permanence... tout ça pour ça...

       
    • #2746687
      Le 16 juin à 20:11 par Roland de Roncevaux
      La Suède, pionnière des droits des transgenres, fait un pas en (...)

      en effet, l’hiver démographique risque de changer la donne "sociétaliste"... la Chine commence à essayer de relancer sa natalité, la Russie aussi... même l’Italie de Mario Draghi s’y met... même la France de Macron (rapport Bayrou) commence à poser la question de la natalité qui ne peut pas être uniquement le fait de l’immigration...

      Par ailleurs, le vieillissement n’est pas étranger à la stagnation économique... les vieux produisent et consomment moins que les actifs... le mythe de "l’or gris" est à relativiser (même si il existe en effet un marché de la dépendance, il ne compense en rien la compression systémique après 55 ans).

      Par ailleurs, l’importation de population comme de boîtes à chaussures commence aussi à révéler ses problèmes (en termes de cohésion et en terme de performance)... les humains ne sont pas des choses, et on ne déplace ni ne mélange les populations impunément... et la société est plus qu’une addition d’individus.

      Les états commencent à se rendre compte que cette logique a une limite. Alors à suivre... en tous cas, ça va devenir un sujet.

       
  • #2746366

    Ils avancent et ils reculent ...

     

    Répondre à ce message

  • #2746369
    Le 16 juin à 09:29 par Boeing B-29 Superfortress
    La Suède, pionnière des droits des transgenres, fait un pas en (...)

    je suis un B.29 Superfortress

    j’ai été assigné homme a ma naissance contre mon gres.

    par la société.

    ne contrevenez pas a ma liberté de voler a 27 000 pieds en bombardant tokyo.

     

    Répondre à ce message

  • il est essentiel que les conservateurs produisent leur propre discours sur les minorités sexuelles ou raciales, afin de ne pas laisser le magistère de la parole dans ce domaine aux mondialistes.

    Concernant l’homosexualité, on sait que la majorité des homos sont à l’extrême-droite. C’est donc un peu débile de laisser le LGBT officiel parler à leur place. Mais il faut aussi que les conservateurs soient capables d’édicter un discours plus évolué que l’homophobie bête et méchante... d’ailleurs, je rappelle que l’homophobie bête et méchante nous est venue par les religions abrahamiques, alors que les sociétés traditionnelles avaient un autre mode de gestion de la chose.

    Et de même pour les questions raciales.

     

    Répondre à ce message

  • Les humains OGM, une hérésie idéologique, une faute biologique, une mise en pratique hystérique..

     

    Répondre à ce message

  • J’ai lu aussi cet article du Figaro (comme quoi il leur arrive de faire des articles de fond) ; la Suède c’est sidérant de connerie ! Vous me direz qu’en France on prend le chemin, mais quand même.... Personne ne s’est opposé à l’époque (1972 quoi !) à ces foutaises là bas ? Ou l’opposition a été neutralisé ? Vraiment ca m’interpelle....

     

    Répondre à ce message

    • Les pays nordiques sont les plus athées d’occident, ceci pourrait expliquer cela

       
    • #2747828
      Le 18 juin à 14:51 par Vous pouvez répéter la question ?
      La Suède, pionnière des droits des transgenres, fait un pas en (...)

      Marcus
      Oui les pays qui tiennent encore un peu, sont les pays les plus chrétiens
      Ou la chrétienté, tient encore un tout petit peu
      Pologne Espagne Portugal Italie encore un peu la France
      Mais dès que la foi disparaît totalement, on se retrouve avec le vide que comble mode, consumérisme, matérialisme, porno, drogue, fric, sexe, violence, etc...
      Sans sacré, sans spiritualité, tout se perd
      Et tout est en train de s’éteindre un peu partout

       
  • Voilà toute une nation qui marche au gré des humeurs d’enfants et d’adolescents qui changent d’avis comme de chaussettes et qui tapent des pieds et des poings pour un rien.
    Et tous ces sauts d’humeur sont exploités, parfois déclenchés, par des malades de la course au fric, des profiteurs sans scrupule, qui iront jusqu’à s’inventer un scrupule (droits des transgenres...), pour empocher le flouze.
    Corrompre toute une nation est le dernier de leurs sous-ci.

     

    Répondre à ce message

  • #2746865

    Est ce que, enfin, le voile se lèverait pour que l’on puisse découvrir la vérité tout nue, une vérité bien moche et triste...

    Les salauds fanatiques LGBTQ gaystapo et autres affidés de la folie déshumanisée sont des gens qui mériteraient l’enfermement définitif dans un établissement psychiatrique !

    Je parle de ceux qui mettent en oeuvre ce véritable fascisme arc en ciel, je mets à part les malheureux simples militants qui sont trompés et abusés.

     

    Répondre à ce message

  • - Hongrie  : le Parlement adopte une loi interdisant la « promotion » de l’homosexualité auprès des mineurs.

    - La Cour suprême des Etats-Unis a donné raison jeudi à un organisme catholique qui refusait de placer des enfants dans des familles homosexuelles. La haute cour a jugé à l’unanimité que la ville de Philadelphie, gérée par des Démocrates, avait eu tort de rompre, en 2018, un contrat qui la liait à un de ses prestataires en matière d’aide à l’enfance, l’agence Catholic Social Services (CSS). La décision est en ligne ici.
    La mairie avait décidé de ne plus lui confier d’enfants parce qu’un de ses responsables avait déclaré qu’elle refuserait de placer des mineurs dans des foyers de couple de même sexe. Ainsi, la Cour a montré que la liberté religieuse est plus importante que le principe de non-discrimination, avancé par les LGBT.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents