Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La croissance aux États-Unis et en Chine

Olivier Delamarche sur BFM Business, le 16 février 2014

La forte surévaluation des marchés financiers et les impacts de l’excès d’endettement sur la croissance mondiale :

 

Croissance en zone euro et les chiffres en trompe-l’œil aux États-Unis et en Chine :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1121283

    Taux de croissance actuel aux USA : 5%, comme aux beaux jours des Trente Glorieuses . Taux de chômage : 5%, c’est à dire quasiment le plein emploi . Ce n’est pas comme des crapauds que nous devrions baver, c’est d’envie .

     

    • #1121387
      le 17/02/2015 par Comprendre le pire
      La croissance aux États-Unis et en Chine

      Le plein emploi c’est plutôt autour de 0,8%, 0,5%.


    • #1121400

      Si vous n’avez toujours pas compris les " trafficotages " des chiffres du chômage depuis que tout cela est dénoncé.. je ne peux rien pour vous : p


    • #1121635

      Envie de quoi ? 50 millions d’américains sont à la soupe populaire et 1 enfant sur 30 est sdf au Etats-Unis.


    • #1121656

      @ lili.
      Essaie de faire coller le prétendu plein emploi des USA avec le record inégalé dans leur histoire de personnes qui s’y nourrissent désormais grâce aux seuls bons fédéraux d’alimentation et avec le record de familles SDF.
      Un peu de sens critique voyons...


    • #1122392
      le 18/02/2015 par Nicolas Tesla
      La croissance aux États-Unis et en Chine

      Il faut ramener le taux de chômage a la population active qui est au plus bas depuis des décennies.



      Sur une chaine économique Française deux économistes arguent sur l’emploi aux US.
      L’un d’eux demande : Sur une population P de 100, qui a le plus de personnes employées ?
      A) Une population active de 80% et 10% de chômage.
      B) Une population active de 60% et 5% de chômage. (plein emploi).

      Indice : la population inactive peut être vue comme une forme de chômage mais ne rentre pas dans les statistiques officielles.

      Vous avez une heure, vous ferez passer vos copies par devant.
      NT.



    • #1122912
      le 19/02/2015 par Docteur Prolo
      La croissance aux États-Unis et en Chine

      Camarades et amis,
      Je pense que Lili faisait de l’ ironie tout simplement.... ;-)


    • #1128401

      Je suis américain et je puis vous assurer que, comme en France, les chiffres sont complètement truqués. Les USA sont proche d’un taux de chômage de 25% (il y a beaucoup moins d’aides sociaux là bas et 15% des chômeurs ne sont comptabilisés nulle part). Nous sommes tous au bord d’une crise financière majeur bien pire que 1929. Celle de 2008 a été sauvé par l’argent public qui a renfloué les banques, comme on le sait tous. Ce ne sera pas le cas la prochaine fois avec notre argent qui fait désormais parti du capital structurelle des banques depuis l’accord signé au dernier G20 en Australie. Plus de prêt, plus de dettes mais tout va bien ????????? Regardez autour de vous, Detroit est en faillite, 75% des pièces d’un avion Boeing sont importés aux USA, nos usines ferment partout, nous connaissons tous des gens au chômage.

      Vous inquiétez pas, ils ne pourront plus jouer longtemps avec les chiffres tant la réalité devient de plus en plus dur.
      Ce qui est sûr, c’est que le réveil va être brutal.

      Seul les plans QE nous maintiennent à flot en nous enfonçons encore plus la tête sous les dettes.

      La troisième guerre mondial a commencé entre les pays du BRICS (Russie, Chine, Taïwan, Arabie Saoudite, et tous les pays de l’amérique du sud qui viennent de les rejoindre qui ne font plus d’échanges en US dollars) et les USA, Pour l’instant elle est financière, pour l’instant...affaire à suivre en Ukraine, qui n’est que la face visible de l’iceberg.

      Renseignez vous sur FATCA, ses conséquences sur les américains vivant à l’étranger et les conséquences désastreuses sur l’économie américaine (des entreprises comme Burger King, Medtronics ou Apple sont en train de déménager leur siège social EN DEHORS DES ETATS UNIES).

      FATCA est la preuve que les USA sont au bord de la faillite, ils raclent les fonds de tiroir pour ce maintenir à flot.

      J’ai appris tout ça sur les 6 derniers mois parce que, étant de nationalité américaine, j’ai reçu une lettre FATCA de ma banque ici en France ou je vie et travaille depuis 1975.

      Je suis en train de faire ma demande de nationalité Française pour ensuite abandonné ma nationalité américaine. L’heure est grave.

      J’ai honte d’être américain.

      Vive la France


  • #1122131

    c’est de plus en plus chaud etre ces deux la !!

    je trouve ca étonnant d’ailleurs qu’olivier delamarche passe encore a bfm wc


  • #1123233

    Un commentaire qui n’est pas directement en rapport avec cette intervention de Mr. Delamarche, et deux questions.

    Qu’elle soit sous forme de ’billets de banque’ ou de décomptes bancaires une monnaie reste une monnaie et vaut comme telle. Imprimer des billets de banque dans une quantité qui correspond à la croissance d’un PIB est normal et ramène à niveau, ce que ’vaut’ l’endroit où ils sont imprimés. La question est : est-ce que les banques qui reçoivent de la monnaie physique sur la nouvelle impression QE (essentiellement pour répondre à la demande de leurs clients quand ils réclament des espèces) la décomptent de leur bilan comptable ? la seconde question est : est-ce que les QE excèdent les augmentations de PIB. Parce que si c’est le cas un QE équivaut à une dévaluation pure et simple...ce qui engendre mécaniquement l’inflation. Soulignons également qu’une banque vit des prêts qu’elle consent et qu’elle est propriétaire du bien acquis de cette façon jusqu’à remboursement, ce qui équilibre toujours ses comptes. (sauf si la valeur du bien s’effondre)