Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La grande peur des classes moyennes

Comment faire face à la pauvreté

On le sait tous : la crise touche toujours les plus fragiles. Il y a des dizaines de milliers de clochards, SDF ou sans-abri en France. Les structures d’accueil arrivent tant bien que mal à canaliser ces désocialisés. Au-dessus, il y a la classe des Français pauvres : jusqu’à présent, ils tenaient avec un emploi pour deux, ou des aides sociales.

 

Les femmes sont les plus touchées : mères célibataires ou épouses quittées, elles font face avec abnégation, pour nourrir les enfants et les envoyer décemment à l’école. Il s’agit d’un tour de force. Le chômage guette, mais n’est pas une fatalité : les Français réagissent avec courage et opportunisme. Tout est bon à prendre. Un directeur de restaurant redevient simple barman, le temps de... retrouver un poste à sa mesure, un intermittent comble les trous avec des revenus complémentaires, on achète des produits moins chers, on part moins en vacances, on calcule les dépenses. On sait tous cela.

La question est : est-ce la faute de la mondialisation, lointaine et anonyme, une évolution inéluctable, ou peut-on faire quelque chose politiquement contre ça ?

La question, nous nous la posons chaque jour sur E&R, parce que nous venons pour la plupart d’en bas, de la France d’en bas. Des classes moyennes. Nous ne convoquerons pas ici les sempiternels chiffres de l’INSEE et autres études statistiques qui en arrivent aux mêmes conclusions : ça devient plus dur pour tout le monde, ou presque.
Bien sûr, on pourrait écrire que 10% des Français possèdent 60% de la richesse nationale, mais il n’est pas sûr qu’une révolution bolchevique remette tout ça à niveau. On connaît l’Histoire.

Alors, que faire ? D’abord, résister, changer nos modes de consommation, sur la base d’une pauvreté, très relative (nous ne sommes pas en Inde), mais acceptée. Car des penseurs, indiens et iraniens, ont déjà théorisé la chose. Une pauvreté régulée est la solution à long terme pour l’humanité. Cela ne veut pas dire qu’il faille abandonner brutalement les vacances au Caraïbes et le foie gras, mais qu’on peut prendre conscience de ces changements, les intégrer, et développer un nouveau mode d’existence. Moins basé sur la consommation non nécessaire (là aussi, les purs écologistes le disent depuis les années 1970), avec une solidarité nouvelle entre tous.

 

Solidarité, la variable d’ajustement

C’est là que le nouveau développement est possible : pas un développement de la consommation, pour amener de l’eau à un système quelque peu pervers, qui se retourne désormais contre les gens, Moloch qui les dévore et les recrache, mais de la solidarité. Des repas en commun dans un immeuble, ou une rue, des achats communs, des prêts entre voisins (les familles sur plusieurs générations faisant déjà office de tampon à la crise), etc., ces choses qui viendront toutes seules. Une cohabitation forcée dans laquelle on devra évidemment partager, mais être moins égoïste.
Ce n’est pas de l’utopie, c’est du pragmatisme.
Même si on n’ignore pas que les dominants comptent sur cette solidarité forcée, afin de ne pas changer le système, qui leur profite. Cependant, qu’ils ne crient pas victoire : cette nouvelle organisation sociale risque de faire dégringoler (doucement, mais sûrement) les derniers étages de la pyramide...

Il est agréable d’avoir de l’argent, pas de problèmes matériels, et pas de contacts avec ses voisins ou son prochain en difficulté. Mais il faut admettre que l’abondance capitaliste a coupé les relations entre les gens. Il est possible que le post-capitalisme les remette au goût du jour. Il ne faut pas avoir peur de la pauvreté, cet épouvantail préféré du libéralisme : c’est juste une autre façon de vivre, et de vivre ensemble. Pas ce vivre-ensemble à la sauce pseudo-socialiste du jour, mais un mode d’organisation horizontal qui pose une nouvelle politique. Celle où les hommes politiques du système d’aujourd’hui ne servent plus à rien.

  Episode 1 :

 

Episode 2 :

 

Episode 3 :

Pauvreté, capitalisme et politique, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

59 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1355230
    le 27/12/2015 par lloll
    La grande peur des classes moyennes

    "que 10% des Français possèdent 60% de la richesse nationale"

    +une grande part de la richesse en france n’est plus nationale

    +avec un 1929 les 60% de la richesse nationale dont vous parlez valent instantanément 6%


  • #1355236
    le 27/12/2015 par timpo
    La grande peur des classes moyennes

    Entièrement d’accord avec l’article d’E&R . Mais quand les gens ont peur, la"solidarité" n’est pas leur priorité... C’est une question d’échelons dans les deux sens. Je le vois très bien dans ma propre famille, étant au r.s.a. je n’intéresse plus personne, comme si c’était contagieux... La peur à tous les échelons... On a vite fait de compter les personnes qui vous aiment pour vos qualités et non votre "situation".

     

    • #1355326
      le 27/12/2015 par Gcondor
      La grande peur des classes moyennes

      Tout à fait vrai ce que vous dites !!! meme dans la famille ! Et si en plus on pense différement là c’est le bouquet !!


  • #1355245

    "Cela ne veut pas dire qu’il faille abandonner brutalement les vacances au Caraïbes et le foie gras"
    Ça ne sera pas "brutal" pour grand monde d’abandonner de simples rêves...


  • #1355272

    ECONOMIE FRATERNELLE. C’est cela qu’il faut remettre a l’ordre du jour. Cela a deja existe au XX-eme siecle.


  • #1355288
    le 27/12/2015 par Ridouche
    La grande peur des classes moyennes

    Ce sont de braves gens ; travailleurs, courageux et intègres.

    Il faut qu’ils prennent consciences que le modèle socio-économique de notre époque n’est plus adapté pour NOUS (travailleurs, courageux et intègres). Ce monde est fait pour les financiers, les rentiers et les parasites (Pardon pour le pléonasme).

    Je souhaite apporter ma pierre à l’édifice contre ce monde démoniaque, et aider ceux qui sont dans la survie.

    1- Comment se chauffer et produire de l’ECS gratuitement : Vous trouverez sur le web plusieurs fabricants de POELE A BOIS AVEC BOUILLEUR. ça coûte 1000 euros (Que vous conserverez à vie). Ce poêle permet de chauffer le volume où il est positionné et de produire de l’eau chaude (Radiateurs & ballon ECS), grâce au bouilleur. Il vous suffit de ramasser des bouts de bois ou branchages, et vous avez une consommation nulle en énergie. Pour une maison de 100 m² avec 4 personnes, le retour sur investissement en moins de 5 ans !!!.

    2- Pour ceux qu’ils souhaitent produire de l’eau chaude sanitaire via la chaleur du soleil en évitant de payer une fortune une installation solaire, il est possible de concevoir des panneaux solaires via le recyclage (le verre notamment). Vous trouverez sur le web des sites qui décrivent les étapes de la construction. Le coût de l’installation solaire est divisé par 4.

    3- Autonomie en consommation d’électricité via le photovoltaïque...

    4- Autonomie en eau via les eaux de pluie...

    5- Autonomie en nourriture Jardinage, potager, poulailler...

    6- Auto construction pour son habitation via le bois et l’huile de coude...

    7- Le troc !

    8- La région pour vivre bien et pas chère.

    J’esquisserais d’avantage les points 3,4,5,6,7 & 8, une fois ce message posté.

    Bon courage.

     

    • #1355323
      le 27/12/2015 par Gcondor
      La grande peur des classes moyennes

      Ils suffit pas de ramasser des bouts de bois comme vous dites, il faut une sacrée quantité pour chauffer correctemtent, si c’etait si simple ! et le bois on le trouve pas n’importe, ici on vous agresse si vous avez le malheur de ramasser du bois qui n’est pas à vous, j’en ai fait les frais....

      Le jardinage potager etc, il faut en avoir un, ou le louer, faut pas qu’il soit trop loin de son domicile...

      la région pour vivre bien et pas cher, faut-il deja pouvoir bouger d’ou on est... on risque aussi de perdre ces attaches, famille, amis etc....

      Si c’etait si simple de devenir presque autonome, beaucoup plus de gens le ferait, mais la réalité est toute autre, pour devenir autonome il faut d’abord des moyens, financiers d’une part, et d’autres paramètres rentrent en compte....


    • #1355328
      le 27/12/2015 par Jajadu84
      La grande peur des classes moyennes

      Bonsoir,
      Quel est le nom du site svp
      Merci


    • #1355358
      le 27/12/2015 par e. francois
      La grande peur des classes moyennes

      Bravo pour ce message , mais votre message concerne les gens qui ont encore quelques moyens de se retourner. Que faire pour l’immense majorité qui n’a plus les moyens de ces choix ?
      Viser l’autonomie est une démarche qu’il faut réaliser tres tot dans sa vie pour que l’on puisses en tirer les avantages. Pour les naufragers du quotidien le recours aux panneaux solaire , a l’auto construction et autres solutions reste un reve inaccessible.


    • #1355410
      le 27/12/2015 par Ridouche
      La grande peur des classes moyennes

      Réponse : Taper "autoconstruction d’un capteur solaire thermique" dans le moteur de recherche, ou voir le site http://www.passerelleco.info/articl...

      Réponse : la consommation d’énergie en chauffage (maison bien isolée) et ECS pour une famille de 4 personnes est de 70 kWh/m²/an. Soit pour une maison de 100 m², 7000 kWh. La chaleur contenue dans du bois moyen sec est 3.5 kWh/kg et une masse volumique moyenne de 600 kg/m3. Soit une quantité de bois par an de 2000 kg ou 3.33 m3 ou 4 stères.


    • #1355519
      le 27/12/2015 par Gcondor
      La grande peur des classes moyennes

      En ce moment j’en vois beaucoup parler de "modes de vies alternatifs", "d’autonomie" etc.... et je comprends, mais comprenez aussi que ce n’est pas accessible à tous, je dirais même que c’est accessible à peu de gens !

      Venez donc chez moi et aidez moi donc à devenir plus autonome car j’ai beau essayer depuis quelques années mais je n’y arrive pas, car je n’ai pas de moyens financier, pas d’aide extérieure, pas de biens ou très peu... Comment fait-on dans ce cas là, j’aimerais bien qu’on me trouve la solution car jusqu’a maintenant quiconque à put observer mes conditions de vie n’a réussit a me trouver une solution pour devenir enfin autonome en partie, ou me sortir de la galère....

      avec ou sans emploi, ma situation reste précaire, car un salaire de m.rd. , ne me permet jamais plus que de survivre....


  • #1355290
    le 27/12/2015 par truc
    La grande peur des classes moyennes

    revenir sur les plaisir simple de la vie, ne plus cherir les biens "materiels" et avoir foi en une religion , vous rendra plus heureux et moins jaloux de vos semblable pauvres ou voisin et ceci peu importe la couleur de peau ou leur religion


  • #1355310
    le 27/12/2015 par Aurélien
    La grande peur des classes moyennes

    Oui, la pauvreté n’est pas la misère. La différence entre les deux c’est la dignité. Rencontrer quelqu’un de pauvre et digne à la fois est souvent une grande leçon d’humanité.

     

    • #1355392
      le 27/12/2015 par L’ancêtre
      La grande peur des classes moyennes

      Bravo monsieur !


    • #1355533
      le 27/12/2015 par Marre d’être pauvre
      La grande peur des classes moyennes

      Oui, t’as raison, c’est super d’être pauvre. Mais ça ne te nourrit pas ou alors on ne parle pas de la même pauvreté..... Moi, je suis au RSA et je n’y arrive plus. Je suis obligé d’emprunter tous les mois ou je suis mort. Alors ton message est bien joli, mais pour moi, il n’a aucun sens .


  • #1355314

    J’ai quand même beaucoup de mal avec ces analyses qui reposent sur la disponibilité de biens manufacturés...

    Où commence le bien-être, à 2 sandwichs par jours, à 3 sandwichs + 1 bière, à 1 toit + 1 chauffage + 2 choucroutes + 1 télé + 1 douche par jour ? A 1 chambre d’hôtel + 1 MacDo + 1 Ferrari ? A 10 x nombre_de_sandwichs_du_voisin + sa_Porsche ? On n’en sort pas car cela fait longtemps qu’on a dépassé les besoins primaires de l’humanité !

    Le vrai calcul de la richesse matérielle par habitant n’est-il pas l’exact équivalent de la quantité d’énergie disponible par habitant ?
    Si l’on accepte cette définition, n’avons-nous pas déjà sur Terre, développé des moyens de production énergétiques suffisants pour rendre matériellement heureuse l’ensemble de l’humanité ?
    Et si la majorité de l’humanité est toujours matériellement pauvre alors qu’elle ne devrait plus l’être, c’est donc que certains volent l’énergie déjà suffisante pour tous, afin de jouir de la pauvreté des autres.

    La pauvreté endémique qui se développe est une conséquence pathologique de la présence de quelques cellules cancéreuses qui deviennent trop nombreuses, ou plutôt, trop puissantes. Cette présence pathologique est confirmée quand on voit que ces cellules se maintiennent systématiquement par le mensonge, qui n’est qu’un moyen de tromper notre système immunitaire et de créer un milieu propice à leur survie (c’est à dire, un milieu de consommation effrénée qui ne fait que les nourrir toujours plus).

    On sait ce qui arrive, dans un tel cas :
    - Soit le système immunitaire s’adapte, le corps extermine les cellules cancéreuses et survit.
    - Soit les cellules se développent de manière incontrôlable, provoquant la mort du corps et leur propre mort par la même occasion.

    Le problème, c’est qu’actuellement le rêve de beaucoup d’entre nous reste de devenir l’une de ces cellules cancéreuses, alors que l’avenir n’est certainement pas possible dans le cadre d’une richesse évaluée par rapport à la pauvreté de son voisin.

    Beaucoup râlent face à la présence de ces cellules, alors qu’elles sont tout simplement les plus efficaces pour se développer dans le milieu actuel. Souhaiter leur disparition pour pouvoir prendre leur place dans le milieu, voilà bien ce qui n’arrivera jamais. Seules des cellules encore plus efficaces ont une chance de les remplacer, avec des conséquences encore plus lourdes.

    C’est donc le milieu qu’il faut changer.

     

  • #1355329
    le 27/12/2015 par Ravenor
    La grande peur des classes moyennes

    Les femmes sont les plus touchées : mères célibataires ou épouses quittées



    Sachant que la plupart du temps c’est la femme qui quitte l’homme... alors faudrait arrêter de faire du féminisme à deux balles sur les salauds d’hommes qui engrosse et qui disparaisse ou les mari qui quitte la femme et les enfants pour refaire sa vie. Les femmes creusent souvent leurs propre tombe quand elle ne creuse pas celui de l’homme

     

    • #1355354
      le 27/12/2015 par Giustizia
      La grande peur des classes moyennes

      100 % vrai, et je suis une femme. On ne va pas refaire tout le débat du féminisme, mais souvent les femmes ne se contentent pas, quittent leur compagnon sans réfléchir ni faire d’introspection, pour se retrouver ensuite seule à tout gérer, frustrée, vieillissant très mal et culpabilisant autrui.


    • #1355368
      le 27/12/2015 par Gcondor
      La grande peur des classes moyennes

      """""""Sachant que la plupart du temps c’est la femme qui quitte l’homme... """"""

      Oui, mais pour quelles raisons quittent-elles l’homme ?? je suis un peu d’accord avec vous sur le fait, mais si elles quittent l’homme il y a des raisons aussi.... Je vous l’accorde cependant pour dire que certaines femmes ne sont jamais contentes !! Mais bon faut pas généraliser non plus, certes c’est effectivement la femme qui quitte l’homme le plus souvent, mais il y à des hommes pas bien aussi !


    • #1355511

      Très bien dit, d’autant plus que le "systeme social" encourage cela.
      Un couple en difficulté financière est moins bien soutenu qu’une femme seule avec ou sans enfant. Pour certaines le choix est vite fait.


    • #1355616
      le 28/12/2015 par TaophileGautier
      La grande peur des classes moyennes

      C’est le même hasard ( les séparations) que le fait de trouver une télé devant un canapé dans chaque maison,
      pour l’avoir vu tant de fois et l’ayant vécu moi-même combien d’entre nous ne savent pas ou sont nos enfants, ayant tout perdu avec l’aide de la justice française, condamné par une juge d’aller chercher les enfants alors que vous n’avez pas le permis auto.
      Comment rattraper en un week-end 15 jours d’une éducation catastrophique, quand vous voyez vos enfants devenir rien d’autres que des consommateurs.
      Tous les week-ends perdus a cause du foot,( les matchs tombant comme par hasard tous les week-ends du père ).Et que malgré votre droit de visite et votre autorité paternelle, personne
      ne vous a consulter pour cette inscription.
      Tous les anniversaires ou on n’a jamais reçu un seul appel, une seule carte, alors qu’on s’est privés pour ne jamais rater un des leurs.
      Les noels ou ont viens chercher les cadeaux et dix jours après on rapelle papa en disant qu’on veux plus venir.
      Souvent quand madame aime les côtelettes elle se marie avec le boucher.
      Combien sommes-nous d’hommes dans ce cas ?


  • #1355333

    Merci à ER pour vos articles de qualité qui aident à garder espoir et à s’informer contrairement à d’autres médias. J’ai découvert l’existence de l’association aux premières vagues de l’affaire Dieudonné, petit clin d’œil à Manu !

    J’ai rapidement commencé une mise en pratique des conclusions que m’inspirent vos enseignements ; ce n’est qu’un début mais certaines choses ont bien changées dans mon alimentation, mes achats, mes sorties... Vous m’avez appris a réaliser que nous pouvons chacun contester le régime actuel, et ceci simplement en s’abstenant de consommer la merde dont il nous abreuve. Je poursuivrait ma route vers un boycott maximal.

    Joyeuse nouvelle année 2016 à ER et à tous ses sympathisants !


  • #1355336
    le 27/12/2015 par Avémaria
    La grande peur des classes moyennes

    Des conseils à ces gens ; venez en Guyane, car ici tout travail est majoré, il ne fait pas froid les maisons même sommaires, on peut y vivre ; la jeune mère fe famille qui veut être prof, elle devrait envisager de venir ici, car les modalités sont plus faciles pour le devenir, et elle touchera un salaire plus important ; on est ici en recherche de professeurs car en manque ; qu’elle se renseigne le plus vite possible ; elle peut, tout en continuant ses études, déjà enseigner...
    Pour les autres c’est idem, ouvrir un restau c’est plus simple et avantageux dans cette DOM ; bien sûr tout n’est pas rose, mais bon...

     

    • #1355596

      Merci pour ce message, je suis dans un moment charnière de ma vie et j’envisage de quitter la métropole pour les dom tom. Pourriez vous décrire la Guyane avec plus de précision concernant tous les domaines de la vie quotidienne ? Merci


  • #1355346
    le 27/12/2015 par Eric
    La grande peur des classes moyennes

    "... ou peut-on faire quelque chose politiquement contre ça ?"

    Il faut appliquer les mesures socialistes que prône Réseau Salariat.

    Entretien de Bernard Friot de septembre 2015 : "Nous n’avons besoin ni d’employeurs, ni d’actionnaires pour produire" : http://www.reseau-salariat.info/159...


  • #1355371
    le 27/12/2015 par Casino
    La grande peur des classes moyennes

    Les lieux de promenades quotidiens des pauvres sont les supermarchés.
    Comparer les prix regulierement augmenté de quels dizaines de centimes...rien vu ni connu, avec leur système electronique etiqueté.

    Sans parler des reductions des articles qui ne sont souvent pas pris en compte une fois a la caisse. Un oubli qui arrange bien la trésorerie du supermarché. LE gerant n a pas besoin d embaucher quelqu un pour verifier les prix qui changent chaque semaine.

    Le client est en meme temps caissier car il passe lui meme ses articles, sans pour autant avoir de reduction dans ses achats alors qu il fait lui meme le travail du caissier fantome.
    Moins de caissier et plus de vigiles qui regardent avec un air suspicieux le client ordinaire
    potentiel voleur du magasin.

    Avant de mettre l ’argent dans votre porte feuille, REcompté devant le serveur, ou le caissier, avant qu il court vite se cacher... N hesitez pas de montrer du doigt votre argent qui manque. quand vous etes a Perpignan. Il arrive souvent qu un billet, une pièce manquante ...Inattention volontaire, bien sur...Prenez votre temps et recomptez devant lui. Sinon ce sera trop tard pour reclammez votre du.
    Les classes moyennes se volent aussi entre eux.


  • #1355376
    le 27/12/2015 par BirdMan
    La grande peur des classes moyennes

    La qualité des articles d’ E&R est tjs un régal.

    La vendeuse de journaux dans son kiosque résume tout : elle dénonce bien la fraude fiscale et la mécanique qui broie irrémédiablement les petits.

    Son bon sens sur : "mais enfin combien de maisons avec piscines veulent-ils les riches ?" est simple et juste.


  • #1355456
    le 27/12/2015 par jehan10
    La grande peur des classes moyennes

    Merci pour tous ces messages .... mais que peuvent faire les personnes âgées ?
    Celles qui se retrouvent seules ? Sans mari, sans compagnon, sans enfants....
    Quelqu’un a t-il des idées ? Des conseils ?
    Merci

     

  • #1355478
    le 27/12/2015 par la pince mon seigneur
    La grande peur des classes moyennes

    connais des gens à la retraite qui ont malheureusement un proche Alzheimer et comme ils sont proprio(z’ont bossé tte leur life pr payer la baraque), ils peuvent même pas se payer à bouffer car ils sont obligés de payer l’hosto 2000 euros par mois, truc de fou et là ça fonctionne bien les maisons de retraite !


  • #1355492
    le 27/12/2015 par Milouz
    La grande peur des classes moyennes

    J’ai eu la chance de faire durant deux ans un boulot qui m’a permis de voir ces gens de la "classe moyenne". Et le constat est le même à chaque fois, une gestion de l’argent et des priorités complètement absurde. La simple logique d’adapter son train de vie à ses revenus me dépasse totalement. Je gagnerais le double de ce que je gagne maintenant, je n’irais pas m’acheter une voiture 2x plus grosse, et/ou une maison 2x plus grosse. D’où vient ce délire ? J’ai de quoi me loger, me nourrir, et basta. Le reste, c’est du futile, de l’achat plaisir qu’on proportionne à ses revenus. Mais calculer au plus juste pour pouvoir s’offrir une plus grande maison, ou une plus grosse voiture, c’est du grand n’importe quoi. Que faire si on perd son boulot, et que tout le calcul s’effondre ?

    Je suis issu de la "classe moyenne" aussi. Pourtant quand je vois ces reportages avec ces gosses qui demandent de l’argent en permanence, ou demandent tel ou tel truc, ça me choque. Déjà très jeune, j’en avais rien à secouer de Noël/Saint-Nicolas/anniversaire. Je ne demandais rien à mes parents. Ils avaient pourtant suffisamment d’argent pour "m’entretenir" avec le fameux "argent de poche" que tous les autres gamins exigeaient. Je portais souvent (tout le temps ?) les mêmes fringues. Ado, je me souviens que beaucoup me prenaient pour un "pauvre" parce que je ne changeais pas de veste chaque année. Pareil pour les GSM. Mais ça ne m’a jamais mis à l’écart pour autant. Au contraire, ça force peut-être à développer une certaine personnalité, celle qui ne s’achète pas contrairement à ce que la société de consommation veut nous faire croire.

    C’est une question d’éducation, principalement. Si les parents instaurent une logique de "paraître", ou entretiennent cette logique en l’alimentant à grands coups de "son copain de classe a reçu tel truc, et nous on ne peut pas le payer à nos enfants, pour quoi on passe ??", la base est déjà bancale.

    La vie, c’est pas la téloche. La vie, c’est pas des vêtements. La vie, c’est pas le regard jaloux du camarade parce qu’on a telle babiole en plus. Ni le regard acquiesçant du camarade qui va dorénavant t’accepter dans son "monde" parce que tu as justement telle babiole.

    La vie, c’est des expériences, des rencontres, des plaisirs simples (bouffe, sport, etc), de l’apprentissage. Autrement dit, c’est tout ce qui nous grandit réellement. Quel plaisir retire-t-on réellement en achetant telle paire de chaussures, telle voiture, etc ?

     

    • #1355909
      le 28/12/2015 par jesuismoi
      La grande peur des classes moyennes

      Merci pour vôtre commentaire


    • #1356083
      le 28/12/2015 par Le gaulois
      La grande peur des classes moyennes

      Merci pour ce commentaire plein de bon sens et réel, je suis issu de la classe ouvrière, je gagne un peu plus que le smic,je vis seul, je me retrouve dans votre analyse sur votre point de vue de la vie et des priorités essentielles. Je pense que c’est qu’une question d’éducation et de savoir rester humble et de pas manger le gâteau qu’on ne peut pas avoir. Les gens veulent vivre comme des "Rockfeller", avec des salaires moyens. Notre conditionnement est fait pour que l’on gagne toujours plus, pourtant le rêve du conditionnement touche vite à sa fin, car pour qu’il y ait plus de riches, il faut toujours plus de pauvres.
      Je peux témoigner ici, j’étais un ancien consommateur,la crise que nous traversons, n’est pas forcément économique, elle est aussi humaine. Il faut savoir se remettre en question sur notre mode de consommation, notre éducation, nos vraies valeurs... Notre grand confort d’occidental touche bientôt à sa fin.


  • #1355542
    le 27/12/2015 par Conan
    La grande peur des classes moyennes

    @Ridouche.

    C’est encore trop cher ! tes idées sont bonnes mais tu peux construire un beau rocket stove pour -150 euros et ne passer que 3-4 stères (pour 100m2) par an.. coupler le chauffe-eau (cuve de recupération en dechetterie et virer le système electrique et créer le réseau de tuyaux de cuivre) au rocket stove chauffera toute l’eau sanitaire.
    Pour l’isolation, rien ne vaut le bois et la terre, la paille... ça ne coute presque rien. Sinon, la laine de mouton brute, compréssée.
    1 bon panneau solaire et une batterie et vous pouvez aisément vous éclairer en 12V gràce aux LED, sinon la lampe à huile de colza c’est sympa pour les soirées..

    J’habite dans le sud et je me suis fais une BAD dans les bois (terrain agricole payé 2000 euros l’hectare) en autoconstruction uniquement avec les materiaux présents sur place (pierre, bois, terre) + un potager et creusé une mare, je récupère l’eau de pluie filtrée au sable/ceramique. J’ai des poulets et quelques arbres fruitiers.

    J’ai tout fait en moins de 5ans avec moins de 1000 euros par mois (agriculteur de subsistance) pour vivre à 4 avec 2 enfants.

    Courage les gars. Rien n’est impossible si on a la volonté,.. c’est sur que c’est plus facile de raler ad vitam eternam que de se remonter les manches.. mais quand je vois ce reportage je me dis que les gens se plaignent beaucoup car ils sont mauvais gestionnaires et trop précieux, trop matérialistes, en plus de manger des saloperies manufacturées.

     

    • #1355591
      le 28/12/2015 par L’ancêtre
      La grande peur des classes moyennes

      @ millouz et Conan : les gars , vous m’imposez le respect ! ( je suis au crépuscule de ma vie , bien " amoché" physiquement quand même , et j’ai l’impression , bien qu’ayant exercé deux jobs à la fois durant toute mon existence , avoir cherché inlassablement un certain sens ou conduite , que vous détenez presque naturellement ) .


    • #1355792
      le 28/12/2015 par Gcondor
      La grande peur des classes moyennes

      J’habite dans le sud et je me suis fais une BAD dans les bois (terrain agricole payé 2000 euros l’hectare) en autoconstruction uniquement avec les materiaux présents sur place (pierre, bois, terre) + un potager et creusé une mare, je récupère l’eau de pluie filtrée au sable/ceramique. J’ai des poulets et quelques arbres fruitiers.

      J’ai tout fait en moins de 5ans avec moins de 1000 euros par mois (agriculteur de subsistance) pour vivre à 4 avec 2 enfants.



      On doit pas avoir les même lois alors, car ici si je fais ca je vais vite me faire virer vite fait !!! ici deja on construit pas sur un terrain non constructible, ensuite on a obligation d’installer l’electricité et l’eau courante et systeme de tout a l’egout....rien que ca y’en a pour des ronds....

      je pourrais tenter de le faire dans l’illégalité, m’installer sur un terrain non constructible, mais ca durerais pas longtemps...beaucoup que je connais ont tenté, sont pas resté longtemps.... et pourtant c’est la Haute loire nles terrains c’est pas ce qui manque....


    • #1356318
      le 29/12/2015 par Conan
      La grande peur des classes moyennes

      @gcondor

      Je ne dis pas qu’il ne faut pas réflechir un peu, ni ne dis qu’il ne faut pas considérer les lois.
      Tu peux faire ça légalement à la marge (20m2 à vocation agricole sur une parcelle agricole) et possèder, en tant que particulier, une grange sur un terrain avec un potager et des poules n’a jamais été interdit ni règlementé outre mesure... mais sache que, de toute façon, le système est vérrouillé et que la resistance ne se fera pas (et ne s’est pas faite) forcément dans la "légalité". Un des problèmes de ce pays est que les gens doivent demander l’autorisation avant de manifester... forcément ça rend servile.


  • #1355559
    le 28/12/2015 par Postado
    La grande peur des classes moyennes

    Joli message ER !

    Une vie un peu plus "frugale" ne devrait pas sonner comme une défaite, tant qu’on a de quoi manger et un ordinateur / une connexion internet pour s’instruire.

    Tant pis pour les caraïbes, les bagnoles, la consommation débile...
    Et plus d’humanité, de partage, etc.

    Profitons de la crise, à laquelle les aides de l’Etat nous protège tout de même (et j’espère qu’il continuera...) pour réviser ce qui est essentiel (famille, culture, santé), et ce qui ne l’est pas...

    Relire Bouddha, Jésus, etc.

    Paix sur vous, et courage pour les plus démunis.


  • #1355593
    le 28/12/2015 par STEF de MARS
    La grande peur des classes moyennes

    Pauvre petit peuple de France, qui compte chaque euro, alors que les élites du système n’ont jamais été aussi riches...


  • #1355687
    le 28/12/2015 par timpo
    La grande peur des classes moyennes

    @goondor. J’ai le sentiment que devenir de plus en plus pauvre , apprend beaucoup sur sois-même donc sur la vie... Je vous lis et vous comprends, on ne doit pas être loin de la même situation. On apprend aussi beaucoup a être seul ( ce n’est pas un conseil, évidement c’est ce que je vis ) . Les conseils que je lis dans les commentaires sont les bienvenus, mais ne s’adressent pas à tout le monde, c’est au cas par cas... Je n’ai plus les moyens d’avoir un t. fixe donc internet c’est terminé, et on s’en passe très bien, si on possède un portable, il y a assez de saleté McDo pour se connecter en buvant un café, je sais que beaucoup vont vomir mais dans la campagne où je vis c’est malheureusement le plus facile... Encore faut-il une bagnole ! Et c’est pas par luxe, il m’est arrivé de rouler sans assurance ni c.t. Goondor je ne sais dans quel coin vous êtes, moi je suis dans le Gard, en tous cas il ne faut pas déposer le bilan, dans ces situations on devient son propre chef d’entreprise 24h/24, je ne vous apprend rien, sinon on meurt . Des conseils beaucoup nous en donnerons car ils ne peuvent avoir des réponses que matèrieles

     

    • #1355875
      le 28/12/2015 par Gcondor
      La grande peur des classes moyennes

      Oui c’est sûr on apprend beaucoup sur la vie et les valeurs essentielles !

      Je suis en Haute Loire, la campagne je l’aime !

      Je me bat tout les jours depuis environ 10ans, je survie, j’essaye de vivre un peu aussi, pas facile quand la solitude nous guette, j’ai encore la chance d’avoir un ami très proche, on se connait depuis 15ans, et lui c’est un vrai ! mes autres connaissances font leur vie et se soucient peu des autres, et je les vois s’enfoncer dans un système de consommation et d’égoisme !

      j’ai encore la chance d’avoir un toit sur la tête, une voiture, internet, mais jusqu’a quand ca va durer, plus les années passent et plus ma condition devient difficile, je mange à ma faim, mais je ne fais rien, l’essence coute chère je me déplace très peu, je chauffe peu meme l’hiver car ca coute cher.... pour l’instant j’ai droit au chomage, d’ici peu ce sera le rsa si je ne trouve pas de travail, et ma condition se degradera encore un peu plus.... depuis 10ans, c’est travail, chomage,demenagement, dettes, rsa, dettes,demenagement, dettes...... et vu la situation j’ai bien peur que ca finisse par la rue....

      Restons fort !


  • #1355776
    le 28/12/2015 par Махсуд Махкамов
    La grande peur des classes moyennes

    Un détail mérite d’être souligné dans ces reportages (même si je ne les ai pas vus intégralement).
    Les adolescents y semblent très bien élevés, charmants, studieux et serviables, capables de se satisfaire de petites choses, ce malgré tout ce qu’ils subissent dans leur environnement.

    C’est bien toute la force vive du pays, sa jeunesse, son avenir que les oligarques mondialistes démolissent, et ce durablement.


  • #1355849
    le 28/12/2015 par Igor
    La grande peur des classes moyennes

    La monnaie est un gâteau que les hommes se divisent pour avoir droit au marché. Pour que quelqu’un gagne de l’argent, il faut que quelqu’un d’autre en perde. Si la monnaie était plutôt une corne d’abondance, c’est à dire mise à disposition des peuples de façon illimitée, il n’y aurait plus besoin de la monnaie, car le marché serait accessible sans autre limite que lui-même : tout le monde ayant toujours assez d’argent pour se payer tout ce qu’il veut. Une belle perspective ! Mais l’argent ayant ainsi disparu par voie de conséquence, qu’est-ce qui motiverait la production des biens et des services ? Sur quels principes pourrait-on échanger, dépasser le capitalisme, tout en conservant les bien-faits le libéralisme ? Réponses avec le Civisme, ou la théorie de la cité. Quand on connaît cette théorie, on comprend que dans notre système actuel de Largent, les classes aisées ne sont même pas gagnantes, mais seulement moins perdantes que d’autres. En vérité, Largent est un système perdant-perdant pour 99 % de l’humanité.


  • #1355874
    le 28/12/2015 par Albus
    La grande peur des classes moyennes

    "Une vie libre est encore ouverte aux grandes âmes. En vérité, celui qui possède peu est d’autant moins possédé : louée soit la petite pauvreté" Nietzsche


  • #1355890
    le 28/12/2015 par paramesh)
    La grande peur des classes moyennes

    si le système est mauvais : dites lui merde, pas de demi mesure : surtout si vous êtes jeunes, pas un rond et pas d’avenir : partez squatter en forêt ou dans le domaine public, on ne peut même pas vous virer, vous revenez le lendemain. quand on n’a rien on ne peut rien vous prendre. la démerde, le système D, la manche,se nourrir dans les supermarchés, le RSA, n’importe quoi, mais soyez radicaux.
    oui je sais facile à dire, plus difficile à faire,c’est vrai il faut des couilles et se bouger le cul, et surtout se dire que perdu pour perdu autant vivre libres. c’est une solution extrème qui se réussit peut être mieux en équipe, mais par expérience et en solitaire, je vous garantis que ça fonctionne et qu’on redécouvre la vraie vie (j’ai fais ça en corse dans les Agriates plusieurs années car j’aime le poisson et la mer, mon meilleur pote l’a fait dans une grotte en Ardèche, nourri par les gamins du village contre de belles histoires, il a tenu 7 ans).
    on peut vivre avec trois fois rien, mais ce trois fois rien est important, il faut avoir une aptitude ( les paysans aiment les vrais bosseurs) savoir bricoler, avoir un don artistique, n’importe quoi d’utile pour échanger.

     

    • #1356381
      le 29/12/2015 par amer
      La grande peur des classes moyennes

      Je suis d ’accord, en realité le mode robinson est le meilleur pour ne pas devenir une merde sans s ’en rendre compte...
      Je pense que les seuls qui survivront dans le monde qui se prépare sont ceux qui apprenent à survivre avec rien, enfin avec très peu d ’argent, qui ont apprit la demmerde ou qui savent se rendre util dans un domaine ou un autre, ceux qui ont appris à se sortir les doigts du cul sans pleurer sur leur sort.
      Le problème c est qu on s ’est habitué à vivre dans un confort " de merde" , et à trop compter sur les aides sociales pour survivre comme des cons devant internet, on est devenus notre propre parasite...de vrais zombies egocentriques 99 pourcent du temps seuls à se pleindre ou à donner des conseils que nous ne suivont pas nous même en tapotant devant un écran... experts en conspiration mondiale mais ne pouvant que constater quand nous sommes honnêtes avec nous mêmes que nous vivons tout les signes de la dechéance et de l ’hypocrisie. Je parle pour moi. Ce monde est en train de detruire mon âme et c ’est bien pire que vivre à la rue, et je ne trouve pas la ressource d’arreter le processus. Il faut aimer et servir du mieux qu on peut les siens, sa famille, ceux qui sont encore présent dans nos vies, et demander sans celle le pardon et l ’aide de Dieu, et prier pour notre salut et celui de ceux qu ’on aime. Dieu est le seul riche, toute les humains sont pauvres et faibles. et les coeurs sont malades et ingrats.


  • #1356047
    le 28/12/2015 par Clara Imbert
    La grande peur des classes moyennes

    La pauvreté de la classe moyenne est plus supportable que celle des gens d’en bas, et je suis très bien placée pour en parler. C’est beaucoup de souffrance et de douleur. Il est très difficile d’en parler... On à l’impression que l’on ne s’en sortira jamais. On me dit souvent : "tu pourrais poser pour des magazines de charme et te faire de l’argent facile et rapide..." ce genre de discours... La pauvreté, il faut juste l’affronter avec dignité, c’est tout.


  • #1356119
    le 28/12/2015 par Fdouli
    La grande peur des classes moyennes

    Selon le philosophe F. COUSIN la "classe moyenne" (CM) n’existe plus depuis longtemps. Pour lui il y a la classe "Capitaliste" et le "Prolétariat". Entre les deux il y aurait quelques "Couches sociales" qui s’en sortent plus ou moins bien... mais qui ne forment pas une vraie CM. 

     

    • #1356676
      le 29/12/2015 par H Lee
      La grande peur des classes moyennes

      D’après ce que j’ai compris de F. Cousin, 99% de la population fait partie du prolétariat, qui doit être compris comme "tous ceux qui sont obligés de travailler pour vivre", c’est à dire quasiment tout le monde. Le 1% restant, c’est ceux qui détiennent le Capital, font fructifier leur or... font bosser les 99%.


  • #1356253
    le 29/12/2015 par Laowen
    La grande peur des classes moyennes

    Les medias nous ont bien laves le cerveau : vivre plus frugalement pour sauver l’humanite et la planete. La verite c’est que l’etre humain dans un environnement sain (proche de la nature dans des villages petite villes) est naturellement respectueux de son environnement et sait vivre confortablement sans extravagences outrageuses... et est heureux dans sa simplicite confortable.

    On nous a conditionner qu’au nom de la survie de l’humanite il fallait choisir la simplicite volontaire mais en fait involontaire pour beaucoup. Hors nous serions tous riches sans exception et pourrions vivre tres confortablement (je ne parle pas d’etre millionnaire) si on n’avait pas le systeme bancaire (interet sur l’argent) et le capitalisme (profits a tout prix).

    Dans les pays qui ont connus des catastrophes financieres comme l’Argentine, la Turquie et maintenant la Grece, les communautes qui ont cree leurs propres monnaies (en dehors du systeme bancaires) ont prospere alors que le reste du pays s’effondrait.

    Sans les banques et le mentalite capitaliste, tout le mondre propererait egalement.

    Mais qui est pret a agir a la source, c’est a dire a arreter completment d’utliser les produits et services bancaires pour n’utliser que de la monnaie alternative ?

    Il y a une monnaie alternative qui est super simple, super rapide a installer, qui coute trois fois rien et qui permet des echanges locaux ET internationaux en moins de 2.

    Ca serait bien que E&R promote ce genre d’alternative financiere.

    J’habite aux US et certains de mes fournisseurs font parti du JEU et donc j’importe des produits francais et canadiens payes en JEU. Et j’accepte d’etre payes par mes clients en JEU s’ils en font parti.

    Les echanges entre humains sont naturels et devraient etre amusant, comme un JEU !


  • #1356286
    le 29/12/2015 par bobforrester
    La grande peur des classes moyennes

    "il n’est pas sûr qu’une révolution bolchevique remette tout ça à niveau. On connaît l’Histoire."

    Ah oui mais c est bien sûr que la revolution conduira aux mêmes conséquences qu en urss un pays pauvre rural et devasté par la guerre civile et les agressions étrangères du début jusqu’à la fin !
    il est bien clair et j en suis reconnaissant à ER de révéler que vous jouez dans le camp d en face sous des dehors dissidents (lol) , louez la cohabitation à la soviétique ( il faut le faire !) la résignation qui conduirait mystérieusement à l écroulement du système etc !! Alors comme ça on à la trouille de la révolution des damnées de la terre ! On est fasciste mais juste au bistrot quoi !
    bon on a compris et je pense que l oligarchie vous tiendra compte de votre "compréhension"


  • #1356319
    le 29/12/2015 par Le pirate
    La grande peur des classes moyennes

    La France qui pleure en silence, en continuant à travailler sans relâche pour ses enfants. Que Dieu lui vienne en aide.


  • #1356829
    le 29/12/2015 par jehan10
    La grande peur des classes moyennes

    @Mojo Risin
    Merci.....pour votre réponse... mais je croix que vous n’avez pas compris ma question : il ne s’agit pas sur le plan psychologique, mais sur le plan physique ....
    Il serait plus judicieux de rassembler nos expériences, nos idées........que de donner des leçons......et puis arrivé à un certain âge ou un âge certain, c’est selon, il est impossible de se battre seul
    Idem, pour les personnes malades et les enfants
    @Gcondor
    Vous êtes jeune, dans les commentaires, vous trouverez des exemples qui peuvent se réaliser suivant chaque cas......Bon courage


  • #1370521
    le 13/01/2016 par Dakodak
    La grande peur des classes moyennes

    Bon, je vais pas être tendre, vous m’en excuserez.

    1/ Oui je plains ces braves gens et la situation que l’on vit depuis des années est plus qu’injuste et que les coupables devraient payer pour ce qu’ils ont fait, souvent sciemment !

    2/ Ces braves gens, en même temps, sont des sortes de "charlie", qui se foutent de votre gueule quand tout va bien, ferment les yeux, oreilles et surtout la bouche quand tout va bien et pleurent quand tout va mal et vous donnent, quand ils sont pas hypocrites et lâches, raison.

    3/ Y a quelques cas soc’ quand même, entre l’ado qui s’adonne au rap avec une chanson comment dire....... Une autre qui est allé se faire engrosser par un gars, certes gentil et responsable (Il ne l’a pas plaqué juste après), le gars qui se plaint mais qui n’arrête pas la cigarette ou tout du moins qui n’essaie pas de diminuer (Je suis fumeur, je sais ce que c’est j’ai diminué depuis très longtemps ma consommation, la première chose que je ferai en cas de coup dur c’est de réduire encore plus ou d’arrêter).

    3/ Ces braves gens sont, passivement, coupables de cette situation en votant toujours pour les mêmes, vous avez beau leur expliquer les choses, y a rien à faire, ils restent sur leurs idées. Ces derniers mois, cela change un peu, les gens ne vont plus voter. Quand tout allait bien, c’était les 3 singes, comme ma future ex-femme qui finalement a craché le morceau en me disant qu’elle préférait mettre des oeillères pour ne pas voir et comprendre tout ça. On en reparlera le jour où elle sera en difficulté le cas échéant, ce que je ne lui souhaite pas, si elle doit perdre son boulot. Pour la cigarette, c’est le même problème, vivant seule avec mon fils, elle commence à voir que financièrement c’est pas évident, mais elle continue à fumer et pas qu’un peu ! Je lui verse pourtant une pension confortable et je l’ai aidé le jour où financièrement elle était à l’ouest malgré les misères qu’elle a pu me faire (C’est elle qui a voulu se séparer, en cause entre autre de mon petit virage politique et religieux, très light mais bon un charlie c’est un charlie, quand on croît tout ce qu’on dit au JT et que ses émissions préférés à la téloche c’est danse avec les stars, the voice, appartement à louer ou je ne sais quoi,.......

    Bref, je les plaindrai vraiment quand ils se poseront les bonnes questions !

    P.S : Francis Cousin a bien raison, ce genre de reportage existait déjà dans les années 90 donc voilà quoi, aujourd’hui la classe moyenne a disparu bel et bien !


  • #1374390
    le 17/01/2016 par karelita
    La grande peur des classes moyennes

    Je vis au RSA Je suis une femme. J’ai Bac + 5. J’ai été licencié de mon dernier travail ( surveillante scolaire ) sans qu’on me dise pourquoi. Ma supérieur, une femme sans diplôme, pistonnée à la mairie m’a uniquement déclaré : " On va arrêté là ". J’ai décidé de couper les ponts avec le monde, de vivre du minimum, je ne consomme rien hormis ma nourriture. J’ai fais une croix sur les enfants, sur la p’tite vie de famille...etc. Je m’en sors grâce à ma grand-mère et à ma détermination. J’avoue que je vole de temps en temps, aussi. ( exclusivement de la nourriture ) pour manger correctement.
    Quant à mon frère, il vit au Laos. Je ne le vois plus.
    Bon courage à tous.


Commentaires suivants