Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

La nation, condition nécessaire du dialogue des civilisations

 

 

(Pour faciliter la lecture, choisir « vue défilante » dans les icônes situées sous le texte (troisième icône en partant de la gauche).)

Voir aussi, sur E&R :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

Militer pour la réconciliation nationale et le dialogue des civilisations
avec Dieudonné et Alain Soral :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Avant la possibilité de dialogue, il y a la nécessaire reconnaissance réciproque, ainsi va l’ordre naturel : la Souveraineté Christique est Souveraineté Démocratique qui concrétise la Souveraineté Populaire qui fonde la Souveraineté Nationale dont découle automatiquement la Souveraineté Internationale qui est l’égale de la Souveraineté Universelle.
    Quant à la Souveraineté Universelle, elle est Souveraineté Christique.


  • #1182205

    J’ai lu le début du rapport de Larcher, disponible sur le site du sénat. On ne peut pas dire que ça va dans le mauvais sens et pourtant il semblerait qu’il ait partiellement été écrit par des francs-macs...



    L’école républicaine doit, plus que jamais, se montrer capable d’assumer sa mission originelle : être le creuset de la République au-delà de la simple coexistence et de la tolérance passive des différences.
    Elle doit également rassembler et unir au travers de célébrations, pour, comme l’écrivait Jean Jaurès, « créer autour de l’école et de ses maîtres une atmosphère républicaine, une sorte de grande amitié nationale […] »2.
    Maire, j’ai toujours veillé à ce que la remise des prix soit maintenue avant l’entrée en 6ème en présence des autorités. A cette occasion, je pouvais lire dans le regard des enfants la fierté d’appartenir à l’école de la République.
    L’école républicaine doit retrouver le sens éducatif, moral et symbolique de la « liturgie » républicaine et de ses rites. Il n’y a, en cela, nul souvenir nostalgique d’un âge d’or de la République mais l’affirmation, très contemporaine, du besoin de moments et de lieux de communion autour des principes, des valeurs, des symboles et des évènements qui forgent notre conscience nationale. Il en va aussi des minutes de silence…
    Les pères de l’École républicaine avaient d’ailleurs des mots très clairs. Ils voulaient ardemment et explicitement que l’École affirme l’idée de la Patrie.
    « La Patrie, continuait Paul Bert, quoiqu’en disent les philosophes sceptiques qui se déguisent derrière le nom « humanitaires », n’est pas une expression géographique défendue par des forteresses. C’est un héritage séculaire d’efforts communs, de luttes communes, de joies, de douleurs, d’espérances, de haines et d’amours. La Patrie ! Les générations s’en passent de main en main le flambeau toujours vivant ; c’est comme le feu des vestales antiques : malheur à celui qui le laisserait s’éteindre ! »3.




    Vous noterez qu’il tacle BHL... :)


  • Dialogue des civilisations ? Il y a qu’une seule vraie civilisation, la chrétienne.

     

  • En France il n’y a pas de gouvernement, il y a juste des équipes qui se relaient successivement sous diverses bannières pour pérenniser « exclusivement » les intérêts de sectes, de lobbies et d’oligarques de tout poil. En fait la France, c’est un peu l’Ukraine d’aujourd’hui, livrée aux pillages, mais sans les bombardements… pour le moment ! À l’issue de ce pillage, le mot « nation » n’existera plus, et le pays sera probablement morcelé en régions fédérées, avec à leurs têtes des oligarques qui règneront sur des groupes de populations apatrides et désemparés.