Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

La presse alignée tente d’étouffer l’affaire du réseau pédophile VIP en Angleterre

Il est temps de faire le point sur la contre offensive de la presse alignée en Angleterre, depuis environ deux mois maintenant. Ceux qui me suivent l’ont bien compris : face aux accusations précises et répétées contre diverses personnalités, contre les allégations d’étouffement systématique de ces affaires de pédophiles VIP, l’establishment se démène pour minimiser les faits et décrédibiliser les témoins. Mais les victimes sont têtues et maintiennent leurs déclarations.

Tout a commencé fin 2012, quand on a compris que la star de la BBC Jimmy Savile était un pédophile qui a fait des centaines de victimes à travers le pays, et qu’il n’a jamais été inquiété ou presque. Puis on a compris que Savile n’était pas tout seul, au contraire il était connecté avec des dizaines d’autres pédophiles, depuis le bas jusqu’en haut de l’échelle sociale.

Depuis quelques mois, des victimes parlent de meurtres commis par des VIP dans le cadre de réseaux pédophiles protégés par les autorités, et de trafic vers les Pays-Bas.

En parallèle, histoire de satisfaire une opinion publique anesthésiée, le gouvernement a lancé deux grandes enquêtes : l’une sur l’étouffement de dizaines d’affaires, l’autre sur les affaires elles-mêmes. Autant le dire tout de suite : il ne se passe rien, et comme on l’a dit c’était mal parti depuis le départ puisque les deux premières juges désignées pour présider l’enquête sur les affaires de réseaux VIP ont du démissionner en raison de leur proximité avec les VIP en question.

Voyons maintenant quels arguments sont diffusés dans les médias de masse, notamment le conservateur Daily Mail, et le Guardian, très proche des USA.

 

La « chasse aux sorcières »

Dès qu’on a commencé à parler de Jimmy Savile (en octobre 2012), Cameron le Premier ministre a déclaré qu’il fallait prendre garde à ne pas faire de « chasse aux sorcières » au sujet de tous ces pédophiles de la BBC qu’on commençait à citer dans divers médias. On ne parlait pourtant pas encore de réseaux ni de politiciens impliqués, mais ça sentait mauvais.

En effet, cette expression de « chasse aux sorcières » est apparue aux USA dans les années 80 quand des enfants de dizaines de crèches et maternelles à travers le pays ont dénoncé des abus de type rituel. On a alors attaqué les experts, la presse s’est mobilisée pour faire la promotion d’experts bidons comme Richard Gardner ou Ralph Underwager, on a créé la False Memory Syndrome Foundation, et finalement personne ou presque n’a été condamné.

Ladite expression n’était donc pas anodine. C’est même un classique quand on parle de réseaux pédophiles, on a eu le coup aussi avec l’affaire du Coral ou Outreau. En tant que féministe, cet argument a en plus le don de beaucoup m’agacer.

Les autorités ont donc toujours freiné des quatre fers pour éviter que ces histoires ne prennent trop de proportions. Mais ça a raté, grâce au travail d’une poignée de députés, de quelques journalistes, travailleurs sociaux et de victimes qui ont parlé.

Depuis 2012, les accusations se sont multipliées, recoupées et précisées, au point qu’on commence à avoir une liste de noms de politiciens (ce sont souvent les mêmes qui reviennent dans diverses affaires), de gauche comme de droite, dont on sait qu’ils sont mouillés jusqu’au cou même si, évidemment, on aura du mal à avoir des preuves matérielles 20 ou 30 ou 40 ans après les faits.

Dès l’année dernière, quand les accusations de meurtre sont apparues, la presse conservatrice a commencé à relativiser, disant que la vérité était surement moins horrible que ce que racontaient les victimes.

Puis ces mêmes médias se sont rendu compte que la police n’avait pas de preuves matérielles de la réalité de ces meurtres [1], et on a extrapolé en disant que finalement toute cette enquête prêtait à caution. Le journal Exaro, qui a beaucoup enquêté sur ces affaires et est en contact avec plusieurs victimes, a été fortement attaqué par ces médias ultra sceptiques.

L’offensive s’est intensifiée à partir des mois d’août et septembre 2015, des articles qui commençaient à remettre en cause l’existence de ces réseaux, en particulier celui dit « de Westminster », parce que de nombreux députés en faisaient partie et que les faits se passaient dans ce secteur, notamment au Dolphin Square.

Un gros pavé dans la mare a été jeté mi septembre, quand le Guardian et le Financial Times nous ont expliqué que la MET (police métropolitaine) « admet des erreurs » quant à ses propos sur le réseau de Westminster.

Lire la suite de l’article sur dondevamos.canalblog.com

Notes

[1] On ne sait même pas comment s’appelaient les victimes ni d’où elles venaient. Et pour cause : plusieurs témoins ont expliqué que les enfants ne devaient pas se parler entre eux et que de toute manière ils étaient terrorisés.

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • D’abord je lisais l’article avec bcp d’intérêt puis je vois "en tant que féministe..’’. N’est-ce pas vous qui sont en grande partie responsable de la destruction la famille ? Grâce à vous mesdames, il y aura bcp d’enfants qui se retrouveront sans protection ; mais en moins, en échange, vous auriez pu bénéficier d’un peu de liberté car à vous entendre parler votre condition de femme serait pire que celles des femmes en Afghanistan.

     

    • Inutile de s’attarder sur cette ridicule affirmation. Le reste de l’article n’en est pas moins pertinent et c’est ce qui compte.


    • Exactement !
      Cela n’enlève en rien l’intérêt de l’article mais il est vrai que, moi-même ayant du subir l’éducation d’une belle-mère bien imprégnée de féminisme, je constate par tout autour de de moi les dégâts du féminisme.

      Les 3/4 de nos connaissances divorces : on devient des gens anormaux car non divorcés. Beau progrès mesdames (et messieurs) les féministes : vous pouvez vous applaudir ! (sans moi)

      Rappel :

      JACK LANG, déclarait le 31 janvier 1991 à la Gay Pied : " La sexualité puérile est encore un continent interdit, aux découvreurs du XXIe siècle d’en aborder les rivages".


  • Quand Stanley Kubrick, à fait son film "Eyes Wide Shut", il avait voulu dénoncer ces mœurs.
    Pour des raisons évidentes, l’utilisation de jeune femme dans le film est purement accessoire...

    [ ]...

     

  • Il est facile de s’en prendre aux "feministes", donc je ne perdrai pas de temps avc cela.. cependant, n’a-t’on pas en France, une grosse poignée de bons gros pédos et qui se retrouvent en haut de notre bergerie ? donc, nous pouvons parler des us et compagnie, rois de la colonisation et pillage de culture et richesse mondiale, mais il faut que l’on nettoie un peu notre jardin Français ! Franchement, il y a du boulot !!! Mais que font les anti-fats ? Guérrier des temps modernes...