Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

La reprise imaginaire de Barack Obama

L’équipe de campagne d’Obama table sur la possibilité de convaincre une majorité d’électeurs que sa politique a permis une reprise lente, mais constante, de l’économie et que sa réélection est nécessaire pour éviter un retour à l’époque de George W. Bush.

Au cours de sa récente tournée des Etats fortement contes­tés d’Ohio et de Pennsylvanie, Obama a reconnu que « c’est dur pour vous » en terme du chômage, mais tout en insistant que les dernières statistiques économiques indiquent « un pas dans la bonne direction ». Mais on voit mal en quoi les chiffres du chômage pour juin, même truqués, pourraient indiquer un pas positif. Le rapport officiel du Bureau des statistiques du Travail (BLS) fait état de 80 000 emplois créés en juin, dont 25 000 étaient temporai­res, c’est-à-dire mal rémunérés et à court terme, alors que le taux de chômage officiel s’est maintenu à 8,2 %.

Mais ces chiffres « officiels » ne présentent qu’un tableau par­tiel, comme l’admet le BLS. Celui-ci calcule plusieurs ensembles de données, mais d’habitude les plus précises ne sont pas com­mentées dans le domaine public. Pourtant, elles montrent le véri­table état désastreux de la population active des Etats-Unis.

Prenons par exemple le taux U-6. A la différence du taux « officiel », qui ne considèrent comme sans emploi que ceux qui recherchent encore un emploi et bénéficient d’allocations chômage, le taux U-6 prend en compte ceux qui aimeraient travailler à temps plein, mais ne trouvent qu’un emploi à temps partiel, et ceux qui ont abandonné les recherches, c’est-à-dire les chômeurs de longue durée n’ayant plus droit aux alloca­tions. Si le taux officiel fait état de 12,7 millions de sans emploi (8,2%), le taux U-6 met ce chiffre à 22,8 millions, soit 14,5% de la population active.

Et même le taux U-6 sous-estime les sans emploi, dans la mesure où il ne tient pas compte des jeunes en fin d’études qui n’ont jamais travaillé, ni ceux qui continuent leurs études faute de trouver un emploi. Selon Leo Hindry de la New America Founda­tion – auparavant un ardent défenseur d’Obama – le nombre de chômeurs s’élève en réalité à 28,1 millions, ou 17,3 %.

On constate que seulement 58,6% des adultes américains gagnent un salaire. Les Etats-Unis comptent aujourd’hui cinq millions d’emplois de moins qu’en 2008, l’année de l’élection d’Obama, dont 590 000 de moins dans la production industrielle et 1 049 000 dans le bâtiment ! Les nouveaux chiffres de juin 2012 font aussi ressortir un déclin de plus de la production industrielle et une toute petite amélioration dans le bâtiment.

Les jeunes sont particulièrement frappés. Le taux de chômage des jeunes adultes dans les zones urbaines varie de 35 à 50 %. Pour ce qui est des Afro-Américains, le taux de chômage est passé officiellement de 13,6% à 14,4% en juin.

Et pourtant, un Obama en campagne se félicite des « pas dans la bonne direction »  ? Et affirme toujours que les problèmes sont la faute à George W. Bush ? Ceci explique, en partie, pourquoi tant d’élus démocrates abandonnent Obama. Mais cela ne résoudra rien en soi, puisque Mitt Romney est soutenu par beaucoup des mêmes intérêts de Wall Street ayant mis Obama à la Maison Blanche.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #203486
    le 14/08/2012 par djori
    La reprise imaginaire de Barack Obama

    Les mêmes finançant (comme toujours dans ces fausses démocraties bipartites, ce système étant ambidextre) les deux parties, changer le président des USA c’est, et c’est pareil pour la France, comme changer le clown devant le McDo : les enfants sont contents, mais la nourriture y reste toujours pareille : ignoble.

     

    • #203517
      le 14/08/2012 par Hassan
      La reprise imaginaire de Barack Obama

      haha pas mal le coup du clown


    • #203613
      le 15/08/2012 par Damas
      La reprise imaginaire de Barack Obama

      Et si un président commence à vraiment les emmerder, bah à ce moment-là, on sort la solution "Kennedy".
      (mais bon ça c’est vraiment à la fin, beacoup d’autres moyens pour tuer un homme politique, on sort une Lewinski, on menace...)


    • #203665
      le 15/08/2012 par francky
      La reprise imaginaire de Barack Obama

      Ou changer Mac Do par.....Burger King.... C est tjrs de la m...e comme dirait JP Coffe....


  • #203687

    Tout simplement gerbant :)


  • #203858
    le 15/08/2012 par Xavier
    La reprise imaginaire de Barack Obama

    On est en plein dans ce que décrivait Orwel dans 1984 : une société où le peuple se réjouit de statistiques qu’on lui présente comme réconfortantes, alors que ses conditions de vies sont de plus en plus misérables...


  • #204227
    le 16/08/2012 par Jasmin Indien
    La reprise imaginaire de Barack Obama

    Et que dit Benjamin ? Non, pas Franklin, Netanyahou. Obama est le dernier président américain. Emploi : les USA vont connaitre la guerre de cessation.


  • #205859
    le 19/08/2012 par MichelUS
    La reprise imaginaire de Barack Obama

    Si le taux officiel ne compte pas ceux qui sont en fin de droit et ceux qui aimeraient un plein temps, il ne comptent pas non plus les millions qui travaillent en partiel ou plein et qui ne sont pas déclarés, ils sont très nombreux, ceci du au faible , voir manque total de control.
    Dites vous bien que les 12 millions d’illegaux latinos travaillent, donc ne sont, pour la plupart, pas déclarés, il en est de mème avec les citoyens US. Par aileurs, ce type de comptage est similaire dans tous les pays ou le taux de chomage est important et a une importance, en France on ne compte pas les fin de droit, certains bénéficiaires du RSA, les temps partiels, les stages rémunérés ou non, les fin de scolarité, etc