Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La véritable théorie du genre

« Je suis une femme. Tout artiste est une femme et doit être gouine. Les pédérastes artistes ne peuvent pas être de vrais artistes car ils aiment les hommes. Comme ils sont des femmes ils retombent dans le normal. » Voilà la proposition amusante de notre artiste peintre franco-espagnol décédé il y a trente neuf ans. Provocatrice, elle illustre aussi à merveille le faux débat de la théorie dite « du genre » proposée par une lesbienne étatsunienne névrosée, Judith Butler.

Donc, « je suis une femme » dit Picasso. Bien que je sois homme par mon « corps physique », je suis femme parce que je sais en tant qu’artiste que le « corps de sensibilité » est féminin dans son principe. C’est pourquoi, bien plus déterminé par mon corps de sensibilité que par mon corps physique, je suis féminin. Attiré par le féminin et, me laissant aller à mes penchants artistes « je me fais gouine ». Les artistes homosexuels attirés par les hommes montrent, eux, qu’ils connaissent mal ce fameux « corps de sensibilité », qu’ils se fient davantage à leur corps physique, ne jurent que par le physique, se vivent (trop) comme hommes, se prennent pour des hommes, se croient des hommes (alors qu’ils devraient êtres des femmes « comme tout le monde »), et donc… ne peuvent être de vrais artistes puisque le vrai artiste est, par définition, femme. Voilà pour la première partie de l’affirmation hyper féministe de notre héros que beaucoup de femmes frustrées ont caricaturé en le traitant en tout bien tout honneur de... « machiste ».

Le machiste poursuit logiquement et ajoute : les pédérastes artistes ne peuvent donc pas être artistes, ne peuvent absolument pas l’être car, ignorant l’existence des femmes en dehors d’eux et du féminin en eux, ils se contentent des hommes parce qu’ils ne sont que des hommes ; ils se prennent pour des hommes, ne veulent que de l’homme, alors qu’ils devraient être femmes et être pro-femme s’ils étaient artistes… et donc, comme moi, leur courir après et… faire leur bonheur !

La conclusion terrifiante pour notre « homo-époque », est donc que les homosexuels ne peuvent être artistes à cause précisément de leur « erreur » homosexuelle. Leur homosexualité les fait chuter dans le Même, les embourbe, les fige dans le même, ils ne connaissent pas la libération, l’ouverture, l’éclatement de soi, que procure l’altérité, surtout celle portée en soi, vécue en soi, et projetée au dehors de soi. Ils sont donc quelque part « malades », « pas normaux » et, à ce titre, non seulement ne méritent aucune condamnation mais doivent au contraire faire l’objet d’une extrême bienveillance et de soins attentifs.

On voit par cette sentence picassienne qui oscille entre humour tonitruant et immense sérieux combien une véritable pensée, une pensée émanant d’un artiste conscient de son art, bouscule les « idées » contemporaines ou plutôt les billevesées contemporaines, sur la théorie dite du genre, combien l’homosexualité vécue par les homos mâles – le plus souvent sur le mode de l’arrogance et de la provocation – est pitoyable, combien au lieu d’être une libération, elle est un enfermement, un aveuglement, une blessure que certains petits couillons (et petites couillonnes, car bien sûr les lesbiennes se réjouissent de la veulerie et du ridicule des mâles s’affichant en femelles dans la Gay Pride et minaudant sur des chars fleuris) voudraient nous vendre pour un agrandissement de l’humain, voire le surgissement d’une nouvelle civilisation « arc en ciel ».

Lire la suite de l’article sur dedefensa.org

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

18 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #740598
    le 26/02/2014 par TuMangesEtTuT’Ecrases
    La véritable théorie du genre

    Cette théorie que l’on nous dit donc généraliste et plus égalitaire est donc une source d’ inégalité et de volonté de supériorité de l’un envers l’autre quel qu’il soit : sympa ;)


  • #740725
    le 27/02/2014 par noname
    La véritable théorie du genre

    Quand on y réfléchit, l’objectif inavoué de cette théorie débile c’est d’avoir une réelle "égalité des sexes" (qui est impossible sans intervention extérieur) dans le sens, émasculation psychologique de l’homme qui se suivrait d’une émasculation physique (puisque c’est possible médicalement) ou on couperait les parties reproductrices de l’homme (ils retournent le pénis et "voilà", un vagin tout faux). Dans un autre temps, ces cons trouveront bien un moyen de stocker du sperme qu’ils réutiliseront et manipuleront sans doute pour n’avoir que des femmes, ce qui, tout de même va dans le sens du projet de réduire la population à 500 000 000 personnes.

    Tout ça s’inscrit évidemment dans un processus ou la malbouffe, la composition de médicament hasardeuse, la composition de matériaux comme les boites de conserve etc jouent un rôle sur les naissances...

    Donc le projet est peut être bien plus sombre que ça...Et évidemment, pendant que les débiles se battent pour obtenir une égalité des sexes qui est impossible je le répète, on ne se bat pas pour ce qui est plus juste et qui s’obtient plus facilement : l’égalité salariale (puisque le salaire est une invention de l’homme, le sexe non).

    Une fois n’est pas coutume, j’invite najat belcacem a laisser tomber son salaire ainsi que ces avantages de ministre et de l’aligner sur celui d’un ouvrier...

     

    • #741058
      le 27/02/2014 par Dex
      La véritable théorie du genre

      « l’objectif inavoué de cette théorie débile c’est d’avoir une réelle "égalité des sexes" »

      La fourberie de cette stratégie repose sur ce principe bien connu des frères la truelle :
      Instaurer un principe égalitaire qui sera effacé par les lois naturelles.

      Puisque l’égalité n’existe pas dans la Nature, que chaque individu est unique, l’égalitarisme est donc une escroquerie, un idéal illusoire car irréel, et cela n’engage que ceux qui y croient !

      Qui peut affirmer qu’il existe la moindre égalité dans notre société actuelle ?

      Prenons l’exemple de la Justice.
      Le principe est : égalité devant la loi.
      Sauf que « Selon que vous serez puissant ou misérable/ Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir ».
      Celui qui a les moyens de se payer un avocat privé se place au-dessus de la plupart des gens qui ne les ont pas.
      (Et ne parlons même pas d’une certaine communauté organisée située au-dessus du soleil...)

      Voilà pourquoi leurs lois qui découlent de leur principe ripoublicain est une escroquerie de A à Z.
      Il faut être aveugle et sourd pour ne pas se rendre compte du fait que la ripoublique c’est pour la plèbe, tandis que dans les faits (quand ils sont exposés en plein jour) les élites s’en tartinent le fion de ces lois ripoublicaines.

      Concernant l’égalitarisme des sexes, les dames vont servir à abaisser les mâles, ce qui se traduira par la diminution de la possibilité de s’appuyer sur les hommes afin de compenser leurs faiblesses.
      Pourquoi ? Parce qu’il y a un transfert d’énergie. Le potentiel productif des hommes est restreint au profit des dames qui, désormais, jouissent d’un trop plein de ressource pour leur potentiel créatif bien inférieur à celui des hommes, c’est donc un beau gâchis qui entraine l’abaissement général de tous.
      Si vous voulez des preuves de ce que j’avance, faites le bilan de ces dernières décennies de marche forcée vers plus d’égalitarisme (plus de féminité et moins de virilité), le désastre est tellement gros qu’on ne voit que ça ! (une société dépressive et suicidaire, désœuvrée, fragmentée, avec une natalité en berne, ect.)


    • #741148
      le 27/02/2014 par matrix le gaulois
      La véritable théorie du genre

      @ noname



      Une fois n’est pas coutume, j’invite najat belcacem a laisser tomber son salaire ainsi que ces avantages de ministre et de l’aligner sur celui d’un ouvrier...



      Mais puisqu’on te dit que l’inégalité ministre/ouvrier n’est pas à l’ordre du jour ! Que ce qui importe le plus c’est la lutte contre l’inégalité homme/femme ! ^^

      Le plus "drôle" c’est de se dire que la vie d’une femme ouvrière (ou d’une femme d’ouvrier) est rendue plus difficile par cet aveuglement de nos politiques sur "l’inégalité de genre"...et, à mon avis, ce doit être l’une des raisons pour lesquelles il y a plus de femmes que d’hommes (c’est du moins ce que j’ai vu) à la manif pour tous...D’ailleurs, pour les JRE, ce sont surtout des femmes (des mères) que cela concerne étant donné qu’en général : c’est la mère qui décide si ses enfants peuvent aller à l’école ou non...plus que le père.


    • #741311
      le 27/02/2014 par Leïla
      La véritable théorie du genre

      HA HA HA HA !@noname ! bien vu ! Avec leur manie diabolique d’ échanger, de tester tout et n’importe quoi, enfin quand ça les arrange, parce que prendre quelque chose de bien à un goye OK, ça c’est bien, donner leur salaire où leur villa..faut voir !


    • #743711
      le 01/03/2014 par la faculté du roI
      La véritable théorie du genre

      Pour le bon sens commun "égal" et "différent" ne sont pas des synonymes. Deux fractions différentes sont égales si l’une peut être ramenée à l’autre : 10/3=20/6, ce que l’on montre généralement en simplifiant la seconde par 2.
      Il n’est pas question de simplification s’agissant du genre, monsieur n’est pas plus simple que madame, et vice versa (aha aha).
      Dans ce cas l’analogie la plus parlante est peut-être celle des vases qui communiquent (ou qui comme unique) pour donner un seul être mi-homme mi-femme assexué et sans âme. Les mondes de l’âme du corps et de l’esprit s’interpénétrant, aucun des trois ne peut perdurer sans l’énergie des deux autres.

      Pourquoi la langue française est-elle à Ce point coquine ?


  • #740730
    le 27/02/2014 par loulou
    La véritable théorie du genre

    La théorie du genre et la volonté de sexualiser les enfants prennent leur source dans deux phrases : " On ne nait pas femme, on le devient ", formule de Beauvoir étendue aux hommes : " On ne nait pas homme on le devient " . La première formule date de 1949 (Le deuxième sexe) . L’autre formule c’est celle de Freud : " L’enfant est un pervers polymorphe ", qui se trouve dans " L’introduction à la psychanalyse " de 1916 . Je pensais que ces formules stériles n’avaient pas d’avenir, il s’avère aujourd’hui qu’on exige qu’elles soient appliquées .

     

    • #741376
      le 27/02/2014 par logidin
      La véritable théorie du genre

      La formule de Freud est très vraie, comme beaucoup de ce qu’il a théorisé d’ailleurs.


  • #740781
    le 27/02/2014 par jojo
    La véritable théorie du genre

    Picasso était relativement très délirant comme type... les vrais grands artistes sont souvent complètement fou apparemment, cantonnons les à la culture avec défense d’approcher de la politique !
    Comme peintre homosexuel célèbre, il y a Donatello, Michel-Ange, Léonard de Vinci, Eugène de la Croix, Gaugin et Van Gogh, pour les plus connus et talentueux.
    Mais encore une fois, on ne se souviendrait par d’eux si prendre du rond avait été leur seule activité professionnelle.

     

    • #740976
      le 27/02/2014 par jonnyrabit
      La véritable théorie du genre

      Complètement d’accord, l’art et la politique sont deux choses antagonistes, la politique doit reposer avant toute chose sur la raison, tandis que l’art au contraire puise allègrement dans la déraison. C’est ainsi, chaque chose doit être à sa place, l’art doit être respecté dans ce qu’il est et ce qu’il fait mais ne doit pas venir empiéter sur l’espace public n’importe comment.

      C’est d’ailleurs il me semble le distingo qu’il y a lieu de faire entre la cité et la forêt, la cité est régie par des règles, la forêt est le lieu du désordre et du relâchement, c’est le domaine du dieu Pan, de tous les excès, de toutes les folies, de tout ce qui ne doit pas entrer dans la cité.


    • #740978
      le 27/02/2014 par ici
      La véritable théorie du genre

      et le Caravage aussi !


    • #741094
      le 27/02/2014 par elevencyan
      La véritable théorie du genre

      Peintres homosexuels :
      _Donatello
      _Botticelli
      _Leonard de vinci
      _Michel-ange
      Caravage
      Francis Bacon

      Ecrivains homosexuels :

      _William shakespeare (pas sûr)
      _Gustave Flaubert (pas sûr non plus)
      _Jules Verne (sans doute, en tout cas il n’était pas très branché femmes)
      _Paul Verlaine
      _Lautréamont
      _Oscar Wilde
      _Rimbaud
      _Kipling
      _Proust
      _Cocteau
      _Dostoïevski
      Mishima
      ...
      etc etc la liste est trop longue, et je ne cite que ceux que je connais. Je peux aussi citer Tchaïkovski, dans la musique, dans les cineastes : Pasolini, Eistenstein, Visconti, Charles Laughton (la nuit du chasseur).
      Picasso est bien brave mais il dit n’importe quoi. Il y a d’immenses génies homosexuels, et pas seulement dans les arts d’ailleurs (je pense a Alan Türing sans qui je ne pourrais pas taper ces mots sur cette machine). Que l’homosexualité soit pathologique c’est surement vrai, mais qu’elle soit impropre a la créativité c’est complètement faux, le fait même qu’il y ait une si grande minorité d’homosexuels fait que l’idée de l’homosexualité comme d’une attirance pour le "même" et par extension le conformisme est contraire a la réalité des faits. Les homosexuels sont et seront toujours des marginaux, des excentriques qui auront du mal a s’intégrer dans la norme hétérosexuelle. Il faut remonter au temps de la sparte antique pour trouver une société où l’homosexualité est normative. C’est au contraire le narcissisme des homosexuels (je parle pour les hommes) qui en font souvent de bons artistes, ils cherchent a rayonner, et ils sont constamment ramenés a leur bizarrerie par le regard des autres, la méfiance des autres, ils ne sont jamais dans une zone de confort, ce qui les pousse a se battre esthétiquement et intellectuellement pour se "valider". Aucun artiste ne fleurit dans l’aisance et le conformisme.


    • #741237
      le 27/02/2014 par gloubi
      La véritable théorie du genre

      Sauf que l’art est étroitement lié à la politique, c’est son essence même.
      Il n’y a qu’à voir dieudonné.


  • #740831
    le 27/02/2014 par curieux
    La véritable théorie du genre

    Il y a aussi une autre citation de Picasso qui mérite d’être méditée :

    “Dans l’art, le peuple ne cherche plus consolation et exaltation, mais les raffinés, les riches, les oisifs, les distillateurs de quintessence cherchent le nouveau, l’étrange, l’extravagant, le scandaleux.

    Et moi-même, depuis le cubisme et au-delà, j’ai contenté ces maîtres et ces critiques avec toutes les bizarreries changeantes qui me sont passées par la tête, et moins ils me comprenaient, et plus ils m’admiraient.

    A force de m’amuser à tous ces jeux, à toutes ces fariboles, à tous ces casse-tête, rébus et arabesques, je suis devenu célèbre, et très rapidement. Et la célébrité pour un peintre signifie ventes, gains, fortune, richesse. Et aujourd’hui, comme vous le savez, je suis célèbre, je suis riche.

    Mais quand je suis seul à seul avec moi-même, je n’ai pas le courage de me considérer comme un artiste dans le sens grand et antique du mot.

    Ce furent de grands peintres que Giotto, Le Titien, Rembrandt et Goya : je suis seulement un amuseur public qui a compris son temps et a épuisé le mieux qu’il a pu l’imbécillité, la vanité, la cupidité de ses contemporains. C’est une amère confession que la mienne, plus douloureuse qu’elle ne semble. Mais elle a le mérite d’être sincère.”

    Lettre à Giovanni Papini, publiée en 1952


  • #740981
    le 27/02/2014 par alt
    La véritable théorie du genre

    Pourquoi s’infliger ce type réflexion maintenant que l’on sait que l’idéologie du genre mène logiquement et fatalement à sa négation pure et simple ?.


  • #741059
    le 27/02/2014 par Ysildor
    La véritable théorie du genre

    Il y a deux choses que je ne comprends pas :

    - Dire qu’il faut interdire la “publicité de l’homosexualité” dans les écoles, c’est reconnaitre que les déterminismes biologiques ne sont pas tout, que d’autres facteurs peuvent influencer la sexualité d’un être humain. Par conséquent, n’est-ce pas reconnaitre implicitement la véracité de la théorie du genre ?

    - Mettre en vente le livre de Weininger n’est-il pas là aussi problématique, lui qui élabore une sorte de théorie du genre ? En effet, il parle de « formes sexuelles intermédiaires », d’« intersexuels » ; il dénonce l’éducation genrée (cf. Chapitre V, Caractérologie et morphologie) : « Toute notre éducation est fondée sur la négation de l’individuel. » et plus loin : « D’être soumis ainsi, comme sous la pression d’un étau, à une éducation uniforme et uniformiste, les hommes et les femmes ont autant à pâtir, même si les premiers sont appelés à souffrir davantage du fait de se voir imposer un même loi, les secondes davantage du fait d’être modelées par les mêmes mœurs ».

    Si quelqu’un peut m’éclairer...

     

    • #742008
      le 28/02/2014 par noname
      La véritable théorie du genre

      Pour ton premier paragraphe :

      Jusqu’à une certaine limite, Il est évident que notre vie est influencée par notre quotidien, que ce soit les médias, tes lectures, ta condition de vie, ton entourage etc. mais cette influence trouve ses limites.

      Par exemple : un enfant perdu sur la plage tourne instinctivement le dos au soleil, c’est pas un stéréotype c’est une réalité.

      Comme cet exemple, beaucoup de chose dans la liste que j’ai écrite sont tirés de la réalité et n’ont finalement pas vraiment d’influence sur toi puisque c’est « la réalité » tout simplement. Le discours des féministes est celui ci : la société a instaurée des rôles par l’intermédiaire des médias, l’école etc. Discours qui s’accommode de celui de la lgbt (qui sont les mêmes souvent..) qui estime que cette "loi" s’est étendue jusqu’à la sexualité...

      Dans la mesure ou les sexes ont étés imposés de façon biologique (il n’en existe que deux et une seule combinaison est possible : celle qui donne naissance à un enfant) il ne peut en aucun cas être question d’influence pour l’hétérosexualité. A part le plaisir, l’homosexualité n’a aucun intérêt et peut donc être considéré déviante.

      Je tiens à te signaler que ce dispositif fait la promotion de toutes sortes de pratiques déviantes (homosexualité, sodomie, sm, bondage etc) qui n’ont rien à voir avec les pratiques hétérosexuelle normale (je te fais pas un dessin...). Un des plans de ce dispositif est évidemment d’avoir des gens débridés qui accepteront toutes sortes de pratiques qui n’ont d’autre intérêt que le plaisir et ce, pour qui on sait.

      Par contre, on peux aussi se poser la question de pourquoi les gens qui nous disent que les normes sont imposées par l’apprentissage et tout ce qui concerne ma première liste (média etc) ne s’offusquent pas d’imposer eux même des éléments de sexualité a des gamins qui n’ont pas conscience de ce qu’ils font ? Pourquoi, au lieu de bannir les jeux stéréotypés, ils contraignent les garçons à jouer à la poupée et aux filles à jouer avec des voitures ? Pourquoi ne pas avoir trouvé des jeux et activités neutres ? (qui existe évidemment...)

      Je connais déjà la réponse, beaucoup auront compris aussi.

      Au final, ne pas aller chercher l’enfant dès le plus jeune age c’est la meilleur façon de ne pas interférer sur sa sexualité, aujourd’hui, avec ce type d’éducation, certains sont quand même devenu gay, donc ça n’a rien à voir...


    • #744085
      le 01/03/2014 par kasiar
      La véritable théorie du genre

      @noname

      C’est vrai qu’à force de faire la chasse aux stéréotypes on finit par en inventer de nouveaux, dont on ne sait pas quelles répercussions ces derniers auraient sur l’équilibre psychique des individus.

      L’interrogation, cher camarade sur pourquoi inverser les rôles au lieu d’inventer des jeux neutres est très pertinente et au moins on pourrait dire que la démarche n’est pas une certitude que l’on impose aux enfants. Il faudrait pour celà réussir à se faire entendre, dans un premier temps