Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

« Laissez les pays et les banques faire faillite »

par Marc Faber

Marc Faber, un expert suisse de la finance mondialement reconnu, estime samedi dans une interview qu’il vaut mieux laisser les banques et les pays faire faillite que de les sauver avec l’argent public.

« Il faut laisser les pays et les banques en difficulté faire faillite, tout en protégeant les épargnants », analyse Marc Faber, expert internationalement reconnu dans la finance. Ce choix est meilleur que de sauver les banques avec l’argent du contribuable.

Le sauvetage des banques aux Etats-Unis n’a rien apporté à l’économie, a déclaré Marc Faber dans une interview parue samedi dans « Le Temps ». Mais deux ans plus tard les banquiers reçoivent des bonus record, ajoute-t-il.

Selon l’analyste, le secteur financier est devenu bien trop gros par rapport à l’économie réelle. « Les banques ne devraient s’occuper que de garder l’épargne des gens et la prêter à d’autres. Elles ne devraient plus faire de trading ».

Concernant la décision de la Banque nationale suisse (BNS) de resserrer son taux Libor et d’augmenter ses liquidités en francs, Marc Faber estime que ce n’est pas une « bonne stragégie ». « Les prix de l’immobilier et l’inflation grimperont et l’économie réelle ne sera pas aidée ».

Selon l’expert reconnu pour ses capacités à prévoir les crises, il est évident qu’à court terme le franc fort fait souffrir les entreprises exportatrices. Mais sur le long terme, il vaut « mieux une monnaie forte qu’une inflation élevée » car cela permet notamment aux entreprises d’acheter des matières premières à meilleur coût.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • J’aime bien Faber.
    .
    Ceci dit, lutter contre l’inflation c’est lutter pour sauvegarder les intérêts des rentiers ("actionnaires" en novlangue, ça fait plus "actifs") en créant ipso-facto du chômage qui, in fine, jette le peuple à la rue, dans des tentes.
    Alors que, en indexant les salaires sur l’inflation celle-ci est indolore pour le peuple qui bosse ("salariés" en novlangue, ça fait plus "feignasse qui attend sa paie, son salaire") et seul les parasites voient leurs trésors fondre (un tout petit peu) au soleil, ce qui ne les fait en rien changer leur mode de vie.
    .
    L’indexation permet au peuple de consommer et au pays de s’épanouir et de répondre aux besoins de son peuple. Ca ne coûte pas plus cher, ça permet de répartir les richesses, c’est tout : du "haut" vers le "bas", et non l’inverse comme aujourd’hui.
    .
    Sinon, Faber à raison, il faut laisser crever les banquiers d’affaires irresponsables et se planter les "pays" (comprendre : les banquiers centraux, c’est-à-dire les mêmes que précédemment). Les pays et les populations, eux, ne sentiront pas la différence excepté qu’àprès ce "plantage", comme par hasard, la crise fera partie du passé. Marrant, non ?

     

    • Il faut spolier les propriétaires de la Fed,c’est le coeur du système et de notre problème.


    • @pff



      lutter contre l’inflation c’est lutter pour sauvegarder les intérêts des rentiers



      Un peu réducteur.

      - Si une forte inflation fait maigrir les rentiers... elle fait crever les épargnants ;

      J’y vois deux conséquences :

      1- Impossible d’ acheter un logement dans ce cas et les petites gens se trouvent donc esclaves d’un autre rentier : leur "propriétaire" qui leur grève bon an mal an 5000-10000€.

      2- En décourageant l’épargne, tu encourage un autre vecteur de décadence : le consumérisme.

      - Il est très dangereux d’investir dans un pays avec une forte inflation... si tu veux que les entreprises se cassent à terme, tu sors la planche à billets.

      - Le cercle augmentation des prix- augmentation des salaires devient vite incontrôlable (Cf Assignats, Zimbabwe 2008...)

      En fait, l’inflation vient surtout du système de création monétaire... lutter contre l’inflation implique de reprendre le contrôle de la création monétaire sur les banques... et dans cette optique, ça m’ irait totalement.