Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le Conseil de sécurité de l’ONU autorise le déploiement de 12 000 casques bleus en Centrafrique

La décision était attendue avec impatience étant donné les menaces qui pèsent sur la Centrafrique, en proie au chaos depuis maintenant plus d’un an, avec la prise du pouvoir par la coalition rebelle de la Séléka et les violences inter-religieuses.

Sur proposition française, le Conseil de sécurité des Nations unies a en effet autorisé à l’unanimité, ce 10 avril, le déploiement d’environ 12 000 casques bleus dans ce pays, où la France a déjà envoyé 2 000 soldats dans le cadre de l’opération Sangaris, aux côtés de 6 000 soldats de la Mission de soutien à la Centrafrique (MISCA), déployés sous l’égide de l’Union africaine.

Ces casques bleus (10 000 militaires et 1 800 policiers) formeront ainsi la MINUSCA (Mission multidimensionnelle intégrée de stabilisation des Nations unies en RCA) et relèveront les soldats africains de la MISCA, dont les effectifs sont composés, depuis l’annonce du retrait du Tchad, par des contingents venus du Burundi, du Cameroun, du Congo, de la République démocratique du Congo, du Gabon, de la Guinée équatoriale et du Rwanda.

Le transfert d’autorité entre la MINUSCA et la MISCA est prévu pour le 15 septembre prochain. Le mandat initial de cette nouvelle mission des Nations unies expirera le 30 avril 2015.

Comme pour la MISMA, au Mali, la MISCA devrait fournir, dans un premier temps, l’essentiel des effectifs de l’opération des Nations unies. Restera donc à trouver 6 000 autres casques bleus, ce qui ne sera pas une mince affaire.

Dotée d’un budget évalué entre 500 à 800 millions de dollars, la MINUSCA aura pour mission de protéger la population civile ainsi que les convois humanitaires, de faire du maintien de l’ordre, de soutenir la transition politique et de tâcher d’arrêter les auteurs d’exactions afin de pouvoir les traduire devant la Cour pénale internationale (CPI).

Par ailleurs, et pendant que les gendarmes mobiles prochainement appelés à intégrer l’opération EUFOR RCA, lancée officiellement par l’Union européenne le 1er avril, commencaient à patrouiller dans les rues de Bangui, deux soldats français ont été blessés aux jambes, hier, par l’explosion du grenade alors qu’ils tentaient de contrôler un individu suspect dans le quartier Combattants.

« Nos soldats contrôlaient un individu ivre, excité, avec une arme blanche, quand il a lancé une grenade. Deux hommes ont été blessés très légèrement à la jambe, il n’y a aucun souci pour eux », a précisé le colonel François Guillermet.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Les Casques Bleus ? Des soldats d’opérette, peu motivés, qui ont souvent laisser perpétrer des massacres à 200 mètres de leur camp, sans daigner se bouger .

     

    • Vous êtes réducteurs : ils ne savent pas faire que ça !

      - Déjà, il leur arrive de prêter (ou en tout cas, de se faire emprunter) leurs gros chars blancs avec des lettres noires dessus aux milices armées d’en face...comme en Bosnie !
      - Puis, il peuvent aussi servir d’otages (et qui remercie pour ça ? Les journaliste qui vont faire du tirage et les bandes armées qui vont rançonner)...comme en Bosnie !
      - Ensuite, ils peuvent aussi servir de cibles d’entraînement (pas difficile, on les voit à des km avec leur casque tout bleu)...comme en Bosnie !
      - Enfin, éventuellement, il peut leur arriver, comme toute armée, de commettre, parfois, des bavure quand ils passent enfin à l’action...ou en tout cas, contribuer à faire du marché noir et des trafics illicites...Et dire que l’on nous demandait de les aduler à l’école quand j’étais gamin ! Fichue éducation républicaine...

      Hé ! Franchement ! On nous bassine avec la bêtise des gens de 1914 qui envoyaient des foules de soldats habillés avec des pantalons rouges bien visibles...Mais que dire de nos contemporains qui, cent ans plus tard, envoient 12000 types surmontés d’un casque bleu-ciel qui jure au milieu de la brousse ou du théâtre urbain ?


    • Au Rwanda ils ont vachement evité le pire il faut dire... avec un tel fait d’armes on peut leur faire confiance...


  • Sans blaguer, on ne peut pas dire que la "communauté internationale " se bouscule pour intervenir . Quand je vois les pays prestataires, je me dis que ce n’est peut etre pas plus mal .
    Sur l’action des casques bleus, je ne peux quadmirer le vécu de MATRIX le GAULOIS . J’y ajouterai les trafics en tous genres , les transports de putes le long de "sniper allee", les bordels et clandés, la vraie vie quoi !


  • Un cheval de Troie de plus !
    l’Afrique... ou le nouveau monde... le massacre des indiens d’amérique n’effraye pas grand monde, j’ai l’impression !

    le peuple algérien doit-il vous montrer une fois de plus comment foutre l’agresseur DEHORS !!!
    l’ onu n’a strictement rien fait pour empêcher les massacre au Rwanda, en irak, en Palestine...

    éparpillez vous, investissez les campagnes, fuyez car ces soldats malfaisants sont des meurtriers !!!

     

    • Je crains que le peuple algérien ne soit très occupé chez lui d’ici peu de temps , et peu à meme de donner des leçons aux autres ....De plus, il est facile de "foutre dehors" un agresseur qui ne demande qu’à s’en aller ! Mais , il ne faut pas le suivre . Je rappelle seulement , karim qu’il y a 815 000 algériens inscrits sur les listes électorales algériennes en France...