Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Le Covid-19 : la plus vaste opération d’ingénierie sociale de l’histoire ? – Lucien Cerise répond aux questions de Rivarol

Note de la rédaction

Un entretien paru dans le numéro 3428 de Rivarol du 10 juin 2020.

 

Rivarol : Pensez-vous que nous avons assisté avec le confinement mondial à la plus vaste opération d’ingénierie sociale de l’histoire ? 

Lucien Cerise : Selon la définition que je propose sur la base des travaux de Karl Popper et Kevin Mitnick, l’ingénierie sociale est la transformation furtive d’un sujet social, individu ou groupe. Le caractère furtif, qui évoque la notion de piratage, au sens informatique, c’est-à-dire d’invisibilité et de camouflage, est plus ou moins marqué selon les cas. En l’occurrence, la furtivité est presque absente de cette opération mondiale, dont le confinement n’est qu’une partie, car tout est avoué, ou presque. Le pouvoir mondialiste dissimule à peine ses intentions et parle dans les médias d’une nouvelle réalité émergeant de la crise – car « plus rien ne sera comme avant » – en posant des questions orientées du genre « Que sera le monde après le Covid-19 ? », comme s’il y avait une raison pour que le monde change.

Dans le réel, l’épidémie est finie et le nombre de décès est resté dans la moyenne d’une grippe saisonnière. Cependant, Bill Gates, et d’autres, insistent encore et nous répètent : « Pas de retour à la normale sans vaccination et sans traçabilité numérique des populations ! »

Le programme originel de cette opération consistait en un confinement d’au moins 18 mois, jusqu’en 2022, voir les propos de Neil Ferguson ou Alain Bauer. Que cela se termine aussi vite dans le réel est donc un échec pour le pouvoir, mais il n’abandonne pas et essaye de pérenniser la crise malgré tout de manière virtuelle, dans les médias, en faisant planer la menace d’une deuxième vague et d’un reconfinement, et en exigeant encore le respect des gestes barrières et du port de masques, ce qui donne à voir le spectacle étrange d’une pantomime sociale théâtrale sans objet.

Il s’agit donc bien d’une tentative de transformation de la société, et dans des proportions effectivement inédites pour ce qui concerne l’usage de la fiction. En comparaison, les deux guerres mondiales, qui n’avaient aucune raison d’être déclenchées en dehors d’une propagande de guerre massive, furent déjà des opérations d’ingénierie sociale très réussies, c’est-à-dire des conflits triangulés à l’échelle planétaire, mais la part de fiction et de virtuel était moindre car de nombreux événements se déroulaient tout de même dans le réel. En revanche, le coronavirus ne produit rien d’extraordinaire par lui-même dans le réel, sa dangerosité exceptionnelle n’existe que dans la parole politico-médiatique, celle-ci devant générer par effet d’hypnose collective une sorte de réalité virtuelle hologrammatique dans laquelle un virus abominable menace l’humanité et risque de faire des millions de morts. Dans cette perspective, le principal problème à gérer pour le gouvernement français est la surface d’extension de l’hallucination collective. Comme on dit, il est possible de mentir à beaucoup de gens, mais on ne peut pas mentir à tout le monde.

 

Quels furent les mécanismes de la mise en place de cette opération ? Que révèlent les réactions des Français face à cela ?

Le neuro-piratage d’un individu ou d’un groupe a souvent besoin d’un alibi, un prétexte, dont le rôle est de faire accepter au sujet cible sa propre transformation par un acteur extérieur, selon le principe du pompier pyromane. Au prétexte d’un problème, plus ou moins réel ou fictif, on en profite pour transformer la société de façon définitive. Si Bill Gates et Jérôme Salomon nous avaient dit « Nous allons vous enfermer chez vous, puis vous serez vaccinés et pucés comme du bétail », tout le monde aurait dit « Non ». Pour fabriquer le consentement à ce traitement, il faut donc un prétexte, ici une « pandémie », que Bill Gates a baptisée Pandemic 1 dans un article (« The First Modern Pandemic »), afin de préparer les esprits à ce qu’il y en ait une deuxième, une troisième, etc..

De nombreux Français ont grogné contre cette opération, j’en fais partie, mais globalement nous nous sommes soumis physiquement, moi comme tout le monde, parce que l’État et sa police contrôlent parfaitement la situation et qu’il n’y a aucune possibilité de leur échapper, sauf en imagination.

L’alternative est simple : soit vous contrôlez l’État et la police, soit ce sont eux qui vous contrôlent, point à la ligne.

 

Comment la pandémie a-t-elle été utilisée pour renforcer l’appareil de surveillance des populations ? Quelles sont les mesures qui vous semblent les plus dangereuses pour l’avenir ?

Au niveau mondial, la crise a permis de renforcer la traçabilité numérique des populations.

En France, on voit aussi se dessiner un double standard du contrôle social. Par exemple, pendant le confinement, des mesures d’allègement de la surveillance ont été décrétées pour certaines catégories de la population et dans certains quartiers. Nous ne sommes qu’au début de ce processus.

La vraie nature du projet de surveillance n’est pas une surveillance uniforme mais discriminée, par application de la « discrimination positive » aux minorités, qui bénéficient de passe-droits et de dérogations, ce qui se traduit concrètement par une liberté de mouvement supérieure à celle de la majorité silencieuse. La Commission européenne travaille sur un passeport commun de vaccination pour les citoyens de l’Union européenne, ce qui permettra de les bloquer aux frontières s’ils n’ont pas été vaccinés. En revanche, les immigrés clandestins pourront continuer à franchir toutes les frontières sans être vaccinés.

L’horizon visé est la création d’une nouvelle hiérarchie et aristocratie de privilégiés au plan international et au sein des nations, avec un redécoupage territorial qui nécessitera des passeports intérieurs pour aller d’une région à l’autre, sauf pour certaines personnes et catégories de personnes.

 

Internet fut le vecteur de toutes les contestations contre les vérités officielles. Pensez-vous que les GAFA vont réduire cet espace de liberté ?

Les GAFA cherchent un moyen de couper les segments d’Internet permettant la réinformation et l’auto-organisation horizontale du peuple. Cela se fera au prétexte d’un virus informatique obligeant à ne conserver que des fonctions inoffensives du cyberespace : messageries professionnelles, médias conventionnels, etc..

Le champ de bataille est l’esprit. La réinformation, la métapolitique et la dissidence sur Internet préparent la victoire des partis politiques populistes, ce qui inquiète le pouvoir suprême mondialiste. En soi, la contestation en ligne et virtuelle est impuissante, mais elle va inévitablement se convertir un jour dans le champ institutionnel, par des victoires électorales menant légalement à un changement de régime. L’accession au pouvoir par les urnes de Poutine après Eltsine, de Trump après Obama, de Victor Orbán ou des conservateurs polonais après les libéraux dans leurs pays respectifs, et même de Salvini bien que cela fut abrégé, toutes ces victoires électorales sont des avertissements, reçus 5/5 par les GAFA qui travaillent main dans la main avec les réseaux de George Soros. Même Jair Bolsonaro, le président du Brésil, a vu son compte Twitter censuré parce qu’il s’opposait au confinement de masse. Certaines forces estiment avoir une autorité supérieure à celle des représentants élus démocratiquement.

 

Que vous inspire la loi Avia ?

Un principe de base en psychologie est que la verbalisation des émotions permet de les apaiser. Verbaliser la colère, ce que certains appellent la « haine », permet de se défouler et de se calmer. Internet et les réseaux sociaux servent donc d’exutoires pour ce que le politiquement correct anglophone nomme le Hate Speech. Si l’on ne peut plus exprimer verbalement sa colère, celle-ci aura une forte tendance à s’exprimer physiquement par des passages à l’acte violents, contre autrui ou contre soi.

La loi Avia, qui a pour but officiel de lutter contre l’expression de la colère dans le virtuel, a donc en fait pour but officieux d’augmenter l’expression de la colère dans le réel, et d’amplifier ainsi les tensions et la fréquence des passages à l’acte de violence physique. Il est cependant très facile de contourner cette loi de deux façons : soit en utilisant des noms de code (les Inuits, les CPLF, etc.), soit en partageant des contenus de médias acceptés par le pouvoir, mais qui disent la vérité malgré tout, ce qui constitue environ 10 % de la production totale des médias conventionnels. Si le pouvoir commence à censurer les contenus issus de Libération, du Figaro, du Monde, de BFM TV, etc., il commence à se tirer une balle dans le pied. Il ne faut donc pas hésiter à le pousser dans cette direction en l’aidant à se frapper lui-même dans des boucles de rétroaction.

Un exemple récent de choc en retour de la loi Avia : des militants LGBT ont vu leurs comptes Facebook censurés parce qu’ils avaient utilisé le terme péjoratif de « pédé ». Ces phénomènes vont se multiplier d’eux-mêmes mais nous pouvons aussi les favoriser pour aider le système à s’effondrer sur lui-même.

 

La guerre déclarée à « l’argent liquide » est une priorité de l’oligarchie. Pourquoi ?

L’argent liquide permet le respect de la vie privée dans le champ économique. C’est très exactement ce qui fait horreur à l’oligarchie, qui rêve d’une gestion panoptique universelle omnisciente et omnipotente de la société. La vie privée crée des angles morts et des zones d’ombre dans le système. Le pouvoir lui mène donc fort logiquement une guerre totale afin d’éliminer toute incertitude et imprévisibilité dans le système.

 

Au final, croyez-vous que cet épisode aura permis une prise de conscience dans les masses ?

Pour déterminer s’il y a une prise de conscience des masses ou pas, il faut pouvoir quantifier cet éveil des masses. Nous verrons donc aux prochaines échéances électorales, sur la base de chiffres concrets, si les Français commencent à s’éveiller. Toute autre méthode intuitive est livrée à l’arbitraire subjectif et aux bavardages.

Une chose est certaine : si Emmanuel Macron est réélu en 2022, ce sera la preuve qu’il n’y a eu aucune prise de conscience. Pour déloger Macron de l’Élysée, nous devons gagner les élections contre lui. Les autres solutions sont utopiques car les « forces de l’ordre » s’interposeront.

L’hégémonie culturelle et la victoire des idées ne sont donc pas suffisantes, il faut aller jusqu’à la reconquête des institutions, afin de se faire obéir des forces de police au lieu de les subir. C’est ainsi que le peuple conscientisé et organisé en partis politiques pourra à nouveau « faire la loi », c’est-à-dire la rédiger et l’imposer à l’oligarchie mondialiste.

 

Rendez-vous sur le site de la revue Rivarol
pour commander un numéro ou s’abonner.

 

Retrouvez Lucien Cerise
en conférence à Lyon :

 

Retrouvez Lucien Cerise
avec les formations E&R (saison 2020-2021) :

Retrouvez Lucien Cerise sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

59 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Quantifier l’éveil des masses avec les résultats électoraux :
    il faudrait pour cela que les élections soient vraiment démocratiques.
    Or elles sont salement truquées en aval et en amont, ceci sur tous les plans :
    financier, juridique, découpage géographique, informationnel, choix des candidats, par partis subventionnés, le tout assorti de chantages.
    Avec in fine, bourrage d’urnes, transport de bulletins aléatoires,et comptage au ministère de l’intérieur.
    Quelqu’un arriverait-il à avoir confiance en cet enchaînement-là ?

     

    • Bon alors on fait quoi ??
      On avale la cigüe ou on s’innocule nous mêmes les nanotechnomogies qui permettront de nous suivre à la trace comme le dernier des veaux ???
      Cerise a raison,il n’y a pas d’autres solutions pour reprendre le pouvoir sur nos vies à part peut-être une guerre civile sauf que nous ne sommes pas aux USA et que les armes et la technologie sont dans le camp d’en face...


    • @ Gauthier Perlouze,

      Aux USA, si tant est que chacun soit outillé, ce qui est loin d’être le cas, les armes et la technologie appartiennent aussi au camp d’en face : mais pas seulement ; quelle que soit l’opération « commando » et l’excellence des intervenants, ils ne sont rien sans la logistique et le soutien : et particulièrement au long cours. Sans parler de la saisonnalité de la chose...
      Ceci, parlant d’élite, là-bas, comme ici, comme partout ailleurs : aussi, imaginez des Pierpoljack entraînés au McDo et au canapé BFMTV...


    • @SEDECIAM : fort raisonnable votre propos ; les burnes sans les urnes c ’est un pari hasardeux . Cerise dit toutefois une chose intéressante en nous apprenant que le plan Covid initial était une confinement d une durée de 18 mois ; or celui ci n ’a duré que 3 mois ; car il n ’était plus maintenable après ce délai .C ’est une vérité que nous avons tous éprouvée , chacun se disant après trois mois " il faut que ça cesse , trop c ’est trop " . C ’est donc bien que le pouvoir a ses limites ( même s ’il les pousse à notre époque à leur maximum de tension avant rupture ) il connait ces limites , il les découvre et s ’y plie avant qu ’il ne soit trop tard .C ’est la dessus cher Dedeciam qu ’il faut jouer : rendre ces limites toujours plus étroites pour le pouvoir et c ’est tout le travail d ’ailleurs de la réinformation ; Cerise le dit bien le " champ de bataille est celui de l ’esprit " . Ou alors selon Machiavel pousser ce pouvoir à les passer ces limites et l ’amener à perdre les pédales . . . mais certes aussi les burnes à un certain moment ne sont pas facultatives ; et ces burnes gonflent singulièrement avec l ’exaspération quand " trop c ’est trop ! " .


    • Le 17 juin à 19:19 par Pacôme Ladislas
      "Quantifier l’éveil des masses avec les résultats électoraux :
      il faudrait pour cela que les élections soient vraiment démocratiques.
      Or elles sont salement truquées en aval et en amont, ceci sur tous les plans :
      financier, juridique, découpage géographique, informationnel, choix des candidats, par partis subventionnés, le tout assorti de chantages.
      Avec in fine, bourrage d’urnes, transport de bulletins aléatoires,et comptage au ministère de l’intérieur.
      Quelqu’un arriverait-il à avoir confiance en cet enchaînement-là ?"

      - Donc, d’après vous, Donald Trump a truqué les élections pour gagner en 2016 ?


    • réponses interressantes de Lucien Cerise, sauf à la fin, c’est dommage qu’il parle de s’en sortir par les urnes, franchement.


    • Le 18 juin à 12:52 par europa.76
      "réponses interressantes de Lucien Cerise, sauf à la fin, c’est dommage qu’il parle de s’en sortir par les urnes, franchement."
      - Si vous avez une autre solution plus réaliste, je vous écoute.


    • on a tous tourné la tête dans la même direction et on a tous vu venir le coup de la vaccination obligatoire mais un résultat plus important et surtout presque déjà atteint, déjà assuré ce sont les éléctions à distance, le vote par internet. Le vote par internet permettra d’assurer la victoire au camp du bien pour toujours.


    • @Lucien,

      Je suis d’accord avec certains commentaires précédents : en résumé tout à fait d’accord avec votre analyse de la situation, vous êtes précis et maitrisez le sujet, on est sur la même longueur d’onde.
      Par contre la conclusion est faible et c’est quelque chose que j’ai remarqué souvent chez vous, cette propension à tout axer sur l’élection présidentielle. Comme si vous n’aviez pas mesuré la faiblesse du processus electoral actuel qui est étroitement lié à la finance qui appuie chaque candidat, à l’appui médiatique qui fait beaucoup, au trucages fort possibles (bourage d’urnes), aux candidats qui se couchent (Fillon qui s’est couché de force, Marine qui a changé brutalement de programme entre le premier et 2e tour, et on a eu l’impression qu’elle s’est couchée pendant le débat qui avait l’air truqué tellement il était grotesque, impression renforcée lorsqu’elle est partie danser après sa défaite). Je ne vous ferai pas l’insulte de ne pas avoir compris tout ça... Votre démarche semble être le "moindre mal", choisir le moins pire des candidats,... mais aujourd’hui je ne donnerais plus de faux espoirs à mon entourage sur ce point pour moi les élections c’est mort. C’est une arnaque. Sauf configuration exceptionnelle...

      Vous parlez de Trump, mais c’est un grain de sable, un ovni. Il n’est pas tenu par les réseaux. Il a son propre financement de campagne (du à sa richesse personnelle), c’est un outsider complet, et il est bien moins corrompu que les autres candidats (donc un vrai espoir). Qu’il soit passé, c’est la conjonction de deux choses : l’homme lui même (un vrai grain de sable pour la machine) et le fait que les américains sont en avance sur nous (plus de dissidents, plus de ras le bol) mais chaque pays a ses spécificités, parler de Trump ici n’a presque aucun sens parce que nous n’avons pas de candidat de ce type. Trump est un OVNI. Il n’y a pas d’équivalent français avec autant d’indépendance et autant de qualités pour rassembler...Il nous faut un Trump français (pour le moment ça n’existe pas, et ne nous parlez pas de la poissonnière qui danse sur Goldman !)...


    • Le 18 juin à 23:39 par Alex
      « Par contre la conclusion est faible et c’est quelque chose que j’ai remarqué souvent chez vous, cette propension à tout axer sur l’élection présidentielle. »
      - Je dis exactement le contraire, le camp national n’a aucune chance de gagner les présidentielles pour deux raisons : 1) les Français sont comme vous dans leur majorité, ils sont dépressifs et veulent disparaître, ils cherchent donc des raisons de s’auto-démotiver afin de ne surtout pas essayer de gagner ; 2) même en cas de victoire improbable aux présidentielles, les lobbies et les minorités actives lanceraient immédiatement une révolution colorée pour annuler le scrutin et revoter un troisième tour. Il faut se présenter aux présidentielles par principe, mais il faut surtout concentrer nos efforts sur les scrutins locaux et encercler Paris depuis la province.

      « Comme si vous n’aviez pas mesuré la faiblesse du processus electoral actuel qui est étroitement lié à la finance qui appuie chaque candidat, à l’appui médiatique qui fait beaucoup, au trucages fort possibles (bourage d’urnes), aux candidats qui se couchent (Fillon qui s’est couché de force, Marine qui a changé brutalement de programme entre le premier et 2e tour, et on a eu l’impression qu’elle s’est couchée pendant le débat qui avait l’air truqué tellement il était grotesque, impression renforcée lorsqu’elle est partie danser après sa défaite). Je ne vous ferai pas l’insulte de ne pas avoir compris tout ça... Votre démarche semble être le "moindre mal", choisir le moins pire des candidats,... mais aujourd’hui je ne donnerais plus de faux espoirs à mon entourage sur ce point pour moi les élections c’est mort. C’est une arnaque. Sauf configuration exceptionnelle... »
      - D’après vous, le processus électoral est mort en France. Mais je parie que vous estimez qu’il est encore viable ailleurs dans le monde. C’est un biais psychologique assez répandu, surtout en France, qui s’appelle l’auto-flagellation et qui se résume dans ce dicton selon lequel on pense que l’herbe est toujours plus verte dans le jardin du voisin.


    • Le 18 juin à 23:39 par Alex
      « Vous parlez de Trump, mais c’est un grain de sable, un ovni. Il n’est pas tenu par les réseaux. Il a son propre financement de campagne (du à sa richesse personnelle), c’est un outsider complet, et il est bien moins corrompu que les autres candidats (donc un vrai espoir). Qu’il soit passé, c’est la conjonction de deux choses : l’homme lui même (un vrai grain de sable pour la machine) et le fait que les américains sont en avance sur nous (plus de dissidents, plus de ras le bol) mais chaque pays a ses spécificités, parler de Trump ici n’a presque aucun sens parce que nous n’avons pas de candidat de ce type. Trump est un OVNI. Il n’y a pas d’équivalent français avec autant d’indépendance et autant de qualités pour rassembler...Il nous faut un Trump français (pour le moment ça n’existe pas, et ne nous parlez pas de la poissonnière qui danse sur Goldman !)... »
      - Je ne parle pas que de Trump mais aussi d’autres victoires électorales de leaders populistes ailleurs qu’aux USA, qui prouvent que c’est possible. Trump n’est pas un ovni du tout : il a été adoubé par le lobby sioniste et par des réseaux de l’État profond qu’on appelle « Qanon » pour résumer. Avant d’être élu président grâce à ces deux types de soutien - plus la vox populi s’exprimant au moment du vote - Trump était un personnage médiatique assez vulgaire, et ses apparitions clownesques étaient bien pires que d’esquisser quelques pas de danse sur du Goldman. Les Français ont découvert Trump pendant sa campagne électorale de 2016, ce qui donne l’illusion d’un type à peu près sérieux, mais je connais son existence depuis 1995, à l’occasion d’un voyage de tourisme aux USA, et c’était une sorte de Berlusconi américain en pire, ou de sous-Bernard Tapie.


    • @Lucien,

      Merci pour vos réponses.
      Pour le premier point, sachez que je ne suis ni dépressif et je n’ai pas non plus envie de disparaitre. Donc sur ce point (que je prend avec humour néammoins) vous êtes à côté :)
      Je vous engage sincèrement à être plus clair quand vous parlez des prochaines élections. Je ne suis pas le seul à avoir eu cette perception en vous lisant. Lisez les commentaires.
      Je vous rejoins sur la bordelisation qui pourrait être créée par les réseaux Soros (révolution colorée) si un candidat authentique arrivait au pouvoir. Il faut qu’on arrive à créer les conditions pour qu’un tel scénario puisse être neutralisé... Ca ça n’est même pas lié au camp national, c’est lié à tout candidat "hors système", hors "réseau"...

      Sur le processus electoral vous pariez mal. Je ne parle ici que de la France. Je sais que des tas d’autres processus sont tout aussi moisis ailleurs mais le système que je connais bien c’est la France pour avoir vécu plusieurs fois cette course pleine d’espoir et voir les candidats de premier tour appeler au vote du 2e (avec envie de gerber à ce moment là) et puis la mascarade du 2nd tour pour créer une adhésion artificielle du peuple pour un candidat dont ils ne voulaient pas... Quelle belle arnaque. Bref. Tout ça c’est du cirque, il est grand temps de le dénoncer et de passer à autre chose pour de bon.

      Sur Trump je pense qu’on est pas du tout du même avis. Pour moi Qanon n’a rien à voir avec l’Etat profond, c’est plus un système mis en place par des proches de Trump (lié à l’intelligence militaire car il a été mis en place avec des soutiens importants dans l’armée). Je pense que Trump est un patriote authentique. Il n’est pas Skull & Bones, il n’est pas adhérent du Bohemian Grove, il n’est pas membre du Bilderberg, il n’est pas passé par les réseaux habituels. C’est un riche qui fait le clown (mais qui n’est pas un clown !) Si vous suivez les analyses de Cosette Trudel, vous savez très bien que Trump a un double visage et qu’il a une part très pragmatique et très inspirée. Ce n’est pas un Dieu. C’est un homme avec ses limites mais je le sens honnête dans son envie de remettre les USA sur les rails, de sortir des guerres des néo cons (au profit d’Israel), d’installer une paix durable, de dézinguer l’Etat profond, de reprendre la main sur le FED, de mettre un terme au traffic humain (MK Ultra compris) et de mettre un terme au nouvel ordre mondial (dont le dernier opus a été cette opération Covid 19). J’espère qu’il sera réélu.


    • « Par contre la conclusion est faible et c’est quelque chose que j’ai remarqué souvent chez vous, cette propension à tout axer sur l’élection présidentielle. »
      Je crois que c’est votre raisonnement qui est faible, et même au-delà. Mais l’intéressé y aura répondu lui-même, il est donc inutile d’insister.


    • Le 19 juin à 22:39 par Alex
      « Pour le premier point, sachez que je ne suis ni dépressif et je n’ai pas non plus envie de disparaitre. Donc sur ce point (que je prend avec humour néammoins) vous êtes à côté :) »
      - Dans quel état sont de nombreux Français : « Impuissance apprise »
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Impui...

      « Je vous engage sincèrement à être plus clair quand vous parlez des prochaines élections. Je ne suis pas le seul à avoir eu cette perception en vous lisant. Lisez les commentaires. Je vous rejoins sur la bordelisation qui pourrait être créée par les réseaux Soros (révolution colorée) si un candidat authentique arrivait au pouvoir. Il faut qu’on arrive à créer les conditions pour qu’un tel scénario puisse être neutralisé... Ca ça n’est même pas lié au camp national, c’est lié à tout candidat "hors système", hors "réseau"... »
      - Avant de réfléchir à neutraliser ce scénario de révolution colorée, il faut déjà réfléchir à gagner les élections présidentielles. Les mondialistes sont tranquilles en France : par leur ingénierie sociale de l’impuissance acquise, ils agissent en amont du processus électoral pour décourager le peuple d’essayer simplement de s’organiser politiquement sur le plan électoral.

      « Sur le processus electoral vous pariez mal. Je ne parle ici que de la France. Je sais que des tas d’autres processus sont tout aussi moisis ailleurs mais le système que je connais bien c’est la France pour avoir vécu plusieurs fois cette course pleine d’espoir et voir les candidats de premier tour appeler au vote du 2e (avec envie de gerber à ce moment là) et puis la mascarade du 2nd tour pour créer une adhésion artificielle du peuple pour un candidat dont ils ne voulaient pas... Quelle belle arnaque. Bref. Tout ça c’est du cirque, il est grand temps de le dénoncer et de passer à autre chose pour de bon. »
      - Il n’y a qu’en France que les gens boudent le système électoral à ce point. Résultat : Macron sera réélu en 2022. Merci aux non votants qui le laisseront passer. Dans d’autres pays, notamment ceux que je mentionne dans l’entretien, il n’y a pas tous ces tortillages de cul et ça marche : des candidats populistes gagnent les élections avec le soutien de leurs partisans et sympathisants.


    • Le 19 juin à 22:39 par Alex
      « Sur Trump je pense qu’on est pas du tout du même avis. Pour moi Qanon n’a rien à voir avec l’Etat profond, c’est plus un système mis en place par des proches de Trump (lié à l’intelligence militaire car il a été mis en place avec des soutiens importants dans l’armée). »
      - Le renseignement militaire, donc Qanon, fait partie de l’État profond.

      « Je pense que Trump est un patriote authentique. Il n’est pas Skull & Bones, il n’est pas adhérent du Bohemian Grove, il n’est pas membre du Bilderberg, il n’est pas passé par les réseaux habituels. C’est un riche qui fait le clown (mais qui n’est pas un clown !) Si vous suivez les analyses de Cosette Trudel, vous savez très bien que Trump a un double visage et qu’il a une part très pragmatique et très inspirée. Ce n’est pas un Dieu. C’est un homme avec ses limites mais je le sens honnête dans son envie de remettre les USA sur les rails, de sortir des guerres des néo cons (au profit d’Israel), d’installer une paix durable, de dézinguer l’Etat profond, de reprendre la main sur le FED, de mettre un terme au traffic humain (MK Ultra compris) et de mettre un terme au nouvel ordre mondial (dont le dernier opus a été cette opération Covid 19). J’espère qu’il sera réélu. »
      - Et pourtant, Trump est mille fois plus impliqué avec le lobby sioniste que n’importe quel candidat ou candidate aux présidentielles en France, et il a fait pendant sa carrière médiatique publique mille fois pire que de danser deux minutes sur du Goldman dans un contexte semi-privé. J’ai remarqué ce double standard chez beaucoup de gens : ils accusent les leaders politiques français de travers qu’ils pardonnent à Trump avec une facilité déconcertante. Quand je le fais remarquer, on me répond « Mais ça n’a rien à voir ! », ce qui est une façon de botter en touche. Des gens se sont fâchés contre moi parce que je leur montrais cette dissonance cognitive en eux.


  • Merci Lucien,
    Conclusion en trois mots de notre objectif : " se faire obéir, en retournant les armes de l’ennemi contre lui "
    [ actuellement, c’est promouvoir la désobéissance ? C’est délicat ! ]


  • Intellectuellement avec Lucien Cerise j’ai toujours l’impression d’un magnifique envol suivi d’un crash catastrophique. L’obstacle sur lequel s’écrase sa brillante analyse est le processus électoral.

    Il n’y a pas de solution à l’intérieur du cadre imparti. Combien de faux espoirs faudrait-il encore pour le comprendre ? Il est temps de contester radicalement le système républicain et ses fondements. La démocratie au sein d’une population hétérogène n’est globalement qu’une vaste farce, bien qu’elle induise une opération de segmentation et de contrôle très sophistiqué de la population.

    Les faux semblants et les compromis nous mènent vers l’abîme. La République avec ses valeurs dévoyées est le carcan dans lequel la France a été enfermée. Il nous faut redéfinir les bases de notre système de valeurs. Selon moi ces bases doivent être tirées de ce qui peut encore unir les populations de ce pays, c’est-à-dire de ce qui est commun à notre héritage religieux chrétien traditionnel, à l’ordre naturel et au patrimoine religieux des nouvelles populations. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons faire respecter un ordre acceptable, et combattre les fauteurs de désordre protégés par le système républicain.

     

    • Ce que vous appelez un crash catastrophique s’appelle en réalité la maturité et la prise en compte du réel ainsi que la volonté d’envisager les choses sérieusement. Ce que vous mettez en avant n’est malheureusement que du verbiage et par là même inopérant. On peut ne pas être optimiste mais c’est une autre histoire.


    • Le 17 juin à 22:14 par Ultrak
      "Il n’y a pas de solution à l’intérieur du cadre imparti. Combien de faux espoirs faudrait-il encore pour le comprendre ? Il est temps de contester radicalement le système républicain et ses fondements. La démocratie au sein d’une population hétérogène n’est globalement qu’une vaste farce, bien qu’elle induise une opération de segmentation et de contrôle très sophistiqué de la population."
      - Vous parlez de faux espoirs, comme les gilets jaunes ? Une victoire du camp national aux élections présidentielles est exclue, évidemment. Mais en attendant, il est possible de reconquérir du terrain par les urnes localement, aux municipales, et par cercles concentriques aux départementales, régionales, etc., ce qui permettrait de construire un rapport de forces intéressant entre la province et Paris.

      "Les faux semblants et les compromis nous mènent vers l’abîme. La République avec ses valeurs dévoyées est le carcan dans lequel la France a été enfermée. Il nous faut redéfinir les bases de notre système de valeurs. Selon moi ces bases doivent être tirées de ce qui peut encore unir les populations de ce pays, c’est-à-dire de ce qui est commun à notre héritage religieux chrétien traditionnel, à l’ordre naturel et au patrimoine religieux des nouvelles populations. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons faire respecter un ordre acceptable, et combattre les fauteurs de désordre protégés par le système républicain."
      - Concrètement, vous allez faire comment ? Pour l’instant, vous parlez, et c’est tout.


    • @Eric et @Lucien Cerise : certes je ne fais que parler, à ma décharge je ne suis pas le seul. J’en ai entendu des discours au fil des années, et au fil donc de la dégringolade que notre pays a subie. Quand le jeu est truqué et qu’on le sait, à quoi sert de jouer ? N’est-ce pas plutôt une perte de temps et d’énergie ? N’est-ce pas une tromperie par rapport aux plus jeunes, l’entretien d’une illusion qui les laissera sur le bord du chemin quand leur jeunesse sera passée ?

      Je retire des éléments positifs d’articles comme celui-ci. C’est au moins la confirmation d’une certaine unité de pensée au sujet de la crise en cours, et en soi c’est important. Quant à l’action, je la mène au ras des pâquerettes, mais je ne conforte pas le système. Vous cherchez de votre côté à démultiplier votre action en utilisant le levier électoral, mais ce faisant vous confortez le système. Qui aura le meilleur bilan, Dieu seul le sait.


    • « Quant à l’action, je la mène au ras des pâquerettes, mais je ne conforte pas le système. Vous cherchez de votre côté à démultiplier votre action en utilisant le levier électoral, mais ce faisant vous confortez le système. »
      Vous n’en savez rien et tirez des conclusions hâtives. De mon côté il m’est arrivé de voter aussi bien que de m’abstenir, je n’ai rien pour ou contre l’un ou l’autre par principe. Voter n’est pas forcément « conforter le système » pas plus que ne pas voter signifierait forcément le combattre ou ne pas le conforter (a fortiori le dit système s’accommode d’ailleurs fort bien de l’abstention massive, du chômage de masse, et j’en passe). On peut aussi penser de manière moins unilatérale et se dire que s’il n’y a pas de solutions miracles on peut essayer de faire feu de tout bois et ne rien rejeter de manière dogmatique.


    • Vous n’évoquez jamais , malgré de bonnes analyses, la cause réelle et fondamentale de tous vos tracas . L’ingénierie de ceci, la main-mise de groupes occultes ou pas ou religieux ou pas sur cela, etc ... même à considérer qu’elles soient effectivement une partie des causes, vous ne pointez jamais la seule véritable mère de tout le merdier décrit : l’origine de l’utilisation de la monnaie.
      Quand vous aurez compris que le mode de création monétaire est en amont de l’organisation politique vous aurez une solution pour une véritable alternative, au lieu dun changement par les urnes ( sic !) .
      On ne change pas un système en le combattant mais en le rendant obsolète : ce système ne vous convient pas, créez en un autre.
      Pour vous mâcher le travail , il a été fait : il existe depuis 2017 la seule monnaie libre au monde, la g1, que plus de 2500 personnes utilisent quotidiennement. Elle est née en france à Toulouse d’après le travail d’un ingénieur français qui a démontré que la seule monnaie libre possible est une monnaie co-créé par ses membres en dividende universel dont le rythme de création est basée sur la moyenne de l’espérance de vie humaine et donc du renouvellement des individus. Tout ceci est détaillé dans un livre en accès libre , la théorie relative de la monnaie.
      Attention ça demande du travail pour se détacher de nos croyances et accueillir ce nouveau paradigme. Il nattends que les volontaires , librement. Bon courage à tous.


    • Le 21 juin à 17:31 par G1
      « Quand vous aurez compris que le mode de création monétaire est en amont de l’organisation politique vous aurez une solution pour une véritable alternative, au lieu dun changement par les urnes ( sic !) . »
      - J’ai étudié la question des monnaies alternatives et des monnaies locales, et c’est une excellente idée. Mais… car il y a toujours un mais, si elles ne sont pas encore interdites, c’est qu’elles ne dérangent pas le système, en raison d’un nombre d’utilisateurs insignifiant. Du jour où elles représenteront une menace pour le monopole d’émission de la monnaie, elles seront interdites, requalifiées de « fausse monnaie », et vous ne pourrez rien y faire, car vous aurez en face de vous les « forces de l’ordre » qui détruiront votre monnaie physiquement, et vous avec si vous protestez, et de toute façon vous serez jugés en tant que faux monnayeurs. Pour reprendre durablement le contrôle de la création monétaire à l’échelle d’une nation comme la France, il faut d’abord arriver au pouvoir, sortir de l’euro et retrouver une monnaie nationale. C’est pourquoi je soutiens toutes les organisations politiques euro-sceptiques.


    • Lucien vous dites avoir étudié la question des monnaies alternatives et je n’en doute pas, mais avez vous alors compris le fondement de la monnaie libre june ? Votre développement semble montrer le contraire : on ne peut interdire l’utilisation de nombre entre individus.
      De plus c’est considéré par les autorités à cet instant comme un actif numérique, rien d’autres.
      A chacun d’entre nous de le faire grandir et peser sur l’économie, à l’instar du bitcoin, mais avec un fondement encore plus équitable et éthique : aucun individu n’a de pouvoir supérieur à autrui quant à la quantité de monnaie créé, et cette monnaie est accessible inconditionnellement, à quiconque en fait le souhait, librement : c’est le fondement d’une monnaie .
      Pour imaginer une impossibilité matérielle par contrainte des autorités il faudrait : une coupure totale de tout réseaux informatiques connectés à Internet + l’emprisonnement arbitraire d’individu repéré au motif d’utilisation de chiffre de pair à pair. Vous y croyez vraiment ? On sera alors loin des élucubrations de pseudo dictature mais au contraire ça sera le plus incroyable asseravissement de toute l’histoire de l’humanité, et alors il y aura une bonne raison de ne penser plus qu’a une chose : le combat/là mort ou la soumission éternelle. Mais pour l’heure, la possibilité d’émancipation veritable existe bel et bien et seule l’expérience parlera.
      Imagine t-on un scientifique dire : ok ça fonctionne en pratique mais en théorie ? ? Non, l’expérience l’emporte tjrs. Essayons, les urnes on a déjà tenté, du socialisme au libéralisme en passant par le national socialisme : échec sur échec . Une autre voie est en cours d’expérimentation : la rejeterai vous par principe ? Ou par ignorance ? Dans les 2 cas, ça me semble indigne de lhumain qui cherche : il cherche , il essaie, il se trompe, il corrige jusqu’à ce que ça marche. Tout autre démarche me porte à penser qu’il s’agit de dogmatisme, qui n’emancipe en rien.


    • « on ne peut interdire l’utilisation de nombre entre individus. »
      Ah bon ! Et par quel miracle ? Si on le peut encore à ce jour concernant ce que vous évoquez, c’est parce que précisément ça ne concerne que très peu de monde et que ça ne représente pas le moindre danger. S’ils voulaient l’interdire, il faudrait être bien naïf pour croire, en l’état actuel des choses, et que vous auriez les moyens de l’empêcher et qu’ils n’auraient de leur côté ceux d’y mettre fin. Et d’ailleurs, vous l’admettez avec candeur et en creux à travers ce genre de déclaration :
      « De plus c’est considéré par les autorités à cet instant comme un actif numérique, rien d’autres. »
      En effet, vous ne croyez pas si bien dire !
      Pour le moment ces soi-disant monnaies ne sont que le pire aspect de ce que peut être une monnaie, à savoir un objet spéculatif. Après le pantalon à une jambe, la « monnaie » à une jambe !


    • Le 22 juin à 23:33 par G1
      « Pour imaginer une impossibilité matérielle par contrainte des autorités il faudrait : une coupure totale de tout réseaux informatiques connectés à Internet + l’emprisonnement arbitraire d’individu repéré au motif d’utilisation de chiffre de pair à pair. Vous y croyez vraiment ? On sera alors loin des élucubrations de pseudo dictature mais au contraire ça sera le plus incroyable asseravissement de toute l’histoire de l’humanité, et alors il y aura une bonne raison de ne penser plus qu’a une chose : le combat/là mort ou la soumission éternelle. »
      - Le pouvoir prépare une coupure non pas de tous les réseaux informatiques connectés à Internet mais de grandes parties. C’est une nécessité vitale pour lui, afin qu’il puisse reprendre le monopole de l’information et de la création de la réalité. Alain Bauer annonce que la prochaine crise sera cybernétique, probablement au moyen d’un virus informatique. Les segments d’Internet qui resteront fonctionnels seront ceux qui permettront le paiement numérique après que l’argent physique ait été supprimé. Quant à l’emprisonnement arbitraire de milliards d’individus, on a eu un test grandeur nature que c’était possible avec le confinement. C’est le « nouveau monde » issu du Covid-19, qui est une arme de guerre pour augmenter la centralisation du pouvoir et éliminer progressivement toutes les solutions alternatives.


    • Eric : votre ignorance et vos préjugés vous poussent à répondre des bêtises.
      Prenez le temps de découvrir, d’approfondir et de comprendre le fondement de la monnaie, et en particulier la monnaie libre g1 et alors vous verrez que vous ne pourrez plus écrire " ces monnaies ne sont qun objet de spéculation " .Faites le sincèrement, sans a priori, et après vous pourrez éventuellement trouver des arguments pour la discréditer en connaissance de cause.
      Quand au fait que les autorités la considère comme un actif numérique prouverait son innofensivité c’est une ineptie : lisez la définition d’un actif numérique et vous verrez qu’il ne peut être autre chose, car s’il était une monnaie reconnue par l’état , il n’en n’aurait plus le monopole.
      C’est bien parce qu’il ne peut le qualifier atrement qu’il le fait, et il le qualifie d’actif parce qu effectivement il a une valeur aux yeux de certains.
      Rien n’empêche d’échanger des biens avec un moyen d’échange accepté par ceux qui le veulent , que ça soit des tables, des plumes ..ou des chiffres dans le cas d’une crypto monnaie.
      Lisez, comprenez et partagez. Bon courage.


    • Tout ça c’est du blabla fumeux mon pauvre. Je ne m’attendais pas à une autre réaction que celle-là ! Vous devez être encore un peu jeune, du moins je l’espère pour vous, de même que j’espère que vous allez vous réveiller et ne pas vous faire avoir (après, à la grâce de Dieu, il faut que chacun fasse ses expériences, notamment les plus jeunes, sans écouter les autres !). Et puisque j’énonce des bêtises, vous allez vous faire un plaisir de me dire ce que vous avez acheté avec votre monnaie autre que « des chiffres » (ça c’est drôle !). Et puisqu’il faut croire que c’est indispensable pour comprendre que c’est inopérant et autre chose qu’un truc de geek foireux qui ne pane finalement pas grand chose à l’économie réelle, approfondissons ensemble ! :-)


  • Dans la série "incroyable mais vrai",Macron nous annonce ici l’arrivée de la "bête de l’apocalypse" et en plus de ça avec un air gourmand :https://m.youtube.com/watch?feature...


  • Lucien Cerise garde sa foi dans les urnes pour " reprendre les institutions et donner des ordres à la police " et il prévient que la réelection de Macron serait le "signe qu ’il n ’ y a pas eu de prise de conscience " .Pourtant il y aurait il un changement réel à la victoire d ’un Mélenchon ( maçon , social traître , soumis au vrai pouvoir ) ou d ’une M .Lepen (soumise au pouvoir sioniste donc à l ’état profond ) ? Et si une vraie prise de conscience ne se traduirait bien plutôt par une abstention de 90 % ( qui hélàs n ’arrivera jamais eu égard au principe que la majorité ce sont les cons ).

     

    • On peut voir les choses de diverses manières. Il y a aussi des gens intelligents qui votent de même que des « cons » qui s’abstiennent. Essayons d’être un peu moins lourdauds et excessifs dans les jugements car dans tous les cas ce n’est pas productif, au contraire.


    • On peut voir les choses de diverses manières. Il y a aussi des gens intelligents qui votent de même que des « cons » qui s’abstiennent. À quoi l’on peut ajouter que de toute façon votre dichotomie est d’autant plus absurde qu’énormément de gens ont pu être tour à tour l’un puis l’autre, j’entends votants et abstentionnistes. Essayons d’être un peu moins tranchés et excessifs dans les jugements car dans tous les cas ce n’est pas productif, au contraire.


    • Le 18 juin à 03:59 par difuk
      "Lucien Cerise garde sa foi dans les urnes pour " reprendre les institutions et donner des ordres à la police " et il prévient que la réelection de Macron serait le "signe qu ’il n ’ y a pas eu de prise de conscience " .Pourtant il y aurait il un changement réel à la victoire d ’un Mélenchon ( maçon , social traître , soumis au vrai pouvoir ) ou d ’une M .Lepen (soumise au pouvoir sioniste donc à l ’état profond ) ? Et si une vraie prise de conscience ne se traduirait bien plutôt par une abstention de 90 % ( qui hélàs n ’arrivera jamais eu égard au principe que la majorité ce sont les cons )."
      - Ce n’est pas une question de foi mais de fait. Les exemples que je cite, de Poutine à Orban, en passant par Trump, prouvent qu’un changement de régime, donc un processus révolutionnaire, peut advenir par les urnes. Sinon, pour le cas français, rassurez-vous, Macron (ou son équivalent) sera réélu et la France continuera à disparaître. Mélenchon n’a aucune chance de gagner, le RN un peu plus, mais cela déclencherait une "révolution colorée" à l’ukrainienne pour annuler le scrutin, avec des manifestations et des émeutes, le CRIF et le Grand Orient en tête de cortège, BHL à la tribune pour dire "Non au racisme/fascisme/antisémitisme/homophobie/islamophobie !" et tous les cons dans la rue pour répéter ses slogans.


    • @Eric
      Il y a aussi les éternels donneurs de leçons...
      Il y a ici depuis quelques mois une certaine hostilité envers la dialectique cousinienne, et pourtant il n’y a qu’une seule vérité, qui est l’expression du réel.
      Les élections démocratiques sont le Système. Dans les mois à venir, les dizaines de millions de chômeurs en France, en Europe et dans le monde, auront d’autres revendications, à l’instar des gilets jaunes, que de se demander s’il vaut mieux promouvoir, dans une énième gesticulation réformiste, Pierre, Paul ou Jacques à la tête de l’appareil d’État, ce que de toutes manières les grandes puissances médiatiques à la solde de l’oligarchie ne laisseront jamais faire sans que ça aille dans son intérêt.
      La prise de conscience que Cerise appelle de ses voeux n’est en fait que l’expérience historique du réel.


    • « Il y a aussi les éternels donneurs de leçons... »
      Très juste. Après l’on peut distinguer les bonnes leçons des mauvaises, et là c’est l’affaire de chacun. On peut penser que le post initial relevait de la seconde catégorie. Il n’y a pas de solution idéale mais un choix à faire pour déterminer la moins mauvaise des possibilités à un lieu et à moment donnés, même si en ce moment cet horizon politique semble assez bouché. Et il ne faut pas nier non plus que certains votes, sans être une fin en soi, pourraient peut-être a minima provoquer justement une crise politique qui pourrait être intéressante et porteuse de changements et en tout cas d’opportunités. Je suis globalement d’accord avec L. Cerise. Maurras (sans doute un autre donneur de leçon, lol), disait à juste titre que le désespoir en politique est une sottise absolue, ce en quoi il n’avait selon moi pas tort.


  • Merci Lucien, toujours passionnant mais les urnes ... pour QUI voter ??? quel parti ?
    Marine LP vient de nouveau de se décrédibiliser avec la farce de l’ ile de Sein, ignorant tous les signaux ... peut-être un détail ... à bon entendeur !
    Le nouveau parti patriote intelligent de F. Philippot mettra combien de temps à dépasser les 2% ... sans compter le scrutin à 2 tours de toute façon. La "démocratie" française est une prison.
    Comme disait le Patron, seule l’alliance des grands corps constitués (police, gendarmerie, armée) et du PEUPLE réfractaire dans un immense soulèvement forcément douloureux ferait bouger les lignes.

     

    • Le 18 juin à 09:58 par Decee
      "Merci Lucien, toujours passionnant mais les urnes ... pour QUI voter ??? quel parti ?
      Marine LP vient de nouveau de se décrédibiliser avec la farce de l’ ile de Sein, ignorant tous les signaux ... peut-être un détail ... à bon entendeur !
      Le nouveau parti patriote intelligent de F. Philippot mettra combien de temps à dépasser les 2% ... sans compter le scrutin à 2 tours de toute façon. La "démocratie" française est une prison.
      Comme disait le Patron, seule l’alliance des grands corps constitués (police, gendarmerie, armée) et du PEUPLE réfractaire dans un immense soulèvement forcément douloureux ferait bouger les lignes."
      - Appliquez les principes de la permaculture et occupez-vous de votre environnement par cercles concentriques. Si vous pouvez choisir votre maire la semaine prochaine au 2è tour des municipales, faites-le, sans rêver à l’idéal mais de manière pragmatique. Vous n’êtes peut-être pas encore impacté par le chaos qui avance et la guerre civile en cours, mais quand des zombies ramenés en France par les réseaux Soros rentreront chez vous par la fenêtre, il sera trop tard.


  • Le RN pour ceux qui l’ont connu, déjà sous l’ancienne dénomination, ne peut pas dire ce qu’il veut en public. Mais allez aux réunions de militants (sans prise de vue cachée, ils n’aiment pas ça) et vous comprendrez le danger de ce parti pour ceux aux commandes.
    De toute façon, le capital est mort, le danger étant qu’il entraîne la planète dans sa fin par apocalypse nucléaire ou guerre civile à la mad max. Ou les deux.


  • @ Gauthier
    les armes et la technologie sont dans le camp d’en face...
    pas si sûr après ce qu’on a vu à Dijon - ils avaient l’air d’être mieux armé que nos policiers et ça l’air plus efficace que le Karcher à Sarkozy


  • Je me présentes comme président : jeune, schizophrène, drogué, j’ai tout pour vous faire rêver.


  • Les elections comme révélateur ?

    Je suis taxi à Paris et je conduis 20 000 clients et passagers chaque année (enfin je conduisais jusqu’à la destruction de l’économie réelle par le confinement devrais-je dire...).
    Je n’ai jamais, mais alors jamais conduis le moindre client favorable à la politique délirante de Mme Hidalgo. Je n’ai jamais entendu un personnage politique provoquer un tel sentiment de rejet, de haine pure et dure.
    Pire que Macron. C’est dire...

    Qui va être réélue dans un fauteuil à Paris le 28 juin ?

     

    • Les électeurs d’Âne Hidalgo ne prennent pas le taxi.



    • Les électeurs d’Âne Hidalgo ne prennent pas le taxi.



      - Correct.

      Une minorité. D’où le fait que les élections sont truquées et ne servent qu’à maintenir une grossière illusion de démocratie.


    • "Les électeurs d’Âne Hidalgo ne prennent pas le taxi.".

      Qu’en savez-vous ? J’ai même conduit certains de ceux qui lui apportent leur soutien en public (artistes, journalistes, "experts" de ceci ou de cela, politiciens, etc)...mais qui la démontent sans reserve en privé.
      Pourquoi la soutiennent-ils en public, pourquoi votent-ils pour elle alors qu’ils la méprisent et sa politique également ? Parcequ’ils votent systématiquement pour la meilleure représentante du système dont ils pensent qu’il leur est le plus favorable.
      Il y a une multitude de façons de truquer, d’orienter les élections quand on possède l’argent (et même la capacité de le créer) qui permet de tout acheter.
      Vous voulez renverser le système ? Gagnez de l’argent, beaucoup, énormément, le plus possible, et vous racheterez le système pour le transformer.
      N’y a t’il pas de traders chez les nationaux capables de constituer sur peu de coups des fortunes immenses comme SOROS, ZANGER ou SCHWARTZ ? N’y a t’il aucun petit génie des probabilités et de l’informatique capable de le devenir au profit de la cause ?


    • Miséricordieux : " vous voulez renverser le système ? Gagnez beaucoup d’argent. .etc etc.." : tout faux mdr. Tu veux renverser le système par le système, pour mettre le système ? !
      Lol vous êtes à côté du problème, la monnaie telle qu’elle est créée EST le système, que tout les dissidents en mousse en prennent conscience.
      Pour changer le système, il faut en créer un autre : donc créer et utiliser une autre monnaie, née autrement, alternative, point. Par chance ça existe , et n’attend que les bonnes volontés pour y participer et reelment se détacher de l’argent dette et de sa constitution qui en découle.
      Ça s’appelle la g1, ouvre d’art pratique appliquée d’après la trm inventée par un génial français stzphane laborde. Lisez comprenez partagez, librement, bon courage .


    • Stéphane Laborde, le joueur d’échecs qui veut réinventer la roue avec ses maths...


    • @G1 @Bernardlapotre

      Vous illustrez par votre ton pourquoi les nationaux n’arrivent à rien depuis 80 ans et continueront de le faire : trop d’arrogance, trop de germes de discorde semés à la première occasion par des gens en recherche permanente de reconnaissance personnelle, trop de "nationaux" ou de "dissidents" qui trainent dans les parages pour combler le vide de leurs existences personnelles et qui viennent la ramener sur le net d’abord pour se donner le sentiment factice d’exister.

      G1 : bon courage pour convaincre la population de passer sans transition à votre monaie. Pour ma part, quand j’y passerai, ce sera quand votre prétention aura disparue, et j’ai le sentiment que cela va mettre un long moment...

      Continuez à imaginer qu’avec vos RSA, SMIC, retraites de fonstionnaires, etc, vous allez avoir les moyens de changer la société.

      Je vais faire autrement. Votre présence ne me sera pas utile.


    • Miséricordieux, je n’ai besoin de convaincre personne et je n’attends pas de changer la société : je commence à me changer moi même en comprenant d’où viens le problème. Si vous n’avez pas besoin de moi c’est parfait. Bonne continuation.


    • Le 20 juin à 13:38 par Mon Cult Démocrate aussi !
      « Correct.
      Une minorité. D’où le fait que les élections sont truquées et ne servent qu’à maintenir une grossière illusion de démocratie. »
      - Anne Hidalgo est la candidate des « minorités », mais toutes ces minorités additionnées font une majorité à la fin. C’est pourquoi elle peut gagner sans avoir besoin de truquer les élections.


    • Le 21 juin à 12:00 par misericordieux
      « Qu’en savez-vous ? J’ai même conduit certains de ceux qui lui apportent leur soutien en public (artistes, journalistes, "experts" de ceci ou de cela, politiciens, etc)...mais qui la démontent sans reserve en privé. Pourquoi la soutiennent-ils en public, pourquoi votent-ils pour elle alors qu’ils la méprisent et sa politique également ? Parcequ’ils votent systématiquement pour la meilleure représentante du système dont ils pensent qu’il leur est le plus favorable. »
      - Merci, vous expliquez bien pourquoi Anne Hidalgo peut gagner des élections sans avoir besoin de les truquer : elle représente effectivement un intérêt pour beaucoup de gens, y compris ceux qui la méprisent.


    • "Merci, vous expliquez bien pourquoi Anne Hidalgo peut gagner des élections sans avoir besoin de les truquer : elle représente effectivement un intérêt pour beaucoup de gens, y compris ceux qui la méprisent.".

      Anne Hidalgo, qui suit à la lettre le plan d’action Nouvel Ordre Mondial qui lui a été fixé (cf plan de remodelage de l’île de la Cité), gère un budget annuel de 8 milliards d’Euros avec lequel elle pratique un clientèlisme forcené, notamment grâce aux logements sociaux et aux subventions aux associations. Le clientélisme de grande ampleur d’Hidalgo avec l’utilisation des fonds publics, c’est du trucage. Ainsi, comment s’appelle le fait de loger des centaines de journalistes qui n’ont rien à faire là (dont Médiapart) pour éviter de se voir trop critiquée dans la presse ?
      Comment gagne t’on des élections contre une Hidalgo ou un Macron (se remémorer les conditions de son election, Fillon, mise en avant dans toute la presse subventionnée,abondance de financement, utilisation des moyens de l’Etat, etc) quand les dès sont pipés à ce point et qu’on n’a pas une thune ?


    • Le 23 juin à 09:12 par misericordieux
      « Comment gagne t’on des élections contre une Hidalgo ou un Macron (se remémorer les conditions de son election, Fillon, mise en avant dans toute la presse subventionnée,abondance de financement, utilisation des moyens de l’Etat, etc) quand les dès sont pipés à ce point et qu’on n’a pas une thune ? »
      - Quand on n’a pas les millions, il faut être des millions. Les organisations de masse peuvent compenser le manque de thune. Pour bien le comprendre, il faut en finir avec le romantisme des groupuscules dissidents et ne pas dénigrer systématiquement les solutions adaptées à la moyenne et à la masse, même si elles manquent de panache.


    • Lucien , miséricordieux demande comment on gagne les élections sans thunes et vous repondez que sans thunes il faut être des millions , en omettant que ce sont les thunes qui font bouger les millions . Tautologie.
      Vous idealisez les millions en décrétant qu’ils ont la même vision du monde et qu’ils suniraient sous une ideologie commune : on a vu que la dernière plus grande mobilisation à réuni quelques centaines de milliers au mieux et sous quelle bannière ? Plus de pouvoir d’achat...
      Cqfd : expliquez aux gens qu’ils n’ont pas à attendre qu’on leur donne ce pouvoir mais qu’ils nont qu’à le prendre en créant leur monnaie est la seule chose à faire demancipateur.


    • « Lucien , miséricordieux demande comment on gagne les élections sans thunes et vous repondez que sans thunes il faut être des millions , en omettant que ce sont les thunes qui font bouger les millions . Tautologie. »
      N’appelez pas tautologie ce que vous n’avez simplement pas compris ou ce avec quoi vous êtes en désaccord à tort car c’est tout simplement de la logique et du bon sens. Faites l’effort de réflexion que vous conseillez à d’autres.
      Les gens peuvent se mettre en mouvement et militer sans ou avec très peu d’argent. Ce qui compte c’est la masse des gens qui se mettent en mouvement. Et quand le très peu d’argent (manque ne signifiant pas absence totale) dont ils disposent individuellement s’additionne par le nombre, alors ils représentent une force. C’est donc bien le nombre qui est à même de compenser ...
      Je passe sur le caractère, contradictoire pour le coup, de la conclusion en regard du développement qui la précède. Bon courage.


    • Relisez et vous verrez que je vous donnais raison sur le 1er post . Et c’est vous qui vous vous contredisez en concluant à l’opposé .
      Rien de grave, soyons rassuré alors que vous avez raison et attendons que ces millions se mettent en mouvement pour faire la force.
      De mon côté je n’attends pas des autres ce que je peux faire moi même . Bonne patience.


    • « Relisez et vous verrez que je vous donnais raison sur le 1er post . Et c’est vous qui vous vous contredisez en concluant à l’opposé . »
      Il faut préciser quel est le post que vous mentionnez et sur quoi vous vous appuyez. En l’état ça ne veut rien dire.


    • Le 23 juin à 22:54 par G1
      « Lucien , miséricordieux demande comment on gagne les élections sans thunes et vous repondez que sans thunes il faut être des millions , en omettant que ce sont les thunes qui font bouger les millions . Tautologie. »
      - Ce ne sont pas les thunes qui font bouger les militants et électeurs de Trump, Poutine, ou du RN, car ils sont bénévoles pour la plupart. Ce qui nous fait bouger, c’est l’angoisse du chaos qui avance et l’espoir de pouvoir reprendre une vie normale après en avoir fini avec le mondialisme chaotique et la guerre civile larvée et de basse intensité qui déchire nos pays.
      « Vous idealisez les millions en décrétant qu’ils ont la même vision du monde et qu’ils suniraient sous une ideologie commune : on a vu que la dernière plus grande mobilisation à réuni quelques centaines de milliers au mieux et sous quelle bannière ? Plus de pouvoir d’achat... »
      - Je n’idéalise rien, je constate que des millions de gens se sont unis dans divers pays pour voter Trump, Poutine, Orban, Salvini, FN en 2017, etc.
      « Cqfd : expliquez aux gens qu’ils n’ont pas à attendre qu’on leur donne ce pouvoir mais qu’ils nont qu’à le prendre en créant leur monnaie est la seule chose à faire demancipateur. »
      - Les solutions alternatives du type monnaies alternatives sont sympathiques mais sur un siège éjectable. Je les vois comme des solutions de court terme et en sursis, trop précaires pour moi. Mon objectif est de reprendre le contrôle de la situation au sommet du pouvoir.


  • La crise du Covid-19 a échoué au niveau mondial en partie du fait que E&R a relayé le professeur Raoult et son traitement. Par cascade, c’est arrivé dans l’oreille de Tucker Carlson à Fox News. C’est comme cela que Trump en a entendu parler. Résultat : la confiance dans les médias du genre BFM WC ou France 5 n’a fait que s’amoindrir. Raoult n’a pas plié car il a eu des alliés et que son institut à Marseille ne dépend pas financièrement de big pharma. A chaque crise, un homme dans l’ombre surgit et remet tout en question. Ce jour est proche. Gardons espoir. Nous sommes invincibles.


  • Super bien écrit, je vais acheter le livre, ça m’intéresse d’en savoir plus


Commentaires suivants