Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le magazine de mode Vogue met en couverture la "beauté transgenre"

L’oligarchie nous harcèle avec sa "lutte contre les préjugés"

Ça couvait depuis des mois. Un article sur la souffrance des « transgenres » ici, une chanteuse qui gagne un concours là, un enfant qui change de sexe en Angleterre, des manifestants LGBT qui réclament justice après le refus d’un restaurateur de laisser une de ces créatures utiliser les toilettes femmes alors qu’elle est censée être un homme sur le plan civique... le Média mondial fait tout pour imposer l’indifférenciation des sexes et plonger les pauvres hétérosexuels dans la confusion.

 

 

Si la quasi-totalité des êtes humains n’est pas « transgenre », alors pourquoi les médias dominants transforment-il cette rare incongruité de la nature – il existe effectivement des êtes indéterminés sexuellement, ou aux organes sexuels à cheval entre les deux sexes – en phénomène de société, en question politique d’importance publique ?

C’est toujours pareil avec ces injonctions oligarchiques qui heurtent le sens commun et l’intérêt du plus grand nombre, dont on rappelle que c’est un peu la définition de la démocratie : il faut les décoder. Mais pas comme les Décodeurs du Monde, ces petits fayots payés par Big Brother pour empêcher le grand public d’aller jeter un œil sur l’information libre, indépendante et non trafiquée. Il faut trouver le lien entre les intérêts oligarchiques, ceux de la gouvernance mondiale, ou mondialiste, et l’opération en cours.
En l’occurrence, la médiatisation des travestis, indifférenciés sexuels, ou transgenres. Ce qui n’était qu’un épiphénomène du monde de la nuit est devenu un enjeu de société majeur ! Alors que les Français regardent du côté de leur porte-monnaie en période socialiste. À ce propos, les sur-ponctions en impôts et taxes du pouvoir actuel ont atteint la somme de 95 milliards d’euros pendant ce quinquennat, soit 20 milliards de plus pris aux Français par an. Mais ça ne fera pas la première page de Vogue Paris.

Le sujet, c’est donc la une du magazine français de mode, enfin, sa version française puisque Vogue est américain. Valentina Sampaio, Brésilien ou Brésilienne de formation, née garçon, pose en robe Saint Laurent. Le monde de la mode a toujours voulu être en avance sur les mœurs, et ça ne dérange pas le populo, en général, qui y voit une excentricité de plus. Cependant, derrière l’excentricité, il y a la volonté politique. Qui s’affiche même en accroche de couverture : « Comment elles bouleversent le monde ». On ne veut pas contrarier la rédaction en chef de Vogue mais cette couv ne va pas bouleverser grand chose. Les bombardements russes en Syrie ont bouleversé les choses, c’est-à-dire le plan anglo-américain, ça oui, mais un trav en couv, meme si ça fait partie d’un plan mondialiste, ça ne change pas la vie politique du pays.

« Nous sommes fiers de célébrer la beauté transgenre et la façon dont des mannequins comme Valentina Sampaio, qui apparaît sur sa toute première couverture de Vogue, changent le visage de la mode et démontent les préjugés »

 

Ah, les préjugés, c’était donc ça. Contre quoi ? Contre les travestis ? Non, c’est une invention. Il y a des moqueries, c’est inévitable, comme il y en a pour n’importe quelle différence (les punks, les nains, les obèses), et ça penche plutôt du côté de la bienveillance que du rejet. Ce que les relais de l’oligarchie appellent préjugés est en réalité la résistance devant un modèle de civilisation que l’écrasante majorité des gens rejette, celui de l’indifférenciation sexuelle, culturelle, nationale. C’est la « civilisation » de la consommation du macdo et du sexe pour esclaves divertis, soit une déculturation totale. Et ce modèle de société crée heureusement des résistances.

Alors mettre en avant des personnes nées avec le « mauvais » sexe revient à s’en servir de bélier contre une civilisation basée sur la différence homme-femme, le respect des enfants (car dans la destruction de toute frontière, il y a celle entre l’adulte et l’enfant, n’est-ce pas), de la famille, cette cellule qui permet à tous de vivre ensemble, plus ou moins bien certes, mais on n’a pas encore trouvé mieux. Les « transgenres » sont donc mis en avant contre la différenciation qui donne naissance à l’Amour, de la même façon que les racailles de banlieue sont utilisées pour affaiblir l’État et sa police, une police qui permet, in fine, à notre monde de devenir vivable.

Et l’oligarchie, à travers ces projets maléfiques, cherche bien à rendre notre monde invivable, pour que son emprise soit totale. On n’en veut donc pas aux « transgenres », mais à ceux qui les manipulent.

Pour résister à cette attaque contre les piliers de notre civilisation,
lire sur Kontre Kulture

 

La manipulation de l’épiphénomène « transgenre », voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Vu ce matin dans les médias : "les deux films favoris pour le Festival de Berlin cette année sont un film sur les migrants et un autre sur une histoire d’amour transgenre"...le calice jusqu’à la lie !


  • #1668267

    Vous avez oublié la série qui sort : http://www.allocine.fr/article/fich...


  • Point de vue pertinent et global !

    ER est porteur d’un projet civilisationnel global.
    Il est temps que les forces de Réaction et de Rénovation
    se rencontrent .


  • Propagande toujours sur le même thème vive la destruction de l’homme et de la femme , au nom de la liberté de destruction . ( le scandal sur les viols de bébés par Kinsey sont toujours étouffés par les médiats politiques(ouvrage de Judith Reisman) ).

     

    • L’imposture n’est pas un délit normalement ? Surtout s’il est doublé "d’abus de confiance".
      Des personnes âgées pensent laisser entrer une femme... alors que c’est un homme !
      Un homme croit draguer une femme... et c’est un homme !
      Il y a de quoi alors lui péter la gueule !
      Homophobie ? même dans ces conditions légitimes c’est devenu "un délit".
      Mais se faire passer pour ce qu’on n’est pas n’en est pas un.
      — On a légalisé... l’imposture !
      — On a légalisé la haute-trahison !
      — On a légalisé la torture !
      — On a légalisé le crime de guerre et contre l’humanité (sous les auspices des droits de l’Homme) !
      — On tente de légaliser la drogue... même dure ! (ça fait son chemin)
      — Dans tous les cas de figure on a légalisé... la Mort !... la destruction de la Personne !


  • Bravo pour votre conclusion.
    La façon de traiter les différences est au coeur de toute civilisation. On a le choix entre la violence (détruire l’autre), l’indifférenciation (la négation de l’autre comme autre) ou le dépassement. L’autre est alors reconnu dans son égale dignité et chacun est appelé à dépasser le préjugé, la peur, l’a priori pour construire une relation qui ne réduise pas l’un à l’autre. C’est ainsi que doit être interprétée la phrase du Christ : "Aimez vos ennemis". Il n’y est pas question de sentiment, mais de volonté de dépasser les différences.
    Union dans la différence... Le couple homme-femme est évidemment symbolique de ce modèle relationnel. Bien sûr les infidélités à ce fondement civilisationnel ont existé et existeront toujours. Autre chose est de le détruire volontairement.
    On a bien sûr évité ce genre de débat en 2013, au profit d’un sentimentalisme soi-disant tolérant... Et depuis, les "coups de bélier" se multiplient...


  • " Ce que les relais de l’oligarchie appellent préjugés est en réalité la résistance devant un modèle de civilisation que l’écrasante majorité des gens rejette, celui de l’indifférenciation sexuelle, culturelle, nationale. C’est la « civilisation » de la consommation du macdo et du sexe pour esclaves divertis, soit une déculturation totale. Et ce modèle de société crée heureusement des résistances."
    J’ ai aimé cette phrase , c’ est beau comme une prise de judo . Je vais la faire mienne et la placer dans tous mes commentaires sur le web , avec votre permission bien sur , a la guerre on récupère toutes les munitions .


  • Pour bien montrer que c’est un plan concerté, au niveau mondial, on peut aussi parler de l’une des dernières couvertures du national geographic (qui fut longtemps le fleuron de la culture américaine ), montrant un enfant Transgenre dans une pose reminiscente de la couverture de "themanwhosoldtheworld", et décrivant cela de façon positive (avec le vocable de "revolution", qui en americain est éminemment melioratif, ou encore "best", "choice" , et en prétendant qu’il y a la "science" derrière cela...)
    http://www.nationalgeographic.com/m...

    Et on peut vérifier le patronyme des éditeurs pour voir de quelle communaute ce genre de perversion nous vient...Mais attention, tout amalgame est évidemment proscrit...

    Tout détruire, tout saloper...Mais il est imperatif de croire que "bagatelle pour un massacre" etait le délire d’un démon...


  • #1668328
    le 18/02/2017 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Le magazine de mode Vogue met en couverture la "beauté transgenre"

    Il m’arrive de croiser de ces phénomènes dans les rues de Châtelet- Les Halles, un quartier commerçant surtout dédié à des produits vestimentaires ou "culturels" bas de gamme, pinaclés par la "hype", les tendances surmédiatisées du néant.

    Le dernier que j’ai vu (c’était "finalement" "encore" un garçon) était un mélange de Britney Spears, d’ hémorroïdes en peluche, il y avait du rose, des trucs qui brillaient, des mèches aussi colorées que douteuses dans leurs origines et leurs volumes (plurielles), un patchwork qui n’avait que la cohérence du caprice.
    Le tout mal emballé d’obésité en "sportswear", un "Coca sans sucres à la main.

    En état de perpétuelle représentation, prenant la pose, faisant des gestes inutiles mais calculés, énervement, exaspération totale, réduite à sa personne.

    Heureusement, d’autres gens, différents, dans la rue à traverser, sous la pluie, les poubelles des éboueurs,vers la soupe et les croûtons du soir, avec un peu de lard fumé, bonne odeur, changent les idées.
    Content de glisser accidentellement sur la merde d’un clebs.


  • Ils peuvent dire ce qu’ils veulent s’habiller et se charcuter autant qu’ils veulent, ce n’est pas une femme.
    Est-ce étonnant dans la societe ou paraitre est plus important que ce qui est.


  • Oui c’est bien le terme exact, je me sens harcelée par toute cette propagande partout, pour ces "encouragements" a être bi, trans, et tout le fourbi, ça me donne la nausée.

     

    • #1668607

      Si ça peut te rassurer, c’est justement parce-que tu es normale !!


    • Leila, et c’est légitime, votre réaction est légitime, mais vous devez être plus forte, et boycotter toute cette propagande : ne pas acheter ces magazines, ne pas voir les films, ne pas regarder la télé et ces médias qui exaltent ces choses !

      Quand beaucoup de gens feront ainsi, ce marché s’écroulera, faute d’acheteurs.

      Méprisez tout ça, utilisez l’humour, montrez que vous, vous valez bien plus que cette chienlit, et que vous refusez d’être contaminée !

      Bien à vous

      H/


  • Moi, j’avais deviné des le début que c’était un homme !


  • Dans 20 ans on en rigolera.


  • #1668528

    Tel quel, il ou elle, est surtout assez moche. Il faut beaucoup de talent en maquillage et en montage photographique pour sortir une image à peu près potable esthétiquement. Quel que soit le genre, il ou elle, n’est pas très convaincant. Après quelques heures, quelques jours, quelques années, quand le rimmel a coulé, que la peau s’est flétrie, le spectacle devient monstrueux. Beaucoup de malheur en plus, pour quelques minutes de gloire éphémère factice. Il n’y aura alors plus personne pour s’intéresser à il ou elle. Quel cauchemar cette société d’illusions.


  • #1668540

    Ce sale type sera une femme quand il mettra au monde un enfant !
    Et c’est pas demain la veille....


  • C’est quand même complètement contre nature, je trouve ça carrément repoussant.
    J’imagine que c’est comme en Thaïlande, la majorité des transgenres font ça pour l’argent, qu’en pensez-vous ?


  • #1669047

    Est-ce que si demain cet hurluberlu déviant ce prend pour une chèvre ...on dira de lui que c’est une très très belle chèvre ?
    Ou se dira-t-on, il délire le pauvre !
    Et ne le confortons point dans ses déviances !
    Je ne sais pas qui est le plus tordu... ce type, ceux qui l’admirent ou Vogue !


  • De toute façon, ils ont beau essayé de chasser le naturel, il revient au galop....car nous le valons bien !


  • A vrai dire, je m’en fiche qu’il y ait des transgenres.

    Dans l’ensemble, ils sont peu nombreux. On n’en voit pas tout les jours.

    Par contre, ils feraient bien de ne pas abuser de la chirurgie estétique, s’ils ne veulent pas ressembler aux frères Bogdanov !!!


Commentaires suivants