Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le système français des subventions au cinéma

Dans son dernier rapport consacré aux subventions au cinéma, la Cour des comptes observe que l’évolution récente a principalement consisté en une augmentation très forte des aides publiques (+ 88 % au cours de la dernière décennie, soit 4 fois plus que les dépenses de l’État), sans remise en cause ni révision du modèle, et sans que les résultats obtenus permettent d’en attester aujourd’hui la complète pertinence.

 

Subventions publiques au cinéma en forte hausse

Le système français est unique en Europe par l’ampleur des aides publiques, la diversité des soutiens indirects et l’étendue du cadre réglementaire. Il est pour l’essentiel mis en œuvre par le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC, voir : Le Centre national du cinéma : une usine à gaz qui enrichit des nababs), financé par des taxes affectées et dont les objectifs sont :

- d’« assurer une présence forte des œuvres cinématographiques et audiovisuelles françaises et européennes, sur notre territoire et à l’étranger, et pour cela apporter un soutien à caractère économique à l’ensemble des acteurs des filières concernées » ;

- de « contribuer à la diversité et au renouvellement de la création et de la diffusion ».

Les aides du CNC sont complétées par des subventions des collectivités territoriales et des dépenses fiscales, et par un encadrement juridique de certaines dépenses et recettes, publiques ou privées ( obligations d’investissement des diffuseurs, chronologie des médias par exemple).

Le total des taxes affectées au CNC est passé de 440 millions d’euros à 750 millions d’euros entre 2002 et 2012 (+ 70 %). Dans le même temps, la dépense fiscale, très dynamique, est passée de 19 millions d’euros à 145 millions d’euros.

Étroitement régulé, le modèle de préfinancement qui caractérise notre système a permis au cinéma français de continuer à produire un nombre important de films (270 en 2012) et des œuvres reconnues. Mais il présente des risques d’essoufflement en raison de la tendance à l’augmentation des coûts de production et de distribution des films, et à la réduction de la place des films français sur les écrans des salles de cinéma et des chaînes de télévision.

La Cour des comptes constate de ce fait une concentration des dépenses sur les films à budget élevé, qui sont précisément à l’origine des tensions inflationnistes du secteur. L’évolution à la hausse des coûts de production est également alimentée par des pratiques qui nuisent à la transparence des conditions de financement : frais mis en participation, modalités de rémunération des artistes- interprètes sous forme de droit à l’image (voir : « La Cour des comptes dénonce les salaires occultes des acteurs »).

Sur la production cinématographique, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

26 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #777514
    le 03/04/2014 par vladimir poutine
    Le système français des subventions au cinéma

    quelle injustice ....

    toujours les mêmes qui touchent des subventions en plus ils n’en ont même pas besoin .

    ceux qui montent ,les petites structures,des personnes qui ont du talent ,de l’envie ,du cœur,et surtout de très bonnes idées la y’a aucune aide .

    j’en suis sur que c’est fait exprès car ils savent très bien que les anciens ils peuvent leur faire confiance car leur cinéma sera de la propagande sioniste une fois le fric dépensé y’aura plus de moyens pour ceux qui montent et qui veulent faire du vrai cinéma et non de la propagande .


  • #777536

    Il faut bien faire vivre Truffaut qui est le BHL du cinéma.

    Truffaut la nouvelle vague ( des chiottes )

    heureusement, Dieudonné et le vent nouveau qui touche 0.00 de subvention


  • #777539

    Bof, perso ça ne me gêne pas trop. Je préfère une culture arrosée de subventions, que soumise aux lois du marchés de la même façon qu’une machine à laver. Au moins ça nous évite de se retrouver avec les merdes du style Hollywood...
    Et puis, elle est gentille la cour des comptes, m’enfin je crois qu’on refile bien plus aux banquiers chaque année sous forme d’intérêts ! Et ça ne semble pas la gêner...

     

    • #777798

      le problème est que ce cinéma nous vend les mêmes merdes et c’est même pire car celles là sont formatées par des gens de chez nous et sont donc plus efficaces.
      d’un autre côté comme il n’y a pas de marché, la qualité n’est pas requise et l’ficacité s’en trouve réduite.
      le seul vrai problème c’est qu’on prend tout ça dans nos poches


    • Chacun sa merde, comment chacun sait. T’as l’impression que le cinéma français est mieux ?


    • #778037

      C’est un cinéma de propagande idéologique bobo, luciférien, pro pédophilie, pro féminisme, pro euthanasie, pro multiculturalisme, pro homeoexualisme... si médiocre que sans subvention il ne serait pas viable ! La médiocrité du cinéma français est aujourd’hui abyssale et c’est d’autant plus agaçant que cette daube se prend au sérieux ! Au moins les Américains sont capables de faire de la merde distrayante !


  • #777556

    Le cinéma français n’est pas rentable et coute à l’état. Le business model en ce qui concerne ce domaine est,en France, le plus aberrant qui soit. De plus il permet à des acteurs sans talents d’être grassement payés par le contribuable (Dany Boon par exemple).

    La raison pour laquelle l’état continue de subventionner est que c’est un de leur principal outil de propagande.
    Seulement comme les gens ont finit par cerner le caractère redondant et souvent médiocre des productions française actuelle, ça ne vends plus et il faut financer en conséquence.
    La pathétique logique oligarchique et capitalistique.

     

    • #777631
      le 03/04/2014 par vladimir poutine
      Le système français des subventions au cinéma

      tout est verrouillé dans notre société c’est pour cette raisons que la culture est en train de mourir nos films sont pourris,nos musiques pareil,ect....

      pourtant y’a beaucoup de talent mais arriver a un certain étage sa bloque car ils ont trop peur du message anti-sioniste qui peut véhiculé dans un film ,une musique,ou une autre oeuvre artistique et culturelle .


  • #777575

    Le cinéma "Français" comme la presse "Française" sont des instruments de propagande sioniste, et, comme de juste, sont également subventionnés : ne pas faire de jaloux chez les larbins .


  • #777593

    Protectionnisme face à la concurrence étrangère par l’exception culturelle*, avantages fiscaux via le droit à l’image, qualités et présence hautement transmises par le sang...Mon Dieu, la bête immonde est à nos portes et menace les valeurs de la république.

    Ah non c’est le cinéma français, ouf ! Y sont tous de gauche, ça va.
    Et comme on n’est jamais à une contradiction près, ces mecs-là passent leur temps à tourner des pubs pour LCL.
    Philippe Torreton, une réaction dans Le Point ?

    * Et là, un protectionnisme "très très très trèèèèèès" intelligent puisque obligation de diffuser (et donc d’acheter ou financer) 60% d’oeuvres UE. Comme quoi, l’Europe sait se protéger dans certains cas. Clientélisme ?


  • #777701

    Tout cet argent va à la mafia sioniste.


  • Sur la photo d’illustration de cet article : la même pyramide que sur le billet de 1 dollar, séparée en 2 parties :
    1/ Les marches représentent la base de la pyramide ( le peuple, désinformé et dominé ).
    2 / Le haut de la pyramide, plus petit, est détaché des marches ( détaché de la base de la pyramide <=> déconnecté du peuple ).
    Pyramide " illuminati ", si j’ose utiliser ce terme sans que le ciel ne me tombe sur la tête.
    Merci E&R pour votre travail.
    Rûmâ


  • #777742
    le 03/04/2014 par Gerard J. Schaefer
    Le système français des subventions au cinéma

    Question simple que je me pose : un bon film français, relativement récent ? bof...

    Qu’il faille de l’argent, d’accord, mais là, on parle plutôt d’un système, non ?
    D’autant qu’aujourd’hui, avec les avancées technologiques, bien comprises, bien utilisées, il y a beaucoup moins de contraintes, et mis à part un p’tit investissement de base sur le matos, pas besoin d’un budget exorbitant. Le talent ne coûte rien, et ne s’achète pas.

    Mes films préférés sont d’ailleurs des petits budgets.
    Parce que ça peut aussi être une contrainte positive, qui oblige à se surpasser.

    Du temps où j’avais une télé et que je regardais par curiosité à l’occasion des fictions policières françaises... voir le nombre de personnes créditées au générique, pour aboutir à ça.
    Ou c’est de l’inconscience, ou c’est de la magouille, comme les emplois fictifs, les trucs comme ça. Mais même en ne mésestimant pas l’incompétence, c’est pas possible, y’a un truc qui cloche.


  • #777747

    Champions du monde !!!


  • #777842
    le 03/04/2014 par AnanasBounty
    Le système français des subventions au cinéma

    La photo représente vraiment la façade de la cérémonie des Césars ??

    Si oui, c’est effrayant de voir à quel point ils ne se cachent plus

     

  • #777845

    Le fonctionnement le plus pervers et le plus pourri qui soit. Un véritable système mafieux destiné à pondre des m…… qui intéressent 0,01% de la population et diffusées sur des chaînes publiques elle-mêmes gouffres sans fin.
    Tout ceci ne rapporte pas 1 kopeck ni 1 chef d’oeuvre digne de donner une réputation "culturelle" ou intellectuelle internationale à la France.
    D’ailleurs, dans ces 30 dernières années, faite la liste dans le cinéma, la télévision, la musique...


  • #778133

    Qui sont ces" sages" de la Cambon,sont ils comme le Conseil Constitutionnel ou le Conseil d’État !!??Je pense qu’ils sont tous aux ordres et dénoncer de temps en temps quelques babioles qui ne changent jamais rien,font croire qu’il y a toujours un état de droit ce qui est totalement faux et on le voit tous les jours !!


  • #778174

    Il faut aussi prendre en compte le fait qu’il y a des films qui sont faits (réalisés, tournés, montés, etc...) comme pour une sortie en salle, mais qui n’y seront jamais diffusés ; au mieux ils iront dans des bacs de supermarchés au rayon DVD... Mais bon, il y a des subventions à tirer.
    Et pour ce genre de film, ils le savent dès le départ qu’il ne sortira pas. Sa non-sortie n’est pas liée à un problème technique lors du tournage, ou autre, non, non, c’était prévu comme ça. Pour les subventions...
    (faits rapportés par un "ingé-son" qui a vécu cela)
    Ça peut faire rager ce genre de chose, mais ça existe.
    A voir qui touche le plus dans ce genre de chose.


  • #778271
    le 04/04/2014 par Acte patriote
    Le système français des subventions au cinéma

    Le CNC a été créé par Vichy ! Même si les couleurs de la francisque restent de rigueur sur les frontons, la finalité de culture nationale n’est plus de mise !
    La cour des compte ne semble pas pointer les fonds perdus distribués aux productions des pays dits en voie de développement, non pas par souci de coopération mais en tant que réservoirs d’immigration de masse ou du grand remplacement tel que perçu par Renaud Camus (humain ou au moins culturel et identitaire) !!!
    N’omettons pas de préciser que le soutien de anal plus part en vrille et que les aides régionales étouffent sous l’explosion du rsa !
    La vraie recette commerciale est remplacée par l’denier public, comme pour libé et autres immondices !
    La question : comment pourrait s’autofinancer un cinéma indépendant ? Même le crowdfunding s’abaisse encore trop aux théories du genre pensée unique officielle pour dépravés ...
    La liberté doit-elle être à ce point prohibitive ? ...


  • #778329

    Bonjour,
    Le CNC subventionne les opérations "d’envergure nationale et internationale" en matière de culture, dont le festival de Cannes. Voici ce que nous dit l’observatoire des subventions en 2013 :
    "Le budget du festival de Cannes s’élève à 20 millions d’euros, dont 10 millions d’euros d’argent public. Voici toutes les subventions au festival de Cannes.
    Le ministère de la Culture a subventionné le festival de Cannes à hauteur de 3 millions d’euros cette année. La Ville de Cannes finance également fortement le festival de Cannes. En 2012, la Ville de Cannes avait déboursé 5,3 millions d’euros pour le festival, dont 2,1 millions d’euros de subventions publiques. La Ville de Cannes alloue un important budget ( 3,2 millions d’euros l’année dernière) pour l’achat d’espaces et de prestations, pour les réceptions presse, ainsi que pour toute la logistique entourant le festival de Cannes. La municipalité met également gratuitement à disposition la luxueuse Villa Domergue.

    Le Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur et le Conseil Général des Alpes Maritimes participent aussi au financement du festival de Cannes.

    Malgré ce déluge de subventions publiques, le président du festival de Cannes n’hésite pas à se plaindre publiquement d’une baisse des subventions. Le ministère des Affaires étrangères avait en effet supprimé une subvention de 72 000 euros au festival de Cannes en raison du contexte budgétaire difficile."

    Sans compter tous les partenariats financiers des grandes marques : "Le festival de Cannes bénéficie de financements privés venant de ses partenaires Canal+, Air France, Chopard, Jacques Dessange, Kodak, Orange, Nestlé et Renault. Canal + a ainsi déboursé 6 millions d’euros pour participer au festival de Cannes." NB : ils ont oublié L’Oréal...

    Tandis que vous, pour faire une manifestation culturelle locale, vous galérez...


  • #778362

    Me font marrer les "artistes de gauche" qui se battent contre la préférence nationale du FN mais qui sont les premiers à en vouloir une pour eux.


  • ne pas comprendre , qu’il n’y a absolument pas la clientèle pour 270 films par an relève de l’autisme. Surtout que sur les 270 films annuels, si une trentaine ont des chances d’être exportés, c’est bien le maximum.
    Sans subvention, moins de 120 films trouveraient leurs producteurs, ce qui ferait encore, 2 films nouveaux par semaine, ce qui serait largement suffisant ,compte tenu du public qui va au cinéma.
    La pauvreté des scénarios est affligeante. La vie sexuelle tourmentée des bobos parisiens restant le thème fétiche des auteurs de scénarios. Faire des films sur leur petit monde étant leur principal but.

    Je n’ai jamais trouvé Intouchable, comme un très bon film. Son succés n’est dû qu’à l’originalité du scénario (et à la bonne prestation d’Omar Sy). A la rigueur , le scénario étant risqué, il pouvait avoir une aide à la création, mais remboursable en cas de succès.
    Quand on regarde les films depuis janvier 2014, pour moi seul un film comme Diplomatie méritait une aide publique.

    On pourrait aussi mettre en place une caisse de péréquation, un film à succés comme chez les Tchis aurait dû non seulement rembourser toutes les aides reçues , mais alimenter par son succès financier, la caisse à subventions.


  • petit rappel, un film subventionné, peut être très subventionné, qu’il faudra totalement ignorer :
    "24 jours ", qui sortira le 20 avril.

     

    • #779024

      le plus Déguelasse du film "24 jours" c’est que la propre mère d’Ilan Halimi a participé comme
      consultante à l’écriture du scénario.

      C’est, à n’en point douter, un manque de dignité de la part de la mère, elle qui aurait dû continuer
      à vivre et non perpétuer cette tradition de la pleurniche.

      Je tenais à le faire savoir !!!


  • Autant d’argent pour mettre en scène des quarantenaire de la classe supérieur, avec des soucis existentiel dans leur appartement haussmannien, c’est insuportable.

    Cette argent seraient bien mieux utilisé à investir dans l’économie réel et productive du pays, résoudre la crise du logement par la construction d’habitation à loyer modérer ou encore proposé des solutions pour les familles en grande précarité.

    Mais, c’est vrai, la culture passe avant le "confort" de la population, trop peu éduqué pour apprécier.
    Votons bien !


Afficher les commentaires suivants