Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le tabou de la violence conjugale chez les homosexuels

La violence chez les couples homosexuels, qu’ils soient gays ou lesbiens, est un sujet rarement abordé. Pourtant, les quelques chiffres dont on dispose indiquent que non seulement cette violence existe, mais qu’elle pourrait bien être plus fréquente encore que chez les hétérosexuels.

D’abord parce qu’on manque de chiffres, d’une étude de référence qui établirait clairement la situation en France. Et puis parce que le timing est mauvais.

En plein débat sur la mariage pour tous, votre demande « interpellera », on se demandera « quel est l’intérêt d’un tel angle de papier en ce moment ». Mais une fois que vous aurez montré patte blanche, que vous aurez prouvé que vous ne souhaitez pas écrire un article réactionnaire destiné à plomber le mouvement LGBT, alors le ton changera et on vous l’avouera franchement : la violence conjugale est un véritable problème chez les homosexuels.

Lire la suite de l’article sur slate.fr

Rebondir sur le sujet avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Film projeté dans les collèges et les lycées américains en 1961 pour mettre en garde les adolescents contre le danger que représentent les homosexuels.

    http://www.youtube.com/watch?v=4h-9...

     

    • Ça change de notre époque dégénérée, avec ses associations de dingues projetant des films de propagande sodomite comme le "Pédé de la Lune" ou je sais plus quoi à des gamins d’école primaire.


  • #293898
    le 30/12/2012 par matrix le gaulois
    Le tabou de la violence conjugale chez les homosexuels

    Le pire c’est que s’ils avaient été hétéro : ils auraient été victimes d’un autre tabou presque plus important ; celui des hommes battus par leur conjointe ou soumis à pression psychologique telle par celle-ci que s’ils sont trop faibles et viennent à céder à leur colère, ce sont eux qui se prennent 10 ans de taule pour violence conjugale.

    [mode provoc’ : ON ?]

    La solution à ces derniers cas : épouser des femmes slaves, arabo-musulmanes ou sud-américaines. Pour elles, la famille compte plus que l’hystérie. C’est ce qu’ils font au Québec.

     

    • #294019
      le 30/12/2012 par Seeker for the truth
      Le tabou de la violence conjugale chez les homosexuels

      Bonjour,

      ’’La solution à ces derniers cas : épouser des femmes slaves, arabo-musulmanes ou sud-américaines. Pour elles, la famille compte plus que l’hystérie. C’est ce qu’ils font au Québec."

      Je voudrais bien partager votre opinion mais j’ai énormément de contre exemple : pour les femmes ’’arabo-musulmanes’’, mon frère s’est marié deux fois avec une algérienne et ça été la catastrophe, que ce soit pour la première ou la deuxième épouse. Il n’a connu que le mépris et le fait qu’elles avaient la haine de l’homme. Elles étaient des femmes gâtées. Ce n’est pas du tout ce que véhicule les médias et les croyances populaires sur le fait que les femmes de ces pays sont toujours et pour toutes victimes des hommes. En toute sincérité, il faut cesser de fantasmer sur les femmes originaires ou en provenance de certains pays qui laissent croire que la foi est présente et la famille est encore traditionnelle. De mon côté, c’est une autre histoire : pendant des décennies, j’ai essayé d’être en relation avec une femme et je n’ai pas réussi à vivre avec elle. Je ne me suis jamais marié, jamais fiancé. Je n’ai jamais vécu avec une femme car je n’ai connu à distance que trahison, tromperie, mépris, discrimination et racisme vu que je ne suis pas de leur pays. Je vous invite Monsieur à lire des articles sur la féminisation des sociétés des pays sous-développées à voyager dans ces pays. Dans mon cas, j’ai vécu dans plusieurs et pendants des années. Je suis revenu en Amérique du Nord. Même si ici, c’est le féminisme à l’extrême et je suis d’accord avec vous, cela ne veut pas dire qu’ailleurs c’est la femme parfait ou ’’Alice aux pays des merveilles". En ce qui concerne les femmes slaves, ce n’est pas aussi le bon exemple. Ici en Amérique du Nord, pour une bonne partie (pas toutes), elles font tout pour se coller à un homme d’ici pour avoir les papiers et la nationalité. Une russe a déjà essayer de se coller à moi. D’ailleurs, même les femmes des autres pays sous-développés le font aussi. En ce qui concerne les sud-américaines, ce n’est pas mieux. Elles sont pour la plupart des femmes osées, pas sérieuses et profitent de leur situation d’immigrés pour avoir ce qu’elles veulent. Par contre, j’ai rencontré deux femmes nord américaines de la campagne qui étaient mariées et qui avaient des qualités rares dans ce monde et qui donnent espoir à des hommes comme moi. Comme je suis croyant, le Bon Dieu donne sa miséricorde à qui il veut et aucun peuple au monde n’a le monopole du Bien


    • Ah je suis ravi de ne pas être le seul à m’en être rendu compte et que je ne suis pas en face de quelqu’un qui donne l’impression de vivre dans une planète lointaine. Le méchant patriarcat, l’homme de cro magnon, les pauvres femmes...
      D’ailleurs au risque de vous choquer je suis tombé sur un site via un intervenant de la tribune de genève montrant que la violence conjuguale envers l’homme existât au XVIIème siècle et que la violence du moins envers le sexe prétendu faible fut autant si ce n’est pire réprimandé autrefois : goudron et plumes, pendaison ....


    • Seeker for the truth, c’est normal qu’il ait eu ce genre de déchets... Les filles de bonne famille chez nous ne se marient qu’avec des musulmans, algériens, agréés par leurs parents. Donc ton frère a eu le droit à des femmes, qui de part le fait de trouver un époux dans la rue, non musulman et non algérien sont considérées chez nous comme des femmes de mauvaise famille, des renégates, des trainées. Désolé de te dire cela en ces termes, mais c’est exactement la manière dont elles sont perçues chez nous. C’est un peu comme si ton frère avait épousé une fille de parents catholiques mais qu’elle ait été gothique, nymphomane, fumeuse de chit... Elle ne reflèterait pas du tout l’éducation de ses parents, ni le schéma sosiologique du pays...

      Chez nous l’homme vient au domicile de la femme accompagné de ses parents et demande sa main, et la mère choisit une belle-fille si possible de l’entourage proche connue pour ses qualités, de sorte qu’elle s’occupe bien de son fils et bien de ses beaux-parents dans leur vieillesse... Les dégénérées de beurettes, qui fument, sortent en boite et couchent sont le fruit de la bâtardisation civilisationnelle. Ton exemple n’est donc pas pertinent.


    • Oui mais malheureusement on peut tomber sur des vipères, qui même vierge sont des monstres et plus difficiles à vivre que tes fameuses beurettes.
      Le système du toctoc je veux épouser votre fille ne marche que dans une société utopique pcq on ne sait pas sur qui tomber, il faut donc un juste milieu quand même. Beaucoup de famille, notamment en Algérie, sont déchirés à cause des problèmes de famille. On ne parle jamais de ça pourtant, toujours on critique le pouvoir en place alors que celui ci agit en famille, même si c’est pour de mauvaise raison, pas comme nous le peuple algérien. Le nb de parents battus par leur enfant est un fléau en algérie ! 10ù de la pop atteint de maladie mentale.
      Au fait je suis algérien, mais je pense que c’est la meme chose dans les pays voisins.


  • #293907

    Cet article fait tilt sur quelque chose que j’avais oublié, car j’ai eu l’occasion d’être témoin de ce genre de violence.
    J’ai habité, il y a longtemps déjà, dans un appart en dessous de celui où vivait un couple gay.
    Il y avait souvent des bruits de lutte, corps tombant sur le parquet, des cris parfois même dans l’escalier ( "pourquoi tu me bats !"). Le plus jeune passait souvent une partie de la nuit dehors devant l’immeuble en attendant que son compagnon veuille bien lui ouvrir.

    Quand j’y repense et que je me dis qu’ils pourraient maintenant adopter un enfant.

     

  • Le tabou de la "violence conjugale" chez les sodomites. Ben oui, comment peut-il en être autrement de la part d’individus qui se saignent... A quand une journée mondiale de la déchirure ?


  • Dans les couples homos, qu’ils soient gay ou lesbiens, il y une constante ; le fait d’essayer de reproduire le schema homme-femme dans l’extreme.
    1) deux femmes ensemble, une qui garde sa feminite et l’autre qui se masculinise dans l’exessif (genre camioneur)
    2) deux hommes ensembles, un qui conserve un tant soit peu sa virilite et l’autre qui la pert totalement jusqu’a la soumission (la folle).
    Comment voulez vous que des rapports de force et de domination ne rentrent pas en jeu dans ce genre de relation ?? Parfois meme avec un plaisir inconcient pour certains... ???
    Demandez au mecs homos et ils vous diront tous avec quel plaisir ils se sont defoncer l’C.. et traites comme une petite salope.
    Les nanas c’est pareil. La camioneuse faisant office de mec avec le meme sadisme....
    On en parle jamais de cette violence la. Non, car elle est trop evidente. M’enfin, c’est leur choix, qu’il ne viennent pas se plaindre...



  • Les associations LGBT doivent protéger les homosexuels de toutes les violences qu’ils subissent, qu’elles proviennent d’homophobes ou des homosexuels eux-mêmes.




    Selon le lobby "gay" il existerait ainsi deux catégories de personnes : les homosexuels et les homophobes. C’est la conséquence directe du discours victimaire. C’est exactement la même chose avec le lobby qui n’existe pas. Il y aurait, selon lui, deux catégories de personnes sur la Terre : les juifs et les antisémites. Ou comment alimenter la paranoïa communautaire afin d’obtenir la cohésion voulue. Communauté que l’on pourra ensuite manipuler à souhait...

     

  • Comment ça,ils se foutent sur la g... ?je croyais qu’ils se foutaient seulement au c... !
    Avec amour,s’entend.
    Ils ont beau dos,les pleurnichards du droit pour tous
    Comme quoi,ils n’ont pas le monopole de la tolérance....à croire que bientot,l’union homo sera ce qui se fera de mieux.
    Un amie m’a un jour confié qu’une de ses copines,après vie de couple hétéro,s’est découverte lesbienne et vit désormais avec une femme.
    "-Alors,c’est plus cool ?" lui demande l’amie en question
    "-Non,plus prise de tête"
    Avec cette teinte de possession sur l’autre...

    J’ai beau avoir vu une bonne partie des débats sur "lcp" en ce qui concerne le mariage homo et l’adoption , il est évident qu’un enfant ayant grandi sans père ou sans mère ne peut pas en éprouver le manque.
    Union homo,ok mais mariage homo= pour moi, singer une filiation naturelle impossible
    J’attends que la cause "gay" s’insurge face à ces violences ,histoire de reconnaître "le coté obscur" qui habite ses rangs...


  • La violence entre gay ? Ça ne m’étonne pas ! Dans le cadre de mon job étudiant, je vois passer des couples d’hommes, et très souvent il y en a un des deux - la femme/folle - qui agace son partenaire par des réflexions mesquines du genre "Mais range pas ça comme ça, tu fais n’importe quoi ! Nianiania nianiania !!!" Sur le ton de la p’tite connasse. Bref, c’est juste insupportable pour le "mec". Ce dernier doit avoir des envies de massacre (mais bon, en même temps c’est à lui de ne pas se laisser faire ou à défaut, quitter sa "copine").

    Et ce que je décris je le vois tout autant chez les couples hétéros, de l’homme>femme ou de femme>homme et de tous les âges.

    Dans tous les cas, j’estime qu’il faut savoir se séparer de quelqu’un qui vous fait sciemment du mal, il faut avoir cette force de caractère en stock, sinon c’est la porte ouverte à tout et n’importe quoi.

     

    • #294525
      le 31/12/2012 par Dyanne Thorne fan
      Le tabou de la violence conjugale chez les homosexuels

      bin oui, c’est la vie de couple, quoi, dans beaucoup de cas... Avec les homos, ça ressort peut-être encore davantage, il y a (j’ai un copain homo sud-américain de près de 50 ans) une plus forte propension aux caprices, au chantage, parce que la "vitrine", l’aspect extérieur, l’âge comptent énormément. Certaines des tares que l’on trouve dans des couples hétéros prennent alors des proportions, euh... disproportionnées ! La petite tafiole, le "giton"(terme technique officiel) sachant que sa jeunesse et sa beauté aux yeux de celui qui l’entretient lui confèrent tous les droits, peut se montrer extrêmement sadique...
      J’ai lu dans un ouvrage technique sur les morts violentes liées à des sexualités particulières, qu’il est aisé aux spécialistes de reconnaître des scènes de crime (homicide) concernant des homosexuels, localisation des plaies et blessures, mises en scène, dégradations diverses et précises des lieux, etc...
      Je suis d’accord avec toi sur la séparation obligatoire d’avec quelqu’un de nuisible (quelque soit la sexualité), mais il y a nuisible et nuisible, quelqu’un qui serait en couple avec un malade pervers, c’est pas la même chanson... Et la religion peut entretenir cela ("au nom de la religion" s’entend), j’ai des noms...
      Enfin, j’espère que tu te fends bien la pêche de temps en temps (avec toute la faune que tu vois passer)... même si ça peut-être lassant, ils ne font que passer, n’est-ce pas...