Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"Le wahhabisme est à l’islam ce que le satanisme est au christianisme"

Entretien avec Jean-Michel Vernochet – Propos recueillis par Monika Berchvok pour Rivarol

Jean-Michel Vernochet est un ancien grand reporter au Figaro magazine, spécialiste de géopolitique. Il présente ici les thèses de son ouvrage Retour de flamme.

 

Rivarol : Quelles sont les vraies causes de la guerre en Syrie ?

Jean-Michel Vernochet : Les aimables béotiens vous diront le gaz et le pétrole, soit les gisements d’énergies fossiles, mais aussi, notamment en ce qui concerne la Syrie, les corridors d’acheminement des hydrocarbures. Ici il s’agit du brut extrait au Kurdistan et envoyé à destination de la Méditerranée via Tripoli au Liban ou Haïfa en d’Israël. L’enjeu pétrolier existe certes, mais il ne doit pas masquer les causes premières, les racines du mal.

La difficulté est de faire des réponses simples à des questions d’une réelle complexité, en particulier dans un contexte de désinformation massive. Et quand je parle de désinformation, je ne fais pas seulement référence aux falsifications quotidiennes de médias qui ne sont plus que des organes de grossière propagande, mais également à une inculture générale de plus en plus profonde. Là les médias ne sont pas seuls en cause, il y va de notre responsabilité individuelle et collective. À cet endroit réside l’un des grands paradoxes du monde moderne à savoir que plus les sources sont abondantes et moins on a soif de connaissance et faim de comprendre.

Pour revenir à votre question, je recommande de vous reporter au plan Oded Yinon publié en 1982 par le ministère des Affaires étrangères israélien. Que prévoyait-il ? Le morcellement de tous les pays de la région. Leur dépeçage en micro-entités sur des bases ethniques, comme par exemple pour le Kurdistan irakien, ou confessionnelles.

Pour la Syrie et le Liban – qui sont à l’origine, avant les accords secrets franco-britanniques dits Sykes-Picot de 1916, une seule et même chose, le Pays de Cham – il est prévu une partition au sabre d’abattis : une zone littorale alaouite, un pays druze au Sud, un Kurdistan au Nord (ce que refusent mordicus les Turcs) et un « Sunnistan » à cheval sur la Syrie et l’Irak, zone correspondant grosso modo à l’actuel État islamique.

 

PNG - 17.9 ko
En 1920 la Société des Nations donne mandat à la France de gérer la Syrie divisées en zones autonomes : Liban, Alep, Damas, Alexandrette (Hatay abandonné à la Turquie kémaliste en 1937), Alaouites, situation qui perdurera jusqu’en 1946

 

Une partition qui comblerait bien des appétits. Israël et la Jordanie s’accommoderaient en effet d’un simili État druze. Quant au micro État alaouite, il aurait la bénédiction de Moscou qui devrait ainsi en principe conserver sine die son débouché méditerranéen de Tartous, mais encore, accessoirement l’agrément de Pékin et de Téhéran.

Pour ce qui est de la zone kurde, elle pourrait à terme fusionner avec le Kurdistan irakien pour la plus grande satisfaction de Washington et de Tel-Aviv déjà très présent sur zone. Enfin le Qatar et l’Arabie, ennemis déclarés de l’Iran, trouveraient, à cheval sur l’Irak et la Syrie grâce à un État islamique assagi et normalisé, un État tampon coupant par le milieu l’axe géostratégique chiite. Axe courant de Téhéran à Beyrouth via Damas.

Vous remarquerez qu’en ce qui concerne la Syrie, les chrétiens sont passés à la trappe, ils n’existent plus. Après 1 400 ans de cohabitation avec l’islam, il aura fallu attendre le XIXe siècle et les grands les massacres hamidiens entre 1894 et 1896 – les prémices du génocide des Arméniens – pour que le processus d’expulsion des chrétiens d’Orient s’enclenche. Au XXe siècle les conversos Dönmeh, alias Jeunes Turcs, amis et alliés de la social-démocratie allemande et russe, puis Mustapha Kémal dit Atatürk, parachèveront cette œuvre de mort et de purification ethnique par la déportation et la boucherie, non seulement des communautés arméniennes mais de tous les chrétiens d’Anatolie et de Thrace. Ceci avant et après la signature du Traité de Lausanne en juillet 1923. Lénine membre du Parti social-démocrate – où sa faction, les bolcheviques, était minoritaire, d’où leur nom – soutiendra activement la prise du pouvoir kémaliste. Fait peu connu, les francs-maçons français au pouvoir au lendemain de la Grande Guerre ayant toujours fait les yeux de Chimène à Kémal Pacha, l’un des grands bourreaux de la chrétienté d’Asie mineure.

Voilà, le décor est posé, sommairement, mais sans rappel historique n’espérons pas saisir le sens des événements en cours.

 

Comment jugez-vous la politique de la France dans l’affaire syrienne ?

Lamentable. Nous avons là encore un exemple flagrant de nos piteux abandons de souveraineté. Nous sommes désormais intégralement à la remorque de Washington et, moins glorieux encore, dans le sillage de Tel-Aviv, Riyad, Doha. Questions de gros sous… c’est-à-dire de marchés potentiellement juteux et d’une forte dose de servilité idéologique.

Jusqu’à 2003 et notre refus en compagnie de Berlin de suivre les États-Unis dans leur aventure irakienne, nous pouvions encore espérer sauver les apparences et nous flatter d’être plus ou moins maître de nos choix au Levant.

Las, moins d’un an après, en 2004, Chirac faisait des contorsions pour revenir dans les bonnes grâces de l’ami américain… Lequel il est vrai avait décidé de nous faire payer très cher au plan économique notre trahison atlantiste.

À partir de là plus rien ne devait nous arrêter sur la pente fatale de la subordination, de la soumission et des concessions ab libitum : en novembre 2007, Sarkozy s’est empressé de revenir sans contrepartie dans le commandement intégré de l’OTAN… d’où nous étions sortis la tête haute en 1966. En 2011, il lançait sans déclaration préalable une guerre camouflée en intervention humanitaire contre Kadhafi qu’entre-temps il avait reçu en grande pompe à l’Élysée ! Puis ce fut l’entrée clandestine, par le truchement de nos services spéciaux, dans une guerre qui ne disait pas son nom, guerre engagée au profit des islamistes contre le régime authentiquement laïc de Damas, ceci dans le contexte des Printemps arabes.

Ces « printemps » qui apparurent vite pour ce qu’ils étaient, des mises en scène visant à l’installation au pouvoir des Frères musulmans. La manœuvre a lamentablement échoué en Égypte, en Tunisie… et en Syrie.

Pour résumer, il n’y a pas à « juger » la politique de la France puisque nous n’en avons pas. Nous n’avons plus de politique arabe, ni étrangère d’aucune sorte, sauf bien entendu sur le papier glacé des reportages télévisuels, racoleurs et mensongers.

Maintenant je vous renvoie à mon livre Retour de flamme – Les banlieues de Damas, matrice du terrorisme qui frappe l’Occident, publié en septembre dernier par les Éditions Sigest. Vous y trouverez la genèse d’un conflit que l’on a fait passer jusqu’à présent pour une guerre civile et qui est en réalité un affrontement international Est/Ouest. Ce qui devient chaque jour de plus en plus évident, ceci même aux plus bouchés à l’émeri.

 

Que représente réellement Daech ?

Peu et beaucoup de choses. C’est l’éternelle histoire du Golem qui échappe aux mains de ses géniteurs et commence à tout démolir. L’État islamique est essentiellement une force armée concentrant plusieurs dizaines de milliers de djihadistes formant de véritables brigades internationales.

Celles-ci se composent de plus de cent nationalités, soit la moitié de la planète. Tous plus ou moins mercenaires, autrement dit au service, des « agendas » géopolitiques des États qui les financent, les arment, les entraînent et les encadrent. En tête desquelles les États-Unis, Israël puissance nucléaire inavouée, la Turquie, l’Arabie, le Qatar, le Koweït… le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, zélés supplétifs de Washington.

C’est donc fort à propos que le candidat républicain à la présidence des États-Unis, Donald Trump, accuse la démocrate Clinton d’avoir tenu l’État islamique sur les fonds baptismaux. On vient de voir à Deir ez-Zor – alors qu’une trêve avait été signée le 9 septembre 2016 à l’issue de plusieurs mois de négociations entre Russes et Américains – quatre aéronefs de combat de la Grande Amérique bombarder « par erreur », pendant cinquante minutes, les positions de l’armée gouvernementale… tuant 82 soldats loyalistes, brisant l’encerclement des djihadistes de Daech, ce qui leur permit de réoccuper le terrain perdu. Merci le Pentagone.

Le 2 octobre 2016, le « Bureau of Investigate Journalism » révélait que de mai 2007 à décembre 2011, le Pentagone avait abondé un cabinet anglais de relations publiques à hauteur de 500 millions de dollars pour réaliser des vidéos de propagande noire au profit d’Al-Qaïda en Irak…

Au final, Daech représente à la fois une menace pour nous en ce qu’il peut à tout moment échapper à ses commanditaires comme le balai s’arrache des mains de l’apprenti sorcier.

Toutefois, il est avant tout une menace tout autant politique qu’existentielle dans et pour les pays situés à la périphérie du champ de bataille, ce qui inclut les États-Unis. De ce point de vue, l’État islamique est formidablement utile pour qui veut resserrer les rangs de l’opinion publique derrière les pantins usurpant le pouvoir à l’ouest de l’Europe… surtout au moment où approchent les échéances des calendriers électoraux.

Daech constitue en outre un prétexte idéal pour instaurer et faire perdurer des états d’exception… comme en France. Soit créer un climat propice à toutes les répressions ou justifier toutes les dérives autoritaires de l’État si besoin est.

Bref, si Daech n’existait pas, il serait opportun voire urgent de l’inventer.

 

L’idéologie islamique se diffuse dans les banlieues française depuis les années 1990. À quels courants de l’islam radical avons-nous affaire ?

Il ne s’agit pas d’un courant mais d’une secte subversive et déviante, le wahhabisme qui, alimentée et soutenue par les pétrodollars de la terreur, tend à s’imposer comme la nouvelle orthodoxie de l’islam.

La culpabilité en revient premièrement à nos gouvernements qui se sont crus malins de laisser les richissimes pétromonarchies wahhabites, Arabie et Qatar, financer la construction et le fonctionnement d’un grand nombre de « lieux de culte », en France et ailleurs en Europe, et pire, d’y laisser prêcher sans aucun contrôle n’importe quel exalté. Mais cela n’est pas tout à fait innocent. Je vous recommande la lecture des Égarés que vous trouverez dans la petite bibliothèque rivarolienne. Après cela vous n’écouterez plus de la même oreille les âneries que débitent nos médias.

Pour être brutal ajoutons que le wahhabisme est à l’islam ce que le satanisme est au christianisme. Ce n’est pas par hasard si les oulémas, les savants musulmans, l’assimilent au dajjal, littéralement le « père du mensonge », l’antéchrist.

 

Faites-vous un lien entre l’islamisme et l’immigration ?

Il serait difficile de ne pas le faire. Et les choses ne risquent pas de s’arranger.

Nous avons ouvert les portes en grand sans nous préoccuper de l’après. On ne peut assimiler que ce qui est assimilable et l’assimilation ne peut intervenir que progressivement et à dose homéopathique. Nous commençons à récolter les fruits empoisonnés des politiques délirantes, ou perverses, qui sont les nôtres depuis Giscard président et Chirac Premier ministre. Le regroupement familial et le fétichisme de la société plurielle, du métissage, participent d’une colonisation idéologique délibérée, préméditée, d’un chantage moral et d’un terrorisme intellectuel pour lesquels nous portons tous une part écrasante de responsabilité… En un mot, pour ne pas avoir su ou voulu les combattre autant que nécessaire.

 

Comment vraiment combattre le terrorisme islamique en France et en Syrie ?

C’est très simple : virer d’urgence et sans retour possible les fous, les criminels et les malades qui détruisent ce pays à marche forcée. Envoyons les candidats terroristes, radicalisés et autres fiches S se faire pendre ailleurs nonobstant les prétendues lois internationales nous interdisant de « faire des apatrides ». Les délinquants récidivistes suivront. C’est une question de vie ou de mort. Au regard des enjeux, les traités sont de facto caducs ou doivent être considérés comme tels.

Mais il faut des hommes – ou des femmes ! – ayant le cran de mettre en œuvre de telles mesures, or nous avons pléthore d’eunuques de l’esprit et de castrats politiciens.

 

Pourquoi l’Arabie saoudite et le Qatar veulent-ils en finir avec le régime de Bachar el-Assad ?

D’abord ils ne s’agit pas du « régime d’el-Assad », mais du régime baassiste. Même si ce régime est encore dominé par les Alaouites et si le clan Assad y a joué longtemps un rôle prépondérant pour ne pas dire exorbitant.

Mais ce sont les règles du jeu et le prix à payer si l’on ne veut pas que ces nations du Levant ne sombrent à nouveau dans l’anarchie tribaliste, ce que l’on voit en Irak, en Somalie. Pour être plus précis nous pourrions dire schématiquement qu’il s’agit de concurrence vitale, de course à l’hégémonie régionale, de haine confessionnelle, haine du wahhabisme contre les mécréants, sunnites compris, c’est tout cela à la fois.

Notez qu’il n’est pas neutre que ces royaumes ayant pour religion officielle une hérésie schismatique soient alliés à l’État hébreu – Ryad et Tel-Aviv vont échanger tout bientôt des ambassadeurs – et aux judéo-protestants américains. À nouveau je vous recommande la lecture des Égarés et du Retour de flamme, pour y découvrir les mécanismes de cette machine infernale qu’est la crise syrienne.

Nous avons semé le vent de la tempête, nous récolterons du sang et des larmes. Retenez que depuis sa naissance Israël n’a de cesse de faire le ménage dans son voisinage au motif d’assurer sa sécurité. Environnement qui s’étend jusqu’aux sources du Nil. Le Sud-Soudan est de cette façon, depuis la partition du pays, une extension de l’État hébreu, idem pour le Kurdistan irakien. Les malheurs de la Libye, le chaos qui règne en Irak et au Yémen, relèvent de la même logique.

Israël, entité sioniste soi-disant laïque, mais en réalité messianique, veut accomplir la Promesse (! ?) biblique et occuper un territoire s’étendant du Nil à l’Euphrate ! Dire cela ne procède pas d’un délire conspirationniste, c’est écrit en toutes lettres dans le plan Oded Yinon déjà mentionné.

Ce projet et cette ambition figurait jusqu’à une date récente dans les manuels de l’Armée de défense d’Israël, Tsahal, cependant ne comptez pas sur les gens de presse pour vous en informer, pas plus de cela que du reste. Le Quatrième pouvoir verrouille l’ensemble du dispositif, à savoir le mensonge universel par lequel les oligarques assoient leur pouvoir et construisent patiemment « leur » gouvernance mondiale.

 

Leur rôle dans le financement de l’islamisme partout dans le monde participe-t-il d’un projet géopolitique construit ?

Oui bien entendu. La création d’une vraie fausse-semblance [1] de califat se marie et s’accorde parfaitement avec le projet de gouvernance globale.

Ces plans de domination planétaire – les musulmans représentent un milliard et demi d’hommes – se complètent et s’emboîtent l’un dans l’autre. La révolution mondiale à venir – avant ou après la Troisième guerre universelle aux dires de M. Attali ! – accouchera dans et par la terreur d’un régime totalitaire à la manière du collectivisme bolchevique de 1917. Peut-être verrons-nous en 2017 resurgir, plus forts que jamais, les mêmes démons. Enfin, espérons très fort nous tromper !

 

Que veut la Turquie d’Erdoğan ?

Erdoğan a compris – sans doute comme les Saoudiens qui sont peu à peu en train de le comprendre – qu’il sera prochainement inutile aux Américains. Ses ambitions néo-ottomanes, en Égypte et en Tunisie, ont fait long feu. Son islamo-kémalisme se heurte désormais à la géopolitique américaine qui travaille à l’édification d’un Grand Kurdistan dans une aire islamique recomposée.

À terme cette menace devrait rapprocher Ankara et Téhéran qui de son côté doit faire face à un réveil de l’irrédentisme kurde en Azerbaïdjan occidental. Cette dimension géopolitique explique en grande partie l’extraordinaire retournement d’alliance et le rapprochement d’Ankara et de Moscou.

Nous nous trouvons en plein réajustement des plaques tectoniques de l’espace géopolitique arabe et islamique, de l’Atlantique au Turkestan chinois. Gageons que dans ces conditions nous ne sommes pas au bout de nos surprises.

 

Pourquoi la Russie est-elle intervenue en Syrie ? Poutine est-il le seul à pouvoir sauver la région du chaos ?

La Russie n’est évidemment pas intervenue par pur altruisme. Mais au moment où le bouclier anti-missiles américain resserre son étau dans la Baltique et en Europe orientale, il était essentiel pour Moscou de sauvegarder le seul port d’attache dont la flotte russe dispose en Méditerranée, Tartous sur le rivage du pays alaouite.

Au demeurant si la Syrie se disloque sous la poussée des « rebelles modérés » – mais vrais islamistes – c’est tout le Caucase qui se trouve menacé. Nous sommes dans un parfait cas d’école géostratégique. La Russie encerclée doit établir un glacis protecteur autour son territoire. Je n’entrerai pas d’avantage dans les détails.

Si la Syrie tombe demain, sur les décombres des nations du Levant et de Mésopotamie, nous verrons se construire un Grand Kurdistan puis un Grand Azerbaïdjan… La Turquie, l’Iran perdront des parties essentielles de leur territoire respectif. Le Haut Karabagh sera englouti et l’existence de l’Arménie martyre, menacée. Nous n’en sommes plus loin, croisons les doigts parce que ces reconfigurations planifiées par les néoconservateurs américains n’interviendront pas sans de terribles spasmes.

N’oublions pas que la Chine, grand rival des États-Unis pour la domination planétaire est partie prenante du conflit syrien, qu’elle arme les forces de Damas avec des matériels de dernière génération et que ses bâtiments de guerre mouillent au large de Lattaquié. La Syrie est bien, à notre grand dam, l’épicentre d’un séisme planétaire.

 

Propos recueillis par Monika Berchvok

 

Notes

[1] Pour les chrétiens la « fausse semblance » s’assimile au dajjal des musulmans.

Se procurer l’ouvrage de Jean-Michel Vernochet chez Kontre Kulture :

En lien, lire également chez Kontre Kulture :

Jean-Michel Vernochet, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

36 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le wahhabisme est à l’Islam ce que le protestantisme est au Christianisme et le sionisme au Judaïsme...la Perversion !

     

    • N’importe quoi, quelle pensée simpliste par étiquettes... Aucun de ces mots (à part peut-être le premier) n’existe au singulier déjà, et c’est vraiment méconnaitre chacun d’entre eux que de dire ce que vous dites.


    • JC, vous critiquez un aphorisme, c’est votre droit , mais critiquez le au moins efficacement. votre argument sur la non unicité du protestantisme et du sionisme ne tient pas.
      Qu’il y ait plusieurs variantes de ces deux idéologies ne contredit pas l’aphorisme lui même qui met en lumière des oppositions non conciliables (ce qui n’est pas le cas du sionisme historique et du sionisme ultra religieux actuel par exemple)
      Par contre on pourrait préférer le terme catholicisme à christianisme pour être plus précis.


  • Donc le wahhabisme est du satanisme.

    Ce n’est pas de l’"islam radical" : c’est tout le contraire de l’islam.

    Donc les médias mentent en prenant cette expression (propagande oblige - c’est leur boulot) et le FN ferait bien d’appuyer la distinction entre ce qui relève de l’islam et ce qui en prend seulement l’apparence, s’il veut les voix des musulmans parce que le terme "terrorisme islamique" ne veut rien dire non plus.

    Parlons de terrorisme tout court, élevons le niveau ! Ce sont les français dans leur ensemble qui sont attaqués, pas seulement des français chrétiens ! (exemple à Nice)
    (les mots ont un sens oui ou non ?!)

     

    • A ceci près quand même que les satanistes haïssent Dieu, haïssent le Christ (reconnaissant par la même occasion leur existence...) , pratiquent le blasphème ... alors qu’on n’a pas vu de wahabbites déclarer hair Allah ou Muhammad, ou blasphémer contre l’islam... Je me trompe ?


    • Il y a aussi tout simplement : parler de sectes.. Le wahhabisme est une secte, En tout cas à la dernière réunion des savants musulmans à Grozny les savants ont pour ainsi dire excommuniés les salafistes en affirmant qu’ils étaient sortis du sunnisme.
      Ils ne sont pas dans l’orthodoxie et c’est officiel.


    • Oui, les mots ont un sens, et nous sommes dans un monde si matérialiste, ou post-matérialiste décomposé, que les mots sont si manipulés, comme tout le reste d’ailleurs.

      Oui, c’est du terrorisme tout court.

      Il faut savoir qu’en Orient et en Occident, on n’exprime pas forcément les choses de la même manière. En Orient, on n’a pas besoin de crier verbalement son amour pour Satan pour devenir automatiquement officiellement sataniste et satanique.

      Que signifie le terme "satanisme" ?
      Je prendrai la définition de René Guénon dans "Autorité spirituelle et pouvoir temporel" :
      « luciférianisme », qui ne doit pas être confondu avec le « satanisme », bien qu’il y ait sans doute entre l’un et l’autre une certaine connexion : le « luciférianisme » est le refus de reconnaissance d’une autorité supérieure ; le « satanisme » est le renversement des rapports normaux de l’ordre hiérarchique ; et celui-ci est souvent une conséquence de celui-là, comme Lucifer est devenu Satan après sa chute.

      Rappelons que Diable signifie en grec "celui-qui-se-met-en-travers-du-chemin" (le préfixe dia "en travers", comme dans le mot diagonale et le verbe bablo qui signifie "lancer","jeter".

      Je cite François Marie ALGOUD “Histoire et actualité du satanisme, la démoncratie”

      Le nom peut-être le plus exact, celui qui lui convient le mieux est blasphème. Si le mal peut être personnifié objectivement en quelqu’un, il a en Satan sa parfaite représentation.
      L’idolâtrie ne concerne pas seulement les faux cultes du paganisme. Elle consiste à diviniser ce qui n’est pas Dieu. Il y a idolâtrie dès lors que l’homme honore et révère une créature à la place de Dieu, qu’il s’agisse de créatures, esprits, djinns, anges, démons, de pouvoir, de plaisir, de la race, des ancêtres, de l’Etat, de l’argent, etc."Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon", dit Jésus (Mt 6, 24).


    • Le meurtre, les massacres des innocents et l’oppression sont sataniques, tuer injustement des gens car ils ont une foi, ou des opinions différentes est formellement interdit par l’islam.

      L’anthropomorphisme est une forme de satanisme.
      Pratiquer le blasphème, le meurtre, le viol, le suicide, en criant le nom de Dieu est acte sacrilège inqualifiable.
      Au moins, les satanistes déclarés par définition ne se cachent pas, ils sont expressément adorateurs du diable.

      La spiritualié à rebours est un satanisme encore plus pervers que le satanisme déclaré.

      « C’est là, en effet, prendre littéralement la spiritualité « à rebours », lui substituer ce qui en est véritablement l’inverse, puisqu’il conduit inévitablement à sa perte définitive, et c’est en quoi consiste le « satanisme » proprement dit ; qu’il soit du reste conscient ou inconscient suivant les cas, cela change assez peu les résultats ; et il ne faut pas oublier que le « satanisme inconscient » de certains, plus nombreux que jamais à notre époque de désordre étendu à tous les domaines, n’est véritablement, au fond, qu’un instrument au service du « satanisme conscient » des représentants de la « contre-initiation ».”
      René Guénon ‘LE RÈGNE DE LA QUANTITÉ ET LES SIGNES DES TEMPS’


    • Toutes les formes de divinisation sont à rejeter : recours à Satan ou aux démons, évocation des morts ou autres pratiques supposées à tort « dévoiler » l’avenir. La consultation des horoscopes, l’astrologie, la chiromancie, l’interprétation des présages et des sorts, les phénomènes de voyance, le recours aux médiums recèlent une volonté de puissance sur le temps, sur l’histoire et finalement sur les hommes en même temps qu’un désir de se concilier les puissances cachées.
      Elles sont en contradiction avec la foi que nous devons avoir en Dieu et en Dieu seul. Toutes l

      Les pratiques de magie ou de sorcellerie, par lesquelles on prétend domestiquer les puissances occultes pour les mettre à son service et obtenir un pouvoir surnaturel sur le prochain - fût-ce pour lui procurer la santé -, sont gravement contraires à la religion.

      Ces pratiques sont plus condamnables encore quand elles s’accompagnent d’une intention de nuire à autrui ou qu’elles recourent à l’intervention des démons. Le port des amulettes est lui aussi répréhensible. Le spiritisme implique souvent des pratiques divinatoires ou magiques.

      Toutes ces choses sont par essence sataniques. A partir du moment où il y a idolâtrie, sorcellerie, astrologie et toutes ces choses précitées, il y a satanisme. Pas besoin d’embrasser ou de se prosterner devant une statue à l’effigie du diable pour commettre un acte satanique ou être sataniste.

      Qu’en est-il des wahhabites à proprement parler ?

      Depuis 1925, ils détruisent tous monuments en rapport avec des saints ou des imams, comme ce fut le cas à La Mecque pour les tombes des membres de la famille du prophète Muhammad. Dans les années 90, on estimé que 95 % des bâtiments âgés de plus de 1000 ans ont été rasés dans les 20 dernières années.
      La maison du prophète, au départ devenue un marché d’animaux, a depuis vu un bâtiment s’élever par-dessus. La maison de Khadija, première femme du prophète, où il a vécu et reçu la plupart de ses premières révélations, est actuellement recouverte par des toilettes publiques.

      Niveau blasphème, c’est du grand art.

      Le ministère saoudien des affaires islamiques a publié en 2007 un rapport qui statue que « le dôme vert doit être démoli et les trois tombes doivent être aplanies dans la mosquée du prophète. ». Ils ont horreur de tout ce qui rappelle l’histoire musulmane et les gens qui l’ont marquée. Les profanations de tombes sont des actes sataniques conscients.


    • le mot diable vient de diabolique, dia : idée de séparation et bolein qui est très exactement la ligne de fracture d’ un tesson de poterie brisée dont on se servait en Grèce ancienne pour sceller des contrats chaque partie conservant son morceau. diabolique est l’opposé de symbolique syn : unir et bolein, le diabolique divise le symbolique unit, le diabolique rompt le contrat, le symbolique l’honore. le mot diable a été inventé plus tard pour conceptualiser theologiquement le satan chrétien


    • "Toutes les formes de divinisation sont à rejeter."
      Si vous condamnez les techniques de voyance anciennes comme : l’astrologie, la chiromancie, etc... n’y voyant qu’une volonté de puissance sur le temps, quoique qu’elles aient aussi une dimension qualitative en rapport avec la psychologique ou le caractère ; alors il faut y inclure les modernes aussi, comme : les sondages, les probabilités, les statistiques, la prospective... qui à mon sens est aussi une volonté de puissance sur le temps. Je blague, mais pensez y...


    • Pour ce qui adore la bête, il le considère comme leur dieu. Donc ils se battent et tuent au nom de leur dieu .
      les commandements valent pour les 3 religions monothéistes .


  • Bonjour,

    Est-ce qu’il existe un équivalent de l’enfer en Islam comme dans le Christianisme ? J’ai lu que dans le judaïsme il n’y avait ni enfer, ni paradis, qu’en est-il en Islam ? En quoi consiste l’enfer en Islam, si il existe ?

     

    • salut L’étrangère,
      Oui l’enfer et le paradis existent en Islam. Il n’y a pas, par contre, de purgatoire.
      Le paradis est un lieu de délices infinies et l’enfer un lieu de souffrance.
      Les versets coraniques qui font mention de ces 2 endroits sont nombreux dans le Coran. Tu peux aisément les trouver sur internet.


    • Merci Bé Hache Elle. Nous avons affaire ici à des hommes ( et des femmes) qui n’ont pas peur de la mort. La bisounourserie incorrigible de nos dirigeants doit bien les faire rire...


    • Le purgatoire existe en Islam. Il est connu sous le nom de "barzakh". Quand on ne maîtrise pas le sujet, on ferait mieux de ne pas la ramener. Avec tout mon respect...


    • Le barzakh n’est pas le purgatoire, c’est la vie dans la tombe en attendant la résurrection...

      Le purgatoire chrétien est le lieu où l’on est puni pour ses péchés avant d’entrer au paradis.

      En islam, c’est l’enfer qui joue ce rôle, car contrairement au christianisme, pour l’islam les personnes qui entrent en enfer n’y resteront pas toutes éternellement.


    • Merci pour vos réponses. Et pourquoi les " Assassins fous dangereux" cités dans l’article sont persuadés que les actes odieux qu’ils commettent les mèneront au paradis ? La martyrologe chrétienne et celle de l’islam ont-elles des points communs ? Si quelqu’un pouvait m’éclairer sur la martyrologie dans l’islam. Ces gens qui trahissent la France en partant faire leur pseudo-djihad se considèrent comme martyrs, ce concept parait assez abscons pour moi.


    • On peut aussi définir le ’Barzakh’ comme le mur infranchissable qui empêche quiconque de revenir à la vie après être mort (Sauf dérogation divine bien entendu ...).
      Dans le Coran, un passage intéressant raconte comment les infidèles lorsqu’ils décèdent demandent à Dieu de les ramener à la vie afin "... que nous accomplissions ce que nous avons délaissé ..." "Mais ce ne sont que des paroles qu’ils prononcent, nous avons placé derrière eux un ’Barzakh’ et ils ne reviendront pas à la vie".

      C’était un petit commentaire pour notre érudit Nabil.


  • Rien à redire sur le titre. La vérité même. Merci à ses promoteurs et à ses facilitateurs occidentaux.

     

    • Bien qu’à l’évidence la civilisation politique occidentale telle que nous la connaissons arrive à son stade final de dégénérescence et de ruine totale,nous voulons croire qu’il reste encore assez de lumière en occident pour se lever et surmonter la pathocratie malveillante qui est au pouvoir.Bien sur,l’énorme pouvoir militaire et financier controlé par les zélites peut encore faire de gros problème,mais c’est aussi une réalité de la vie qu’une entité sociale politique s’appuyant uniquement sur le pouvoir physique,matérialiste,est condamnée à l’entropie et au déclin inéluctable.Ce qui n’est qu’une question de temps


  • La définition du Wahabisme n’a aucun sens. Vous mélangez tout et n’importe quoi.

    Mohamed ibn abdel-Wahab était salafiste dans sa méthodologie et proche du Hanbalisme. C’est une copie d’ibn-Taymiyya.

    Aucun musulman sérieux connaissant un minimum ses livres ne peut croire que c’est un sataniste. Ça ne peut convaincre que les néophytes ou les non-musulmans.
    Il s’est fait de nombreux ennemis en interdisant le culte des morts soufi et les superstitions. C’est pour cela que les savants soufi de l’époque l’ont condamné.

    Je ne vois pas en quoi il est responsable du terrorisme au 21ème siècle. Sayyid Qutb et les frères musulmans sont bien plus responsables d’avoir réveillé le Khawarij. Quant aux attentats suicides, elles sont récentes (guerre du Liban) et même les savants saoudiens officiels les ont interdits, même chose pour Daech.

    Tout cela est trouvable sur internet et vérifier les discours et les fatwas est très aisé.

     

    • Cet homme dit vrai.


    • "Aucun musulman sérieux connaissant un minimum ses livres ne peut croire que c’est un sataniste."

      On juge l’arbre à ses fruits... Et il est aujourd’hui très clair que le wahhabisme n’est rien de plus qu’une secte d’adorateurs de Satan.

      La Syrie a fait tomber tous les masques. Le reste n’est qu’hypocrisie et poudre aux yeux.


    • Décryptage pour les lecteurs :

      Karim45 est un wahhabite qui défend sa chapelle.

      Le wahhabite ne reconnaît jamais l’existence du wahhabisme. Pour le wahhabite, Muhammad ibn Abd al-Wahhab n’a rien apporté de nouveau et son message est seulement celui de l’islam. Il n’existe pas de wahhabites, les wahhabites sont simplement musulmans, ce sont tous les autres prétendant être musulmans qui en réalité ne le sont pas.

      C’est un stratagème malhonnête qui a été élaboré par les savants saoudiens pour empêcher tout débat : fermer la porte à toute critique sur le wahhabisme en prétendant qu’il n’existe pas et en interdisant de dire que celui-ci est une violation de l’islam originel.

      Muhammad ibn Abdel Wahhab a repris les thèses d’Ibn Taymiyya, mort en prison au XIVe siècle après avoir été considéré comme hérétique par les savants traditionnels de son temps. Pour le wahhabite, ce sont évidemment ceux qui l’ont condamné qui étaient hérétiques.

      Pour reconnaître un wahhabite, il suffit d’adopter une définition simple : est wahhabite toute personne qui considère Muhammad ibn Abd al-Wahhab comme un savant de référence et qui pense qu’il n’a rien changé à l’islam originel.

      C’est le cas de nombreux groupes, dont notamment les savants saoudiens et Daech. Les wahhabites sont très divisés, et chaque groupe insulte les autres. Les wahhabites qui suivent l’establishment saoudien vous diront qu’ils condamnent Daech, et les wahhabites daechistes abhorrent la famille royale saoudienne.

      Ne vous y laissez pas tromper. Ibn Abd al-Wahhab et Ibn Taymiyyah sont les références centrales des deux groupes.

      La fondation des 1er et 3e États saoudiens (le 2e étant resté confiné au Najd) s’est faite en recourant aux mêmes méthodes que Daech. Les daechistes sont ceux qui sont fidèles aux actions et à la pensée d’Ibn Abd al-Wahhab, tandis que les savants saoudiens sont ceux qui ont trahi après le massacre des Ikhwan entre 1927 et 1930 et adouci leur doctrine en échange de richesses terrestres et de postes élevés.

      Quant à Sayyid Qotb, il fait partie de la frange des Frères musulmans qui s’est radicalisée après la répression de Nasser. C’est effectivement l’autre grande source du terrorisme dans le monde musulman.

      Oui il existe de nombreux terroristes qui sont ici de la sphère des Frères musulmans et non du wahhabisme.

      Mais Daech se réfère bien plus à Ibn Abd al-Wahhab qu’à Sayyid Qotb...


    • Hey mon frère garde tes conseil pour toi !!! Va voir la biographie d’Ibn Tamiyah sur Wikipédia.. rien que ça et tu t’appercevra à quel point tu répète la version Wahabite.. et ça n’a rien à voir avec l’Histoire.. À moins que tu rejettes 1400 ans de théologie islamique et les 4 écoles juridiques.. que certains voudraient rendre obsolète..

      Secundo, a la dernière conférence des SAVANTS/ULÉMAS à Grozny 200 dignitaires religieux, oulémas et penseurs islamiques ONT exclu le wahhabisme salafiste de la définition du sunnisme !!! Maintenant.. dit moi qui est contre le consensus de nos savants ?!...


    • Oui voilà !! je dirai pas mieux.


  • Vernochet est lumineux ; quel brillant analyste qui pulvérise toute la titanesque production de l ’industrie à mensonges et propagande baptisée Médias !


  • « Bref, si Daech n’existait pas, il serait opportun voire urgent de l’inventer ».
    Il vient de résumer le principe de fabrication de "méchant " ou de le doper surtout financièrement ; c’est le même cas pour Hitler , il avait peu de moyen financier et comme par "miracle" des personnes de l’extérieur sont venu le financer . les mêmes qui aida les alliés .
    Même principe qu’un programme d’installation et de désinstallation d’un programme informatique .

     

  • Le sujet et le titre ne correspondent pas. Ces deux personnes (Jean-Michel Vernochet, Monika Berchvok) doivent savoir d’abord avant d’aller en entrevue


  • Je me souviens d’un reportage sur une chaîne arabe dans lequel un repenti ayant été successivement cadre à Al Qaida puis Daech avait affirmé que la plupart des combattants n’étaient même pas pratiquants. Ils ne faisaient pas la prière pour la plupart d’entre eux. La seule chose qui était exigée d’eux c’est qu’ils aient l’air de musulmans pratiquants (Port de la barbe, turban, etc...).
    Daech est le fruit d’une mise en scène hollywoodienne.


  • @isma :"tuer des gens parce qu’ils ont une foi différente est rigoureusement interdit en islam" Ah bon, et les takfiristes, c’est bien ce qu’ils font ? Ils te déclarent apostats et ça leur donne le droit de te tuer et de s’emparer de tes biens...
    Mais je suppose qu’eux non plus n’ont rien à voir avec l’islam et que la conférence de Grozny les a excommuniés.


  • « Nous n’en sommes plus loin, croisons les doigts parce que ces reconfigurations planifiées par les néoconservateurs américains »

    Question : que viennent faire ici les Anglo-Saxons ? Dans cette région du monde ? Pas du racisme mais plutôt un ostracisme racial ; les Iraniens, les Slaves, les Syriens, les Chinois,... se connaissent. Il y a une légitimité historique. Et aussi une légitimité spatiale à leurs échanges, en bien et/ou en mal. Mais les Anglo-Saxons ? Un chrétien orthodoxe repris sur un site berbère du Rif marocain révélait que les Arabes avaient trahi la région en la vendant à ses ennemis étrangers... On ne va pas lui donner tord. L’Arabe païen, si proche de la Judée, a joué avec l’Islam pour confisquer le droit de ce qu’il fallait mépriser, ostraciser, ou pas. Il a sanctifié sa trahison. En encourageant la destruction des sites antiques avec sa rhétorique pour masses idiotes - « du polythéisme ! » - , il veut éviter toute conscience historique chez ces peuples.

    Un Anglo-Saxon n’a rien à faire là. Il n’appartient pas à la famille. D’ailleurs, il n’apporte que le chaos... Symptôme qu’il n’a rien à offrir ! Sa volonté de puissance souffre de complexes - voir les productions de Ridley Scott depuis Gladiator - et il se dit qu’avec un peu de chance, en venant dans cette région, un lotus anglais va y éclore et que l’Histoire les mettra à côté des Babyloniens, des Syriens, des Sumériens, des Iraniens,... Il croit au miracle.


  • Jean-Yves Le Gallou, dans une de ses conférences, a dit que Giscard en 1980 a tenté de mettre fin au regroupement familial, mais le Conseil d’Etat et la Cour Européenne des Droits de l’Homme s’y sont opposés au nom des droits de l’homme évidemment.


  • Un texte fondamental et à marquer d’une pierre blanche !
    Merci infiniment Monsieur Vernochet.


Commentaires suivants