Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Coïncidences, coïncidences...

Les étranges liens d’Amedy Coulibaly avec un producteur financé par l’ambassade américaine

D’où provenait donc la fulgurante ascension d’Amedy Coulibaly qui, à la fin des années 2000, était passé en quelques mois du statut de prisonnier à Fleury-Merogis à celui d’invité de Nicolas Sarkozy à l’Élysée ? Cette question trouve un début de réponse lorsqu’on s’intéresse au parcours de celui qui était son aîné de quatre ans et qui a tout comme lui fréquenté le collège Jean Villar de Grigny : le « militant » associatif Omar Dawson. Sa propension pour les banlieues n’a pas laissé indifférentes les équipes de Nicolas Sarkozy et de l’Ambassade des États-Unis à Paris, qui lui ont permis de s’imposer petit à petit comme un des leaders politique des quartiers français. Or, si Omar Dawson doit en partie son succès à Jeanette Bougrab et à l’ambassadeur Charles Rivkin, il le doit avant tout à Amedy Coulibaly, protagoniste de son film phare. L’échec de la réinsertion de ce dernier en 2008, n’est d’ailleurs pas sans rapport avec cette même politique à l’égard des banlieues : préférant le fantasme à la réalité, nos dirigeants se sont laissés séduire par un modèle d’action politique qui trouve son origine à Washington et qui loin d’apporter des solutions, n’a fait que provoquer des problèmes.

Invité le 21 janvier dernier sur le plateau de l’émission Arrêt sur images sur le thème « Charlie  : comment faire perdurer la bienveillance du 11 janvier ? », Omar Dawson s’est bien gardé d’évoquer sa relation avec l’un des protagonistes de l’affaire, à savoir Amedy Coulibaly. Même si les trajectoires des deux élèves du collège Jean Villar de Grigny sont diamétralement opposées, elles se sont recoupées à plusieurs occasions, non sans l’aide d’une politique de discrimination positive dont les attentats de Paris sont une indubitable conséquence.

En 2005, année au cours de laquelle Amedy Coulibaly fait la connaissance de Chérif Kouachi et Djamel Beghal à la prison de Fleury-Mérogis, les banlieues françaises s’embrasent. Grigny est, tout comme un nombre important de communes françaises, secouée par des émeutes urbaines au terme desquelles un débat public émerge pour tenter de comprendre la nature du malaise qui frappe les quartiers sensibles. À Washington, un mémo confidentiel envoyé par l’ambassadeur US à Paris, Craig Roberts Stapleton, analyse le problème des banlieues comme une des conséquences de « l’échec de la France blanche et chrétienne à considérer ses compatriotes à la peau sombre et musulmans comme des citoyens à part entière ». Titrant son télex : « Le modèle français d’intégration : parti en fumée ? », l’ambassadeur incite Washington à s’intéresser davantage aux banlieues françaises et à y projeter son modèle sociétal. Dès lors, deux modèles vont s’y opposer : l’un, américain, est communautariste ; le second, français, se veut républicain et ne souhaite pas trop verser dans la discrimination positive.

En réponse au malaise des banlieues, le Premier ministre Dominique de Villepin décide de débloquer un budget de 100 millions d’euros pour les associations dans les quartiers. L’un des premiers bénéficiaires en est Omar Dawson [photo]. Auteur d’un DVD interactif de prévention, le jeune professeur d’anglais a créé l’association GrignyWood, dont l’objectif est l’éducation à l’image et l’expression citoyenne. L’association a reçu 18 000 euros de la part du gouvernement français, selon le journal de France 2 du 16 octobre 2006. Très impliqué dans les quartiers, en particulier à la Grande Borne à Grigny, Omar Dawson était aux premières loges des émeutes urbaines de 2005. Pour cette raison, il est interviewé par la BBC à l’occasion du premier anniversaire des évènements, et se présente publiquement en tant que citoyen britannique (son vrai nom est Siddi Omar Forbes Dawson). Il déclare alors qu’il ne « souhaitera jamais demander la nationalité française [préférant] être considéré comme un étranger que comme un citoyen de seconde zone ». Pour quelle cause politique milite donc le citoyen britannique Omar Dawson en France ?

Lire la suite de l’article sur attentatsdeparis.over-blog.com

Voir aussi, sur E&R :

Découvrir le journalisme d’investigation avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Et on s’étonne que de plus en plus de personnes ne croient plus en les versions dites officielles des évènements plus ou moins récents (pas que la fusillade à Charlie Hebdo, mais sur la Syrie, etc.) ? Beaucoup se taisent mais n’en pensent pas moins.

     

    • D’autant plus que cette affaire commence à paraître vraiment suspecte.
      Amar R. un proche de Coulibaly, aurait fourni les armes à Coulibaly. Amar R. était recherché (Mandat d’arrêt européen). Il a été arrêté le 23 janvier. On découvre aujourd’hui que sa fiancée est sous-officier du renseignement dans un centre d’élites de la gendarmerie au fort de gendarmerie de Rosny-sous-Bois (93). Amar R. entrait et sortait à sa guise dans cette forteresse avec et sans sa fiancée. Lorsqu’il a été arrêté sa fiancée n’a pas été inquiétée.


  • Cela est donc la confirmation du rôle des Ricains par leurs réseaux tels la YOUNG FRENCH LEADER ; Qand je lis ces subventions colossales qui sont versées alors que si vous vous occupez d’une association sportive normale en province vous galérez sec pour obtenir quelques fafiots. cela donne la rage.
    celui que se fait appeler de Villepin est en fait Galouzeau, c’est beau la république qui cultive le fait du prince (élu ?) et s’arroge des privilèges totalement indus.


  • Omar Dawson ! Le Mustapha Menier américain ! Quand la science-fiction devient réalité...

     

    • pour comprendre
      " Mustapha Ménier ",
      Mustapha Ménier est un Alpha Plus, qui fait partie des dix hommes les plus puissants de la planète : les administrateurs mondiaux. Il est le chef de la zone Europe mondiale. Il connaît l’histoire des sociétés qui ont précédé ce monde
      à lire absolument
      Le meilleur des mondes
      Aldous Leonard Huxley
      voir aussi sur le thème Lucien Cerise


  • bonjour

    Ce n est pas assez clair ? Mais, c est bien sur , pour les Ricains pardi !


  • grigny wood qui participe a l’implantation des street workout
    ou aussi au sponsoring de patrice quarteron
    comme si la banlieue devait se résumer au sport de combat, rap, musculation
    qu’en penser ?...


  • Le nom de Jeannette Bougrab apparait bien souvent dans la nébuleuse autour de ces attentats et du "suicide" du policier enquêteur Helric Fredou. Tout cet argent qui pleut, la famille de Charb qui ne veut pas la voir, ses pleurnicheries, tout ça est étrange.


  • Omar Dawson ? Deux patronymes juifs Dawson-Forbes, et un prénom musulman ?!!! Bizarre ...


  • #1111201
    le 04/02/2015 par Jérôme2709
    Coïncidences, coïncidences...

    Les accointances entre " la diversité " et les États-Unis sont de l’ingérence pour affaiblir la France.
    Exemple : Rokhaya Diallo, la Young Leader.
    Ce qui est bizarre c’est que la Bougrab on la retrouve côté Ambassadeur U.S. et côté Charb.


  • #1111250
    le 04/02/2015 par Soldat du Christ...
    Coïncidences, coïncidences...

    Il ne manque plus que le frère Joe Dalton pour venir nous jouer "Boy’s in the wood" et on comprend le fait de l’amériKKKanizaSion de nos banlieues !!
    Il va falloir avoir un œil sur ces quartiers ou le RAP fait fureur et ou on est plus américain que français....



  • #1111293
    le 04/02/2015 par ofsur
    Coïncidences, coïncidences...

    J’ai fais des recherches sur ce omar dawson et c’est un métis algérien écossais qui a grandi a grigny.

    http://www.lecourrierdelatlas.com/4...

    Ce type est vraiment pas net... M’étonne pas que ce omar dawson métis algérien écossais soit très ami avec l’ambassadeur américain et bien sûr encore et toujours la présence des membres de la fameuse french american foundation dont font parti bon nombre de nos vendus de politicards journalistes banquiers....

    C’est bien connu les américains ne cherchent jamais leur intérêts ils aident la France le peuple Français par amour et grande compassion pour leur prochains.Ils font pareil en Ukraine et dans les pays arabes en Asie en Afrique et en Amérique Centrale et du Sud.Quelle grandeur d’âme ces américains !

     

    • #1112451
      le 06/02/2015 par Moi, Peter Sellers
      Coïncidences, coïncidences...

      Il faudrait pas simplifier le problème.. L’aliance Française à travers le monde fait la promotion de la langue et la culture française. C’est en général à l’origine des initiatives locales et ils fonctionnent avec une grande indépendance.

      L’équivalent, le British Council est bien plus intéressant.. à l’origine les politiciens anglais ont théorisés qu’il valait mieux investir dans la propagation de la culture et l’apprentissage de la langue afin de ralier les gens à leur façon de penser (soft power) que de la propagande dure..

      L’establishment investi des millions pour envoyer des milliers de quasi bénévoles pour enseigner l’Anglais à travers toute la planète.. Les ambassades à travers le british council ont été impliqué dans de nombreux cas d’espionnage de tentative de changement de régimes, de déstabilisation politique, d’assassinats d’après la presse britannique elle-même.. En plus du soft power ils ont donc aussi le hard-power qui fonctionne encore mieux..

      Je dis ça pour qu’on comprenne bien les choses.. que les états-unis fassent la promotion de leur culture, l’appréciation de leur point de vue, voir la défense de leur idées c’est plutôt fair-game.. ça l’est beaucoup moins quand ils font la promotion des anomalies inhérentes à leur gestion des différences (multiculturalisme à la anglo-saxonne et rapports de classes) avec les systèmes de ghetto et de fracture et rivalité inter-ethnique, chose qui était inconnue en France auparavant..

      C’est là ou l’attention doit être posée.. les américains font la promotion de ce qui marche chez eux mais surtout de ce qui ne marche pas et crée du chaos.. Les américains ne font pas que du soft-power comme ont pourraient s’y attendre.. ils foutent littéralement le feux et ça c’est assez exceptionnel... Les acteurs qu’ils choisissent pour déstabiliser les pays lorsqu’ils y réfléchissent s’aperçoivent rapidement que cela dépasse largement le soft-power habituel..


  • #1112500
    le 06/02/2015 par fautqueçachange
    Coïncidences, coïncidences...

    je viens à l’instant de suivre un interview sur BFMtv du directeur de l’imprimerie de Charlie Hebdo, ou il a une réaction des plus énigmatiques. Dans le même flash d’information on nous rappelle l’inculpation d’éléments des héros du hand-ball français, éléments qui figurent sur une photo "quenelle collective d’il y a quelques années.


Afficher les commentaires suivants