Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les étranges liens de Bernard Madoff avec les services-secrets israéliens

Où sont passé les milliards de la Bernard L. Madoff Investment Securities ? Des informations de plus en plus précises tendent à démontrer que cet escroc aurait été le financier d’opérations clandestines du Mossad (les services secrets israéliens). Mecanopolis vous présente aujourd’hui un premier article exclusif sur cette affaire, qui fait état d’enquêtes très ciblées des services sécuritaires étasuniens. Assurément, les semaines à venir nous permettrons d’affiner le tir et de retracer plus précisément encore le parcours très étrange de Bernard Madoff.

Note du 29 janvier 2009, 21h11 : Une tentative de piratage du site Mecanopolis en début de soirée à rendu en partie cet article indisponible. Cela devrait être maintenant complètement corrigé. Si un problème devait survenir à nouveau, nous vous serions reconnaissant de nous avertir immédiatement par email à l’adresse : redaction [at] mecanopolis.org

L’equipe d’Obama réalise une grande opération contre les forces du Mossad aux Etats Unis

Par Sorcha Faal, pour Whatdoesitmean.com.

Des analystes des services secrets russes sont ont signalé que l’armée étasunienne et les forces de police loyales a Obama ont réalisé la plus grande capture de l’histoire des Etats Unis en ce qui concerne un réseau d’espionnage œuvrant à l’intérieur de ses propres frontières.

Selon ces analyses, le financier de New York Bernard Madoff serait l’organisateur de vastes opérations d’espionnage d’Israël aux USA depuis les années 60.

Mr Madoff qui possède la double nationalité nord-américaine et israélite, fut arrêté le 12 décembre dernier alors qu’il essayait de fuir des Etats Unis en sortant des milliers de millions de dollars de fonds de réserve du Mossad, tentative qui fut neutralisée par le Juge de district Luis Stanton, ce dernier dit que « son ordre d’arrêt » était nécessaire afin d’éviter que Madoff ou l’un de ses agents ne puissent sortir cet argent de la jurisprudence de la cours de justice nord-américaine et pour préserver le « Status Quo » des futures enquêtes sur le sujet.

Ces analyses signalent aussi que le fameux procureur de la justice nord-américaine et allie d’Obama, Patrick Fitzgerald, fut derrière la capture de Madoff et des ses sympathisants du Mossad sur lesquels Fitzgerald enquêtait depuis la détention en 2005 d’un officier du Pentagone, Lawrence Franklin, qui avait a sa charge le fait de « passer » des secrets militaires nord-américains a l’AIPAC, qui est connue comme étant une organisation de première ligne du Mossad et qui opère depuis les USA.

Sur le pouvoir d’influence du Mossad à l’intérieur du gouvernement des États-Unis, on peut lire ce qui suit :

« Le comité Israélo-Nord-Américain des affaires publiques (AIPAC) qui mène directement la branche législative du gouvernement nord-américain et « The Conférence of Présidents of Major American Jewish Organizations », une des organisations judéo-nord-américaine les plus importantes, sont la relation principale entre la communauté juive et la branche exécutive du gouvernement des Etats Unis.

Les 2 groupes « clefs » ont comme but, présenter aux « Designers » de la Politique, des messages uniformes et représentatifs de la diversité des medias pro-sionistes plus petits et de la communauté Juive-Nord -américaine en général. Le grand éventail d’opinions pro-sionistes se reflète dans le groupe de tête des organisations pro-Israël de droite comme de gauche.

Les experts en politique étrangère nord-américains John Mearsheimer et Stephen Walt définissent comme étant le noyau du groupe de tete :

l’ « American Israël Public Affairs Committee », le « Washington Institute for Near East Policy », et l’ « Anti-Defamation League and Christians United for Israël » ainsi que d’autres organisations clefs qui influencent la politique étrangère du pays et qui travaillent pour le bénéfice d’Israël, ceci inclus la « Zionist Organization of America », l’ « Israël Policy Forum », le « American Jewish Committee », le « Religious Action Center of Reform Judaism », l’ « Americans for a Safe Israël », l’ « American Friends of Likud », le « Mercaz-USA », et l’ « Hadassah ».

Chaim Waxman, en 1992, mis dans le calendrier Américano-juif la liste de plus de 80 organisations juives qui se dédiaient spécifiquement a des activités sionistes et pro Israël.

51 de ces plus grandes organisations se réunissent a la « Conférence of Présidents of Major American Jewish Organizations ». Plus important encore, cette mission auto-imposée inclus « fomenter divers groupes pour former une force unifiée pour le bien-être d’Israël » et travailler pour « renforcer y sponsoriser la très spéciale relation USA-Israël ».

Des informations émanantes d’Israël détaillent ce que provoque l’arrestation de Madoff par les allies d’Obama sur les opérations du Mossad aux USA, opérations appelées « fondations », comme on peut le lire dans le journal israélite « Haaretz » :

« Une supposée fraude de 50 000 million de dollars par le financier de Wall Street, Bernard Madoff, cause une grande stupeur au sein du monde philanthropique juif, et oblige de fameuses fondations caritatives ayant leur siège social aux USA, a fermer, et menace les ressources financières de beaucoup d’autres ».

La Fondation de la famille Chais , une fondation d’œuvres de bienfaisance qui a son siège social en Californie, et qui avait confie la totalité de ses investissement dans les mains de Madoff, fut obligée de cesser ses activités, ce dimanche, âpres avoir durant de nombreuses années, verse des dons pour le montant de 12,5 millions de dollars annuel pour les causes d’Israël et de l’Europe Orientale, a annonce le JTA.

« Je peux confirmer que la Fondation Chais a ferme », a communique ce dimanche, le président de la Chais, Abraham Infeld par l’intermédiaire du JTA… Tous les fonds de la fondation étaient sous la responsabilité de Mr. Madoff. Nous avons pris la terrible discision, et avec grande peine, de fermer la Fondation ».

La Fondation Robert I. Lappin, qui a son siège social dans le Massachussetts, et qui finançait des voyages pour les jeunes juifs afin de connaitre Israël, fut aussi obligée de fermer ce vendredi parce que les ressources financières de la fondation étaient entre les mains de l’ex-président du Nasdaq ».

Comme le signalent les rapports en question, l’opportunité de capturer partie des intégrants du puissant Mossad qui comptent avec l’appui du lobby juif et ses espions associes, par les forces (l’Equipe d’Obama), se doit au plan du Président élu Barack Obama pour un « changement radical » de la politique extérieure des USA et l’éloignement de l’influence israélienne a partir de l’action, plan qui s’initiera lors de son investiture.

En ce qui concerne l’implantation de ce changement dans la politique étrangère d’Obama, en faveur du monde arabe et en défaveur des israéliens, le rapport d’information de Christian Monitor est le suivant :

« Durant sa campagne politique pour les présidentielles, le Président élu Barack Obama, a mis comme objectif premier dans son agenda, la restauration de l’image des USA a l’étranger et particulièrement dans le monde musulman. Obama, cette semaine, a commence à définir ses plans pour donner un important discours dans une capitale du monde musulman, et cela devrait être au cours de ses 100 premiers jours de présidence.

Le plan d’Obama est encore en gestion, mais donne tout de suite lieu à des spéculations sur l’endroit possible du discours et sur son contenu…

Et en ce qui concerne, l’ « importante Capitale Musulmane », ou Obama pourrait faire son discours historique pour les peuples arabes du Moyen Orient, le rapport confidentiel dit que celle-ci est au « cœur même » du « besoin immédiat » de l’équipe d’Obama pour arrêter Madoff et le Mossad…, donc, l’unique capitale arabe qui pourrait être utilisée est laïque mais de sensibilité musulmane et c’est La Capitale Turque d’Istanbul ! En effet l’Egypte, pays traditionnellement allie des USA, fut qualifie de « totalement inacceptable » par l’équipe d’Obama a cause de l’effroyable traitement que ce pays inflige a son peuple et a cause de cette présidence sans fin du « dictateur » Moubarak. On considère inadéquat l’utilisation de ce pays pour redessiner « la nouvelle image » des USA a une population complètement opposée a sa politique.

Le rapport confidentiel dit qu’en raison de cette affaire, Madoff et le Mossad ont initie une tentative de coup d’Etat contre le gouvernement turc, et nous, spectateurs, pouvons en prendre connaissance, de cette sorte :

« Daniel Levi, Daniel Guney o Tuncan Guney ? Qui est cette personne que la Procuration du gouvernement turc voulait interroger la semaine dernière ??

Selon des infos du journal turc Milliyet, c’est un agent du Mossad, membre du groupe clandestin et nationaliste d’extrême droite, connu sous le nom d’ « Ergenekon ». On présume qu’Ergenekon planifiait un renversement du gouvernement pro-islamique du premier ministre Recep Tayyip Erdogan.

Un autre journal turc, le »Yeni Safak », a signale qu’on été trouve dans l’appartement de Güney des documents qui, supposément, relationnaient des membres de la communauté économique d’Israël avec d’importantes figures turques aussi impliquées dans l’affaire Ergenekon.

Selon d’autres infos de la presse turque, Güney était un agent des services secrets turcs qui avait infiltre les deux « cotes » (les services secrets turcs et l’organisation Ergenekon), afin de pouvoir révéler l’identité de ses membres.

En 2004, Güney fut extradé secrètement de Turquie et envoyé de la même manière aux USA, plus tard il passa au Canada ou son nom apparait sur la liste des membres de la congrégation « Beit Yaakov » comme Daniel T. Güney »…

Nous ne pouvons pas deviner la fin de cette saga, mais pouvons cependant signaler que, jusqu’au jour d’aujourd’hui, et a quasiment 4 ans de son arrestation, l’espion israélite du Pentagone, Franklin et ses commanditaires de l’AIPAC, ne sont toujours pas impliques dans cette affaire qui devrait être jugé par le fiscal Fitzgerald, car, peut être, la considération de dévoiler les implications du Mossad dans les affaires du peuple nord-américain serait trop catastrophique.

On ne peut pas reprocher a l’armée nord-américaine de ne pas prendre des mesures contre la pénétration du Mossad, car selon ses règles a long terme, il est interdit aux juifs nord-américains de rentrer dans les corps d’élite des officiers US et dans les services de renseignement gouvernementaux en raison de sa possible double nationalité (nord américaine et israélite).. De ce fait l’armée est considérée comme étant le « dernier protecteur » afin que son pays ne soit pas utilise uniquement pour le bénéfice d’Israël. Cette même réticence de l’armée US est maintenant utilisee par Obama pour éloigner son pays, de ce catastrophique chemin.