Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les nouvelles thématiques qui cartonnent sur YouTube

Ou comment gagner sa vie en vidéo

En France, un internaute sur deux, entre 16 et 44 ans, regarde des vidéos sur YouTube tous les jours. Et parmi eux, deux tiers en visionnent plusieurs fois par jour. De fait, le succès de la plateforme de Google ne désemplit pas. En 2017, plus d’une centaine de chaînes ont dépassé le pallier du million d’abonnés. En 2014, elles n’étaient qu’une dizaine.

 

 

Tandis que la communauté de YouTubeurs a grossi en même temps que ces nouveaux modes de consommation de vidéos, les créateurs de contenus ont acquis aujourd’hui un statut. Chaque année, ils se retrouvent désormais à l’événement de la Vidéo City qui a eu lieu en avril à Paris, réunissant 250 YouTubeurs français et leurs abonnés sur 19 000 mètres carrés. Les stars « historiques » du secteur étaient présentes, à l‘image d’EnjoyPhoenix (chaîne beauté avec 2 millions d’abonnés) ou Cyprien (chaîne humour avec 10 millions d’abonnés).

Les YouTubeurs les plus connus sont spécialisés dans la mode, la beauté ou le divertissement, mais d’autres thématiques commencent à émerger. Mais si l’audience peut se créer assez rapidement pour certaines chaînes, une question demeure majeure pour les créateurs de contenus : comment monétiser leurs vidéos ? YouTube ne cesse en effet de modifier les règles du jeu. Dernièrement, la plateforme a annoncé que les chaînes ne dépassant pas les 10 000 vues au total ne pourront plus faire gagner de l’argent à leur créateur.

Résultat, la publicité n’est plus forcément la source de revenus prioritaire envisagée par ces créateurs. Ils réfléchissent désormais à se diversifier, avec, par exemple, des partenariats, de la formation « en call to action », entre autres. De même, les cibles les plus prisées ne sont plus uniquement les jeunes. Focus sur trois thématiques qui se développent sur la plateforme, dans cette logique de diversification du business model.

 

Le marketing sur YouTube

Aux États-Unis, une nouvelle tendance voit ainsi le jour sur YouTube, celle du web-marketing. Cette thématique englobe l’ensemble des techniques marketing et publicitaires utilisés sur le Web. Ces youtubeurs, comme Sunny Lenarduzzi de The Sunny Show (84 000 abonnés), réalisent des podcasts pour aider les entrepreneurs à développer un business en ligne. En France, cette tendance commence à émerger avec Olivier Roland (116 000 abonnés) ou Antoine Blanchemaison (34 000 abonnés).

 

 

Antoine Blanchemaison a d’ailleurs arrêté ses études en école de commerce pour développer son activité sur le réseau social. Le jeune YouTubeur n’utilise pas cette plateforme comme tous les autres. Il explique à travers ses vidéos presque quotidiennes, des hacks en web-marketing pour attirer une audience qualifiée. À la différence des youtubeurs humour, gaming ou beauté, il ne parle pas d’abonnés mais d’audience qualifiée, ce qui est censé placer sa chaîne sur un registre beaucoup plus professionnel que certains « concurrents ».

Côté revenus, Antoine Blanchemaison réalise des formations en ligne pour permettre aux entrepreneurs de créer leur business. Ces formations sont en moyenne vendues 97 euros sur une plateforme extérieure à YouTube. Le lien est présent dans chaque barre d’information de ses vidéos. Le jeune vidéaste ne monétise aucun de ses podcasts, il génère des revenus seulement avec la vente de ses produits. Antoine Blanchemaison avoue qu’avec cette activité il réalise « un chiffre d’affaires de 10 000 euros par mois ». Le YouTubeur a su trouver un public qui cherche à vivre de vidéos YouTube.

 

Les youtubeurs éducatifs

[...]

 

Lire l’article entier sur frenchweb.fr

Le divertissement ou la nouvelle forme du Capital,
lire sur Kontre Kulture

 

YouTube, réseau social ou commercial ? Voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

30 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1708199

    Ca va donner une génération de décérébré tout ça.

     

    • #1708249

      Tu n’as pas du lire jusqu’à la partie youtubers éducatifs. Il est 100 fois plus facile d’accéder à la connaissance qu’avant.


    • #1708266

      Comme cette génération, et la précédente.


    • #1708282

      Tout le monde ne regarde pas des trucs de débiles sur youtube.Etant passionné d’Histoire je regarde des films des documentaires que je ne trouverais nulle part ailleurs.On peut s’instruire sur les hobbys,les domaines, que l’ont aiment.Ou juste s’informer sur des sujets que le mainstream ne nous fait pas voir
      Youtube ce n’est pas que cyprien squeezie...C’est une mine d’informations pour celui qui sait ou chercher.


    • #1708349

      Regardez le nombre de vues des vidéos des quelles vous parlez (qui sont très bien et instructives) et comparez avec ceux que je denonce..

      Après comme tout, c’est a double tranchant..


    • Non,pas forcément. On (je) trouve sur Youtube de nombreux tutoriels extrêmement utiles et intéressants sur beaucoup de sujets, et qui complètent à merveille la lecture. Quand vous avez un peu de mal (comme moi) à visualiser certaines techniques - en soudure, en plomberie ou en électricité par exemple - et qu’un pro vous montre comment faire avec une petite vidéo regardable à volonté, c’est juste génial. J’apprends à faire de plus en plus de choses chez moi, je suis de plus en plus autonome et surtout, ça me permet de bricoler moi même car je n’ai pas forcément le budget pour payer un artisan en plus des matériaux et outils. Et à la base je ne suis pas du tout un manuel. Merci à tous ceux qui se donnent la peine de partager leur savoir. Vraiment merci.


    • #1708646

      Ricardo a raison de souligner que les youtubeurs totalisant le plus de vues (et on parle d’écarts en millions) demeurent ceux qui proposent les contenus les plus ineptes et triviaux.

      J’utilise moi-même Youtube quasi quotidiennement, et suis ravi d’y visionner des conférences scientifiques de grande qualité, d’y écouter un doctorant en mathématiques m’expliquer la beauté de tel ou tel objet mathématique, ou encore d’y apprendre à faire un noeud de cravate ou à poser de l’enduit correctement ;).

      MAIS, d’une part, celà ne m’incite ni à me déplacer et m’impliquer dans le monde réel (regarder une conférence derrière son écran et aller physiquement au Collège de France sont deux démarches très différentes), et d’autre part, lorsqu’on est quelque peu spécialiste d’un ou plusieurs sujets, je peux vous garantir que sont parfois professées de sacrées conneries.

      Je suis un féru de poésie française — j’en lis énormément et pratique moi-même la versification classique —, et bien si vous soumettez le mot « versification » à Youtube, les dix premières vidéos qui sortiront seront celles de professeurs de français qui sont TOUS plus ou moins des billes sur le sujet ! Oui, des billes ! Car soit ils énoncent certaines règles de manière incomplète, et donc induiront les élèves ou les curieux en erreur, soit ils affirment doctement d’incroyables âneries ! Je peux même vous dire que dans le tiercé de vidéos comptabilisant le plus de vues sur le sujet, la prof qui expose les règles s’appuient sur trois vers, dont deux sont simplement faux, quand le troisième peut être qualifié d’« anti-pédagogique ». Et la chaîne s’appelle « Les Bons Profs » ! Le comble !

      À titre d’information, je n’ai à ce jour trouvé qu’une seule châine traitant correctement le sujet de la poésie versifiée, où l’auteur ne commet pas d’erreurs grossières, là où se fourvoient TOUS les profs (oui, tous !) qui prétendent traiter de ce sujet sur la plateforme.

      Le problème est : Qui vont écouter les jeunes élèves du secondaire ? Ils feront forcément confiance aux profs de français, ce qui semble logique. Et pourtant ils apprendront partiellement des conneries.

      Mais ceci n’arrivera jamais si vous lisez un traité de versification française, ou si vous faîtes la démarche d’essayer de rencontrer quelqu’un qui sait lire et composer des vers.

      Je pense que la problématique doit se poser dans tous les domaines un peu confidentiels ou très spécialisés, comme avec Wikipédia... Méfiance, internet c’est 95% de merde.


    • #1708649

      @Robert

      Il est beaucoup facile d’accéder à la connaissance qu’avant ? Mais avant quoi ? Cela fait déjà longtemps que les bibliothèques sont publiques et que vous pouvez y consulter toutes sortes d’ouvrages.

      Le problème de l’apprentissage via un écran se pose. Il est évident qu’on retient beaucoup moins de choses en visionnant des vidéos — à moins de coupler cette activité à une prise de notes manuscrites minutieuse — qu’en lisant un livre. La concentration n’est pas de même qualité devant un écran et devant un livre. Les neurosciences l’attestent ! Et ce n’est pas pour rien que les professeurs conscients de ces multiples études s’alarment de l’introduction massive de tablettes numériques à l’école.

      Tout comme la lecture est de moins bonne qualité sur écran, à tout niveau. Là aussi, les études le montrent.

      La connaissance ? Mais quelle connaissance ? Combien sont ceux qui s’approprient vraiment le savoir via Youtube, Google et Wikipédia ? Seuls ceux qui ne se limiteront pas à ces médias, c’est-à-dire une infime minorité.


  • #1708205

    Déjà que je trouve cela assez flippant de dépendre en partie de Google pour trouver mes clients (pour ma part travail quotidien sur le référencement), là en plus les clients achètent carrément via la plateforme vidéo. Un bel exemple de dépendance au système, car finalement c’est bien cela que l’on nous vend ici.

    On est un peu dans le même schéma que les pseudos star du show business. Tant que t’es ouvertement sioniste, pro lgbt, pro europe, pro 1109... tout va bien et l’argent coule à flot. Le jour où tu dévoiles le pot aux roses tout est fini et ce jour là tu t’appelles Dieudonné "Mbala Mbala" !

    Si du jour au lendemain on ne te trouve plus politiquement correct...... Au revoir !

     

    • C’est quand même beaucoup plus difficile de censurer sur internet. Soral, Dieudonné et bien d’autres, sont sur youtube, et je ne pense pas que le système les fera taire de sitôt.


    • #1708650

      Oui mais @frederic ne parle pas de censure de l’information mais bien de possibilité de rémunération. Et effectivement si tu tiens des propos qui vont à l’encontre du système et qui pourtant ne sont pas contraire à la charte discriminations et autres, tu te feras supprimer ta chaine. Donc pour se faire à la base il ne faut pas passer à la rémunération par obligation, ce qui ne garantie pas la suppression de ta chaine.


  • C’est un formatage à l’américaine qui va suivre les circuits de distribution.
    En politique, le youtubeur n’est pas impartial, c’est le relais du système.
    Même dans l’humour, il est chargé de véhiculer les choix oligarchiques.
    Il y a aussi une imposition de youtubeurs de la communauté organisée.
    Pour cela ils ont des fonds, de l’audience et ils arnaquent (achats de vues).
    bref, c’est encore du buzz pour du bizz déguisé en progrès social.
    Les seuls créneaux valables sont les formations mais c’est du boulot.


  • #1708235

    Heureusement que papa et maman sont là pour les aider à se lancer, à faire leur année sabbatique, le tour du monde, l’année de césure, et de se lancer dans l’entreprenariat...
    Ce genre d’entreprise n’est pas donner à tous le monde.


  • #1708253

    Certains youtubeurs ont l’air d’être des personnes simples faisant des vidéos légères de divertissement mais quand on creuse un peu on voit bien que le fric les bouffe peu à peu, que la pub devient omniprésente et que les gros investisseurs cherchent à spéculer sur leur succès...


  • C’est juste pour permettre au capitalisme de mieux contrôler son outil et ne pas laisser la populace le maîtriser à sa guise. En fait, ça résume l’évolution entière d’Internet. Ca me fait penser à tous ces sites internet qui promettaient qu’ils garderaient leur indépendance mais pour ça il faut amadouer le lecteur et lui faire lâcher quelques deniers. Je ne vise pas E&R, mais plutôt tous ces sites d’information notamment dans l’informatique. Dans les faits, ils sont bien plus compatible au Système qu’il ne l’ont été lorsqu’ils ne gagnaient rien ou que par la publicité. Il suffit de voir ô combien on retrouve exactement les mêmes articles sur des sites censés pourtant être concurrents. Le capitalisme, dès qu’il grignote quelque chose, il le formate.


  • La fille de ma voisine a arrêté la fac. Elle joue désormais aux jeux vidéo quasiment toute la journée. Je lui ai demandé ce qu’elle comptait faire pour vivre : suivre un cours pour gagner de l’argent en "stream" m’a-t-elle répondu. Paraitrait que certains ce film en train de jouer aux jeux vidéo et des gens paient pour les voir...
    Ça me dépasse, je retourne à mes plantations....

     

    • #1708352

      "certains ce film"........ CERTAINS SE FILMENT BORDEL


    • #1708450

      Les Meks faites gaffe un peu aux fautes.. Et ce genre là font mal aux yeux..


    • #1708473

      Le fils d’une amie, pro du jeux vidéo et en étude de programmation s’y étais mis à un moment : "ouais c’est génial, je vais me faire des sous"...des gens le regardaient jouer et donner des conseils, il se faisait payer souvent en clopes, pattes, accéssoire divers, etc, etc....Cela a duré un ans et demie et il s’est reconcentré sur ses études depuis...Faire tres attention avec ca ! Poudre aux yeux, et peut feront réellemnt de l’argent et, sur le long terme ?...bah..enfin bref. Bonjour, c’est quoi votre formation et votre expérience pro : heu...youtubeur. Merci, au revoir.


    • Je m’en suis aperçu après l’avoir posté, on se calme, cela arrive de faire des erreurs. Et c’est : "les mecs", non pas "les Meks".


    • #1708626
      le 23/04/2017 par Aiguiseur de guillotines
      Les nouvelles thématiques qui cartonnent sur YouTube

      La fille de ta voisine, comme beaucoup d’autres, a de forte chance de finir "camgirl" .... je te laisse decouvrir.
      C’est triste.


  • Le but du jeu ,et c’est général , ce n’est rien foutre et devenir riche .On voit très bien cela avec la téléréalité et en plus ils baisent des gonzesses ,ou animateur comme Hanouna ,qui se promenait à poil chez les commerçants avec un micro à la main ,en interpellant les gens (mes petites beautés) tout en se foutant de leur gueule,après vous avez "the voix " et comment devenir une (star) en 3 semaines . Comment voulez vous qu’un jeune est en vie de bosser après de tels exemples ? Soit tu es célèbre ,soit, tu crèves ,c’est le nouveau crédo .La vie est pour certains,est devenue virtuelle,mais le plus dur c’est le jour ils vont atterrir .

     

    • "Le but du jeu ,et c’est général , ce n’est rien foutre et devenir riche"

      Il y a un vieil adage qui dit ceci :

      Si tu veux gagner ta vie, il faut travailler
      Si tu veux etre riche, faut trouver autre chose


  • Je connais Blanchemaison, et je le suis depuis ses débuts sur YouTube ! Je l’adore, et j’ai pu suivre à la fois son cheminement et sa progression. Moi-même, j’effectue des démarches pour construire mon indépendance sur Internet, et Antoine BM est l’un de mes modèles ! L’important est de faire ce que l’on aime, tout en devenant indépendant : ce sont des choses qui s’apprennent, et qui demandent beaucoup de travail sur soi, notamment !


  • #1708423

    Etant donné que le travail se raréfie, Google nous propose - merci à eux - une ubérisation de l’entrepreneuriat au sein de l’économie du vide.

    Outre le business model classique (déjà !) qui est de se faire rémunérer par la pub lorsque que l’on a apprivoisé une quantité non négligeable de dindons, et dont quelques élus arrivent à en vivre notamment les décérébrés joueurs de jeux vidéos, les humoristes pas drôle pour les 9 -12 ans, les pas belles youtubeuses beauté ou encore les cauchemardesques chuchoteuses asmr, il existe le business model où le dindon en question est savamment redirigé (manipulé !) sur une page de vente toujours affublée d’une vidéo interminable faite pour nous faire acheter sous la torture. Le tout moneyback guaranteed, c’est à dire pas de remboursement sans ticket de caisse.

    Dans ce business model, chacun peut s’arroger le titre d’expert et vendre des formations de marketing, de bien-être, des prestations de coach pour perdre son bide, coach de vie, coach en développement personnel, des formations pour apprendre la flûte traversière ou programmer comme un ingénieur informatique.

    Ce second business model ne vend pas de la bêtise et du vent comme le premier mais de l’amateurisme et du rêve. Ou comment Clayderman vend une méthode pour jouer comme Petrucciani.
    Mais le rêve, le désir de devenir, d’être pour avoir est à la base de ce commerce de charlatans qui nourrit les frustrations et induit sa propre dynamique au travers de la compulsion.

    Quelques jeunes loups s’enrichiront sur le dos de nigauds et iront vivre à Los Angeles. Les nigauds eux, jamais rassasiés, achèteront pour assouvir leurs désirs sans cesse insatisfaits, et compulsivement, tous ce que d’autres aspirants à la résidence californienne leur proposeront.
    Tous ça ne peut produire que de la perversion narcissique pour les uns et de la maniaco-dépréssion pour les autres.

    Vous qui vous apprêtez à acheter sur internet, ayez en tête que le marketing, fût-il web-, le piano, le chinois, la cuisine, la cuisine chinoise, la corde à sauter, le langage java, le javanais, la javanaise, tout cela s’apprend comme à l’école (pas républicaine) dans le calme, le silence et qu’il faut beaucoup de patience et de temps pour devenir un maître dans son art.
    Si vous n’avez pas cette patience, alors vendez vous même la formation que vous n’avez pas à d’autres gogos qui pensent que vous l’avez. Struggle for life !
    PS : ceci est le commentaire d’un vilain hater grrh !


  • #1708505

    Blanchemaison explique que pour faire du commerce et du marketing il n’y a pas besoin de faire des études de commerce et de marketing. On s’en serait douté merci.

    Mais on (je) aimerait bien un monde où il n’y aurait pas que des commerciaux ou des mecs obsédés par l’acquisition obscène de fric rapide, dont les seuls rêves consistent à posséder une porsche, une pouffe et une piscine.

    Le monde d’avant en somme, où certains choisissaient les humanités, l’agriculture, l’art ou l’aide de son prochain et où le commerçant était le dernier des métiers (pardon pour les petits épiciers mais c’est vrai).

    Cette e-jeunesse est à gerber. Mais ce n’est pas de leur faute. C’est celle de leur parents : ma génération.

    Mais tout cela va changer (malheureusement ?). Ils sont déjà des has been et ils ne le savent pas.


  • #1708683

    Olivier Roland a 110000 abonnés sur sa chaine youtube ? La plus part de ses vidéos font 3000 vues à chaque sortie. Je vous laisse vérifier


  • Le système économique de youtube est en train de s’effondrer, surtout pour les petits youtubeurs. Et cela à déjà commencé suite à la pression de publicitaires qui ne veulent plus être associés à des contenus dit "louche". De plus, les youtubeurs de moins de 10 000 abonnés ne seront plus rémunérés. Mais surtout près de 200 marques ce sont retirées de youtube il y a quelques semaines, et le groupe alphabet à déja perdu 750 millions d’euros depuis le boycott.

    Dans la mesure où E&R est présent sur youtube et que cela permet de s’affranchir du système, vous devriez vous y intéresser et éclaircir tout ça.


  • #1708728

    Le narcissisme se réfléchit jusqu’au trou noir qui les dévore, un suicide collectif qui celui là n’est pas virtuel.


  • #1709372

    Youtube est avant tout un média. On y publie des choses intéressantes comme des choses qui sont superficielles, vendeuses.

    D’autre part, si l’on souhaite mettre en avant une démarche artistique, c’est l’un des moyens les plus appropriés pour communiquer et se diffuser.

    Dans un monde où l’avenir est incertain, je comprends certains jeunes à vouloir entreprendre sur des réseaux sociaux, car les repères peuvent être plus sûrs, et cela ne peut être qu’une des seules opportunités "réjouissantes" qui peuvent leur être proposée.
    Et croire qu’alimenter une chaîne Youtube est synonyme de rien foutre est une preuve d’ignorance car même si cette économie est virtuelle, il y a le plus souvent énormément de travail derrière, notamment en production (tournage, post-prod, montage, etc).

    C’est comme le cinéma : on y trouve de la merde, on y trouve des très bonnes choses, il est stupide d’avoir un regard réducteur et tranché car c’est un nouveau medium.


Commentaires suivants