Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Liban, Syrie, Hezbollah : les projections des services de renseignement militaires israéliens pour 2015

Le quotidien israélien Haaretz a publié mercredi les estimations des services de renseignement militaires israéliens (Amane) pour l’an 2015, en particulier tout ce qui a trait à la scène syrienne et au Hezbollah.

Concernant la Syrie, Amane estime que la guerre y a abouti jusqu’à présent à une « parité stratégique », et personne n’est en mesure de soumettre son ennemi. Alors que les combats gagnent partout en Syrie, il n’est pas susceptible pour le moment de faire pencher la balance pour l’un au détriment de l’autre.

Selon ces estimations, le régime du président syrien Bachar al-Assad est toujours stable et ferme, et il pourrait seulement dans un avenir proche garder la capitale Damas et un « corridor » en direction d’Alep, au nord-ouest de la Syrie.

Du côté d’Israël, il semble que « la guerre civile pèse tellement sur l’armée syrienne qu’elle n’est pas intéressée de déclencher une confrontation militaire avec Israël, contrairement aux éléments extrémistes en Syrie, avec à leur tête le Hezbollah, plus enclins à prendre l’initiative de lancer des opérations dans le Golan, surtout que le Hezbollah y a terminé l’édification d’un certain nombre de groupuscules et de réseaux terroristes, avec l’aide des deux côtés iraniens et syriens ».

S’agissant des causes de cette parité stratégique en Syrie, elle est due au changement dans l’approche de l’Occident du conflit syrien. Elle est passée de la menace d’attaquer le régime sur fond de son recours à l’arme chimique en août 2013, à l’annonce des frappes aériennes contre l’ennemi de ce régime, en l’occurrence l’État islamique (Daesh), tout juste un an après la première menace. Compte tenu de ces estimations des renseignements israéliens, quand bien même les États-Unis ne reconnaissent pas qu’ils consolident le maintien d’Assad en Syrie, mais leur politique a effectivement abouti à un renforcement de son pouvoir face à ses ennemis.

Toujours selon ces estimations, le régime syrien a fait face à un danger imminent en l’été 2013, « après utilisation de produits chimiques, mais l’intervention russe a réussi à cristalliser un règlement qui prévoit le démantèlement des armes chimiques, en échange de la suppression de l’attaque punitive, ce qui a éliminé la menace contre le régime ».

En ce qui concerne les pays voisins, à savoir le Liban et l’Irak, les estimations d’Amane s’attendent à ce que le conflit s’étende vers ces deux pays. « Comme il n’y a pas de barrière physique ou de frontière réelles qui séparent ces pays, le califat islamique, qui a été proclamé par l’organisation Daesh, s’étendra des deux côtés de la frontière, dans le nord de l’Irak, et à l’est de la Syrie. »

Sur le côté libanais, poursuivent les prévisions, le Hezbollah a érigé délibérément des positions militaires défensives tout au long de la frontière entre le Liban et la Syrie, et déployé plus d’un millier de combattants pour empêcher les miliciens et leurs approvisionnements d’entrer de la Syrie au Liban.

« Dans le cadre d’une ligne défensive, les membres du Hezbollah se déploient dans le cadre de patrouilles dans des endroits fixes. L’armée israélienne a remarqué une amélioration dans le niveau exécutif du Hezbollah le long de la frontière, à la suite de l’expérience acquise par les combattants dans la guerre syrienne ».

Quant à la guerre syrienne, elle a contribué « à une baisse considérable du niveau de la menace traditionnelle envers Israël à partir de la Syrie, car plus de 80 % des roquettes et des munitions de l’artillerie ont été tirées en direction de positions des miliciens dans ce pays, et il ne reste plus dans le Golan ni entrepôts ni munitions adressées contre Israël. La capacité de manœuvre de l’armée syrienne dans une confrontation avec Israël a fléchi pour devenir probablement inexistante. La menace chimique a été retirée après son démantèlement, ce qui entraîne un grand changement dans le rapport des forces avec un Etat considéré pendant plus de 40 ans comme l’ennemi d’Israël ».

Toutefois, les prévisions israéliennes confirment la persistance de l’inquiétude de ce que le Hezbollah pourrait effectuer, en particulier dans les zones du Golan contrôlées toujours par l’armée syrienne. Auquel s’ajoute une appréhension d’une autre nature dans les régions frontalières, celle d’être confisquée par le camp extrémiste de l’opposition syrienne et les groupuscules affiliés à Al-Qaïda.

Le renseignement israélien assure que le Hezbollah « a terminé l’édification dans les zones proches de la frontière de groupes armés, lesquels avaient précédemment tiré des roquettes en direction d’Israël à partir du plateau du Golan pendant la guerre récente contre la bande de Gaza ».

Selon lui, « le Hezbollah, avec l’accord d’Assad, va exploiter la région contrôlée par le régime au nord du plateau du Golan, pour lancer des opérations contre Israël, comme il l’a fait dans un passé récent à la suite des frappes aériennes, attribuées à Israël, contre le Liban et la Syrie ».

Les estimations israéliennes perçoivent un changement très important sur le front nord avec la Syrie et le Liban.

« Malgré le fait qu’Assad est resté ferme dans cette terrible guerre civile en Syrie, il y a un changement dans l’approche israélienne à ce front. Avant deux décennies, l’inquiétude d’Israël et des commandants de la région nord de l’armée, à l’instar d’Amiram Levin et Gabi Ashkenazi, était centrée sur la crainte qu’une opération réalisée par le Hezbollah puisse déclencher une guerre avec la Syrie. Mais maintenant, les choses sont à l’opposé : l’éventualité la plus troublante pour l’armée israélienne est qu’une opération déclenchée à partir de la Syrie ne puisse provoquer une guerre avec le Hezbollah ».

Selon Haaretz, l’actuel commandant de la région nord, le colonel Aviv Kokhavi, « a exprimé sa préoccupation sur d’éventuelles opérations dans le plateau du Golan, à un moment où il s’apprête à affronter l’avenir avec un ennemi très difficile, le Hezbollah au Liban ».

Voir aussi, sur E&R :

En savoir plus sur le renseignement israélien avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

4 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • "Selon ces estimations, le régime du président syrien Bachar al-Assad est toujours stable et ferme, et il pourrait seulement dans un avenir proche garder la capitale Damas et un « corridor » en direction d’Alep, au nord-ouest de la Syrie." Une attaque très probable, dans un avenir proche contre Damas, par israel.
    "Du côté d’Israël, il semble que « la guerre civile pèse tellement sur l’armée syrienne qu’elle n’est pas intéressée de déclencher une confrontation militaire avec Israël, contrairement aux éléments extrémistes en Syrie, avec à leur tête le Hezbollah, plus enclins à prendre l’initiative de lancer des opérations dans le Golan, surtout que le Hezbollah y a terminé l’édification d’un certain nombre de groupuscules et de réseaux terroristes, avec l’aide des deux côtés iraniens et syriens »" La grande guerre contre le Hezbollah, puis contre l’Iran est pour bientôtToujours "selon ces estimations, le régime syrien a fait face à un danger imminent en l’été 2013, « après utilisation de produits chimiques, mais l’intervention russe a réussi à cristalliser un règlement qui prévoit le démantèlement des armes chimiques, en échange de la suppression de l’attaque punitive, ce qui a éliminé la menace contre le régime »."
    Comme le complot n’a pas fonctioné, avec le chimique un plan B déjà mis en place "leDAESH"
    "Selon Haaretz, l’actuel commandant de la région nord, le colonel Aviv Kokhavi, « a exprimé sa préoccupation sur d’éventuelles opérations dans le plateau du Golan, à un moment où il s’apprête à affronter l’avenir avec un ennemi très difficile, le Hezbollah au Liban »."
    Voilà ! tout est fin pret pour ouvrir les hostilités avec le liban tout en envoyant un message clair à L’IRAN, à se preparer à un conflit de grande envergure. L’empire n’a plus la patience, le conflit maintenant ! la chute est proche !!!


  • Des estimations des renseignements divulgués au plus grand nombre,cela paraît bien étrange.
    Encore une belle campagne de désinformation car sur le terrain en Syrie,les "djihadistes" reculent partout et surtout au nord à Alep,c’est pour cela qu’Israel a lancé des raids afin de soutenir moralement ses mercenaires.

    En outre,ce rapport estime que la Syrie et le hezbollah sont affaiblis,ce qui reste à voir,surtout quand on voit comment les israeliens ont géré l’agression de Gaza cet été,en pensant en finir rapidement.En réalité ils avaient sous-estimé grandement le hamas et le djihad islamique et le résultat est qu’il sont restés embourbés pendant 50 jours en essuyant des pertes considérables.

     

    • C’est toi qui délire ! C’est sûr ils reculent tellement partout qu’ils ont réussi à prendre en une année trois base de l’armée syrienne et faire perdre tout un pan du territoire à l’armée syrienne. Il faut arrêter de bouffer la propagande du régime aussi. ça fait quatre qu’on nous bassine que l’armée syrienne est sur le point de gagner. Alors que la vérité est très loin d’être le cas. Ce rapport des israéliens est très juste et c’est surement ce qu’ils voulaient. ça fait très longtemps que plusieurs expert le disent, le but n’est pas de faire gagner une partie ou l’autre mais tout faire plutôt pour que ça perdure et qu’il y a un maximum d’usure des deux côtés. Il faut arrêter de se voiler la face, l’armée syrienne n’est pas en mesure de regagner les territoires perdu du Nord et de l’Est, elle n’a pas les moyens financier ou humaine. Actuellement elle se contente d’assurer la sécurité à l’Ouest en s’assurant le contrôle de la région de Damas et la côte. Le but voulu est de diviser ce pays entre sunnite, alaouite et kurde, et ils ont réussi leur coup.


  • Rien sur leur ennemi no 1 : le Hamas ? Bizarre ! C’est pourtant de l’intérieur que viendra l’explosion de l’Etat sioniste ...