Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Maître Fabrice Di Vizio : "L’État français est devenu un régime tyrannique !"

Maître Fabrice Di Vizio, sur E&R :

 






Alerter

49 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • C’est un guignol...Raoult a été mal inspiré de choisir ce pantin ..c’est un avocat sous contrôle

     

    Répondre à ce message

  • Nous sommes en dictature, c’est certain. Mais pas prolétarienne !

     

    Répondre à ce message

  • #2874459
    Le 31 décembre 2021 à 12:00 par ma SARL pour les nuls
    Maître Fabrice Di Vizio : "L’État français est devenu un régime tyrannique (...)

    58:05 : "Les gens veulent du confort et de la sécurité, pas de la liberté. ... la liberté ils s’en fichent, ça vient après"

    Delacroix nous aurait menti (tableau "La Liberté guidant le Peuple" 1830) ?

    Il s’agit de redéfinir ces trois termes : Liberté - Égalité - Fraternité... ou de changer de devise, voire de drapeau.

     

    Répondre à ce message

  • Un entretien très riche en qualité qui permet d’éclairer les prises de position de l’avocat (concerné par le droit) devenu personnage publique par et pour son discours atypique, qu’il tient depuis le début de la crise, dans un microcosme médiatique particulièrement balisé idéologiquement.
    Il a une manière bien à lui de dégager les contradictions et les paradoxes mettant en PLS n’importe quel interviewer relayant une idéologie à bout de souffle et ayant perdu de vue ce qui fait la noblesse de l’art politique lorsque il est porté par des principes transcendant.
    Bon mis à part ses opinions discutable de chrétien démocrates sur Vatican II ou ou encore le dilemme public - privé loin d’être aussi simple lorsqu’il s’agit de déterminer ce qui relève du bien commun, de ce qui relève du privé dans une économie de marché affranchit de la spiritualité ou à minima d’éthique, force est de reconnaître qu’il vise une forme d’excellence et de rigueur dans son domaine qui le rend incontournable en ces temps de mensonge caractérisé et systématique.
    Bref une véritable bouffée d’oxygène et d’espérance lorsque la trahison est une règle d’or en "démo(n)cratie" occidentale !

     

    Répondre à ce message

  • #2874591

    Ce régime est tyrannique par nature, puisqu’il consiste à imposer la volonté générale qui serait incarnée par l’Etat, qui par le législateur est le porte-parole ainsi que la force motrice du peuple-souverain en qui parle la voix du progrès social. Pire qu’un système tyrannique, c’est une théocratie laïque, en ce sens que la morale collective est portée par les représentants de l’Etat, qui expriment les principes généraux de la morale qui sont issus de la Raison pure traduite en raison pratique acceptable par tous, car ils sont appliqués en suivant les règles fondamentales de l’égalité de tous devant la loi. C’est à la la loi de définir les conditions d’existence dans tous les domaines couverts par les droits de l’Homme, dont l’Etat est le défenseur et l’interprétateur par excellence, toujours au nom de la volonté générale qui résulte du contrat social entre la puissance publique et la société civile. De fait la morale individuelle disparaît devant la morale publique qui s’impose à tous de manière égalitaire et fraternelle. L’Eglise recommandait à ses fidèles de rester à l’écoute de la "petite voix intérieure" de leur conscience. L’Etat impose la conscience publique aux individus dont la vertu résulte de leur degré de correspondance avec la voix de la Nature qui parle dans leur coeur. Le citoyen vertueux est conforme à la loi, quelle qu’elle soit, dans la mesure où la Nature bonne le lui commande. La liberté c’est le retour à l’état de nature, dans lequel la concorde parfaite régnait entre les membres de l’espèce humaine, avant qu’elle ne soit corrompue par la propriété. Les pires excès de la Révolution ont été justifiés au nom de cette morale publique, qui est censée rendre l’homme plus humain, en ce qu’elle le force à devenir conforme à la volonté générale. De fait, la République retombe dans les travers de Thermidor en imposant des règles Covid absurdes, au nom de la Raison et du Progrès, dont l’Etat est le garant comme le propagateur, sous couvert de défense de la morale publique. Nos politiques sont des clercs déçus, dont la religion est celle de la Raison pure, qui parle par la voix de la Nature dont les initiés législateurs sont les porte-paroles. Ces lubies sont le fondement de la doxa républicaine depuis que les loges déterminent la pensée dominante au nom du retour à la bonté originelle de la Nature, qui s’accomplit en rendant l’homme plus humain. L’homme augmenté grâce aux modifications génétiques est une création des Lumières totalitaires.

     

    Répondre à ce message

    • "la volonté générale qui serait incarnée par l’Etat"
      Si vous avez bien lu Rousseau, qui semble inspirer votre tirade, vous savez que la loi n’est la loi que si tout le peuple en entier la vote ; si vous connaissez le contrat social, vous savez qu’il ne faut jamais confondre l’Etat et le gouvernement. L’Etat n’appartient à aucun parti.

       
  • Cet homme est singulier et très intéressant.

     

    Répondre à ce message

  • j’aime bien l’écouter, c’est intéressant, mais faut pas exagérer...
    Un "chrétien" revendiqué à 18000€ par mois, c’est un peu comme si on essayait de me vendre une pute nigériane comme étant vierge...
    Moi pour ce tarif là je pourrais presque aller mettre des cierges à St Macron !
    C’est comme vouloir accepter le ministère de la justice pour la retraite qui en découle ! Je ne suis plus croyant depuis longtemps et c’est ce genre de chose qui m’a aidé à me libérer de cette mascarade de catho de porte feuille...
    Si le Christ demandait à Di Vizio là, de jeter sa carte bleue et de laisser sa femme pour le suivre, en sandale... je suis suis qu’il courrait se cacher dans ses écuries.
    ...déjà à la base croire aux salades d’un avocat, c’est comme demander à la pute Nigériane si elle est bien vierge !

     

    Répondre à ce message

    • Je trouve que 18 000 € par mois (avant ou après impôt ?) reste dans la limite de la décence, d’autant que faire marcher un cabinet d’avocat demande énormément de travail et n’est pas nécessairement de l’escroquerie. Il s’est spécialisé dans un domaine de niche et ça a payé... et il me semble que Di Vizio n’est pas parti de grand chose. On est quand même loin de l’animateur télé à 300 000 par mois, du footballer, du politicien professionnel ou des milliardaires dégénérés...

      Il ne faut pas être trop binaire. Sûrement qu’il ne sacrifierait pas absolument tout son fric pour une juste cause mais il a quand même pris certains risques et s’est pas mal investi dans cette histoire alors qu’il n’avait pas grand chose à y gagner. Ce ne sont pas les recours en masse qu’il a fait autour du covid pour des clopinettes qui l’ont enrichi.

      Je suis d’accord sur le fait que son discours autour du poste de ministre est stupide, c’est peut être en partie de la provocation.

      Mais au delà de ça, le seul fait de garder un discours public logique et raisonnable dans cette histoire est déjà à saluer. Chacun à son niveau.

       
    • #2874943
      Le 1er janvier à 12:13 par les mains cloués sur la porte
      Maître Fabrice Di Vizio : "L’État français est devenu un régime tyrannique (...)

      "Un "chrétien" revendiqué à 18000€ par mois"

      Les Rois "Très Chrétien" de France ont bien bâti Chambord et Versailles pour leur seul plaisir. Pourtant, tu les considères comme chrétien, non ?

      Et personellement, si le Christ me demande de le suivre en sandale dans le désert, bah je le suis pas, je suis pas con, rappelles-moi où il a fini le bougre ? Ah oui, sur la Croix avec tout son peuple pour lui cracher à la gueule. La belle affaire.

      D’ailleurs, j’imagine que tu nous écris tout ça depuis une grotte dans la forêt, avec un pc portable qui date du début des années 2000 récupéré par la charité, te nourrissant des racines et des fruits de saisons que t’offre la Sainte Création, lavé à l’eau des rivières et suivant la journée du soleil (bah oui, pas d’életricité quant t’es un véritable ermite, le principe est de s’éloigner du matériel et de la société jugée décadente).

      Donc j’attends tes petites photos, histoire que cela donne du poids à ta crédibilité. En attendant, t’es juste un de ces puritains bien au chaud qui s’imaginent reconnaître le Messi du premier coup d’oeil.

      Avant d’être croyant, soyez intelligent, humble et prudent. Ca vous évitera de sortir des aneries ou des jugements abusifs comme ceux du collègue ci-dessus (collègue qui, comme je l’ai démontré, vit probablement dans un monastère ... ou pas.).

       
    • Heureusement qu’il ne faut pas « exagérer » ! Qu’est-ce que ce serait sinon !

       
    • ●Oui, heureusement que "j’exagère pas"… je pourrais être beaucoup plus caustique !

      ●Ce n’est pas moi (avec mon pseudo) qui me revendique comme "chrétien"… mon penchant m’inciterait plutôt à lâcher les lions sur les moutons, y compris les contemporains covidisés.
      - Les rois "très chrétiens" menaient des guerres au nom de la croix et ça ne les à jamais gênés d’envoyer la piétaille se faire massacrer pour leur "vernis chrétien"…
      - Le christ à fini ... "mort". Comme nous finirons tous ; y compris ceux qui pensent que de 33 ans à la fin de leur vie ils feront mieux que lui !
      - Je n’ai JAMAIS acheté de PC, je les ai tous assemblés à partir de pièces disparates et d’éléments de récupération réparés. Et oui, je mange souvent des légumes de mon jardin butternuts, topinambour, pomme de terre... et les œufs de mes poules ! J’ai des panneaux solaires thermiques et photovoltaïques et gère l’électronique qu’il y a derrière ; et je suis tout, sauf puritain.
      De Vizio est certainement "instruit",facile d’imaginer qu’à ce tarif on dégage du temps pour ça, pendant que les domestiques s’occupent des chevaux, de la cuisine et du ménage, mais il n’a pas compris que si le Capital lui prodigue l’argent et statuts social, le corollaire qui va avec c’est toute la putréfaction du monde qu’il prétend combattre parce ce Capital serait "injuste avec les pauvres" ; comme tout ceux qui combattent la GPA et PMA mais sont avocats, dans des écoles de commerce, dans les "grandes entreprises" ou dans le monde dégénéré du spectacle.
      "On ne maîtrise pas l’argent c’est l’argent qui nous maîtrise".
      Di Vizio est dans la catégorie des Charles Gave… se référer à que Soral en dit.

       
    • ● à 18000€ on est nettement moins dégénéré qu’à 300000, c’est pourquoi les réflexions de Di Vizio sont encore intéressantes .
      - Un "cabinet d’avocat"… c’est faire bosser les "collaborateurs" et utiliser le fruit de leur travail… Rachida Dati a aussi un cabinet d’avocat ! elle doit vachement s’y fouler entre tous les fromages qu’elle a à grignoter ! Di Vision ne "prend pas de risque" ; à son corps défendant il occupe un créneau qu’un autre aurait occupé s’il ne l’avait fait.
      - Contre le COVID, recours ou pas c’est comme Don Quichotte contre les moulins à vent ; le COVID est un soubresaut du Capital en phase de convulsions car il ne peut reproduire les conditions de sa reproduction… (la croissance en taux négatif … ça pose un "petit" problème !) Donc il peut faire tous les recours possibles, leurs possibilité est impossible parce que les instances consultés sont des annexes d’une mécanique UNIQUEMENT centrée sur la "capitalistique" de la politique actuelle . Exactement comme aujourd’hui la "santé" n’est qu’une succursale des bureaux de gestion financière des complexes pharmaceutiques. Di Vizio (et d’autres !) ne veut PAS mettre les mots là dessus car ça invaliderait le fondement des convictions qui fonde sa vie.
      - Ce qu’il dit est intéressant pour "progresser"… mais uniquement dans le cadre d’une compréhension étriqué basé sur un mode de fonctionnement en train de s’invalider.

       
    • S’il ne prend pas de risques (vu que c’est votre critère), il faut croire que vous en prenez beaucoup de votre côté !
      Tout se discute mais il faut quand même, quand on a le sens des réalités et des rapports de force, essayer d’éviter de tirer sur les côtés quand on a bien assez d’adversité comme ça en face. Personne ne peut résoudre aucun problème d’envergure seul mais si chacun faisait sa part comme des gens comme lui la font à leur mesure, sans qu’il s’agisse pour autant d’idéaliser quoi que ce soit, on ne serait pas dans une situation aussi merdique. Sinon vous pouvez prendre le manche et revenir ensuite pour nous faire un retour sur votre expérience, vos résultats concrets, ainsi que vos réflexions mûries sur la valeur et l’utilité de l’intransigeance au-delà d’une certaine mesure. Il y a vraiment d’autres personnes sur lesquelles s’exciter quand on en éprouve le besoin cathartique.

       
  • Personnage et canapé hors normes.

     

    Répondre à ce message

  • C’est vraiment un entretien sans intérêts, une franco-connerie, ou l’on bavasse sans jamais aller au coeur des problèmes. Je m’en bats les mandarines de savoir si Di Vizio porte des slips ou des caleçons, combien il gagne, et pourquoi il fait ci, et pourquoi il fait ca. En terme de droit, ce qui m’intéresse, c’est de rétablir l’autorisation de la Chloroquine, de l’ivermectine, et quand est-ce qu’on organise un Nuremberg 2 pour avec toute la fine équipe dans le banc des accusés.

     

    Répondre à ce message

    • On bavardait en vous attendant... Alors on commence par quoi chef ?

       
    • #2875221

      vous n’entndrez JAMAIS les avocats mediatiques parler du code de NUREMBERG.

      ils parlent a logeur de temps de points de droit, d’arguties juridiques ("c’est un decret et pas une loi votée" jurisprudence mékouile, on va faire une petition ect), mais n’utilisent pas LE principal argument qui ecrase tout une bonne fois pour toutes sans discution.

      donc ces gens sont de l’opposition controlée, des acteurs de crise. le barreau leur permet de faire leur beurre sur les mugu a condition de pas etre trop efficaces. sinon radiation.

       
    • Oui les avocats ne parlent pas du code de Nuremberg parceque contrairement à d’autres ils ont une formation en droit.

      Le code de Nuremberg n’est absolument pas un de texte de droit opposable devant un tribunal. Ce n’est pas un code compilant des lois comme le code pénal ou le code de la route... juste un ensemble de principes dégagés par le tribunal militaire après la 2nde guerre mondiale.

      Ça n’a aucune valeur juridique.

      Les fondements juridiques ne manquent pas mais il faut comprendre que ce n’est de toute façon pas un tribunal composé de magistrats fonctionnaires, qui va envoyer valser toute cette ingénierie sociale...

       
  • #2875496

    Le code de Nuremberg n’est absolument pas un de texte de droit opposable devant un tribunal. Ce n’est pas un code compilant des lois comme le code pénal ou le code de la route... juste un ensemble de principes dégagés par le tribunal militaire après la 2nde guerre mondiale.

    Ça n’a aucune valeur juridique.



    aucune valeur juridique, sauf qu’on a pendu des gens avec ce texte (et rétroactivement) et que ce n’est pas remis en cause.

    comment dire sans m’enerver....
    tu me fait penser a un type qui refuserait d’utiliserr un gilet de sauvetage parceque la couleur du cahoutchouc ne lui plait pas.

     

    Répondre à ce message

    • @ oui-oui au goulag. Tu as presque tout compris. Le code de Nuremberg s’appliquait rétroactivement aux vaincus, pas aux vainqueurs ! Eux avaient le droit de tout faire (expériences sur cobayes humains, camps de concentration, exterminations de groupes humains) puisqu’ils se considéraient comme le camp du bien ! Capito ?

       
    • Énervez-vous si vous voulez, ça ne changera pas que le code de Nuremberg n’est pas un texte de loi invocable. C’est simplement une question juridique basique , il n’y a pas à polémiquer plus que ça.

      Au-delà de ça, et comme déjà expliqué, le problème n’est de toute façon pas de trouver l’argument juridique pour faire plier un tribunal...

      De même que la révolution ne passera pas par les urnes, elle ne passera pas non plus par le système judiciaire. Pour rappel, le procès de Nuremberg a eu lieu une fois la guerre terminée...

      Mais puisque selon vous le fameux code de Nuremberg est "LE principal argument qui ecrase tout une bonne fois pour toutes sans discution", pourquoi n’allez vous pas vous en prévaloir vous-même devant un tribunal pour nous délivrer de ce bordel ?? Vu que vous êtes le seul gros malin à avoir trouvez la faille et à avoir le courage de vous en servir...

       
Afficher les commentaires précédents