Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Mère haut-fonctionnaire au service des réfugiés, père djihadiste libyen : la destinée chaotique du tireur d’Ottawa

La mère du tireur d’Ottawa n’est autre que le vice-président de la commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada.

Susan Bibeau déclarait hier : « Nous sommes désolés. » En effet son fils Michael Zehaf-Bibeau, 32 ans, a été abattu la veille à Ottawa après avoir ouvert le feu dans le Parlement canadien, où il s’était introduit lourdement armé. Une attaque contre des institutions pour lesquelles travaille sa mère, puisque cette dernière a effectué sa carrière comme haut fonctionnaire à la commission de l’immigration et du statut de réfugié au Canada. Elle a commencé à y travailler en 1990 comme « agent de protection des réfugiés »…

Un poste qui lui a sans doute permis de favoriser la présence sur le territoire canadien du père de son fils, Bulgasem Zehaf, un Libyen qui a tenu un café entre 1994 et 2004 à Montréal, avant de rejoindre en 2011, contre Mouammar Kadhafi, les « rebelles de Benghazi » chers à l’Otan et à Bernard-Henri Lévy. Susan Bibeau et Bulgasem Zehaf étaient divorcés depuis 1999.

Avec des antécédents familiaux qui synthétisent toutes les contradictions de l’Occident décadent, le parcours du fils, Michael Zehaf-Bibeau ne pouvait être que chaotique. Cocaïnomane, condamné plusieurs fois par la justice canadienne pour possession de drogues (notamment phéncyclidine, un psychotrope hallucinogène) et pour vol, converti à l’Islam depuis sept ans, il est décrit comme instable par son dernier employeur, qui raconte aujourd’hui : « Nous avons eu une conversation dans une cuisine, et je ne sais pas comment il l’a formulé, mais il dit que le diable le pourchassait. »

Divorce, ex-mari djihadiste, fils dont la quête d’une identité introuvable l’a conduit à la drogue, à la schizophrénie, à l’acte terroriste, et enfin à la mort... Un proverbe illustre à merveille la vie de Susan Bibeau : « L’enfer est pavé de bonnes intentions. »

Voir aussi, sur E&R :

Décrypter la société occidentale avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • "(...) par son dernier employeur, qui raconte aujourd’hui : « Nous avons eu une conversation dans une cuisine, et je ne sais pas comment il l’a formulé, mais il dit que le diable le pourchassait."

    Il lui aurait dit  :"J’ai vu une grosse bête" Godefroy Amaury de Malfête, comte de Montmirail, d’Apremont et de Papincourt dans "Les Visiteurs" (1993)

    C’est toujours l’islam la cause de cette tuerie ou peut-on quand même imputer une infime partie de responsabilité aux psychotrope hallucinogène ?


  • Susan Bibeau et Bulgassem Zehaf c’est Samba !


  • comique,tragique,pathétique,synthétique,mélancolique .


  • Ce qui serait plus logique c’est que le père Zehaf aie été un marrane de Libye, marrane il est logique qu’il soit parti combattre Kadhafi, l’ennemi d’Israel, et on comprendrait mieux ainsi pourquoi le fils voulait combattre Bachar, autre ennemi d’Israel... Autrement ce sont , le père et le fils , deux imbéciles qui se sont laissé manipuler par les sionistes , comme tous les "djihadistes" partis en Syrie .


  • « L’enfer est pavé de bonnes intentions. » n’est pas à mon avis la formule la mieux adaptée pour madame le haut fonctionnaire, car je doute que les "bonnes intentions" aient primé sur son désir de faire carrière et pour cela adopter les idéologies occidentales qui ont conduites à la décadence de son pays et à l’abandon de sa famille.
    "Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences alors qu’ils en chérissent les causes." serait mieux adapté


  • Le lendemain du drame j’ai parcouru plusieurs articles sur divers sites français, pas un ne faisait référence à l’islam ou au fait que le tueur était musulman. Le surlendemain les articles sur la tuerie étaient très loin de la Une, et encore c’était surtout pour parler du "héros", le vieux garde qui a tué un assaillant. Aucune mention de l’assaillant même.

    Aujourd’hui on apprend qu’il était musulman, fils de musulman djihadiste en Libye.

    Dingue.


  • Un double déraciné ce gars, une moitié occidentale de blanc ethno-masochiste et culpabilisé nourrit aux fadaises du grand mélange bisounours (sa mère) et une moitié orientale qui croit faire plaisir à Dieu en faisant l’œuvre des talmudistes bellicistes (son père). Une synthèse, l’était quand même mal barré...Comme disent les italiens, "Choisis les femmes et les bœufs de chez toi".
    Espérons qu’il trouve au moins un peu de paix dans sa mort.