Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

"Nous sommes Américains et nous résistons à la tyrannie !"

 

 

L’Amérique qui gronde

 






Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #2892217
    Le 25 janvier à 09:50 par le glauque
    "Nous sommes américains et nous résistons à la tyrannie !"

    Et on aimerait bien que celà soit la justice des hommes et non la justice divine qui se fasse un jour contre tous ces labos et leurs représentants médicaux,politiques,journaleux,réseaux , qui ont relayés à n’en plus finir cette daube et qu’ensuite seulement ils puissent aller cramer en enfer.

     

    Répondre à ce message

  • #2892229
    Le 25 janvier à 10:05 par Lametios
    "Nous sommes américains et nous résistons à la tyrannie !"

    Le problème du peuple américain en tant qu’entité politique est multiple :

    - Son communautarisme qui dilue le nationalisme derrière des catégories raciales (asian american, african american, latino american, white anglo-saxon protestant, et ainsi de suite). Or la race n’est pas une catégorie sociale.

    - La destiné manifeste similairement au peuple juif amène les américains à se croire peuple élu du Nouveau Testament. De la même manière que pour les juifs, cette mentalité amène à un aveuglement écœurant sur la réalité de leurs élites, car elles aussi font partie de l’élection. Comment pourraient-elles être mauvaises ?

    - Un système fédéral extrêmement fragile, qui en imposant des mandats de 4 ans avec des élections intermédiaires au bout de 2 ans rend le pouvoir élu (indirectement par les grands électeurs) vulnérable aux ingérences de l’État profond et des lobbys en tout genre. Conception anglo-saxonne du pouvoir limité par des contre-pouvoir, à 180° de la conception française, notamment gaullienne sous la Vème mais qui est reprise à la monarchie et que Napoléon aussi avait reprise par le plébiscite, de légitimité populaire.

    On a donc un peuple incapable de s’organiser politiquement depuis la base à cause de son communautarisme, incapable de s’organiser par le haut à cause de sa Constitution qui affaiblit grandement le pouvoir public par rapport au pouvoir privé. Son seul espoir contre le covidisme est l’échelle locale, avec des gouverneurs dans les États républicains qui mènent une guerre législative contre l’État fédéral (encore la logique des pouvoirs et contre-pouvoirs).

    Si en France on déplore la division du pays, il faut éviter de se faire des frayeurs en traversant l’Atlantique. Quand votre définition de la vertu donnée par votre philosophe iconique Ralph Waldo Emerson, confond la vertu et l’admiration, on comprend à la racine, dans l’histoire et la culture, la fausseté et l’hypocrisie américaine qui traverse sa population de haut en bas. Il ne suffit pas d’être acclamé par les autres pour être vertueux, au contraire. L’admiration s’oppose frontalement à la vertu dans un système de valeur matérialiste comme l’est l’américain. Les américains comme les juifs considèrent que ceux d’entre eux qui se sont enrichis sont bons parce que la richesse est une grâce de Dieu (reliquat protestant). Comment un peuple pourrait ne pas être divisé avec une culture aussi basse, qui ne brille que par coup d’éclat sporadique ?

     

    Répondre à ce message

    • #2892618
      Le 25 janvier à 19:01 par Roland de Roncevaux
      "Nous sommes américains et nous résistons à la tyrannie !"

      je pense en effet qu’on cherche parfois du judaïsme où il n’est que du protestantisme... c’est le substrat protestant de l’Europe du Nord (puis de l’Amérique du Nord) qui a donné au judaïsme un terrain d’expression... je pense que les analystes nationalistes français passent complètement à côté de la question protestante... hors, c’est bien la révolution protestante qui a ramené le Veau d’Or en Occident...

      Le protestantisme s’est d’ailleurs principalement implanté au-delà du Limès romain... les catholicismes d’Europe du Nord (Irlande, Pologne, Tchécoslovaquie, quelques principautés allemandes) sont essentiellement des "catholicismes de résistance nationale" à la pression protestante majoritaire (mis à part l’Autriche catholique, par son lien Habsbourg avec l’Espagne). La destinée manifeste, la séparation raciale, le puritanisme (et son revers la pornographie), le nettoyage ethnique, sont principalement liés à ce monde "anglo-germanique protestant". Puritanisme, absence de clergé et lecture littérale des textes sacrés, culture marchande, qui les rapproche des grandes traditions abrahamiques commerçantes que sont le judaïsme et l’islam.

      Ceci-dit, ils ont aussi quelques qualités ! Et je pense que le peuple américain peut se fédérer autour de sa culture de petit producteur WASP autonome et démocrate, pas si éloignée du bon côté des Afrikaners. Il existe un "peuple de 1776" aux Etats-Unis, comme il existe dans un autre genre un "peuple de 1793" en France. Souverain, national, démocrate, en armes. On a vu les trumpistes au Capitole, comme les Gilets-Jaunes en France. Les autres communautés s’agglomèreront autour de cette "hégémonie (locale) du prolétariat". C’est un mouvement de fond qui est en train de se formuler en Occident.

       
    • #2892747

      Encore heureux que contrairement à nous français ces wasp ont une conscience raciale très forte et aucun complexe vis à vis de l’argent. C’est le protestantisme qui a fait la grandeur de leur pays (scandinave, germanique et Amériques) . Ils sont pas comme nous et tant mieux ,notre model d’état centralisé, socialiste, haine de la réussite, fiscalité délirante au nom de la solidarité, universalisme anti raciste etc c’est pas un model .

       
  • #2892251
    Le 25 janvier à 10:28 par Pépé le Moko
    "Nous sommes américains et nous résistons à la tyrannie !"

    Quand les amerloques se foutent en boule , ça rigole pas !!!

     

    Répondre à ce message

  • #2892336

    Pierre Kory est un des combattants le plus impliqué, le plus sérieux, le plus clair et capable d’argumenter depuis le début de cette plandémie. Son association, la FLCCC, est un exemple de réinformation à suivre, avec entres autres des protocoles de traitement "carrés" à télécharger dans toutes les langues.
    Avec ses origines francaises, son témoignage devant une commission du sénat américain du 8 décembre 2020 reste un des moments les plus poignants de cette dystopie.

     

    Répondre à ce message

  • #2892622
    Le 25 janvier à 19:12 par Roland de Roncevaux
    "Nous sommes Américains et nous résistons à la tyrannie !"

    longtemps j’ai cru qu’il ne se passerait jamais rien d’intéressant aux Etats-Unis... mais l’envahissement du Capitole m’a fait changer d’avis pour la première fois de ma vie.

    Bien-sûr cet événement a été monté en épingle par l’établissement, pour hurler au coup d’état... il n’y avait aucun danger sécuritaire. C’est pas les braves gens venus de leur campagne (le type avec son bonnet de bison !), qui allaient renverser quoi que ce soit...

    Mais ces gens étaient réunis car "ils étaient le peuple". Il y avait des gens des minorités agglomérés avec le "peuple de 1776" des petits producteurs WASP... il y avait quelques afro-américains, quelques drapeaux arc-en-ciel, etc. C’est-à-dire des gens issus des minorités, mais se définissant d’abord comme membres du peuple prolétaire souverain. Et donc se définissant comme agent économique et civique, et non pas comme minorité raciale ou sexuelle.

    Ce fut aussi à mes yeux la réactivation (comme dirait Todd) de mécanisme profond américain, tout comme les Gilets-Jaunes avaient réactivé le mécanisme profond français. D’ailleurs les uns et les autres agitaient massivement leur drapeau national, ce qui tranchait avec les manifs d’autrefois. Le drapeau national non comme emblème impérial, mais comme emblème national de souveraineté populaire et démocratique réelle. C’est donc hyper encourageant.

    Perso je pense que c’est un mouvement de fond qui ne fait que commencer en en Occident, Amérique comprise. Ca va durer des années, peut-être des décennies (20 ou 30 ans), comme les mouvements des nationalités qui ont mis 30 ans à faire sauter le couvercle de l’URSS...

     

    Répondre à ce message