Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Paille et poutre : les femmes journalistes voient la persécution des "racisées" mais pas celle d’E&R

Voici deux extraits accolés de cet article de Télérama écrit par l’association de femmes journalistes « Prenons la Une » et diffusé sur le site de l’hebdomadaire de gauche culturelle le 7 juillet 2020 :

« La diversité à l’intérieur des rédactions amènera à plus de diversité sur les plateaux, sur les unes, dans les paroles données en reportage. Il est urgent de multiplier les points de vue. [...] Sans ça, les rédactions resteront désespérément blanches et uniformes. Ce n’est pas comme cela que notre profession pourra raconter le monde d’après. »

Nous rappelons à ces « journalistes », à toutes fins utiles, que la diversité rédactionnelle n’est pas une question de couleur de peau mais de couleur politique. Le pluralisme, ce n’est pas mettre Fary ou Claudia Tagbo dans le fauteuil du 20 Heures à la place des Ken & Barbie Anne-Claire Coudray et Laurent Delahousse, mais de faire entrer la diversité des opinions, par exemple celle d’E&R, dans le débat public. Hélas, le pouvoir profond qui n’est ni contre le féminisme ni contre l’antiracisme, bien au contraire !, ne veut pas de nous.

 

JPEG - 50.7 ko
Les Ken & Barbie de la PPP
(propagande publique privée)

« Notre métier consiste à faire entendre toutes les voix, notre responsabilité est en jeu, nous ne pouvons pas continuer à nier que le très faible nombre de personnes racisées dans les rédactions nuit à notre mission d’information, que cela perpétue les stéréotypes racistes, la violence. » (La tribune des femmes journalistes)

Et les voix patriotes ? Et le très faible nombre de personnes soraliennes dans les rédactions ?

Or, on le sait tous, amis comme ennemis, notre parole, certes originale et différente, mais cohérente et lucide (surtout sur la durée), est interdite par les tenants du Système dans les médias mainstream et désormais sur les grandes plateformes internet. Dans ce cas, que vaut cette tribune de femmes journalistes, comme si en plus il y a avait une information mâle et une information femelle ?

Quand on écrit que YouTube, sous la pression du lobby sioniste, efface 80 millions de vues de vidéos ERTV, c’est un fait et un fait politique. Mais ça n’a pas l’air de bousculer les ovaires de ces dames, qui préfèrent focaliser sur leur petit nombril féministe et la couleur de peau de leurs « sœurs » racisées, c’est-à-dire les femmes noires et arabes, pour parler vrai et pas bobo.

 

Nous sommes les racisés du sionisme !

Toute cette charge antiraciste et pseudo-démocratiste n’est qu’un leurre, un contre-feu sociétal à la vraie censure, celle des patriotes en général, blacklistés dans leur propre pays !, et des soraliens en particulier, poursuivis par les sbires du Système dans tous les domaines possibles : justice, police, économie, médias. Du coup, la persécution des femmes en général, et des femmes de couleur en particulier, dans les médias français, alors que ces derniers sont devenus majoritairement un monde de femmes (sous la direction d’hommes blancs, hé hé hé) avec de plus en plus de femmes de couleur bénéficiant de la discrimination positive, ça nous fait sourire.

 

JPEG - 135.9 ko
Devinette : où sont les racisés et racisées du site d’information socialo-sioniste
de France Info ?

 

Que ces femmes dites racisées ou discriminées viennent travailler chez nous, d’abord bénévolement, puis avec une petite rémunération (le lobby sioniste nous interdit de gagner de l’argent, car on ne peut servir Dieu et l’argent, Christ avait raison), elles verront ce qu’est une véritable école de journalisme, solidaire, populaire et efficace, et aussi ce qu’est une université spécialisée dans la recherche en politique. Elles, noires ou blanches, brunes ou vertes, qu’elles viennent de la planète Mars ou des quartiers de Marseille, apprendront à la vitesse de la lumière ce qu’est le journalisme de résistance, le vrai, celui de ce fameux quatrième pouvoir qui n’existe pas en France, les médias mainstream étant tous couchés devant le pouvoir économico-politique visible qui les maintient sous respiration artificielle, et devant le pouvoir profond qui les surveille idéologiquement du coin de l’œil, sous-entendu l’œil de Moscou, ou plutôt de Tel-Aviv.

« Nous sommes des journalistes femmes. Nous exerçons dans la presse écrite, à la télé, à la radio, sur le Web. Parmi nous, nous comptons des consœurs issues de la diversité, comme on aime dire. Nous sommes des professionnelles de l’information qui observons chaque jour les pratiques de notre métier, ses excès, ses dérives racistes aussi.

Comme lorsqu’un journaliste noir, en train de nettoyer son ordinateur, entend un collègue se mettre à chantonner “Nétwayé, baléyé, astiké,” de Zouk Machine. Ou qu’une consœur stagiaire est qualifiée de “nègre” par un collègue ‒ il ne sera pas inquiété, même après signalement aux ressources humaines. C’est aussi ce confrère à qui l’on dit : “T’es le seul Noir de la rédaction. Ah non, regarde, il y a aussi les vigiles et les femmes de ménage”. C’est une journaliste qui souligne auprès d’un rédacteur en chef en quoi le mot “beurette” est insultant et qui se voit répondre : “Bah, ’beurette de banlieue’, c’est un pléonasme, non ? Ça va ensemble. Tu sais ce que c’est, un pléonasme ?” C’est encore une consœur à qui une collègue demande : “Ta maman, elle porte le voile d’intégriste ?” C’est une journaliste d’origine maghrébine aux cheveux bouclés à qui l’on affirme : “Ce serait mieux que tu te lisses les cheveux pour les duplex”. C’est une journaliste conviée sur une chaîne d’info et déprogrammée à la dernière minute parce qu’une autre invitée racisée se trouve aussi sur le plateau – “Ça ferait doublon”, lui explique-t-on. »

Et maintenant, place aux femmes journalistes racisées de Télérama dans une tribune au parfum de délation qui aurait pu être écrite par un enfant de CM2 !

– La Rédaction d’E&R –

 


 

Couverture caricaturale des manifestations contre les violences policières, remarques racistes au sein des rédactions… Dans une tribune, l’association de femmes journalistes Prenons la une appelle les médias à se remettre en cause et à embaucher des personnes issues de la diversité.

[...]

Au sein de l’association Prenons la une, qui travaille à une juste représentation des femmes dans les médias et à l’égalité professionnelle dans les rédactions, nous répertorions depuis des mois ces exemples. Ils sont nombreux et frappants. En pleine crise sanitaire, des rassemblements ont eu lieu pour protester contre les violences policières et pour la justice autour d’Assa Traoré : certaines rédactions parlent d’« émeutes raciales ». Qu’est-ce que cela dit de notre travail ? Que l’on caricature, que l’on ne se renseigne pas assez (alors que c’est la base de notre métier), que l’on parle d’une seule voix alors que la société et notre lectorat sont divers. Tant qu’il n’y aura pas plus de journalistes racisé.e.s dans les médias, le racisme frontal ou « ordinaire » continuera dans les rédactions ; il s’insinuera dans les articles que nous écrivons et les reportages que nous réalisons ; il s’affichera sur les unes d’un quotidien national et sur les plateaux de télévision. Sans cela, le traitement du racisme, des inégalités sociales ne pourra être précis, informé, ouvert, pertinent. Le recrutement de personnes issues de la diversité est indispensable. La diversité à l’intérieur des rédactions amènera à plus de diversité sur les plateaux, sur les unes, dans les paroles données en reportage. Il est urgent de multiplier les points de vue.

Nous ne sommes pas les seules à le dire, mais encore beaucoup de rédactions ne voient pas le problème. En 2018, Libération se posait la question : sa rédaction était-elle blanche ? « On l’a été. On l’est encore. Ça a changé un peu. On part de loin. » Le ministre de la Ville et du Logement Julien Denormandie le soulignait le 13 juin 2020 dans une interview au Parisien :

« La diversité dans nos chaînes de télévision n’a encore rien à voir avec la société. Le CSA publie tous les ans un rapport sur la représentation de la diversité de la société française à la télé et à la radio. Les résultats sont éloquents. Nous devons absolument créer les conditions pour y remédier. »

Il propose de renforcer les capacités d’évaluation du CSA avec des indicateurs plus fins et un suivi, chaîne par chaîne, rendu public afin d’inciter les médias à prendre des engagements plus forts en matière de diversité. Nous le souhaitons aussi, ainsi qu’un croisement des données avec celles du genre, comme nous l’avons expliqué lors de quatre auditions à l’Assemblée et au Sénat ces six derniers mois.

« Nous ne pouvons pas continuer à nier que le très faible nombre de personnes racisées dans les rédactions nuit à notre mission d’information. »

Notre métier consiste à faire entendre toutes les voix, notre responsabilité est en jeu, nous ne pouvons pas continuer à nier que le très faible nombre de personnes racisées dans les rédactions nuit à notre mission d’information, que cela perpétue les stéréotypes racistes, la violence. Le Washington Post, quotidien américain de référence, vient d’ailleurs d’annoncer le recrutement de douze personnes, y compris à des postes à responsabilité, pour mieux documenter les questions raciales – toutes thématiques confondues – et s’engage à plus d’inclusion et de diversité dans sa politique salariale. En Grande-Bretagne, la BBC, qui estime que « les changements dans les médias ne sont pas assez rapides », vient également d’annoncer qu’elle investira 100 millions de livres sur trois ans pour diversifier le recrutement mais également les programmes.

Lire l’article entier sur telerama.fr

De la part des racisés par le sionisme :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

26 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • On a quand même basculé.

    Pendant vingt ans, on nous a expliqué que les races n’existaient pas.

    Aujourd’hui, ils se cachent presque plus.

    Par contre pas de ’’ White Lives Matter ’’ pour le chauffeur de bus en état de mort cérébral sur Bayonne.


  • Si un jour un cretin emploie devant moi le terme racisé , je lui met un pain direct , comme ca il aura un œil au beurre racisé .
    Qu’ils mettent des femelles , des noirs, des gris, des jaunes, des trans , ce qui leur chante , si c’est pour nous servir la même bouillie immonde avec la même idéologie insupportable destinée a formater les crétins, on s’en fout . Tous et toutes ne demeureront que des putes du système diabolique.


  • ben, statistiques ethniques et religieuses alors ? pour respecter l’exacte proportion de la société ? chiche ,mais j’suis pas sur que certains y gagneraient ,surtout dans les médias....


  • L information dite de masse est la chaîne mentale, une camisole invisible sans odeur, ni couleur pour tenir les peuples, bien au delà de notre France...


  • Cette télé, c’est de la com, de l’image, de la propagande .C’est comme un plat préparé et surtout bien présenté avec des produits périmés .De la came fumée pour nous enfumer .Tout est dans le look .(coco)


  • Ça fait 50 ans qu’ils nous imposent
    de la diversité et comme ils prennent des
    réflexions ils font un effet d’annonce.


  • Est-ce que les pd et les gouines sont comptés dans les racisés ? Parce à ce rythme là avec le nombre incroyable de "genre" ca va être un sacré bordel dans les services public. PD, gouines, trans, hermaphrodite, noir, blanc, jaune, juif, catho, protestant, musulman et je ne compte pas les combinaisons (juif + pd + noir ; blanc + catho + hétéro ; musulman + gouine + noir...).

    la bande d’idiot qui tire les ficelles de tout ce merdier ne voit pas qu’ils vont droit dans le mur et que tôt au tard la mascarade sera découverte.

    De mensonge en mensonge, jusqu’à la défaite totale !


  • Pour être représentatif de la France, il faudrait déjà au moins 80% de journalistes blancs et chrétiens, basta. Les autres compos races-classes comme ont dit dans le milieu, vous prenez les restes du roster (l’équipe-type de raid pour ceux qui sont pas du gaming) et vous faites pas chiez. Là ça serait bien déjà, un bon début au moins, ensuite on équilibre sur le tas avec les autres.


  • Putes... et bientôt chômeurs. Si c’est pas malheureux ça.


  • Qu’est-ce qu’il est moche ce terme de "personnes racisées ".
    C’est pas une injure,mais presque...je ne comprend pas pourquoi le mainstream s’autorise à l’utiliser.

    En plus c’est un fourre-tout racialiste (voir suprématiste) qui nie les spécificités humaines. (tout ce qui n’est pas "blanc" est de fait "racisé" ).


  • Telerama, -télévision radio magasine donc-, on est abonné dans ma famille depuis plusieurs décennies.
    Tout petit déjà j’avais compris que c’était de la merde bien pensante, sans comprendre le contrôle mental généralisé auquel il participait. Dans les années 19801990 il fallait bouder les gros comiques français et s’extasier devant n’importe quelle daube intellectuelle russe ou danoise. Les crétins supposés lisait Telestar et les intellos bourgeois avaient Telerama.
    Les quelques boomers sous respirateurs qui reçoivent encore ce truc, voient en couverture la célébration des 50 ans de Woodstock, MK par drogue de masse, ou la littérature féminine africaine.
    Les boomers faut les enterrer avec une television. Télérama c’est Le totem boomer.


  • Qu’est ce qu’un journaliste ? Quel est son diplôme ? A t-il prêté serment ? Signé la Charte de Munich ? Est-il responsable devant la loi ?
    Bref, n’importe quel couillon peut aujourd’hui se réclamer du journalisme !
    Il importera, lorsque les choses rentreront dans l’ordre, de revoir les droits et obligations de cette profession où les putes sont pléthore.


  • Alors donc, les races existent ! Merci les racialistes de nous le confirmer !

     

  • en attendant aujourd’hui ils ont tous le bac ( et les quelques repêchés l’auront vendredi en récompense du déplacement )... maintenant trouver de suite un job ou une piaule pour la fac de lettres/socio, ces usines à faire des chômeurs...les autres lauréats à des concours tracent leur sillon en douce...et nous on attend depuis 10 ans le plombier et l’électricien et sa couleur de peau on s’en fout !!.


  • Je paraphraserais l’expression d’une célèbre hystérique : s’il n’y a pas assez de ... il y a trop de quoi ?
    Mais même si les couverts changent, ce sera pour servir encore et toujours la même merde.
    Et puis ça continue avec le même logiciel : on fait faire le sale boulot (de délation, d’insultes, de mensonge) aux basanés et aux connes, accessoirement basanées aussi, ceux qui tirent les ficelles et signent les tribunes en coulisses, eux resteront bien blancs. Bientôt le QI de tout ce qui passe à la télé ne dépassera pas un chiffre car même avec deux chiffres et toute la coke du monde, la conscience finit par de réveiller.


  • Les "femmes journalistes"... Pas besoin d’en dire plus ! Au vu de cet article, les femmes en général ne seraient elles pas, bien plus encore que les hommes, des connes ?
    Hormis ça je suis absolument pour la diversité : mettons dans la banque, les medias, la politique, l’industrie, les métiers manuels etc autant de catholiques de musulmans de juifs de protestants de franc-macs etc qu’il y en a dans la population française. Ainsi nombre de "racisés" (je pense par ex aux blancs car ils sont une race n’est ce pas ?) pourraient stopper net l’extermination sociale et ethnique planifiée de leur pays, et nombre d’autres (?) pourraient apprendre à se retrousser les manches et à cesser d’inquisitionner, non ?


  • La censure honteuse d’ERTV, en particulier car de toutes ses vidéos, apporte trois enseignements très très importants :
    1) ERTV est dans le vrai honorable et a atteint une propagation du réveil des gens dangereuse pour le système.
    2) Nous vivons une époque où le combat vertueux vient de sortir de son début pour entrer dans le dur du milieu (censure, forte nocivité de certaines associations communautaires, covid, confinement, crise économique, division raciale, promotion du Lgbtisme, etc).
    3) Un virage est en cours pour savoir comment vont réagir les politiques, les journalistes et les populations, face à cet abus de pouvoir en FRANCE, de certains réseaux sociaux dans leur censure totale contre diverses personnes et organisations, et voir si ils arrivent à changer leurs habitudes pour continuer de les suivre ailleurs si nécessaire.
    Conclusion : Par rapport à notre pays prétendument exemplaire dans la démocratie, Maître Viguier a bien fait d’écrire à Trump pour dénoncer cette censure inédite depuis l’union soviétique à part dans les tyrannies du monde !...


  • Pourquoi Moscou ?


  • Question à un antiraciste :
    À quoi reconnaît-on une personne racisée, concrêtement ?


  • Il y a certainement des remarques peu élégantes sur les collègues noirs dans les rédactions. Mais la tribune va tellement dans le sens du vent que je suis prêt à parier que ces situations (t’es le seul noir dans la rédaction, ha non y a aussi la femme de ménage) sont de pures inventions pour donner du poids au texte.


  • dès fois, face à l’ ampleur de la tâche, l’ angoisse m’ étreint..avons-nous suffisamment d’ israéliens en France pour assurer la mission civilisatrice de propager "le doute et la culpabilité" à ce qui reste de peuple français, via les médias officiels ?
    la réalité selon les journalistes n’ existe que pour masquer la nature et les intentions du pouvoir.


  • Et si Néanderthal revenait, on aurait le droit de dire qu’il est d’une autre race ? Si oui, aurait-on le droit de le réduire à l’esclavage comme un cheval de trait ?


  • Des femmes journalistes... me demande bien à quoi ça doit ressembler, ces choses-là ?

     

  • En 2020 , la profession la plus méprisée semble être celle de journaliste !
    Depuis sept 2001 et la mercantilisation forcée , Il s’est accroché à une fiche de paye qui l’ a amené à une domesticité totale de son écriture .
    BILAN : Son travail n’est plus qu’un choix entre les 2 ou 3 options de mensonge qui vont lui garantir la protection d’un parrain . La réalité , le courage éditorial , le respect et l’ enquête ... tous ces concepts ressemblent à ces vieux outils en bois servant de reliques aux petits musée des artisans obsolètes .


Commentaires suivants