Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Périco Légasse : "Notre indépendance alimentaire est menacée"

Pour Périco Légasse, la crise du porc n’est qu’un début et la France pourrait voir l’ensemble de son patrimoine agricole se désagréger. Selon lui, il faut sortir d’urgence du modèle productiviste européen .

Le Figaro - La crise du porc se poursuit. La cotation est suspendue après le refus de deux des principaux acheteurs, Cooperl et Bigard/Socopa de payer le prix demandé par le gouvernement. Qui sont les principaux responsable de cette crise : les éleveurs, les industriels, la grande distribution, le gouvernement ?

Périco Légasse : Il faut remonter assez loin pour trouver les responsables de cette ubuesque gabegie. En tout premier lieu ceux qui ont expliqué, du principal syndicat agricole jusqu’aux pouvoirs publics, et ils furent nombreux, que surproduire dans l’intensif au détriment de la qualité, pour rester le plus compétitif, serait toujours payant. Le mensonge, en ce sens que tout le monde savait qu’il conduisait droit dans le mur, a entrainé l’agriculture française vers l’impasse. S’il est un coupable à désigner en premier, c’est bien la Fnsea, surtout celle dirigée par Luc Guyau, un monsieur qui a fait beaucoup de mal à la France, je dis bien à la France, avec la complicité active de Jacques Chirac, à tous les échelons de ses mandats politiques, en expliquant aux éleveurs que plus ils entreraient dans une logique de production industrielle, plus ils s’enrichiraient. S’il est un deuxième coupable, c’est la grande distribution, qui s’est évertuée à expliquer à ses fournisseurs que, s’ils souhaitaient conserver le référencement de leur marque, il fallait du bas de gamme pour proposer le prix le plus bas à la clientèle. On a fait passé à l’époque ces deux entités qui se tapaient sur l’épaule pour de grands stratèges et l’agriculture française a cru à ce mensonge. Bien entendu je ne dédouane pas François Guillaume, ancien président de la Fnsea devenu ministre de l’Agriculture (un pléonasme puisque ce syndicat cogère ce ministère depuis 1964), ni ses successeurs, tous partis confondus, Pierre Méhaignerie, Edith Cresson, Henri Nallet, Jean-Pierre Soisson, Jean Puech, Dominique Bussereau ou Bruno Lemaire, fossoyeurs irresponsables et inconscients, parmi d’autres gouvernants, de notre patrimoine agricole. Et pour bien montrer que je ne jette pas l’anathème sur la classe politique dans son ensemble, je rends hommages, même s’ils ont aussi une part de responsabilité, à Michel Rocard, à Philippe Vasseur, à Jean Glavany, à Hervé Gaymard et à Michel Barnier pour certaines dispositions qu’ils ont eu la clairvoyance et le courage de prendre. Je pense qu’il serait légitime aujourd’hui que ces messieurs rendent des comptes sur leur action publique pour savoir qui a fait quoi et en tirer les conséquences.

Les groupes de grande distribution se disent déterminés à maintenir le cours du porc autour de 1,40 euro. Peut-on parler d’hypocrisie de leur part ?

Peut être, mais pas forcément. Ils n’ont en réalité pas le choix car, même si ce ne sont pas eux qui ont fixé ce tarif, ce sont eux qui ont institutionnalisé la philosophie du prix le plus bas au détriment de la qualité. Le grand serpent distributeur est obligé de se mordre la queue. S’ils ne font pas au moins l’effort de maintenir le cours à 1,40€ et que la tragédie vire au drame, c’est eux qui porteront le chapeau car ils ont tellement tiré la ficelle ailleurs qu’elle leur pétera au nez. En tout cas il faut les soutenir dans cet engagement, ainsi que les industriels qui s’imposent pour l’heure cette stratégie patriotique. Mais combien de temps tiendront ils ? Reste le bras de fer avec Cooperl et Bigard-Socopa, confrontés à une situation qu’ils n’ont pas voulue. Je ne doute pas qu’ils préféreraient acheter français à 1,25€ mais ce n’est pas le cas. Dans ce cas précis, même s’il y a des solutions française autres que la mise sous perfusion d’une filière ravagée, le problème est bien européen. Et il l’est de façon calamiteuse car c’est notre principale partenaire qui nous attaque sur un terrain dont elle n’a pas besoin pour consolider son commerce extérieur mais qui est vital pour nous.

Lire la suite de l’article sur lefigaro.fr

Voir aussi, sur E&R :

Sur le rapport de l’homme à la nature, chez Kontre Kulture :

Soutenir les petits producteurs agricoles français avec notre partenaire Au bon sens :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

23 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Je trouve qu’on dédouane un peu vite les agriculteurs qui ont accepté de jouer le jeu.
    Ainsi que les consomateurs qui préfèrent acheter moins cher que nutritif.
    Si nous attendons que les manipulateurs cessent de l’être pour ne plus être manipulable, nous risquons d’attendre longtemps !

    que les cotations s’arrêtent pourrait être une très bonne chose si les éleveurs en profitaient pour organiser la distribution, je pense qu’ils pourraient faire meilleur pour moins cher au final et créer en plus des emplois

     

    • Le problème c’est que ce n’est pas possible.
      Il y a des traites a payer. Tu ne peux pas te réorganiser sans aides (pas seulement financières d’ailleurs) pour faire face a une période sans revenus, le temps de mettre la chose en place.
      A ce niveau, je ne vois pas comment on pourrais faire l’impasse d’un plan national, pour réorganiser les filières agricoles, car il ne s’agit pas que de l’élevage non plus, mais de toute l’agriculture, de la transformation, de la distribution, et de l’éducation et l’information des consommateurs, et aussi du contrôle à tout les niveaux.
      Sinon, ce qui va probablement se passer, c’est la mort accélérée des exploitations agricoles, et des transformateurs, puis une renaissance très lente d’une nouvelle filière de qualité.

      Donc la question est : doit on laisser tout détruire pour reconstruire, ou accompagner la transformation ?


    • Je connais un peu le sujet. Je confirme : le malheur des agriculteurs ce fut la FNSEA. qui depuis des décennies n’a toujours, lorsqu’un problême se présentait, cherché que des solutions politiques avec les résultats qu’on voit, alors que si ces problèmes avaient été confiés à de vrais professionnels, de vrais techniciens jamais la si-tuation actuelle ne se serait présentée. L’état de l’agriculture, pour les mêmes raisons, me fait penser à la situation d’AREVA où une pure polique, A. LAUVERGEON, a régnée pendant dix ans pour aboutir où vous savez.


  • #1249146

    l’europe est submergée par les vagues d’immigrants clandestins d’origine afro arabo euraso
    musulmane qui comme tout le monde le sait ,raffolent du cochon mais les syndicats
    avec leur dogmatisme habituel ne discutent que de l’aspect economique du probleme .
    a qui vont ils le vendre leur cochon ? alors que des departements entiers sont devenus
    des territoires etrangers au sein meme de la france alors que dans les ecoles ,le porc est retiré
    des menus pour ne pas "discriminer" les musulmans. le projet de remplacement de la population est une perversité sans égale mais néanmoins coherent

     

    • N importe quoi ! Et les sanctions contre la Russie cela te parle ? Et le TAFTA tu en as déjà entendu parlé ? Les départements entiers sont envahis à qui la faute ? Renseignés toi un peu avant de vomir ta haine et ton racisme sur ces malheureux qui traversent le monde parce que des types comme toi balancent des missiles et les pires ordures pour leurs voler les ressources qu ils possedent


    • Certes l’Europe dont la France est envahie, mais les musulmans ne sont pas végétariens. Dans ma région d’origine, le Poitou, l’abattoir de Montmorillon a été sauvé par l’abattage hallal. Les emplois des français sauvés avec.
      Tu ne parles pas non plus de l’ouverture des frontières qui met les éleveurs de porcs français en concurrence avec l’Allemagne ou la Hollande des pays ultra productivistes.


  • Notre autonomie alimentaire n’est plus de depuis belle-lurette !


  • Voilà ce qui arrive quand l’Europe veut tout déréguler depuis 40 ans, se fige face aux allemands, et force l’agriculture française à se convertir dans le modèle "d’usine productiviste"....

    Encore bravo à mr Légasse, dont le franc-parler sans détour me plait décidément toujours autant...


  • La FNSEA , les gouvernements successifs , les Banquiers , l’Europe : tout ceci reflète un schéma du productivisme soviétique - adapté aux pays occidentaux ! Les uns adaptent les directives des autres , qui eux mêmes en réfèrent aux supérieurs transmettant les ordres , pour aboutir aux maîtres : les Banques ( qui en fin de compte , s’exonèrent des résultats obtenus , tout en explosant les bénéfices de leurs actionnaires ) . Ceci vaut pour toutes les branches de l’économie capitaliste moderne . Détruire ou infléchir ce processus reste une Gageure , par forcément insurmontable , mais je ne vois aucun parti , ni courant politique , qui œuvre dans ce sens ! ...il y avait peut être feu le FN ? Tout au moins dans l’inflexion , maintenant on en est plus là !

     

  • Pire que la fin de l’indépendance alimentaire, ce qui m’inquiète au plus :
    * les fins des deux mamelles
    * la fin des terroirs
    * la fin des campagnes aménagées à la française.

    Je ne sais pas si j’ai une sensibilité unique ou en voie de disparition mais quand je vois de beaux troupeaux ou des champs après fenaison (et même avant en prairie autonome) ça me touche autant qu’un Angelus plus qu’un jardin de Versailles et je ne suis pas un vieux à la retraite ou un ermite, enfin qui a respiré français doit savoir de quoi je parle.

    pour moi une France hors sol n’en est plus une.


  • #1249189

    « A vendre peu à peu le pays à la découpe, nos industries les plus florissantes, nos technologies les plus performantes, nos brevets, nos voitures, nos vins, pourquoi pas notre garde manger ? Messieurs Minc, Attali et Macron nous expliquent que c’est le prix à payer pour une mondialisation heureuse, alors allons y gaiement. »



    Houla Périco ! Ca frôle l’antisémitisme ça... fais gaffe !


  • Mon cher perico : tout se qui touche la france (culture, bouffe, traditions religion etc) est dégueulé par nos élites et les 3 quarts de ces immigrés subsahariens : c’est un fait...et ça se payera cher avant la fin du siècle j’en suis persuadé !


  • Nos politiciens véreux prépare le terrain pour le TAFTA c est tout ils ne souhaitent rien d autres que leurs propres enrichissement sur le dos de tous le monde de vrais parasites.


  • Nous sommes en guerre, pour ceux qui espèrent encore des compromis politiques...


  • L’agriculture française a toujours été la première d’Europe mais les sionistes vont peut-être parvenir à la ruiner .

     

    • #1249527

      Il faut bien admettre que si une juiverie habile est parvenue à mettre la France en coupe réglée, ce n’est ni la faute de l’Allemagne, ni celle de l’Italie, de la Suisse, de la Suède, du Japon ou du Togo. C’est en réalité la faute du peuple français, même s’il a bénéficié pour ce faire de l’aimable soutien des Anglosaxons.


  • Entre une exploitation actuelle et une exploitation de qualité la différence de prix sur exploitatio comme la mienne est de 0.2e/l. Le consommateur est prêt à les donner. Par contre l’étét et les centrales d’achat avec un système de vente à découvert font tout pour ne pas le permettre. Ainsi le prix de mon vin et déjà fait alors que je n’ai même pas commencer à vendanger.
    Malgré l’arrivée massive de population maghrébine il n’y a pas relance de la production ovine mais plutôt disparition de celle-ci alors que nous étions en pointe dans les années 70.
    Tu donnes la France à un énarque et dans 5 ans tu bouffes plus pour paraphraser quelqu’un


  • Rappelons, même si c’est politiquement incorrect de le faire, que le premier à avoir engagé la France sur cette voie de l’agriculture intensive, autant, d’ailleurs, pour des raisons politiques qu’économiques, a été De Gaulle, qui voulait à tout prix rompre avec le souvenir de la guerre en plongeant la France dans un bain de modernité industrielle et de productivisme (Concorde, Airbus, etc.) afin de la laver aux yeux du monde entier de "l’archaïsme" de Vichy. C’était compréhensible, et plus constructif, du reste, que la repentance qui allait suivre sous Mitterrand et Chirac, avec la désindustrialisation en prime.
    A ses yeux la petite paysannerie et l’agriculture familiale renvoyaient en effet à la période de l’occupation et à une certaine imagerie vichyste qu’il convenait d’effacer : donc on intensifia, on densifia, on planifia, on mécanisa... les paysans suivirent à coups de subventions et vendirent un peu leur âme en échange de perspectives garanties d’enrichissement, sinon, pour certains, d’embourgeoisement.
    Tout le monde est un peu responsable dans cette histoire : du paysan au politique en passant par le consommateur qui exerce une pression constante au prix bas (en préférant manger tous les jours de la viande de merde issue de véritables camps de concentration).
    Evidemment, les Allemands et les autres n’étaient pas censés faire comme nous ni aller encore plus loin que nous...


  • Mr Legasse n’a pas vu la vache dans le couloir : c’est l’UE qui est responsable de cette situation et pour l’industrie c’est pareil. Le Libre échange est un poison . Faut la quitter ,on y coupera pas si on veut s ’ en sortir

     

    • Exact , il faut croire qu’ils sont aveugles tous ces grands spécialistes de mes deux...

      Dire qu’il y a encore des trous de balle pour croire que le salaire des roumains , des bulgares , des polonais ou même des grecs vont être alignés sur le salaire français...réveillez-vous les veaux , c’est le vôtre de salaire qui va être alignés sur le leur


  • Et encore t’as rien vu...Le TAFTA arrive...

    Tant que vous ne reprendrez pas l’Elysée rien ne se passera , la 5ème colonne ANTIFRANCE y a ses quartiers


  • Ah toujours cette vieille germanophobie franchouillarde



    On dirait vraiment une offensive extérieure à l’Union, mais pas du tout, c’est l’Allemagne ! Les pays balkaniques se respectent mieux les uns les autres.




    Jean-Marc Ayrault parle parfaitement l’allemand. Le président de la République devrait envoyer son ancien premier ministre en mission extraordinaire pour défendre le cochon tricolore et faire passer le message à la panzer chancelière : Angela arrête ton char ou je rue dans mon brancard. Il y gagnerait quelques points dans les sondages. Franchement, il n’est pas acceptable que le cochon français soit victime de la porcherie allemande.



    A propos , l’Allemagne est envahie par des centaines de milliers d’immigrés extra-européen...Et devine quoi Légasse ? La majorité sont musulmans...et tu connais la meilleure Légasse ? Les musulmans mangent pas de porc...l’avenir est rose comme le petit cochon


Afficher les commentaires suivants