Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Pourquoi chercher l’amour sur Internet mène la société vers le suicide

Chercher l’amour sur internet, est-ce vraiment une bonne idée ? Prenons le temps d’analyser ce que cela implique concrètement en termes de relations hommes-femmes. Quand on réfléchit sur les relations humaines, on finit toujours par s’apercevoir que de nombreuses dynamiques sociales qui s’opèrent au niveau individuel sont en réalité la traduction de mouvements sociétaux plus vastes qui les dépassent.

 

Ainsi, de grandes évolutions de la société se déclinent par un effet d’entonnoir aux plus petites échelles. Par exemple, l’introduction du burger sur les cartes des restaurants français (hors fast food), sont une des déclinaisons les plus visibles de la mondialisation, au centre de laquelle se trouve la culture américaine.

Deux mouvements de grand ensemble se distinguent actuellement pour caractériser les rencontres hommes-femmes en France en 2017 : l’aggravation constante des inégalités et l’extension des sites de rencontre.

 

Un contexte économique global qui exacerbe l’hypergamie

Quoiqu’en veuillent, disent et pensent les féminazis, hommes et Femmes ont chacun leur part d’ombre, leur dark side of the moon que le courant évolutionniste a depuis longtemps mis en évidence. Ils sont chacun la déclinaison de la même pression biologique liée à la reproduction. Cependant, tous les hommes et les femmes n’y sont pas sensibles au même degré :

- Si les hommes sont avant tout des « animaux visuels » qui peuvent se transformer en « salauds » en quête frénétique de faveurs sexuelles,
- les femmes ont pour elles la tendance à l’hypergamie.

 

 

L’hypergamie veut que les femmes choisissent majoritairement des hommes de statut supérieur ou égal à elles pour se mettre en couple. De cela résulte mécaniquement un célibat important des jeunes hommes de milieu social modeste, mais aussi celui des femmes à statut social élevé.

Il ne faut pas y voir une tendance binaire à la manière d’une couche de peinture étalée de manière uniforme sur la société. Il s’agit plutôt de touches plus ou moins marquées suivant les individus, mais qui revêt néanmoins le caractère de tendance de fond.

Depuis quarante ans, nous sommes en présence d’une aggravation des tensions économiques ainsi que des inégalités à l’échelle mondiale qui ne sauraient avoir une influence neutre sur le substrat social. L’augmentation des inégalités s’observe par l’apparition de riches toujours plus riches, dont le pouvoir prend maintenant la forme d’entreprises en mesure de rivaliser avec les plus grandes puissances. La possibilité offerte aux entreprises par le TAFTA et le CETA de poursuivre en justice des États de moins en moins souverains, et même de participer à la conception des lois sont des exemples particulièrement criants du pouvoir croissant de l’argent.

 

 

Grâce à leur clairvoyance qui semble permise par des antennes cachées, les femmes ont parfaitement capté par intuition cette évolution de la société. L’hypergamie jouant toujours en coulisses, les femmes s’adaptent à la situation en mettant la barre plus haut face à leurs prétendants. Si je ne devais donner qu’un seul conseil à la génération future d’hommes, ce serait de bien prendre en compte cette évolution sociétale au moment de choisir vers quel style de vie se diriger et comment en organiser les piliers.

S’il était possible il y a plusieurs années de se démarquer uniquement grâce à sa personnalité et son talent, il faut maintenant déployer des ressources d’ordres différents pour séduire la femme qui vous plaît. Autrement dit, l’âge d’or du gladiateur de la rencontre, armé uniquement de sa personnalité, son courage et de son humour, commence à s’éteindre à petit feu. Ceci est valable dès l’adolescence, tranche d’âge dans laquelle le bad boy, blouson en cuir au guidon de sa moto, commence à laisser la place au prépy BCBG.

Lire la suite de l’article sur hommesdinfluence.com

Amour et société, chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

39 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Chacun vois midi à sa porte mais pour moi il est peut-être temps de ficher le proverbe "il faut vivre avec son temps" au rebut, et de s’aventurer dans les valeurs désuètes.

     

    • Je trouve au contraire que l’on revient aux valeurs dites désuètes, car les mariages tendent à se faire entre personnes de même condition sociale comme au 19ème siècle.
      Malheureusement plein d’hommes vont rester sur le carreau, car ces femmes deviennent de plus en plus exigeantes comme il est précisé dans une certaine pub de rencontre : "soyez exigeant", en fait on relègue les êtres à l’état de marchandise car ces sites de rencontres ne sont ni plus ni moins que des commerces, comme c’est lamentable. Les hommes de Cromagnon n’auraient pas pu faire pire, je suis persuadé qu’ils avaient beaucoup plus de respect envers leurs congénères, mais si c’est çà le progrès, non merci, autant renoncer à cette robotisation des coeurs.


  • Le travail de Spike qui continue de décrypter le réel des relations comme personne (sauf une exception) ne saurait le faire


  • La plupart des femmes cherchent le pognon . Au bout de 10 minutes les plus culottées vous demandent si vous payez l’ISF... Le plus grand des séducteurs c’est le morlingue .

     

    • L’ISF c’est un peu exagéré. Mais il est vrai que la plupart des femmes font une enquête de solvabilité quand elles rencontrent un homme qui leur plait. Et c’est de moins en moins discret.


    • C’est faux archi-faux, je n’ai jamais été ce genre de femmes, c’est à dire vouloir à tout prix un homme friqué ! Évidemment, un homme gentil qui plus et, est à l’aise financièrement, je ne vais pas le rejeter, mais ce n’est pas un critère de sélection, il faut d’abord qu’il soit chrétien et honnête, qu’il me plaise physiquement, cela va de soi.
      Mais je peux témoigner que le fait le plus triste, cela est une réalité, les hommes sont extrêmement difficile, ils jettent les femmes comme des kleenex, d’abord parce qu’ils regardent si la femme a suffisamment de fric et deuxio un grand nombre d’hommes sont devenu BI. C’est la triste réalité.
      Je ne sais pas si je suis difficile, mais je fait quand même une petite analyse avant de trouver, c’est normal !.


  • Cet article ne parle pas d’une catégorie très importante de femmes : les femmes qui élèvent seules leur(s) enfant(s). Or ces femmes fort nombreuses ne sont guère exigeantes, pour une raison évidente, et ne sont donc pas concernées par l’hypergamie.

     

    • Souvent déçues par cette hypergamie, elle cherchent d’abord a s’amuser puis à cherchent un bon père.

      L’hypergamie étant dévoyée car la recherche de l’homme le plus capable à assurer la survie (sélection naturelle), c’est à dire normalement le plus fort, intelligent, "habile", selon les époques s’est transformé en la recherche du plus riche. Or cette richesse étant héritée et non acquise, c’est source d’erreur pour les femmes, comme un bug dans le programme.


    • Pour les hommes célibataires les mères seules présentent effectivement l’avantage d’être moins sélectives que les femmes sans enfants, reste le problème de se poser comme celui qui saute maman, du point de vue de l’enfant.
      Pour ceux qui veulent fonder une famille, les mères seules posent le problème de devoir participer (en temps, en énergie, en argent, en investissement humain) à l’éducation et à la formation d’un enfant issu d’un autre homme. C’est anti-naturel, d’une certaine façon, œuvrer à la mise en action des gènes d’un autre. D’autant plus que pour les hommes à revenu faible ou modéré, c’est un sacrifice réel au vu des possibilités financières : sacrifier un potentiel enfant de son propre sang pour en élever un produit par un étranger. Une forme de déni de soi.
      Les situations produites par les filles-mères sont à l’image de ce qu’offre la société aux hommes (et par rebond aux enfants et aux femmes, car nous sommes intrinsèquement liés) : des nids à problèmes où chacun se compromet pour un résultat décevant pour tous.
      Question de contrôle de ce message : combien font 60+9 ? ...ironie du dimanche !


  • Avant "l’introduction du burger sur les cartes ", il y a eu le coca ....


  • « Chercher l’amour sur Internet (ou ailleurs) mène...  » à ne pas le rencontrer !
    « Chercher l’amour sur Internet (ou ailleurs) mène la société à...  » ce qu’elle est déjà !


  • Je synthétise le portrait dressé ici de la femme avec une blague connue :
    - Avant 18 ans, les femmes sont mineures.
    - Après 18 ans, elles sont chercheuses d’or.

     

  • On est encore dans la consommation.
    Avant de se cantonner à la drague, un sociologue utile devrait sutout se demander comment garder sa conquête, ou surtout, comment être un bon père.
    C’est lui qui fait encore trop souvent défaut dans notre société actuelle dont la famille est le socle, et dont l’absence est la source de bien des maux.

     

    • #1622365

      @SC31
      A votre avis,pourquoi la plupart des pères s’étant investis un maximum,en viennent @ regretter
      le fait de ne pas pouvoir s’occuper de leurs enfants ???
      Voir le commentaire de Vaevictis,analyse de loin la plus pertinente
      La plupart des hommes ont l’intelligence du coeur,et désirent sincèrement s’investir !!!!!
      Les femmes,vivent avec la peur,changent constamment d’avis et ne font pas confiance aux bonnes personnes,probablement moins physionomistes et beaucoup plus influençables.
      Quand l’homme de leur vie est à leurs côtés,elles ne le détectent que très rarement,et c’est une fois l’avoir privé,de voir ses enfants par pur égoïsme,qu’elles s’en mordent les doigts et finissent par se rendre compte,que le père de leurs enfants n’était pas si mal.


  • Je me retrouve dans les commentaires lucides.

    Elles cherchent LE reproducteur : social, économique, génétique.

    Et les mères seules se font romantiques mais angoissent encore plus.
    On a le choix entre la femme hyper sûre d’elle ou la flippée pour ses gosses et vous servez à une image sociale du couple qui lui convieng. SUPER les choix ! y a de quoi finir BI !!!


  • Bof, je trouve que l’auteur de l’article généralise beaucoup...
    Seules les femmes d’une beauté rare et/ou diplômées peuvent se permettre d’être très exigeantes ! La plupart des femmes du peuple n’ont guère le choix si elles veulent enfanter avant 35 ans...

     

  • Tout dépend de ce que l’on appelle "amour sur internet".
    Si c’est juste un moyen pour que les gens se rencontrent alors je trouve que c’est pas si mal. Internet amplifie sans doute le "qui se ressemble s’assemble" ou le syndrome "chercheuse d’or" mais cela a toujours existé.
    Là ou cela devient un peu malsain c’est les relations à distances un peu trop longues. (Alain Soral et Binti en ont d’ailleurs été un peu victimes). Ou bien si internet devient un moyen de multiplier les relations sexuelles sans lendemain. Je ne suis pas de la police de la braguette et les gens font ce qu’ils veulent, mais avoir des partenaires multiples tout le temps génère des cœurs brisés, du stress, de la frustration, de possibles maladies. Vous avez l’impression de jouir de la vie mais à quel prix au final.


  • Je suis d’accord avec l’article. Étant moi même un ancien de site de rencontres. J ai rencontré 200 femmes en plusieurs années.
    Mon expérience est la suivante :
    1) le physique est primordial
    2) la couleur de peau
    3)la façon de s’habiller et la situation sociale.
    Jamais une femme ne prendra un homme de situait inférieure si elle a un bac +5.
    4) qu il soit gentil attentionné.
    5) aime le sex.

    En conclusion pour la majorité des femmes vous pouvez oublier le fait qu’il soit remplir des humour, esprit ouvert, voyager, cultivé..etcc tout ceci est très secondaire.

    Pour information j’ai trouvé ma femme dans le rer de Paris..comme quoi en total accord avec l article, que les gens qui fréquentent ce genre de site sont conditionnes avec les critère ci dessus que j’ai enfoncés.
    Enfin faut pas blâmer les femme du site, car nous vivons dans une époque où on ne s’est jamais autant senti seul alors que les technologies font tout pour nous rapprocher....


  • En France, nous avons l’habitude de caser, classer les gens dans des "tiroirs", de juger, ce qui fait une société de névrosés... De gens qui ne savent plus se rencontrer sainement, qui ne savent plus ce qu’est l’amitié par exemple, qui ont besoin pour combler leur vide affectif, spirituel, d’animaux de compagnie (ce qui n’est pas un mal), sauf que dans mon quartier par exemple, certains ont 2, voir 5 chiens... Ne sommes nous pas le pays le plus consommateurs d’anti dépresseur ! Ho belle France, change de paradigme, et tu retrouveras le bonheur des vrais valeurs !


  • L’époque est dure et il y a évidemment un problème, mais je vous garanti qu’il n’y a pas besoin d’être friqué pour multiplier les conquêtes et/ou trouver des filles qui veulent construire une famille (d’ailleurs, les deux vont souvent ensemble, elles veulent souvent construire une famille avec un garçon qui a multiplié les conquêtes).
    Jusqu’à 24 ans, j’étais très timide et pas sûr de moi avec les femmes et ça a été le grand vide au niveau des rencontres alors que je suis instruit, plutôt pas mal et musclé.
    Il a suffit que j’arrête de prendre les revirements et les réactions des femmes au sérieux, de me dire que ce n’est pas moi qui ait un problème et de prendre tout ça à la rigolade pour que je passe de zéro à "autant que je voulais". Ce n’est pas du mépris à avoir pour elle, simplement être conscient de leur spécificité et ne pas être affecté, rester sûr de soi et jovial face à leurs esprits tourmenté, tout en restant objectif sur soi-même en hésitant pas à reconnaître quant on a merdé.
    Bref, en étant un homme, un vrai, on n’arrive pas à séduire toutes les femmes, mais bien assez pour ne pas sombrer dans la misère affective.
    Pour l’avoir vécu quand on a pas de succès avec les filles, on est souvent dans le pathos à faire de grandes analyses sociologiques comme dans cette article, alors qu’on ferait mieux de dépenser de l’énergie à se remettre en cause.


  • #1622499

    "Pourquoi chercher l’amour sur Internet mène la société vers le suicide"

    Tout dépend de ce qu’on entend par "l’amour"...

    Savoir ce qu’on veut, et comprendre pourquoi, ça évite les malentendus.
    Internet, ça fait partie de notre société, c’est dans le paysage, à apprécier comme tel.
    Pourquoi parler de "suicide", on ne saute pas fatalement du haut d’une falaise à son approche ?
    Internet n’est qu’un outil.
    Ça a changé la nature des relations entre les gens ?


  • D’accord avec l’article, sauf que je ne parlerais pas du tout "d’amour" dans ces cas là, mais de prostitution (aller avec un gars pour le fric, ca porte un nom, et c’est encore pire si la relation dure, c’est alors de la prostitution permanente !). Ou alors, c’est du papillonnage sexuel et physique.
    Il n’y a pas d’amour dans toutes ces situations, que du sexe ou de la putasserie, ca se termine d’ailleurs en criminels IVG, divorces quasi systematiques, polygamie sexuelle, etc.

    Par conséquent, je n’ai jamais perdu mon temps à analyser toutes ces saloperies, car un milieu de cons, c’est un milieu de cons.
    Il vaut bien mieux boycotter de fait toutes les rencontres mondaines et laiques, du monde athée dégénéré et débile, et aller chercher des gens spirituels qui travaillent REELLEMENT sur eux. Ma femme est du milieu hindou-bouddhiste, comme moi, et méditer 1, 2 ou plusieurs heures par jour, ca pose quelqu’un, les débilités disparaissent très vite, car la méditation BRULE les mauvaises énergies, qui sont à l’origine des mauvaises pensées et comportements idiots. Resultat : j’ai une femme extraordinaire, mature, à l’opposée de toutes ces trainées qui ne regardent que le fric ou la queue comme des adolescentes attardées.
    Vous comprenez ce que je vous dis ? Les gens qui ne font pas un travail spirituel sur eux deviennent complètement débiles.
    Je donne ce conseil aux gens seuls :
    Boycottez la société commune des athées, tous milieux sociaux confondus, il n’y a pas de riches ou pauvres, tous sont pareils, cons dès qu’il y a sexe et fric, et entreprenez une ascèse, ca vous purifiera, et ensuite, dans ce milieu de travail sur soi, vous verrez de belles personnes à rencontrer. Des personnes qui se remettent en question et avancent, ca donne des gens matures, naturels, fidèles, profonds, amoureux, etc.
    Ensuite, quand vous vous retournerez sur le monde social débile, vous serez heureux d’avoir échappé à tant de débilités...

     

    • C’est de loin , le commentaire le plus pointue et intéressant que je lis , depuis que je fréquente ER


    • C’est extrêmement juste. Je pense que c’est la seule chose qui manque à E&R, une branche "spirituelle" ou "dépouillement personnel", plutôt que développement personnel (je dissocie ici spiritualité et religion pour préciser ma pensée). Il y a une grande qualité bibliographique chez Kontre Kulture, mais elle pourrait être largement enrichie par des oeuvres telles que celles de Krishnamurti, Osho, Barry Long ou Aivanhov. Etant donné que la masse commence à prendre conscience de la réalité politique telle qu’elle est présentée sur E&R, j’ai l’espoir que les nombreuses personnes qui ont déjà réalisé un éveil politique ici franchiront le pas vers l’éveil spirituel... qui est au final la plus importante réalisation de l’existence. Tout ceci ne sera possible qu’après une prise de conscience préalable : avant de critiquer les religions, les états, les élites, le sexe opposé, les patrons, les employés... il est capital de regarder en Soi. Il me semble que tout ce qui nous dérange et réveille nos émotions négatives pointe aussi en nous des déséquilibres, des points à travailler, comme un immense tableau de bord quantique. Et le meilleur moyen de nettoyer son esprit et de laisser la place à la conscience... reste effectivement la Méditation. Merci à vous.


    • Bonjour,
      Pour une personne spirituelle qui rejette ses énergies négatives par la médiation, je vous trouve bien agressif envers ceux qui ne pratiquent pas votre "religion"( qui est ?). Osez péter un coup en pleine extase et vous atteindrez le nirvana... Votre vision est digne des imams prêchant la charia ou des prêtres ultraconservateurs. Je me demande bien quels enseignements et quel acceptation d’autrui vous avez tiré de vos (trop) longues séances.
      Je pense que nombre de bouddhistes (au moins tous ceux que je côtoie ou que j’ai lu) ne se reconnaissent pas dans vos mots et votre haine. Partez quelques mois dans un temple himalayens et vous comprendrez l’humilité.


    • Parmi les nombreux commentaires, je me suis attardée sur le votre et je l’ai trouvé extrêmement condescendant.

      Tout d’abord votre volonté de juger l’athéisme en tant que débilité profonde me choque énormément. Etre athée n’exclu en rien le travail sur soi, sa remise en question, la méditation etc... Cette vision est très extrême.
      De plus, les personnes ne méditant pas peuvent aussi être dotés de qualités très importantes comme la gentillesse ou la générosité qui contribuent selon mon avis au bonheur de ce monde. Tout le monde n’a pas la capacité de se recentrer sur soi et de se poser les bonnes questions, cela vient de notre éducation, de nos rencontres, de notre mode de vie...

      Etant une jeune fille de 20 ans instruite et équilibrée et faisant mes étude dans une école d’ingénieur élitiste, j’ai moi même fait l’usage d’applications de rencontres par le biais d’Internet. Ce qui fait ni de moi une polygame, ni de moi une prostituée ou autres conneries. Je suis jeune et j’ai des besoins et il faut noter qu’en 2016 les rencontres ne sont font plus si facilement, quand on est prit par des passions ou par des études intenses, les possibilités semblent s’amenuiser. Il faut vivre avec son temps, et la personne que l’on rencontre en face est aussi un être humain, qui a peur d’être jugé et qui a eu des blessures. L’usage d’internet n’entrave en rien à ce principe (à part pour certains cas sociaux qui se permettent tout cachés derriere leur écran) .

      Quant au concept de vouloir une personne égale ou au dessus de son statut, cela me semble de bonne guerre. Si l’on arrive à me trouver des exemples de couples qui ont tenu avec des personnes originaires de milieu sociaux très différents ajoutés à des niveaux d’études très différents aussi, je considérerai ce point. En attendant, il est clair que le tri se fait plus facilement quand on sait le choix de personnes qu’il y a sur ces applications grâce à ces critères basiques.

      Cordialement


    • Aoll, la petite hystérique féministe qui a besoin de multiplier les rencontres avec des "hommes objets" pour se sentir exister dans sa misérable petite vie de "femme futur ingénieurE".

      C’est normal que les femmes soient devenues ces êtres enragés qu’on connaît aujourd’hui ; les femmes, c’est comme les chiens.

      Quand on ne leur a pas appris à obéir et à respecter le maître, ils deviennent complètement cinglés et peuvent devenir dangereux ; un chien doit être traité en chien, et non comme un égal de l’homme ; un chien a besoin de savoir qui est le maître.

      Les femmes, c’est pareil ; elles ont besoin d’un homme qui saura les dominer et c’est pour cela qu’il y cet espèce d’engouement pour les "pervers narcissiques" et les connards et autres abrutis en tout genre.

      Les femmes occidentales sortent avec des cinglés, car c’est exactement ce qu’il leur faut pour recadrer leur syndrome hystérique ; avec le cinglé et le pervers narcissique, elles se sentent dominées par plus fou qu’elles et ça les rassure ;

      quand ça va trop loin, le fou peut en venir aux mains, et c’est là que ça peut dégénérer ; elles n’ont pas besoin d’un homme gentil et respectueux ; elles ont besoin d’être dominées et comme la société a rendu les femmes occidentales complètement cinglées elles ont besoin d’hommes plus cinglés pour les "apaiser".

      Les fous vont avec les folles ; les mecs biens restent célibataires, car sinon, ils risquent de finir contaminés par cette folie.

      La France, avec son magma de sous-culture diffusé en boucle sur les chaines et la radio baigne dans une espèce de brouillard qui rend les gens complètement fous ; les femmes sont les plus influençables.

      Aoll, je te souhaite bon courage dans ta vie ; quand tu aura fini tes études, tu te trouvera un gentil mâle soumis qui fera la cuisine et les courses, et s’occupera des enfants (ceux de ton amant rencontré sur Internet) pendant que tu te consacrera à ta grande carrière d’ingénieurE ; je mets un E majuscule, car la féminisation est à la mode en ce moment en France ;

      D’ailleurs, quand je suis amené à aller en clientèle, je ne vois que des femmes dans les bureaux bien chauffés pendant que les hommes crèvent à faire la manche dans le métro.


    • @ mindstyle :
      et pendant que des filles font des études d’ingénieur, de médecine ou que sais-je encore... Où êtes vous, vous, les mâles alphas ? Ceux qui prétendent savoir mater les femmes mais qui étrangement (de votre propre aveu) sont célibataires ?
      c’est une attitude de "dominant" de pleurnicher comme le dernier des losers ?


    • @MO : Sans rentrer dans les détails, je poursuis mes études dans un cursus très exigeant et par conséquent, je n’ai ni le temps, ni l’énergie de faire le clown pour séduire des femmes frigides et coincées obnubilées par leur future carrière de fonctionnaire du privé à temps partiel, et qui tenterons de concilier gosses + travail mal fait pour se vanter d’avoir réussi leur vie de femmes modernes émancipées.

      D’ailleurs, ces femmes ne regardent pas les hommes comme moi ; comme elles auront besoin d’un homme "nounou", elle choisiront un homme féminisé qui mettra sa carrière de côté pour s’occuper des gosses, avant que la connasse demande le divorce.

      Je dis ça parce qu’à mon travail, les femmes carriéristes sont toutes divorcées, alors que l’une d’elle avait eu le soutien de son mari pour les gosses pendant qu’elle se consacrait librement à sa carrière.

      Au moins, j’avance dans ma carrière, je suis dans mon rôle d’homme car c’est ce qu’un homme est censé faire ; et pas faire le clown pour séduire des connasses qui veulent le voir se ridiculiser.

      Et comme je l’ai dit, dans les bureaux bien chauffés, il n’y a quasiment plus que des femmes pendant que les hommes crèvent à faire la manche dans le métro.

      Avec plsu de 80 % de femmes prof dans les primaires, collèges, lycées, pas étonnant que les garçons ne se reconnaissent plus dans ce système infect ; j’ai failli finir déscolarisé parce que je ne me reconnaissais pas dans cette école féminisée ; cela a assez duré, et quand je vois mes performances au taf’ comparées à celles des femmes, y a pas photo.

      Donc qu’on arrête de nous vendre les femmes dans les entreprises, car pour moi, cela est une aberration, une destruction de la nature féminine.


  • C’est pourtant pas dur de trouver une fille.

    Il faut simplement les écouter et les comprendre. S’intéresser à elles, mais, pas trop. Ne pas être trop bon copain avec elles, sinon, c’est fini (pas toujours). La fameuse "friend zone".

    Il faut aussi les chambrer et ne pas hésiter à les envoyer chier poliment quand elles vous gonflent.

    Il faut surtout être soi-même. C’est la clef. Et être conscient qu’on ne peut pas plaire à tout le monde.

    Ne jamais hésiter à lui faire des compliments.

    Je ne suis pas un expert dans le domaine, mais, je vous assure que ça marche plutôt bien.

    Généralement, je ne choppe pas, je me fais chopper.


  • Passer de fiche en fiches, sans « plus aucun » respect de l’autre, comme on manipule une boite de céréales en supermarché et qu’on repose parce que sa voisine à un design marketing plus intéressant ...

    C’est juste gerbant de voir comment les gens se vautrent la-dedans. Tu discutes avec quelqu’un, ça se passe "bien", et sans savoir pourquoi, silence radio. Génial ...

    La marchandisation des corps ! Ça a un côté malsain, et d’ailleurs j’ai su en profiter et les tentations peuvent être grandes, mais ça devient de la débauche plus qu’autre parce que chacun de son côté se dit qu’on peut très très facilement rentrer en contact avec d’autres personnes.

    Cela nuit aux rapports simples et vrais d’une époque pas si lointaine, où il y avait un vrai travail de séduction de part et d’autres. Il n’y a plus la place au désir grandissant, à la séduction lente, au bien-être et à l’épanouissement. La sève qui monte quoi ... lol !

    Tout est dans l’immédiateté. C’est à l’image de notre société de merde.


  • On oublie souvent que la notion de ’petite amie’ a été créée par l’occident, elle n’existe pas dans une société traditionnelle, là où il n’y a que deux types de femmes... La situation d’hybridation en occident favorise forcément la dépressions chez les hommes, ou la désillusion chez ceux un peu mieux lotis (cadre sup etc...). « Le mariage pour tous » n’est que l’aboutissement de cette hybridation existant déjà en amont.

    L’Amour est toujours lié à une certaine spiritualité, sans cela il n’y aura pas de ’miracle’.


  • Article qui généralise BEAUCOUP au niveau des hommes !!!
    Car les mecs qui ont vraiment du FRIC, n’ont même pas le loisir de trainer sur ce genre de site. DE FAIT, ils sont pris d’assaut sur leur lieu de travail (si ce n’est dès l’université pour les plus brillants et donc prometteurs d’entre eux), club de sport, dans leur cercle d’ami(e)s à qui ce petit détail n’échappera pas longtemps !
    Les mecs - pour les plus ""riches"" qui sont sur ces sites gagnent en moyenne dans les 2000 euros par mois et je dis bien au grand, grand max. On peut pas dire que ce sont des "riches", désolée !
    Mais les beaux gars sympas, sur qui on peut un minimum compter et qui EN PLUS ont de la thune ne dépasse pas les 27/28 sans être maqués et avoir très rapidement 2 voire 3 gosses à 30 ans tout au plus, à moins d’avoir un sérieux problème mental.

     

    • @Joséphine

      Donc, de la part des femmes, cas classique d’hypergamie.

      Faisant partie des célibataires endurcis par la force des choses, je peux affirmer qu’il ne suffit pas de grand chose pour bousiller la cote d’un homme : timidité, manque de confiance en soi, chômage de longue durée, une blessure mal cicatrisée...
      Résultat : non seulement aucune femme ne l’approche, et en plus toutes ses tentatives sont rejetées. Donc cela bousille son égo encore plus, et il est fini...

      De plus, les femmes d’aujourd’hui sont complétement dingues, et ont des désirs matériels impossibles à satisfaire pour l’homme du commun... A tel point que certains de mes amis, pourtant fort pourvus niveau argent et physique, sont aller trouver femme dans les pays de l’est, pour ne pas avoir à supporter une française.
      Je ne parle de l’aspect législatif : j’ai failli devoir verser une pension pour le gosse adultérin de mon ex...


    • @Delz

      Hypergame pour une femme, veut dire que le mec pourra toujours les protéger au niveau financier et assurer le confort de la famille et pour cause, ce sont elles (nous) qui portent les gosses. Comme l’a dit Soral une fois très justement dans une interview :
      "Les femmes sont les plus lucides et pragmatiques qui soient : Elles cherchent toutes le PRINCE CHARMANT. Charmant pour qu’il soit beau et puisse lui faire de beaux enfants physiquement et Prince pour assurer le devenir de la famille. C’est congénital chez elles et cela en est la raison des plus pratiques". Toutes les femmes sont identiques de France, de Navarre, des pays de l’Est, d’Afrique ou dans les tribus indiennes d’Amazonie ! C’est l’homme fort, de pouvoir qui attirera les femmes qui se sentiront alors protéger naturellement. C’est inscrit en nous, que vous le vouliez ou non.

      Sinon, Je suis tout à fait consciente que les hommes sont très "fragiles" lorsqu’ils sont éconduits... car cela peut être très castrateur voire blessant narcissiquement chez un mec.
      Après tu sais, les filles peuvent se faire larguer comme des m... après qu’on se soit bien "servi" d’elle et je t’assure, cela n’est pas non plus très agréable pour l’égo. Et c’est un euphémisme..... Et pourtant, on s’en remet !

      Pour ce qui est des femmes de l’est, je peux te dire qu’elles seront tout aussi gourmandes et capricieuses que les françaises une fois bien installée en France avec leur petits français. Elles savent s’adapter très vite aussi à ce niveau là... ;-)

      Pour ton ex, je te rassure, pas toutes les filles sont comme ça, mais vous semblez vous les hommes être attirés irrémédiablement par le même genre de filles saintes nitouches, mais qui se révèlent toujours être de véritables pestes.
      Apprenez à réfléchir et à vous poser, si je peux me permettre biensur, avant de vous engager avec n’importe qui aussi.


  • #1624511

    C’est la première fois que ER relaie un article d’Hommesd’influence (ex Spike Seduction) et c’est une bonne chose.
    Hommes d’influence est le site de Stéphane Edouard, un sociologue qui donne des conseils en séduction mais aborde de manière générale des thématiques de développement personnelle.
    Pour ceux qui ne connaissent pas Homme d’influence, je les invite à parcourir le site et ils auront alors le plaisir de découvrir que Stéphane Édouard est clairement dans la ligne ER. Ces articles, podcast regorgent de références, concepts et expressions typiquement soraliennes.
    En ce moment, Stéphane Édouard subit la broncha des féministes comme un certain Alain, en son temps, en raison de prises de position anti conformistes.


  • Je suis sidéré quand je lis les expériences relatées par certains ici qui parlent des filles sur les sites de rencontres soit comme des cruches, soit comme des demi-mondaines calculatrices.

    Il faudrait peut-être voir aussi un peu l’aspect physique de chacun !

    Aucune fille ne m’a jamais demandé, ni en virtuel ni en réel, si je paie l’ISF, si j’ai 2000, 3000 ou 8000€ mensuels, si je roule en Ferrari ni si je porte une Rolex !

    Elles ne me posent que des questions somme toute communes sur ma vie de tous les jours, mes goûts, mes ex... et des questions du genre « bon, on se voit quand ».

    Jusqu’à présent, mes deux ou trois rencontres par an se passent super bien !

    Même si je ne peux pas parler « d’amour », je ne suis plus un Bisounours, disons des rencontres entre partenaires de quelques mois, et c’est pas plus mal !


Commentaires suivants