Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Pourquoi il faut s’intéresser aux îles Éparses

Tromelin, Les Glorieuses, Juan de Nova, Bassas da India et Europa… Ces noms d’îles de l’océan Indien et qui constituent les Éparses ne disent sans doute pas grand chose à beaucoup.

D’une surface très modeste (43,2 km2), elles représentent, avec Mayotte, 636 000 km2 de zone économique exclusive (ZEE), ce qui représente une bonne moitié de la superficie du canal du Mozambique, où elles sont éparpillées du nord au sud (à l’exception de Tromelin)

Or, ces îles sont sous souveraineté française. La plus grande (30 km2), Europa, accueille depuis 1949 une station météorologique et un détachement de 14 militaires, relevés tous les 45 jours. Avec son km2 de surface et ses 285 000 km2 de ZEE, Tromelin a fait l’objet d’un accord très discret de cogestion économique avec Maurice, qui en revendique la possession. Cela avait fait l’objet d’un débat à l’Assemblée nationale, l’an passé… et le texte n’a toujours pas été ratifié.

L’archipel des Glorieuses regroupe l’île du Lys, l’île aux Crabes et la Grande Glorieuse. D’une superficie totale de 7 km2, situé à 220 km à l’est de Mayotte, il est officiellement entré dans le giron français en 1892 alors qu’il était convoité par les Britanniques. Une section de 14 légionnaires du DLEM (Détachement de la Légion étrangère de Mayotte) s’y relaient, là aussi, tous les 45 jours.

D’une surface équivalente, Juan de Nova, situé à environ 150 km de Madagascar et française depuis le 31 octobre 1897, accueille 14 marsouins du 2e Régiment de Parachutistes d’Infanterie de Marine (RPIMa) de La Réunion. Enfin, Bassas da India est un récif coralien dont la partie émergée ne représente seulement que 200 m2. Mais son intérêt tient à la ZEE qu’il permet d’avoir.

Alors, on peut se demander, en effet, pourquoi il faudrait s’intéresser à ces confettis (il y a les Éparses… mais il y aussi Clipperton, dans le Pacifique) aux noms exotiques ou qui rappellent les explorateurs du XVIIIe siècle. Et pourtant, ils ne sont pas à négliger pour une raison simple : outre leur position géostratégique, les ressources de leur ZEE constitueront sans doute demain apport non négligeable à la prospérité économique française.

Selon une étude de l’US Geological Survey (USGS), le canal du Mozambique, qui tent par ailleurs à devenir une voie maritime de plus en plus fréquentée, serait « une prochaine mer du Nord en puissance ». Selon plusieurs études, il est en effet estimé qu’il y aurait, au large du Mozambique, entre 6 et 12 milliards de barils de pétrole et de 3 à 5 milliards de m3 de gaz. D’après l’AFP, des campagnes de prospection sont en cours dans la ZEE de Juan de Nova et d’autres sont à venir pour celle d’Europa.

« L’intérêt pour la France est de savoir s’il existe des gisements entre 1.500 et 2 000 m de profondeur qui pourraient donner lieu à une exploitation. Le Mozambique est déjà passé à la vitesse supérieure, en phase d’exploitation dans les blocs à proximité de ses côtes », a expliqué le préfet Pascal Bolot, en charge des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF), dont les îles Éparses forment le 5e district depuis leur création en tant que collectivité, en 2007. « Le fait que l’on puisse y découvrir des ressources, c’est un point positif mais qui ne change pas la position de la France : nous sommes légitimes dans ces îles », a-t-il ajouté.

Car, en effet, la souveraineté de la France y est contesté, en particulier par Madagascar, à qui ces îles avaient été rattachée administrativement, en 1896, c’est à dire quand la Grande Île était une possession française. Mais avant de lui accorder son indépendance, le général de Gaulle signa, en 1960, un décret pour confier la gestion des Éparses au préfet du département de la Réunion. D’où le contentieux actuel entre Paris et Antanarive. Contentieux qui a même été un thème de campagne lors de la campagne pour l’élection présidentielle malgache, en 2013.

Mais le président élu, Hery Rajaonarimampianina, ne parle pas de « revendication » sur ces îles mais de « négociations », l’idée étant sans doute d’obtenir un accord de cogestion, comme Maurice avec l’île de Tromelin (mais qui, comme on l’a vu, n’a toujours pas été ratifié par la France) au sujet des ressources halieutiques.

Au ministère français des Affaires étrangères, l’on fait valoir que la question de la souveraineté française est « réglée », que « les différends sont gelés » et que « l’enceinte des discussions la Commission de l’Océan indien (COI) ». Seulement, l’on assure en même temps être « prêt à discuter » de « cogestion ».

Le sujet sera certainement abordé lors de la prochaine réunion du COI, le 26 juillet prochain, à Moroni, où les présidents Hollande et Rajaonarimampianina se croiseront…

Voir aussi, sur E&R :

Sur ces grands marins qui ont explorer les océans, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

22 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #904726

    La souveraineté de la France là bas à de quoi être contestée dans la mesure que cette souveraineté n’existe déjà plus en France métropolitaine ! Je vous fais le pari qu’il est déjà à l’étude de vendre voire de céder à titre gracieux ces "confettis" conformément à ce projet de dépeçage de la France.


  • #904741

    On va se faire attaquer par les américains si on y trouve du pétrole. Vaudrait mieux ne rien creuser pour le moment... D :


  • #904748

    Madagascar a toujours revendiqué sa souveraineté sur ces îles, bien avant la résolution des Nations-Unies de 2010 qui lui a donné raison et que la France refuse de reconnaître ...

     

    • Donc vous voulez liquider notre ZEE pour faire plaisir a ce « machin qu’on appelle l’ONU » ?


    • #906567

      L’ ONU gesticule mais ne fait jamais rien sauf mettre des bâtons dans les roues des nations. Si la présence de pétrole dans le canal du Mozambique pousse cette organisation à chercher des noises à la France c’est bien que dans cette affaire comme dans d’autres elle est partisane et joue à jeter de l’huile sur le feu (et non à apaiser les tensions comme ses promoteurs le prétendent).
      Il y a de toute évidence de l’eau dans le gaz entre Madagascar et la France et les affaires récentes de trafic d’organe impliquant des français (lynchés sur une plage) n’ont fait qu’aggraver les choses. Les touristes français tentent d’ailleurs à être supplantés par les italiens.


    • #909333

      Et alors ? Qu’est-ce que ça veut dire "a toujours revendiqué sa souveraineté sur ces îles" ? Premièrement, c’est faux. Elle ne le fait que depuis son indépendance. Et puis, sur la base de quoi ? D’un rattachement administratif fait par la France en 1896, dans le cadre de son empire et de sa souveraineté ? Eh bien, si ça ne tient qu’à cela, ce qui a été fait par la France en 1896 a été défait de la même manière par la France en 1959, avant que Madagascar ait une existence juridique internationale.

      En l’occurrence, ces îles Éparses ont été découvertes et occupées par la France et n’étaient pas habitées. Quand elle était encore un royaume indépendant, Madagascar en ignorait l’existence. Après, ça ne compte plus. L’argument de la proximité n’en est pas un du tout. Parce que sinon Madagascar pourrait revendiquer aussi la Réunion ou Mayotte, tant qu’on y est ! Absurde.

      Je sais que certains ne comprennent pas cela ici, mais au bout d’un moment, dans la plupart des cas, la souveraineté ne s’établit pas par le droit, mais par le fait. Il en a toujours été ainsi. Le droit reconnaît ensuite un fait. Mais pour cela, encore faut-il un peu de volonté et de détermination, comme Louis XIV qui faisait graver sur ses canons : "ultima ratio regum". Thatcher a su faire respecter la souveraineté britannique dans les Falklands (Malouines). C’est le plus fort qui gagne.

      Quant à la résolution de l’Onu, vous savez ce qu’on en fait...

      ps : bon, tout cela marche quand on a un chef d’État qui ne s’appelle pas Hollande, qui ne diminue pas les crédits de l’armée et qui met tout en œuvre pour que celle-ci veille au maintien des positions françaises sur les mers du monde...


  • #904812
    le 21/07/2014 par Réveillez-vous
    Pourquoi il faut s’intéresser aux îles Éparses

    J’en connaissais les noms mais me rendais pas compte que la Réunion paraissait si minuscule par rapport à Madagascar.

     

  • #904828

    Ces iles "appartiennent" à la France. En tout cas pas de façon légitime, "légalement" peu être.

     

    • Et qu’est-ce qui rend légitime la possession d’un territoire ?
      Ces îles désertes doivent appartenir à la nation la plus proche ? C’est ta logique ou ta politique de bac à sable ?

      (quant à ton pseudo, on ne me la fait pas avec des fausses étiquettes et tout ça...)


    • De toute facon a qui cela profitera ? A des societe privee qui ne reverserons rien a l’etat francais total bp elf etc...


  • #904952

    « les grands marins qui ont exploré les océans »


  • Tromlin appartient a Maurice


  • Que la France déclare son indépendance de Tel Aviv avant de se prendre pour une puissance coloniale


  • #905378

    Où sont passés les fervents détracteurs de l’immigration ???
    Taper sur le mec lambda qui cherche une condition de vie c’est facile, mais lorsque c’est nous qui allons chez les autres ..... bizarre , il n’y a pas grand monde !!!
    Ha oui c’est vrai , j’oubliai .... la France est une chance pour ces pays (car ces îles appartenaient bien à des pays). :)
    Même si la colonisation physique de la France tent à disparaître , la colonisation économique est quant à elle encore bien ancrée dans la plupart des anciennes et nouvelles colonies !
    Allo ??? allo ??? y a quelqu’un ???

     

    • Ces îlots n’ont a priori jamais été peuplés, donc je vois pas le rapport direct avec l’immigration.
      Les USA ont bien exterminé d’ancien peuples, les Russes possèdent un territoire immense dépeuplé. Ici personne n’est privé de terre, tout juste de mer et il est vrai que sur l’exploitation économique, les droits sur les ressources marines alimentaires des peuples voisins sont légitimes et la cogestions semble de rigueur.
      Après il y a des nations assis sur des trésors de guerre énergétiques et minier et d’autre pas, si la France dont la métropole n’est pas particulièrement dotée a pu faire des efforts et asseoir sa présence la-bas, Pourquoi se barrer ? Le jour encore utopique où il y aura un partage international par tête de pipe à la rigueur mais dans ce cas, on est tranquille pour un moment.


  • #905479

    Même si y’avait du pétrole là-bas et que l’état Français l’exploite, le peuple de France n’en verrait pas la couleur...


  • Qu’est ce qu’on fout encore là bas ?
    Si vraiment on était une démocratie on leur aurait rendu leur terre depuis bien longtemps.

     

    • Le rendre à qui ?
      Y’a personne là-bas !
      Il n’y a aucune honte pour l’état de garder des iles désertes sans population dessus !
      Ces territoires sont Français...


  • Interessant je me demandais quel etait l’interet de la famille royale Neerlandaise d’acheter une residence au Mozambique. Shell etait la compagnie oligarchique royale Neerlandaise a peut-etre des visus sur cette endroit geostrategique que vous comparez dans l’article a la mer du nord lapsus ou coincidence je ne saurai dire.....


  • #907487

    Je pense qu’il est de l’intérêt de la France de garder la souveraineté sur ces îles et pense aussi que d’un point de vue politique (et moral) il serait bon de se pencher vers une cogestion des ressources...


Afficher les commentaires suivants