Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Pourquoi les féministes aiment la provocation

 






Alerter

23 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2709565
    Le 19 avril à 16:29 par francocide
    Pourquoi les féministes aiment la provocation

    Parce que le mode d’expression de l’individualiste ou pervers(e) narcissique est l’arrogance anti-sociale parce qu’il ou elle aurait le "droit", et non plus le devoir d’incarner le savoir-vivre français ?

     

    Répondre à ce message

  • #2709590
    Le 19 avril à 16:54 par lasglas
    Pourquoi les féministes aiment la provocation

    C’est tellement évident, ils font ca pour les sous-sous dans la po-poche.
    Le million ! Le million !
    Il faut vraiment être un très grand crétin pour ne pas s’en rendre compte et croire que ces gens là défendent quoi que ce soit ou puisse avoir quelque chose à foutre d’autrui. La seule chose qu’ils défendent c’est leur porte monnaie.

    Bien sur, même réponse pour toute les raclures du meme genres, écolos, influenceurs, youtubers, etc.

     

    Répondre à ce message

    • #2709651
      Le 19 avril à 18:32 par eddy
      Pourquoi les féministes aiment la provocation

      @Lasglas :
      Bien sûr ils font ça pour l’argent, mais ce n’est pas l’unique motivation, "ces gens-là" s’intéressent aussi et surtout au prestige symbolique, au moins aussi important que l’argent car il permet l’accession à la notoriété mais aussi à l’autorité morale, car d’un seul coup ces "gens-là" peuvent porter symboliquement et publiquement "la souffrance de" (homo, femmes , enfants battus etc...) qui permet à la fois de soigner son narcissisme,(je défends les, donc je suis quelqu’un de bien) et de gonfler son importance par les médias (reconnaissance et accès aux femmes pour les hommes ou à la visibilité et la valeur ajoutée pour la femme).
      Les personnalités recherchant ce type de notoriété sont des narcissiques en puissance donc parfaitement adapté et surtout adaptable au système de reconnaissance bourgeois, sans cette reconnaissance ils ne sont rien, ils retournent à l’anonymat du quidam. Hors cet anonymat est une torture pour ces êtres sans vie intérieur, ils respirent pa le regard des autres. C’est très important de comprendre les ressorts psychologiques des narcissiques car ce sont eux qui crèvent d’envie de passer dans les médias.

       
    • #2709673
      Le 19 avril à 19:21 par Syzygy
      Pourquoi les féministes aiment la provocation

      Pas mieux !
      Vous auriez pu citer les ONG sorosiennes qui payent ces malheureuses !

      PS : Poutine vient de décider que les ONG US qui tentent de déstabiliser la société doivent être interdites !

       
    • #2709772
      Le 19 avril à 22:42 par Pauline
      Pourquoi les féministes aiment la provocation

      Poutine a toujours de bonnes idées....

       
    • #2709989
      Le 20 avril à 11:18 par du coup
      Pourquoi les féministes aiment la provocation

      "La seule chose qu’ils défendent c’est leur porte monnaie."

      Tiens, c’est une bonne idée, ça ... Et si on faisait pareil en France ? Défendre notre porte-monnaie ?
      Et ça vaut pour tous les domaines ...

       
  • #2709637
    Le 19 avril à 18:13 par ASIAMI
    Pourquoi les féministes aiment la provocation

    Si tout "droit de" est généralement précédé d’un "droit à", le fait qu’un "droit à" débouche sur un "droit de" n’est pas systématique, donc purement contingent. Il convient par conséquent de se pencher sur le "droit de" dans son ensemble, plus particulièrement le droit (de vote) des femmes.

    Un droit de, mais de quel droit ? Et pour quoi faire ? Par quel caprice, quelle gratuité ce droit de vaudrait-il aujourd’hui aux femmes ce privilège qu’hier elle n’avaient pas ?

    S’il n’est point de société qui échappe a son processus démocratique, reste à définir dans quelle mesure, et surtout dans quelle limite la femme peut être associée au dit processus : pour mesure de sa valeur ou sa valeur elle-même ?

    Associer tout citoyen à ce processus m’apparait nécessaire. Il est en revanche contingent que tout citoyen dans une -vraie- république bénéficie du cadre et des disposions inhérentes à ce processus. En effet si l’état populaire est légitime, il n’est pas juste. En encore moins une -vraie-république.

    Parler d’égalité pour dénoncer tout rapport d’isonomie est aussi absurde qu’invoquer l’égalité par simple idée de justice. A moins de postuler que nous serions tous égaux, mais encore faudrait-il ne pas arriver à prouver que nous ne sommes pas différents.

    Preuve que ce droit de repose sur une croyance. Pour ne pas dire une supercherie. Un fait du prince. Sorte d’universalisme autoproclamé et fruit d’une distorsion. Un enfant illégitime qui, par son imposture, donne désormais légitimité à toute aspiration aussi farfelue soit-elle.

     

    Répondre à ce message

  • #2709653
    Le 19 avril à 18:35 par calal
    Pourquoi les féministes aiment la provocation

    tres bonne video de mos majorum.
    On peut voir par exemple dans l’affaire mia une volonte de faire passer la tendance "survivaliste" comme hors de la fenetre d’overton : attention les survivalistes c’est des fous dangereux,des radicaux,des extremistes. A moins que le grand pere de la petite ait des relations dans ce milieu,les mecs qui ont aide la mere sont comme meme de sacres blue pill simp...
    ps : ne donnez pas a l’etat une excuse pour perquisitionner chez vous...

     

    Répondre à ce message

  • #2709719
    Le 19 avril à 20:48 par Antinomas
    Pourquoi les féministes aiment la provocation

    "Ce n’est pas un signe de bonne santé que d’être bien adapté à une société profondément malade." (Krishnamurti)
    Mais je crois qu’en allant chercher ce genre de citation ... je ne fais que montrer que je me situe moi-même en-dehors de la fenêtre d’Overton !

     

    Répondre à ce message

  • #2709780
    Le 19 avril à 22:50 par Kasayé
    Pourquoi les féministes aiment la provocation

    Quatre-vingt-quinze fois sur cent,
    La femme s’emmerde en baisant.
    Qu’elle le taise ou le confesse
    C’est pas tous les jours qu’on lui déride les fesses.
    Les pauvres bougres convaincus
    Du contraire sont des cocus.
    A l’heure de l’oeuvre de chair
    Elle est souvent triste, peuchèr’ !
    S’il n’entend le coeur qui bat,
    Le corps non plus ne bronche pas.
    (Extrait poème de Brassens)

     

    Répondre à ce message

    • #2709893
      Le 20 avril à 08:42 par drghy
      Pourquoi les féministes aiment la provocation

      Les grand-mères de jadis donnaient ce conseil à leurs filles : ne dis jamais à un homme ce que tu penses de lui !
      Quant à Brassens le goûteur de jeunes femmes (en paroles), il a compté toute sa vie sur une femme pas bien jolie, qui "s’emmerdait" ou non avec lui, et à laquelle il tenait par de petits liens solides, économiques en particulier. Même pas mère de ses enfants.
      Le sexe fait partie de la vie, dépend de la jeunesse, mais n’est qu’une composante parmi d’autres dans une relation. Au bout d’un moment, c’est ennuyeux.

       
  • #2709960
    Le 20 avril à 10:37 par julot
    Pourquoi les féministes aiment la provocation

    Il cite l’expérience du campus d’Evergreen, un cas pratique qui fait la démonstration à l’échelle d’une université de ce que l’on peut appliquer à une population toute entière.
    Il suffit de remettre en cause l’ordre établi en s’appuyant sur les membres les plus extrêmes et marginaux, leur faisant endosser le rôle de l’opprimé (victime), pour forcer le groupe majoritaire (bourreau) à déplacer le curseur de ce qu’il accepte habituellement.
    Ce qu’il décrit s’appuie il me semble sur la technique de manipulation du "Porte-au-nez" qui consiste à faire précéder une demande de comportement plus ou moins coûteuse par une demande beaucoup plus coûteuse, parfois même fantaisiste.
    La variante inverse de cette technique de manipulation c’est le "pied dans la porte" décrite par la fable de la grenouille que l’on ébouillante par accoutumance ou habituation afin de graduellement déplacer les critères d’acceptabilité.
    On provoque en somme pour susciter le changement même minime de comportement et progressivement faire accepter au groupe l’inacceptable en le plaçant systématiquement dans l’arène de la polémique, de l’insécurité réelle ou supposée (sous toutes ses formes) ou de la menace permanente par la création d’un ennemi désigné (bouc émissaire).
    Les relais médiatiques dont la capacité à tordre le réel grâce la télévision est colossale, ont un rôle majeur dans la distribution des sentiments les plus négatifs propices à la concession qui n’est pour la société qu’un moyen de se sortir d’un état de crise qui menace sa survie et donc des individus qui la composent.
    Il convient donc de prendre de la hauteur de vue et donc avoir de la mémoire car pendant que les élites à l’œuvre sont dans la prospective et le temps long, le groupe majoritaire lui est systématiquement maintenu dans l’angoisse du devenir immédiat par l’exaltation des comportements individuelles les moins susceptibles de le rendre capable de résister à l’oppression.
    La France a tellement été fragmentée par l’immigration, ayant en amont abandonné l’assimilation des populations qu’elle accepte en son sein, tourné le dos à son histoire par la culpabilisation permanente, l’effacement progressif de sa mémoire par le piratage de la "cancel culture" et de la revendication permanente des auto-proclamées communautés, qu’il devient compliqué pour le peuple (classe moyenne) qui la compose de faire unité face à ce qui s’annonce être une énième révolution totalitaire.

     

    Répondre à ce message

  • #2709980
    Le 20 avril à 11:05 par PLB
    Pourquoi les féministes aiment la provocation

    Vidéo intéressante. La fenêtre d’Overton définit donc le spectre de l’acceptabilité idéologique. En agissant sur les extrêmes on agit donc sur le curseur définissant l’opinion des masses. C’est bel et bien le rôle des médias dominants qui, par exemple, font passer l’avortement comme une fatalité pour ceux qui y sont les plus opposés, et comme un droit inaliénable pour les plus lobotomisés, ou les guerres étrangères de prévention comme un mode de gouvernance mondiale en faveur de la paix alors qu’il s’agit bel et bien d’agressions motivé par l’appât du gain.

     

    Répondre à ce message

  • #2710018
    Le 20 avril à 12:14 par Jean
    Pourquoi les féministes aiment la provocation

    Intéressante cette fenêtre d’Overton, donc applicable à bien des sujets :)
    Patience à tous, et surtout aux hommes de France qui en souffrent directement, un réseau moins bruyant de femmes œuvre sur le terrain pour répondre, avec amour et humour, à nos sœurs féministes en colère (pléonasme ?)...
    > Exemple concret en soirée, 3 hommes/3 femmes, au fil de la discussion, 1 femme se proclame fièrement ’profondément féministes’, la 2eme, la rejoint immédiatement comme si elles partaient en croisade, la 3eme fait une grimace et annonce qu’elle n’aime plus ce mot "féministe", que pour elle c’est un mot qui divisent et casse l’harmonie déjà très difficile à atteindre/garder...
    Punchline bienveillante qui a déstabilisé l’auditoire qui s’attendait à voir se rejouer une énième fois ce débat stérile et plein de lourdeur...
    Un homme la rejoint, pour dire que c’est aussi débile que le "machisme", et la femme qui renvoie avec humour, qu’elle préfère encore le machisme, qu’au moins ça la fait rire :) Fin de la discussion, rire général (peut-être jaune pour les 2 autres femmes), mais le temps fera le reste, et germera ce qui doit germer...

     

    Répondre à ce message

  • #2710175
    Le 20 avril à 17:14 par ledaron
    Pourquoi les féministes aiment la provocation

    Incapable de rentrer en dialectique,nos "bonnes femmes" ne peuvent que mettre en avant leur hystérie comportementale.N’ayant que leur corps pour se faire valoir,elles ne peuvent compter sur des neurones indigents.Notre société pousse à l’exhibition ,elles sont en phase avec le politiquement correct du moment.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents