Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Pourquoi ne cesse-t-on pas de s’en prendre à la Russie ?

Il suffit de suivre un minimum ce que nous disent les grands médias pour « comprendre » que, même s’il n’est plus soviétique et s’il ne se réclame plus de la dictature du prolétariat, l’ours russe reste toujours presque aussi méchant et dangereux qu’aux temps de l’Urss. Est-ce le reflet de la réalité ou une image qu’on tente d’ancrer dans nos esprits ? Dans l’article que nous reproduisons aujourd’hui, Karl Müller s’interroge sur le pourquoi de cette campagne.

Certains prétendent que la situation internationale s’est détendue au cours des mois passés. On a évité une guerre entre les États-Unis et leurs alliés et la Syrie. Il y a eu également un accord passé avec l’Iran. D’ailleurs, les États-Unis, qui ont mené au cours des 20 dernières années avec « l’Occident » une série de guerres allant à l’encontre du droit international, seraient entre-temps si affaiblis qu’ils ne seraient plus en mesure de mener d’autres guerres importantes. En outre, les alliés des États-Unis, en premier lieu les autres États membres de l’OTAN, qui pour la plupart sont également membres de l’Union européenne, ne seraient pas capables de s’engager dans des guerres sans les États-Unis.

On perd facilement de vue que Washington a déplacé ses visées agressives vers les contrées du Pacifique et que les États membres de l’Union européenne (sous la direction de l’Allemagne ?) – sous le couvert de l’affaire de la NSA – devront jouer le rôle de suppléants des États-Unis au Proche-Orient et en Afrique.

Les nombreux rapports concernant la situation « tendue » en Asie, actuellement entre la Chine et le Japon, jouent des rôles différents. D’une part, ils peuvent servir de propagande contre la Chine et d’autre part ils vont constituer une sorte de sonnette d’alarme pour « prouver » aux Européens l’importance de la présence états-unienne dans le Pacifique mais aussi, c’est leur objectif ultime, la préparation d’une guerre contre la Chine.

On ne parle pas, du moins publiquement, de la politique de l’Union européenne, notamment de l’Allemagne, vis-à-vis de l’Europe de l’Est et de la Russie. Et ce alors que les Etats de l’OTAN et l’Union européenne se sont fixés comme objectif – depuis 1990-1991, c’est-à-dire depuis la disparition du Pacte de Varsovie et de l’Union soviétique et malgré leurs promesses au gouvernement soviétique de l’époque – de « s’approprier » l’Est à partir de l’Ouest en incorporant toujours plus d’États de l’Europe de l’Est à l’alliance atlantique ainsi qu’à l’Union européenne pour affaiblir la Russie et l’asservir petit à petit. On trouve la preuve de toutes ces manœuvres dans le livre Le grand échiquier. L’Amérique et le reste du monde, paru en 1997 et dont l’auteur est Zbigniev Brzezinski, conseiller personnel de divers présidents états-uniens.

Dans les années 1990, il semblait que tout se passait comme prévu avec le président russe Boris Eltsine. La Russie s’enfonçait progressivement dans un chaos, qui s’étendait sur tous les aspects de la vie du pays, et se trouvait au bord de la banqueroute, aussi bien sur le plan politique et économique que sur le plan social. Dans son livre La stratégie de choc. L’émergence du capitalisme de catastrophe, paru en 2007, Naomi Klein a démontré avec force détails comment on a cherché à soumettre l’économie russe pour mettre le pays au pas, notamment pour s’emparer de ses matières premières, au moyen de « conseils » états-uniens et de la fausse théorie des bienfaits d’un capitalisme débridé, contrôlé par les intérêts financiers de Etats-Unis.

La guerre de l’OTAN contre la Yougoslavie en 1999 marqua un tournant. Il devint alors impossible de ne plus percevoir le fait que la conception états-unienne « d’un nouvel ordre mondial » avait tous les traits de l’impérialisme dont le but était de soumettre le monde à « l’unique puissance mondiale ».

En 2000, et avec l’arrivée d’un nouveau président, le nouveau gouvernement russe s’efforça de changer de cap en desserrant l’emprise états-unienne sur l’économie et les richesses de la Russie, mais aussi sur la société et la politique du pays – un projet très délicat et difficile du fait des nombreuses difficultés qui se présentaient.

Comparé à la situation de l’an 2000, les progrès réalisés par la Russie jusqu’en 2010 sont remarquables : le produit social a doublé, le commerce extérieur a quadruplé, les dettes envers l’étranger sont réduites à un sixième de leur valeur initiale, les salaires ont augmenté de 2,5 fois en décomptant l’inflation, les rentes ont augmenté de 3 fois, le taux de pauvreté a diminué de plus de moitié, le chômage est passé de 10% à 7%, le nombre de naissances a augmenté de 40%, les décès ont diminué de 10%, les décès de nourrissons ont baissé de 30%, la durée de vie a augmenté de 5 ans, les actes criminels ont diminué de 10%, les assassinats ont baissé de 50% et les suicides de 40%, les intoxications alcooliques ont chuté de plus de 60%.

L’« Occident » ne s’est pas empressé d’y apporter une aide. Bien au contraire, les moyens utilisés pour tenter de désagréger la Russie devinrent moins voyants mais d’autant plus perfides. Et qui osait contester ouvertement ces tentatives en prônant des contremesures, comme c’est le cas du gouvernement russe depuis de nombreuses années, était très mal vu en Occident.

Les principaux médias occidentaux ont joué et jouent encore un rôle de plus en plus douteux dans cette campagne menée contre la Russie. Alors que la politique de l’Union européenne, et particulièrement de l’Allemagne, glisse sur deux voies parallèles, du fait des nécessités économiques, et tente de conjuguer la rhétorique antirusse avec des relations économiques payantes, il n’en va pas de même des médias auxquels « on a lâché les rênes ».

Contrairement à ce qu’ils font dans le cas de la Chine, pays que l’on courtise en raison de ses performances économiques (et de l’ampleur de son marché), les médias occidentaux divulguent, uniquement et en permanence, des propos négatifs au sujet de la Russie. Cette campagne atteint une intensité telle que le consommateur de médias non averti ne peut que penser du mal de ce pays. Les aspects négatifs couvrent tous les domaines de la vie et ont pour but de faire ressurgir la plupart des anciens préjugés contre la Russie.

Et cela en dépit de l’action continue du gouvernement russe qui, au cours des 13 dernières années et jusqu’à aujourd’hui, n’a eu de cesse de proposer une coopération avec tous les pays et au bénéfice de toutes les parties.

Ce n’est pas par amour du peuple ukrainien, mais en raison d’un dessein géostratégique, que l’Union européenne tente depuis plusieurs années d’éloigner l’Ukraine de la Russie pour la ramener vers l’UE elle-même. Nous savons aujourd’hui que la « révolution orange » de 2004 fut en fait une opération de ce qu’il est actuellement convenu d’appeler « Smart Power », opération menée en coordination avec l’Union européenne et contre la Russie. Cette tentative de coup d’Etat resta sans succès et aujourd’hui les projets de l’Union européenne n’ont toujours pas abouti au résultat escompté. Donc, il fallait s’y attendre, on s’empresse maintenant de cacher ce nouvel échec en prétendant que Moscou exerce sur Kiev des menaces et un chantage.

On se garde bien d’évoquer le fait que le gouvernement russe avait avancé une proposition d’accord qui aurait profité tant à l’Ukraine qu’à l’Union européenne et à la Russie, proposition qui fut rejetée par l’Union européenne.

Par ailleurs, le président russe Vladimir Poutine, s’est entretenu pendant 35 minutes avec le pape François à Rome. Contrairement aux affirmations des principaux médias, les organes du Vatican ont estimé que l’entretien s’était déroulé dans une atmosphère « cordiale ». Le président russe n’a pas rendu visite au pape en tant que dirigeant religieux de l’église orthodoxe russe mais en sa qualité de chef d’État. Il est vrai qu’en tant que tel il a toujours souligné l’importance des valeurs pour promouvoir un progrès dans le développement de son pays, mais aussi dans le domaine de la politique internationale.

Contrairement à l’Occident, où l’on met l’accent sur un modèle de politique utilitariste et matérialiste, le gouvernement russe semble s’appuyer sur une conception orientée sur les fondements de l’église chrétienne, c’est-à-dire en mettant l’homme et le monde au centre de son action. Où trouve-t-on encore cela en Occident ? Quel gouvernement occidental se réclame encore de cette conception au profit de la famille, de la religion et de la nation pour le grand bien des peuples et du progrès ? Qui, en Occident, se préoccupe du fait que, sans liens stables avec « l’autre », l’épanouissement de la personnalité se délite dans la superficialité et l’indifférence lorsqu’il y a absence de soutien et perte d’identité ? On peut supposer que le pape et le président russe se sont parfaitement compris dans le diagnostic concernant l’état d’esprit de l’Occident et ses fausses théories ainsi que sur la voie à suivre pour surmonter ces erreurs.

Nous n’allons pas prétendre qu’en Russie les familles soient intactes, que les gens vivent selon les préceptes de la religion et que la nation offre à la population tout le soutien nécessaire. Mais dans la mesure où l’on reconnaît qu’il reste encore un long chemin à parcourir, on reste bienveillant en tendant une main secourable, dans la mesure où c’est souhaité. Quant à ceux qui veulent détruire la famille, la religion et la nation, ils feront exactement le contraire.

On doit être toutefois conscient du fait que ce n’est pas cette manière d’agir qui apportera davantage de paix au monde. Bien au contraire, la politique de délitement provoque des conflits. Serions-nous prêts à en payer le prix ? Est-ce la volonté des peuples ?

Nous avions pu constater à quel point les esprits se sont échauffés en Allemagne lors d’une réunion, le 23 novembre à Leipzig, dont le thème était « Pour l’avenir de la famille – va-t-on supprimer les peuples d’Europe ? ». Un groupe de manifestants violents s’en est pris brutalement à cette conférence, particulièrement aux participants qui faisaient partie du Parlement russe. Les forces de police présentes ont laissé faire pendant un bon bout de temps.

Il fut un temps où nous étions accueillants et respectueux des autres et des opinions divergentes. Qu’en est-il aujourd’hui ?

À lire, également sur E&R : « Bientôt une politique pro-russe à Berlin ? »

 

Analyser la place de la Russie dans le monde avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

23 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Parce que la Russie N’OBEIT PAS aux mots d’ordre de la toute puissante Internationale Juive : obligation du mariage homosexuel, obligation de la propagande homosexuelle déguisée en enseignement de la théorie du genre, profanation des symboles de la religion chrétienne etc . Et puis il est impossible de culpabiliser les Russes à propos de la Shoah et de les virer ainsi du pouvoir dans leur propre pays, ce qui est le cas en France .

     

  • Depuis que j’ai quitté la Russie ( je suis une russe émigrée ) j’y retourne chaque année, et je cherche désespérément des sources statistiques fiables, qui ne soient pas des bidonnages de propagande gouvernementale. Je serais très heureuse que l’auteur de l’article me donne ses sources, car la réalité entre en contradiction formelle avec ces chiffres. Je serais pourtant fière et heureuse qu’ils oient vrais. Alors, donnez vos sources !

     

    • je ne vais pas en Russie mais je lis comme tout le monde que Poutine a écrasé ses adversaires à toutes les élections qui se sont déroulés sous un contrôle international !Alors, à moins que les Russes ne soient devenus stupide et ça m étonnerait , ils doivent apprécier sa politique non ?


    • Variation entre 2000 et 2008 (les deux mandats poutiniens) de quelques statistiques (sources données et aisément vérifiables).

      Tiré de la base de données de la Banque Mondiale (http://donnees.banquemondiale.org/p...) :
      PIB ($US constants) : +66.4%
      Dépenses publiques en éducation ($US constants) : +131%
      Dépenses publiques en santé ($US constants) : +59.3%
      Nombre de voyages à l’étranger : +98.9%
      Nombre d’enfants par femme : +23.1%
      Taux de mortalité infantile : -42%
      Chômage : -68%

      Tiré de la base de données de Rosstat (http://www.gks.ru/wps/wcm/connect/r...)
      _ % pop. sous le seuil de pauvreté : -53.8%
      suicides : -30.8%
      homicides : -39.3%
      indice de production industrielle des matières premières : +45.7%
      indice de production industrielle des produits manufacturés : +62.9%
      production agricole : +231.5%
      surface d’habitation moyenne par habitant : +14.6%
      naissances : +35.3%


    • @Larissa
      Madame a appelé ?
      Voilà, Madame est servie : Alexandre Latsa , une autre regard sur la Russie.
      A consulter sans R.D.V et sans modération.
      http://alexandrelatsa.ru/


  • Qu’est-ce qui se passe ? Les Juifs ne sont pas malheureux en Russie, sinon vous pensez bien qu’on entendrait leurs clameurs de la Lune ! Alors ? Eh bien il est possible que les Juifs ne puissent pas exploiter le peuple Russe autant qu’ils le voudraient , qu’il y ait en Russie des goyes qui occupent des situations très fortes et qu’ils n’aient pas du tout l’intention de les céder aux Juifs . Il est possible qu’il y aient deux "gangs" rivaux en Russie : les copains de Poutine, presque tous anciens des "Service", du FSB etc, installés à la tete d’entreprises géantes, et qui empêcheraient ainsi les Juifs d’accaparer toutes les richesses de la Russie . La libération de Kodhorkovski, c’est bien sur pour éviter le boycott de Sotchi, mais cela montre peut-être aussi que Poutine ne craint plus la maffia juive .

     

    • Tu rêves faut arrêter avec cette vision binaire simplificatrice c’est bcp plus complique que ça...en Russie certains juifs sont a la tête d’immense empire financier et médiatiques mais aussi très actif dans le complexe militaro industriel. La grace de khodorovski(qui devait sortir a l’été 2014) et des punkettes rentre dans le cadre de l’amnistie décrétée pr célébrer les 20 ans de la constitution russe (environ 10 000 prisonniers gracies ). A quand un stage d’immersion E&R en Russie ???qui concernerait autant les russophobes primaires que les russophiles naïfs...


  • Un article de très grande qualité qui nous éclaire beaucoup sur les relations géostratégiques Est-Ouest.


  • Sage analyse voir pertinente....je retiens un point important : la Chine, faire la guerre à la Chine. Mr Pierrefite avait fait une bonne analyse sur la Chine...celle-ci a plus de 2 milliards d’habitants, donc vaste chère à canon contrairement au us et l’europe... sans compter leur armement...donc savent ils à qui ils s’attaqueraient ??? Mais bien entendu tous ces tordus pendant que les peuples s’écharpiraient, ils seront cachés dans leurs bunkers bien au chaud sous terre....

     

    • Les spécialistes estiment que la Chine peut se permettre de perdre 50 millions de citoyens sans en ressentir l’effet en cas de guerre. D’autre part, c’est quand même la 3eme puissance militaire du monde même si ses capacités de projection sont encore faible (signe d’un état pas si belliqueux et hégémonique que ce que raconte la propagande).
      Pour moi une guerre contre la Chine est une folie, il vaudrait mieux laisser les Américains la commettre seul sans quoi on en subira les conséquences avec eux.


  • Voilà qui est bien résumé !
    C’est exaspérant d’entendre des critiques injustifiées à l’encontre de la Russie ; à la rigueur on s’en fout des médias de masse qui, comme d’habitude, battent les tambours de guerre ; mais quand elles émanent de certains dissidents, P.Hillard le premier, c’est dommage de se tromper aussi lourdement, de voir le mal là où il n’y a que des bonnes choses qui résistent au N.O.M. Il s’agirait de se rendre compte des actions bénéfiques accomplies par Russie unie, au lieu de dénigrer, juste histoire de maugréer, parce qu’on rejette toute forme d’autorité (qu’on croit, par paranoïa et méconnaissance de la géopolitique, que tout le monde est pourri).


  • Pourquoi ne cesse-t-on pas de s’en prendre à la Russie ?

    C’est la Synagogue de Satan qui s’acharne à outrance, depuis la chute du Tsar Nicolas II (avec le massacre de toute la famille), à travers le Matérialisme des "Lumières" et de son avatar le Communisme, à détruire le malheureux peuple russe et à conquérir ses richesses :

    - " Ce mouvement chez les juifs n’est pas nouveau. De l’époque de Spartacus-Weishaupt à celle de Karl Marx, jusqu’à Trotsky (Russie), Bela Kun (Hongrie), Rosa Luxembourg (Allemagne) et Emma Goldman (Etats-Unis), cette conspiration mondiale destinée à détruire la civilisation pour reconstituer une société fondée sur la stagnation, sur la malveillance et l’envie et sur une impossible égalité n’a fait que croître. Elle a été derrière tous les mouvements subversifs du XIXe siècle ; et à présent, pour finir, cette bande de personnages extraordinaires issus de la pègre des grandes villes d’Europe et d’Amérique a empoigné le peuple russe par les cheveux pour devenir pratiquement les maîtres incontestés de cet énorme empire" .

    - Avec Poutine et la Renaissance de la Foi en Dieu(1), la Synagogue de Satan, sentant sa proie lui échapper, redouble d’efforts pour l’asservir à nouveau. Et ce, malgré l’échec cuisant des juifs russes Khodorkovsky&Co responsables et coupables "d’avoir été un élément clé dans une opération lancée par les services de renseignement occidentaux qui visait au démantèlement et à la destruction complète du dernier atout (ressources gazières) qui faisait encore de la Russie un état en mesure de fonctionner " .(2)

    Sources :
    - (1) Forum Valdaï : Poutine oppose "la foi en Dieu ou en Satan"
    Site à consulter :CHRIST-ROI
    - (2) http://alexandrelatsa.ru/
    Qu’y-a-t-il derrière l’affaire Khodorkovski ?


  • Beaucoup est dit, en résumé c’est :

    Ce pays est un de ceux qui peut dire non aux mondialiste néo-liébraux, car au pire il peut vivre en relative autarcie et c’est pas :
    * la France bouffé de dettes et d’agents extérieurs dans le salon ou dans les chiottes
    * le Golf sous parapluie militaire US
    * la Chine peut-être trop attaché à l’occident par les échanges
    qui diront le contraire ...


  • Oui MAIS ce que les fanatiques anti communistes ne digèrent pas ( gare à l ulcère !) c est que Poutine ait déclaré que la chute de l URSS a été une catastrophe ! Hé Hé Hé !

     

  • L ŒUF OU LA POULE SOTCH I L AMIES


  • Dans un clip publicitaire de Reporters sans frontières, la situation actuelle de la Russie est comparée à celle de la Corée du Nord et de la Chine, alors que l’URSS criminelle trouvait grâce aux yeux de la mouvance idéologique qui est celle de cette association.....
    Il est à noter que dans ce clip aucun pays musulman n’est mis à l’index..... sauf, bizarrement, la Turquie.
    A mon avis les pays musulmans sont considérés comme du menu fretin par l’oligarchie mondialiste , une source d’opposition pas sérieuse et corruptible à souhait, ce qui n’est d’ailleurs pas faux.
    Le "mariage" homosexuel et la négation de la différence des sexes semblent être une étape décisive, incontournable voire vitale dans le processus de destruction des peuples, des nations, en résumé de la NATURE HUMAINE L’opposition au processus en cours est une épine dans le pied de cette oligarchie lorsqu’elle s’exprime dans un pays qui est quand même de civilisation occidentale, cad blanche,chrétienne et développée.
    Je ne suis ni russophile, ni un fan de Poutine, mais il est flagrant que la guerre est déclarée contre la Russie qui se retrouve paradoxalement être le dernier bastion du monde occidental.


  • Les succes politiques de V. Poutine de ces dernieres années sont éclatants (on peut toutefois regretter le tragique "raté" de la Lybie, faute de Medvedev certes, mais VP n était-il pas en coulisses ?). La restauration de la bi-polarité au niveau international lui est intégralement imputable, elle est porteuse d un immense espoir pour tous les hommes de bonne volonté tels que nous. En outre, son orientation en faveur des valeurs résolument humanistes de la société (religion, famille, environnement ...) inspirent encore davantage la confiance.
    Cet immense contre-pouvoir ne peut qu etre hai par le N.O.M !
    Tout ceci engage naturellement a prendre facilement acte des statistiques tres encourageantes citées en gras dans la note de voltaire.org. On aimerait cependant en connaitre les SOURCES ; meme en remontant la chaine par voltaire.org, puis "horizons suisses", aucune référence a un ou de quelconques instituts, dommage, le professionnalisme du propos s en trouve bien entaché ...
    Certains camarades ont ils une idée ?



  • le produit social a doublé, le commerce extérieur a quadruplé, les dettes envers l’étranger sont réduites à un sixième de leur valeur initiale, les salaires ont augmenté de 2,5 fois en décomptant l’inflation, les rentes ont augmenté de 3 fois, le taux de pauvreté a diminué de plus de moitié, le chômage est passé de 10% à 7%, le nombre de naissances a augmenté de 40%, les décès ont diminué de 10%, les décès de nourrissons ont baissé de 30%, la durée de vie a augmenté de 5 ans, les actes criminels ont diminué de 10%, les assassinats ont baissé de 50% et les suicides de 40%



    on veut le même en France !


  • A l ouest ,,, ??? rien de neuf !!!! toujours la meme ligne politique élaborée par l union Européenne !!! l OTAN !!! les médias !!! et bien sur le parrain des parrains et chef d orchestre ! les USA !!! CRACHER sur la Russie ! la salir ! la discréditer !!! et faire en sorte que le partenariat économique entre l union Européenne et la Russie n aboutisse jamais !!! ou presque !!!
    On peut compter sur monsieur bricolage pour que le moteur du partenariat économique Franco_Russe ne reparte pas durant toute la durée de son mandat !!!
    Quelle hauteur de vue !!! de la part de ce président Français !!! n est pas le général De GAULLE qui veut !!!
    Je crains que ce pays !!! la France ! ne soit gouvernée par des nains politiques ! ch^atrés ! pendant quelques décennies encore !!!
    Il parait que le peuple français a les dirigeants qu il mérite !!! je finis par le croire ...

    Spartakus


  • #674776
    le 11/01/2014 par Quenelle puissance 10
    Pourquoi ne cesse-t-on pas de s’en prendre à la Russie ?

    Les médias français ne cesseraient de s’en prendre à la Russie ? Ils critiqueraient sans cesse le "REGIME" de Vladimir Poutine ? Mais non, c’est totalement faux ! Il y a quelques semaines, ils ont parlé pendant UNE journée du double attentat à Volgograd faisant 34 morts et attribué à des REBELLES du Caucase, pour ensuite nous tenir en haleine tous les jours avec Schumi ! Je ne peux vous laisser dire cela. Nos médias critiquent aussi le REGIME d’Angela Merckel et couvrent aussi l’attentat de Boston ayant fait 7 morts et attribué à des TERRORISTES tchéchènes.
    QUENELLE ! Quand même !


Afficher les commentaires suivants