Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Réédition Kontre Kulture : Jésus-Christ, Sa vie, Sa passion, Son triomphe, d’Augustin Berthe

Le Révérend Père Augustin Berthe (1830-1907) est né à Merville, dans le diocèse de Cambrai.

Ordonné prêtre en 1854, il devient missionnaire et prédicateur de la Congrégation du Plus Saint Rédempteur, à l’intérieur de l’Église catholique. Professeur de rhétorique, recteur de diverses maisons rédemptoristes en France, il est nommé avocat général de la Congrégation à Rome où il finira sa vie. Il a écrit de nombreux articles et ouvrages, traduits en plusieurs langues, en particulier une biographie de Garcia Moreno, président de l’Équateur dont il fut le secrétaire.

Après le scandale provoqué par la publication de la Vie de Jésus d’Ernest Renan en 1863, qui décrivait l’existence d’un homme et d’un homme seulement, le Père Berthe n’a pas cherché à prouver la véracité des Évangiles ni à faire œuvre de théologie. Il a fait bien plus : il a écrit un chant d’amour pour celui auquel il a consacré sa propre vie, avec lequel il a vécu à des siècles de distance, mais qu’il a côtoyé tous les jours au travers des textes sacrés. Amour de celui qui regarde, émerveillé, vivre, parler, se mouvoir celui qui à son tour le fait vivre. Fin connaisseur de l’Histoire, mais aussi des lieux où le Christ a vécu, il nous fait partager son quotidien, nous permettant de découvrir à travers une langue vivante et très imagée certains détails de sa vie, de son caractère, de sa manière d’être qui, plus que n’importe quelle discussion savante, nous font saisir la dimension à la fois humaine et divine de celui qu’on appelle le Fils de l’Homme et qui appelle Dieu, son Père.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Très dur à trouver.
    Merci de la réédition, c’est un ouvrage recherché par tous les catholiques qui retournent à la tradition : dont je suis !


  • Un prêtre FSSPX me l’a recommandé. Néanmoins il m’avait indiqué que la dernière version éditée, par France-Empire je crois, était à éviter car elle contenait des coupes. Est-ce que la vôtre est intégrale ?


  • Bonjour Mr.Soral ,

    je suis très heureux de voir que vous ré-éditez ce livre.
    Pour mieux comprendre, un peu d’histoire :
    J’ai découvert grâce à vous la raison de la distance que j’avais pris avec l’Église d’aujourd’hui, pour résumer : VaticanII !
    J’ai acheté chez KK les Evangiles de l’abbé Crampon.
    J’ai découvert grâce à vous l’existence de cet écrin Catholique encore vivace au cœur de Paris : St Nicolas du Chardonnet. Je m’y suis rendu.
    J’y ai rencontré l’abbé P.De La Roque qui m’a conseillé ce livre du R.P. Berthe que j’ai trouvé d’occasion sur un grand site en ligne.
    C’est pourquoi je suis heureux de voir que vous rééditez ce livre, que vous faites le lien entre E&R et FSSPX, et que vos analyses sur les 3 religions monothéistes sont d’une remarquable pertinence.
    Elles font de vous un grand intellectuel du moment, mais (de l’aveu de l’abbé De la roque) il semble qu’il ne vous reste qu’un pas à franchir pour devenir un très grand homme de foi.
    Avec toute mon amitié et mon plus profond respect ;

    Eric Gautier

     

  • Merci pour cette réédition. Je ne connaissais pas cet ouvrage.

    Les Rédemptoristes sont réputés pour la chaleur de leur piété.

    Une remarque : mon avis, ce n’est pas le Plus Saint Rédempteur, mais le Très Saint Rédempteur.


  • ça y est, enfin on avance un peu... mais hélas la confusion demeure toujours présente pour distinguer et comprendre : Jésus, le Christ et Dieu. Le cas contraire se nommerait : miracle sur la Terre et il se passerait enfin quelque chose...

    On peut féliciter Jésus parce qu’il a réussi une chose importante : obliger les uns et les autres à se questionner un minimum sur la Dimension humaine, dans la globalité, c’est déjà ça...

    Alors, Jésus est le fils de l’Homme d’accord, mais qu’est-ce que cela signifie dans le fond ? Cela met tout simplement en évidence la base nécessaire au déploiement de l’être humain, ce que nous avons actuellement perdu : l’Enracinement... (La Loi d’Evolution et ses étapes de mutation pour espérer aller voir enfin plus loin que le bout de son nez !)

    Aussi, avant son adombrement, il a fallu à cet être si peu adapté à la densité dans sa structure, apprendre à se tenir Debout, pour ensuite recevoir une force en lui, celle du Christ très difficile à porter... En cela est déjà le Miracle... Alors forcément Jésus n’est pas n’importe qui, c’est ce que l’on nomme un Missionné, c’est-à-dire qu’il est né non pas pour ’’faire sa vie’’ sur la Terre mais pour servir ’’la réalisation d’un plan plus haut’’, et ce dès la naissance.

    Grâce à cet adombrement, à la manifestation du Christ, les humains sont rappelés à l’Ordre sur l’existence des hiérarchies célestes toujours présentes sur Terre et sur les phénomènes de l’Authenticité, parce que le moindre mensonge, même somatisé, ne permet en aucune façon de laisser couler la Vie en soi et d’être Juste dans sa fonction première, en accord avec les Lois du Vivant, celles de l’Humanisme qui englobent une certaine réalité liée ’’au Ciel’’...

     

    • Pour terminer, j’ajouterai ceci :

      La Conscience est ’’le Cerveau de l’âme’’... Elle n’est point dans la manifestation, c’est-à-dire dans l’individu. Il convient de voir la Conscience comme ’’le chauffeur du véhicule corporel’’ que l’individu possède. La raison intellectuelle est son contraire. Ceux qui n’ont point développé la Conscience en eux-mêmes, compensent par l’outil intellectuel qui ne voit que le millième des choses...

      La Conscience s’ancre dans le corps entre la naissance et treize ans pour, ensuite, servir de socle à l’intellect.

      ...


  • Le livre vaut sûrement le détour !
    Quelqu’un pourrait-il me dire si la couverture a été dessinée pour l’occasion ou si c’est une peinture (icône byzantine ?) pré-existante ?

    D’avance merci ! Je la trouve magnifique... elle laisse rêveur.

     

  • Il est le plus grand parce qu’il a affronté le plus grand des ennemis.

    Otto Weininger